12/03/2017

24 L'orange sanguine

 
Cette image montre en son centre une sphere de couleur orange tirant sur le rouge. Cette boule coloree presente un contour plus clair et plus brillant qui forme un cercle lumineux qui ressort sur le fond completement noir de l'image. On remarque facilement que la surface de la sphere n'est pas completement lisse et unie mais presente a sa surface des lignes torturees qui forment autant de dessins, dessins que l'on identfie facilement comme representant le continent americain qui apparait au centre de la sphere. Sur ses bords, tout en haut et sur la gauche, on distingue egalement d'autres surfaces de ce que l'on imagine d'autres continents. Le spectateur comprend aisement que cette sphere d'un orange vif représente la planète Terre. Cette image accompagne encore une fois tout a fait a propos le poeme du Marginal Magnifique "L'Orange sanguine" dans lequel le poete exprime en une lucidite melancolique la durete de la vie sur la planete pour l'individu sensible et pensant. Pour ce faire il prend a contrepied le celebre vers du poete surrealiste Paul Eluard "La terre est bleue comme une orange" qu'il detourne en "La terre est rouge comme orange sanguine". La couleur orange incandescent de la planete a l'image assimile la terre a une zone de tous les dangers, prete a exploser, et le fait qu'elle se trouve sur un fond noir uni confere une impression d'isolement infini. L'etre humain apparaît de ce fait totalement seul, livre a lui-meme, sur une planete quasiment radioactive par ses menaces. Les vers du Marginal Magnifique dresse en quinze vers ciselés un constat de la souffrance existentielle que ressent inévitablement l'etre humain perdu dans cette immensite qui ne revet absolument aucun sens. Encore un immense poeme du Marginal Magnifique qui fera date !!!


On observe le ciel teinté de mélancolie
Les étoiles gracieuses comme ancolies
En bas on est entouré de gros enculés

On danse avec miss routine collé-serré
Elle tue à petit feu comme cholestérol
La fin promet d'être lente et peu drôle

On se demande souvent à quoi ça rime
La terre rouge comme orange sanguine
Aussi atroce qu'un porno sans gouines

On sait bien qu'au bout c'est l'impasse
Comme une hémorragie le temps passe
Pour cette sorte de fuite aucun tampax

On imagine dans sa souffrance un signe
Le monde triste comme chant de cygne
Mais la jungle est froide sa lutte insigne


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !