20/06/2012

2 Le facteur sonne toujours deux fois




Tu croyais fuir
Mais tu veux rire ou quoi
Tu ne sais donc pas
Que le facteur
Sonne toujours deux fois

Tu l'as rencontrée
Elle était belle
Tu t'es accroché à elle
Comme à une bouée de sauvetage
Elle fut ta joie
Ton réconfort
Ton salut
Parfois ta peine aussi
Qu'importe
Du moment que tu t'enivrais
Tu t'es grisé
Jusqu'à t'oublier
Tu t'es risqué
A côtoyer
Les étoiles de l'insouciance
Tu t'es noyé
Dans son odeur et sa jeunesse
Cigale qui ne pensait pas aux lendemains
Tu voulais juste ne plus souffrir
Maintenant qu'elle n'est plus là
Qui te sauvera
L'enfer te rappelle à lui
Et les pensées trop longtemps retenues
S'abattent sur toi
Avec la force rageuse
De mille oiseaux en furie
Tu n'as que ce que tu mérites

Tu croyais fuir
Mais tu veux rire ou quoi
Tu ne sais donc pas
Que le facteur
Sonne toujours deux fois 


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

2 commentaires:

  1. Merci ! Auparavant, je n'avais jamais saisi le sens de "le facteur sonne toujours deux fois" ! Que Brebis est bête !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Brebis est loin d'être bête, elle ne s'est pas renseignée c'est tout !

      En fait l'expression provient du roman américain éponyme qui a inspiré de nombreuses adaptations au cinéma. Je te recommande d'ailleurs le film de 1981 avec Jack Nicholson qui est vraiment excellent !

      En gros l'expression veut dire qu'on n'échappe pas à son destin, qu'il est vain de fuir.

      Bonne soirée.

      Supprimer