26/08/2012

26 So do mi douce mélodie


Cette image représente une portée musicale avec des notes blanches sur une portée dont les lignes oindulées sont multicolores (on trouve du rouge, du jaune, du orange, du vert, du bleu, du violet avec diverses nuances) sur fond noir. Cette image très esthétique et stylée illustre le poème "So do mi douce mélodie" du Marginal Magnifique" qui, avec beaucoup d'humour comme à son habitude dénonce les travers de la société capitaliste et de consommation. L'idée générale du poème est que nous nous faisons tous avoir par le système, que nous sommes obligé de courber l'échine et de nous résigner, afin qu'il fonctionne et pour ne pas se faire broyer. En somme, pour employer une métaphore répandue, nous nous faisons enculer, autrement dit dans un langage plus soutenu, nous sommes sodomisés par le système. Le titre du poème joue avec les mots en décomposant le mot "sodomie" dont les syllabes ont le même son que des notes de musiques. Le choix de l'image accompagnant ce brillant, stylé, et amusant poème du Marginal Magnifique se comprend aisément à la suite de ces explications.


La société impose sa loi à l'être humain
Elle te tient fermement par les couilles
Mais avec la délicatesse d'une geisha
Il faut subir sans broncher ou tu es broyé
Tu courbes le dos plies comme le roseau
Préfères ployer pour ne pas craquer
Les chênes finissent brisés foudroyés

Aujourd'hui il n'y a plus d'autodafés
L'efficacité recommande la subtilité
Les livres envahissent les librairies
Mais qui vraiment s'en sert les lit
Ou alors de belles conneries la lie
Thrillers romances à l'eau de rose
On se régale mieux devant la télé

Abrutissement complet de la masse
Le système ne peut pas fonctionner
Tant que restera en toi de quoi penser
Que tu ne seras pas lobotomisé à fond
Au final on est tous sodomisés profond
Avec joie au son d'une douce mélodie
Mais rira bien qui sodomisera le dernier 


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

26 commentaires:

  1. Génial ton poème. Une magnifique description de ceux qui tirent les ficelles.
    Tu as raison, la Société: c´est nous. Il y a deux catégories de citoyens: les actifs et les passifs. Et là dedans, de nombreuses personnalités s´affrontent. Si tu veux faire partie des dirigeants, tu as intérêt à ne pas avoir froid aux yeux; souvent ces gens sont des manipulateurs nés: ils nous sodomisent contre notre gré en nous faisant croire que c´est pour notre bien et qu´on leur donne notre accord :-)
    A côté de ceux là, il y a les bonnes poires: donc les sodomisés qui se retrouvent impuissant de s´y opposer car ce sont de bonnes poires et pour les fortes têtes: ce sont des cons dont il faut abuser!
    Enfin, je préfère être une bonne poire et faire semblant d´être une conne ...car malheureusement, les bonnes poires ont une conscience et donc, il me serait impossible de faire partie de ceux qui abusent des bonnes gens!
    Bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire qui résume bien les idées directrices du poème. Difficile d'en rajouter, tu as fait à peu près le tour :-).

      N'oublions pas qu'il y a aussi le fait d'abrutir, volontairement selon moi, les gens en leur envoyant des conneries à la télé et dans l'industrie du divertissement. Mieux vaut endormir tout le monde, afin qu'on évite de penser trop par soi-même, il risquerait d'y avoir une révolution...

      Je préfère comme toi avoir la conscience propre, quitte à être un con. Toutefois je refuse de me faire entuber par des gens sans scrupules, des tocards sans aucune valeurs humaines.

      Bonne soirée, à bientôt !

      Supprimer
  2. Voilà un poème dense, je conseille à ceux qui fréquentent ce site de le lire plusieurs fois pour bien l'apprécier. Que de problématiques en peu de mots : l'aliénation de l'individu, ses différentes alternatives (plier ou rompre), la sous-culture comme instrument de domination, la révolte finale, etc. Tout cela prête à réfléchir : bien sûr que la société brise les individus, mais l'individu est de toute façon toujours brisé par une chose ou une autre, et la nature n'est guère plus clémente avec lui que la société... Disons que la nature est plus franche, elle ne fait pas les choses par derrière (pour rester dans la thématique du poème) !

    Je vous félicite en passant pour le relookage du site, avec un beau diaporama qui apparaît pour la première fois chez moi. Très propre, très classe, si Kubrick avait créé un site il n'aurait pas fait mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha, cher Laconique, mon exégète officiel ! Ça faisait un moment que je n'avais pas envoyé du lourd dans la subversion sociale, il était temps que j'y remédie, d'autant plus que c'est un thème qui m'est cher.

      Comme vous le dites si justement, "la nature est plus franche". Je serai cependant moins pessimiste que vous concernant le fait que "l'individu est de toute façon toujours brisé par une chose ou une autre". Tout dépend de l'attitude adoptée, peut-être est il possible de tirer son épingle du jeu sans être toutefois parmi ceux qui brisent, en restant en quelque sorte hors-jeu, neutre, en marge en somme. Mais je vous accorde que cela relève un peu de l'utopie...
      De plus, même si je ne nie pas que nous prenons tous cher, je pense que nous ne finissons pas tous brisés pour autant.

      Oh, je vous remercie pour ces compliments sur le relookage du site, ça m'a pris un peu de temps.
      Pour le diaporama, il était présent à l'ouverture de ce site, mais je l'avais supprimé, car j'avais eu plusieurs retours m'indiquant qu'il ne fonctionnait pas avec tous les navigateurs, et pour n'en citer qu'un : Internet Explorer. Je conseille d'ailleurs à tout le monde d'utiliser Mozilla Firefox pour lequel j'ai opté il y a un peu plus d'un an. Franchement c'est autre chose : plus rapide, plus fiable, moins de plantages... Comme vous le voyez je suis prêt pour une rubrique geek !

      Vous savez me prendre par les sentiments, cher Laconique ! Faire référence au maître Stanley c'est me mettre direct dans votre poche. Mais j'avoue en effet que je puis être comme lui un humain méticuleux, voire obsessionnel :-).

      A bientôt.

      Supprimer
  3. Pourtant par cette vaste toile,le grand nombre semble défaire quelques chaînes,
    il est encore prisonnier de son ignorance,
    mais un vent de liberté éveille ses sens jusque-là endormis,
    puisse cette promesse ne s'effacer,s'oublier,
    salut à toi et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, "l'ignorance" est un moyen de maintenir sous contrôle, on est de gros de consommateurs bêtes au fond :-).

      C'est un peu comme dans le film "Matrix" en fait : il faut acquérir des connaissances afin de voir la matrice, au delà des apparences, et déjouer le système.

      Et puis je crois qu'il faut surtout connaître les enjeux de chaque chose avant d'y adhérer. Même si c'est parfois difficile...

      Bonne journée.

      Supprimer

  4. Sans lien direct, mais puisque déjà évoqué précédemment,j'aimerais profiter de l'occasion pour rendre hommage à Didier Dérand. Ah! Bien, bien, super ... Mais qui est donc Didier Dérand? Pour reprendre l'expression d'Ismeralda ci-dessus, c'est un citoyen actif. Il s'agit du militant écologiste de la Réunion qui a décidé de payer de sa personne pour démontrer que le délire psychotique autour des attaques de requins n'était en rien justifié.

    Je vous laisse lire l'article sur le site du Parisien ...

    http://www.leparisien.fr/environnement/la-reunion-le-defenseur-des-requins-nage-sous-les-insultes-26-08-2012-2137636.php

    Extrait:

    Et de deux ! Didier Dérand, ce militant écologiste de La Réunion qui défie les anti-requins en allant nager sur les lieux d'attaques de squales, a achevé dimanche à Saint-Leu sa deuxième traversée sain et sauf, mais sous les insultes de surfeurs.

    «Des familles entières de surfeurs, qui avaient même apporté des mégaphones pour mieux m'insulter étaient là, raconte, par mail, Didier Dérand au Parisien.fr. On a dû partir en vitesse, histoire d'éviter la bagarre : ils n'attendaient que ça évidemment. Ce qui me touche réellement, ce sont les enfants, que leurs parents surfeurs ont manipulé et dressé à la haine...»

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je constate que cette affaire d'attaques de requins vous tient particulièrement à coeur, ou du moins vous intéresse. Du coup je suis moi-même intrigué par votre intérêt. Êtes-vous un défenseur de la cause animale ? Êtes vous simplement amusé par tout ce battage médiatique ? Ou que sais-je encore ? Je serais curieux de connaître votre sentiment par rapport à tout cela...

      Je ne connaissais pas Didier Dérand, merci de nous faire profiter de cet article, ça me plaît ! Puis j'ai lu que le personnage était délégué de la fondation Brigitte Bardot, du coup il m'est sympathique. De plus, j'aime la façon dont il taquine ces surfeurs. Surtout que sa démarche est loin d'être idiote, et ce qu'il dit dans l'interview est plein de bon sens.

      Et c'est vrai que c'est drôle... J'imagine très bien cette bande de surfeurs manifestants qui conspue un mec qui a juste fait une petite traversée à la nage. Que de haine pour pas grand chose... Drôle et ridicule au fond !

      D'ailleurs, il y a un lien avec mon poème, puisqu'il est question de manipulation des enfants de surfeurs qui sont de la partie pour insulter ce brave et courageux nageur.

      Bon après-midi.

      Supprimer
    2. Je partage tout à fait votre point de vue! Je ne me considère pas spécialement comme un défenseur de la cause animale, juste comme un être humain normal, atterré par la stupidité des demeurés qui agressent une personne qui ne leur a rien fait.

      Il faut vraiment se rendre compte du ridicule de la situation avec un peu de recul... Un type va nager, dans des conditions difficiles, voire au péril de sa vie, il ne fait de mal à personne: résultat il se fait conspuer par ... je ne sais pas ... une dizaine de débiles. S'attaquer à 10 contre un ça, ok ils savent faire!

      J'ai une admiration sans borne pour ce que fait ce type, tout simplement.

      Pour conclure, parce que je commence à m'énerver tout seul, on peut faire le parallèle avec l'ascension du Mont-Blanc. L'une des voies comporte un passage très dangereux (le Grand Couloir du Goûter). Il fait sans doute plus de morts que les requins à la Réunion. Eh bien il ne vient à l'esprit de quasiment personne de construire un tunnel pour réduire le risque à zéro ... Si je ne souhaite pas prendre le risque de me prendre un caillasse sur la tronche, je m'abstiens d'y aller. C'est si difficile que ça? Si lesdits surfeur ne veulent pas prendre le risque de se faire croquer, qu'ils se mettent au macramé! On ne peux pas vider l'océan de ses requins juste parce que ce sont des couilles molles quand même. Pfff...

      Supprimer
    3. C'est ça ! "Qu'ils se mettent au macramé" et qu'ils ne nous emmerdent plus, surtout que leur truc est un loisir, il ne faut pas l'oublier, un luxe même. Alors bien sûr chacun défend ses intérêts, mais parfois cela va à l'encontre du bon sens.

      Comme vous le dites, "avec un peu de recul" la situation est vraiment ridicule. Et j'aime bien la fin de votre commentaire : "On ne peut pas vider l'océan de ses requins juste parce que ce sont des couilles molles quand même". Je crois qu'il n'y a rien de plus juste...

      Supprimer
  5. Bonjour
    Je fais souvent l'imbécile mais jamais je ne me laisse manipuler, j'ai défini les limites et je n'autorise personne à pénétrer dans cet espace. Je ne permets jamais d'abuser des autres, ma conscience me laisse dormir tranquillement.
    Bonne journée
    Marie-Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      On est un peu tous manipulés au fond, avec les pubs, la télé et le reste... Finalement on ne choisit pas vraiment sa route, ni la mode, ni ce qu'on mange... Difficile de s'extraire de tout ça !

      Sans vouloir tomber dans le conspirationnisme, je dirais qu'on baigne dans un environnement manipulateur au quotidien. On bosse et pour nous faire oublier on a l'industrie du divertissement qui profite à ceux qui tiennent les rênes.

      Mais tu as raison, ne nous laissons pas manipuler sans pour autant manipuler :-).

      A bientôt.

      Supprimer
  6. En effet la culture moderne se réduit à trois lettres, mais avec un peu de beurre, tout finit par glisser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joliment dit. Effectivement ça passe tout seul... et on est bien content en plus !

      Supprimer
  7. Entretenir cette liberté de chercher,de persévérer en cette quête de vérité,ne pas se laisser envahir par une folle peur,car c'est bien elle qu'on inculque le plus souvent,
    salut à toi et bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas être passif, comprendre, remettre en question ce qu'on nous donne comme établi, être libre de sa pensée !

      Supprimer
  8. Un bon cocktail de subversif, ça détend !
    Merci bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a d'autres cocktails en magasin !

      A bientôt ;-).

      Supprimer
  9. Trop bon, trop vrai, trop marrant. c'est pas une déclaration d'amour mais une d'admiration devant tant de talent et d'imagination. Bravo Le Marginal.

    RépondreSupprimer
  10. La société!
    Les lois...oui, on ne peut pas faire n'importe quoi! On est tellement nombreux!!! SI chacun faisait ce qu'il veut, quelle anarchie!
    Société de consommation : oui là aussi les livres, les films, les chansons, les nouveaux modèles en tout genre pleuvent...à nous de nous raisonner!
    On a perdu la mesure...
    Texte très imagé!!! (voir dernière strophe..;(sourire))
    Bonne soirée, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais bien que j'aime les images fortes et parlantes :-) ! Bonne soirée.

      Supprimer
  11. oui, mais là!!!! tu n'étais plus maître de tes pensées....ou alors, tu avais relu les histoires sextraordinaires et cela t'avait échauffé les sens...rires! Bise, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, il faut beaucoup plus qu'une simple lecture pour m'"échauffer les sens" !

      Supprimer
  12. Rap was focused on the lyrics individuals
    other one was focused on the sounds. Then they added words to the background music that were previously taboo.
    Software is just as good, if not better, particular circumstances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thank you for your comment. My words are music. See you later.

      Supprimer