05/06/2012

0 L'hymne aux serial killers


Le Marginal Magnifique chante L'hymne aux serial killers : Ted Bunfy Jeffrey Dahmer Richard Ramirez Andrei Chikatilo Francis Holmes humour noir crimes atroces


Il y a bien entendu
Avant tout
L'excellent Ted
Etudiant en droit
Charmeur
Beau gosse
Beau parleur
Rien ne te prédisposait
A la carrière fructueuse
Que tu as décidé d'embrasser
Avec toute la précision et l'application
D'un ouvrier spécialisé
Tu t'es limité
A la catégorie bien définie
Des femmes
Une fois ce choix arrêté
Tu as hissé ta discipline vers des sommets
D'excellence
Violences
Viols
Étranglements
Actes de barbarie
Armes blanches et à feu
Tous les moyens sont bons pour se régaler
Et quelquefois
C'était exceptionnel
Il faut savoir s'accorder un petit plaisir de temps en temps
Impossible de te jeter la pierre
Nécrophilie
Une fois lancé
Difficile de t'arrêter
Le moins que l'on puisse dire
C'est que tu n'as pas fait le boulot à moitié
Mais peut-on sérieusement t'en vouloir
D'avoir éliminé
Quelques dizaines
Allez
Presque une centaine
Quand on aime on ne compte pas
De grognasses
Ô Ted
Tu as fait rimer qualité et quantité
On n'est pas près de t'oublier
Champion

Et puis il y a toi bien sûr Jeffrey
Avec toi l'expression
Avoir un squelette dans le placard
Est à prendre au pied de la lettre
Sacré Jeffrey
Tu t'es fait plaisir
Et au diable les limites du bon goût
Les limites parlons-en
Tu les exploses
Passe encore que tu séquestres
De jeunes nègres prostitués
Pour les sodomiser
Après les avoir
Drogués puis étranglés
Passe encore que tu leur perces
Pour les plus chanceux
Sans doute tes préférés
Un trou dans le crâne
Afin de les transformer
En zombies
entièrement soumis
Sexuellement
Rêve légitime de tout un chacun
Mais
Fabriquer des colliers de pénis
Dissoudre des torses dans ta baignoire
Conserver des bocaux d'abats dans ton frigo
Te faire une petite fricassée à l'occasion
Était-ce vraiment
Je te le demande Jeffrey
Bien raisonnable
Même pas de chaise électrique pour toi
Après t'être amendé
Tu t'en es allé
C'est triste
Le crâne fracassé
Par un de tes collègues détenus
Pendant que tu passais le balai
Adieu Jeffrey

Ah je ne peux pas t'oublier Richard
Avec ta gueule d'ange indien
Rien d'étonnant à ce que tu aies affiché
Des ambitions de star de ciné
Aucune démesure dans le passage à l'acte
Tu faisais le boulot
Froidement
Impeccablement
Implacablement
Toi ce qui te plaisait
C'était de voir le sang pisser
La vie se barrer
Allez donne-nous la recette Richard
Choisir un gros couteau bien aiguisé
Enfoncer le lame doucement
Regarder l'heureuse élue
Grand romantique
Dans les yeux
Tout cela à déguster
C'est capital
Par une nuit noire comme la suie
Je t'ai compris
Tu te prenais pour Dieu n'est-ce pas
Non excuse-moi
Sacrilège
Plutôt pour Satan
Sur le banc des accusés
Lunettes de soleil vissées sur le nez
Épanoui comme une belle fleur de printemps
Tu n'as affiché aucun remords
Pas de regrets
Tu t'es régalé
Pourquoi le nier
Le juge
Les jurés
Tu les emmerdes ouvertement
La peine de mort pour toi
C'est Disneyland
Tu t'es marié derrière les barreaux
Madame Richard fait des jalouses
Espérons pour elle
Que dans un accès de tendresse
Avec un sourire aimant et entre deux baisers
Tu ne lui coupes pas la gorge

Mais il n'y a pas que les Etats-Unis
Pour produire
La fine fleur de l'humanité
La Russie nous a fourni Andréi
Regard bleu électrique et crâne chauve
Allez
Avec une gueule pareille
Même sous tes dehors d'instituteur et de père de famille
Bien tranquille
On aurait pu se douter que quelque chose clochait
Et pourtant sans sourciller
Sans être le moins du monde inquiété
Sereinement
Tu as massacré
Égorgé
Éviscéré
Énucléé
Tailladé
Tranché
Des tétons
Des appareils génitaux
Et tu ne t'es pas privé
Souvent
Sur place
A la belle étoile
Coquin
De t'offrir un bon pique-nique
Tu as bouffé les meilleurs morceaux
Sans les faire cuire évidemment
Salopard
Ce serait gâché
D'aucun peuvent toujours te reprocher
De ne pas faire dans la dentelle
Mais on ne peut que louer
Ton sens aigu des convenances
Ta devise
Les femmes et les enfants d'abord
Tu te promenais dans la fraîcheur du soir
Avec l'espoir d'une belle rencontre
Dans ta jolie petite sacoche
A la place des livres d'école
Des scalpels et tout un attirail d'instruments délicats
Ô Andréi
Tu ne te baladeras plus innocemment
Une bonne châtaigne a mis fin
A tes errances joyeuses
Sous la clarté laiteuse
De la lune

Enfin en France
Il y a toi Francis
Gloire nationale
Beau physique eunuquoïde
Grandes lunettes sur tête d'oiseau
Bouche édentée
Dont la magnificence
Se trouve encore rehaussée
Par un tic caractéristique
Silhouette longiligne et gracile
Et paraît-il
Je ne suis pas allé voir
Je fais confiance aux experts qui t'ont peloté
Pauvre Francis
Testicules atrophiés
Surnommé le routard du crime
Interné de multiples fois
Tu as décidé de concilier deux passions honorables
La randonnée et le crime en série
Ton style à toi
C'est l'opinel
Tu en faisais office quand cela te chantait
Sans te poser de questions
Naturellement
Au gré de tes envies pourrait-on dire
Mais un gendarme opiniâtre
Le méchant empêcheur de trucider en rond
A eu raison de tes flâneries bucoliques
En tout cas Francis
Tu es un des seuls qui peut se vanter de valoir
Les américains
Et pour cela Francis
On te remercie 


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire