26/12/2015

62 Gourmets


Cette image montre en gros plan un homme au teint pale en train devorer un aliment grossierement ovoide de couleur rouge, qui, vraisemblablement, est d'origine animale. L'homme tient ce qui semble un organe, foie ou cœur, entre ses deux mains aux ongles noirs au tout premier plan de l'image. Le visage de l'homme est blanc avec des touches bleutes tirant sur le noir à quelques endroits, principalement sur le pourtour des yeux. Les yeux de l'homme, egalement cercles de rouge sur le dessous, fixe le spectateur d'une maniere inquietante. L'homme porte ce qui ressemble, a une chemise, comme le laisse supposer le morceau de col que l'on aperçoit sur la droite. Il ne faut surtout pas oublier de mentionner un element frappant : un liguide visqueux et rouge, que l'on devine etre du sang, couvre en grande partie l'homme est ses vetements, avec une predominance autour de la bouche et sur le nez. Tous ces elements apparentent l'homme a un zombie en train de devorer goulument de la chair humaine, plus precisement un organe humain. Cette image suggestive a ete choisi par Le Marginal Magnifique pour illustrer son poeme "Gourmets", dans lequel l'immense poete denonce la production et la consommation de foie gras, sujet adequat en periode de fetes de fin d'annee. Dans ce texte habile intitule ironiquement "Gourmets", Le Marginal Magnifique taxe de barbarie la production et la consommation de foie gras, critique la France d'en faire un de ses fleurons de la gastronomie et n'epargne pas non plus les consommateurs en soulignant leur hypocrisie, leur stupidite, leur egocentrisme et leur vanite. Encore un immense poeme du non moins immense Marginal Magnifique qui s'inscrit dans la lignee de ses plus grands poemes defendant la cause animale, tels que "Laïka", "Shoanimaux", "Islero mon heros" et beaucoup d'autres.


Fuck les foies gras d'oie frais
Emblèmes de la sous-France
Toute cette barbarie m'effraie
Je ne digère pas la souffrance

Fuck les foies gras d'oie frais
Infamies appelé gastronomie
L'excès de connerie m'effraie
Raffinement dans l'ignominie

Fuck les foies gras d'oie frais
Produits de luxe de la torture
Trop d'insensibilité m'effraie
Élégance est juste caricature

Fuck les foies gras d'oie frais
Organes viciés hypertrophiés
Tant d'égocentrisme m'effraie
Gourmets mais cœur atrophié

Fuck les foies gras d'oie frais
Fleurons du mal et du dégoût
Si peu de sens moral m'effraie
Fins palais qui sentent l'égout


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !