28/05/2014

76 Le spécialiste


Cette image particulierement drole montre un menu tel que l'on pourrait le trouver dans un restaurant classique. Il se presente en deux parties symetriques. Sur la page de gauche se trouve le nom du restaurant : ici on lit Le Marginal Magnifique avec en arriere plan un motif a carreaux rappelant une nappe et entoure de couverts, au-dessus du nom une assiette, en-dessous une cuiller et une fourchette. La page de droite est consacree au menu comme l'indique le titre en gros caracteres tout en haut de la page. En ba se trouve trois etoiles qui indiquent clairement que l'on est chez un chef renomme. Le menu, donc, se presente de façon tres simple puisqu'il est indiqué que celui-ci est unique, midi et soir, et qu'il consiste en un plat unique qui est la specialite du chef : une grosse sodomie. Ce menu parodique illustre l'excellent poeme du non moins excellent poete Le Marginal Magnifique qui y affirme son plaisir de marcher en dehors des clous et d'etre aisni le grain de sable dans les rouages du systeme, ce qu'il exprime par la metaphore suggestive d'"enculer le systeme" et qui trouve tout son sens lorsque l'on vient de voir l'image du menu. Dans ce poeme Le Margina Magnifique, loin de vouloir etre arrogant, dit sa souffrance dans ce systeme corrompu et la necessite de biaiser avec lui pour survivre. Au passage il exprime aussi son mepris pour les agents du systeme qui s'autosatisfont de façon mesquine de la securite de leur petit emploi. Encore un tres grand poeme du Marginal Magnifique qui combine grand sens de l'humour et subversion absolue avec preoccupations sociales !!!

 
J'achète du dentifrice pour blanchir les dents
J'ai aussi du cirage pour me noircir le gland
Pas gay mais vrai spécialiste de la sodomie
J'éprouve un vif plaisir à enculer le système
Pas de scrupules on nous en fait assez baver

Des gars me crient qu'ils sont fonctionnaires
Ils bandent et paradent fiers comme Artaban
Nous ne jouons pas dans la même catégorie
Moi je suis un porc éclairé eux de vils gorets
Pas de scrupules on nous en fait assez baver

Ça se croit au sommet ça a pris la grosse tête
Pas besoin d'échasses ni de guérir la prostate
Avec belle nonchalance je leur pisse à la raie
Et si j'en ai marre de bosser je glisse un arrêt
Pas de scrupules on nous en fait assez baver


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !