24/07/2012

6 Bestiaire


Cette image semble être une enluminure du Moyen Âge. C'est un carré divisé lui-même en quatre carrés égaux, chacun de ces carrés renfermant un animal fantastique difficilement identifiable. Deux carrés sont rouges, les deux autres bleus et tous sont pailletés d'atoiles. Le cadre général est vert. Cette image illustre le poème, excellent comme toujours, "Bestiaire" du Marginal Magnifique dans lequel il est question d'un serpent, d'une grenouille et d'un scorpion. Ce poème, proche de la fable, explique en une brillante chute et après avoir mis en avant la sauvagerie de certains animaux que l'homme est le pire d'entre eux.


Quand tu as couvé un serpent
Dans ton sein
Ne t'étonne pas
Qu'il te morde
Il te mordra à proportion
De ce que tu as été gentil
Avec lui
N'en doute pas
Une seconde

La grenouille qui prend le scorpion
Sur son dos
Pour lui faire traverser le lac
S'étonne de la piqûre mortelle
Qu'il lui inflige
Les précipitant tous deux
Dans l'abîme
Mais c'est dans la nature
Du scorpion

Maintenant que tu sais cela
Prends aussi en considération
Que l'être humain
Est le pire des animaux 


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

6 commentaires:

  1. Je pense que tu nous rappelles la morale de Lafontaine: "Chasse le naturel, il revient au galop!"

    Bon après midi, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un peu ça :-). Mais il me semble que c'est plus un proverbe qu'une citation de Jean de Lafontaine : toutefois, tu dois avoir raison, il a certainemet illustrer cette vérité dans l'une de ses fables.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  2. C'est tout à fait vrai et je le sais par expérience. Une mise en garde à retenir pour se méfier et ne pas se faire avoir. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mieux vaut prévenir que guérir ! Bonne journée.

      Supprimer
  3. Malheureusement la nature humaine est en contradiction avec le sens du mot humanité qui suppose bonté, compassion et sensibilité. Bonne soirée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer