24/07/2012

4 La réunion


Le Marginal Magnifique Poème La Réunion s'ennuyer au boulot se faire chier comme un rat mort lors d'une réunion professionnelle s'ennuyer à mort à écouter l'intervenant décrocher complètement et s'en battre royalement les couilles
 

Écrit in situ  

Autour de moi sont disposées toutes ces tronches en une ligne continue dont je [fais partie]
De cette succession de gueules plus ou moins inexpressives dessinant un carré
J'essaie de tirer des conclusions plus ou moins hâtives à partir de quelques [détails]
Un sourcil froncé sans conviction comme une bouche aux lèvres pincées
Sont autant de signes de leur physionomie pour percer leur psychologie
Et essayer de deviner si mes pseudo-collègues en ont autant rien à foutre que [moi]
Mais je ne crois pas que cela soit humainement envisageable et tenable
D'atteindre un niveau de désintéressement aussi intensément intense que le mien
Je suis posé sur ma chaise comme un meuble le serait depuis mille ans
Dans une vaste salle vide aux senteurs acres de renfermé
Seule la quantité de poussière se déposant sur mon être au gré de mon ennui
En fines couches successives délicatement ouatées mais incoercibles
Et qui ne sauraient tarder à envahir entièrement mon corps laissé à l'abandon
Me distingue peut-être de cette pauvre pièce de mobilier oubliée
Et éventuellement aussi ma capacité d'adaptation à ce genre de situation
Qui me permet de faire mine d'écouter et de comprendre les propos tenus
Alors que mon esprit vagabonde loin très loin en des limbes ignorés
La seule chose que je souhaite tandis que mon corps végète
Étant de me barrer vite fait bien fait afin de regagner mes précieux pénates
Mais surtout d'échapper à tout prix à cette torture orale et morale
Ce que je fais déjà faute de mieux en partie par le biais de ce poème
Non sans mérite car l'oratrice me casse sérieusement et activement les burnes
En m'empêchant de me concentrer à fond sur ce qui compte vraiment
C'est à dire l'écriture de ce qui fait présentement l'objet de cette lecture 


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

4 commentaires:

  1. Il arrive parfois qu´on soit contraint (ou qu´on se contraigne) à des obligations bien désagréables et on se sent impuissant et emprisonné dans ce carcan, sans pouvoir s´en échapper physiquement...heureusement, qu´il a été prévu dans l´Être Humain: un esprit libre merci mon Dieu!
    Un texte qui rédigé "in situ" transparaît les sentiments au mieux!
    Bon après midi, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, chère Ismeralda : oui, heureusement que l'on peut fuir par l'esprit ! Loin, très loin...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  2. L´esprit est un outil puissant du Bonheur...on peut fuir ou voyager, on peut créer un univers parfait où l´on se réfugie quand l´extérieur vous ennuie!
    Bonne journée, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec toi ! Et puis avant d'avoir un impact sur le monde concret les idées germent dans l'esprit : il est la base de toute entreprise.

      Bonne journée.

      Supprimer