01/09/2012

34 Anachorète


cette image est un tableau qui montre Saint-Jerome dans une grotte, un livre à la main,  lors de sa periode d'érémitisme. En effet,désirant vivement vivre en ascète et faire pénitence, il s'installe en 375 dans le désert de Chalcis de Syrie, au sud-ouest d'Antioche, connu sous le nom de Thébaïde de Syrie. Il y passe quelque temps en raison du grand nombre d'ermites qui y vivent. La période au désert et la vie érémitique de Jérôme fut assez difficile, notamment du fait des jeûnes et de sa santé fragile. Ces précisions apportées pas beson d'avoir des yeux d elynnx pour s'apercevoir que l'image a été retouchées. En effet le Marginal Magnifique ne s'est pas gênée d'y apporter sa touche personnelle : il a ainsi gommé toutes les allusions à la religion, comme la croix en face de Sait-Jerome ou l'auréole flottant au-dessus de sa tête. a disparu également le crâne posé sur une espèce d'étagère rocheuse et jugé trop morbide par rapport au to du poeme qui se veut délibérement drole et fun. En lieu et place de ce crane, trone une magnifique bite d'or, a golden dick, entourée d'un beau ruban tricolore, manifestant un prix récompensant la vigueur sexuelle de l'ermite. Au-dessus, comme gravée sur le mur rocheux, l'inscription "Ni dieu Ni maître". Cette image excellente et très amusante illustre le poeme nonmoins amusant "Anachorete" dans lequel le Marginal Magniifque exprime son refus, aberrant et incomprehensible pour certains, de sortir en ete pour se meler à la population qui prend du bon temps la nuit dans les bars et ailleurs. Le Marginal se compare ainsiavec beaucoup d'autodérision à howard Hugues, précisant que lui n'a pas les TOC, quoique... Le Marginal Magnifique, portant bien son nom, se présente donc comme un ermite, un anachorete, pas un cenobite qui lui vit retiré du monde mais en communauté.


On s'étonne parfois que je ne sorte pas
Que je ne passe pas toutes mes nuits
En extérieur à cavaler comme un fou
La place centrale est pleine de monde
Les cafés abondent de filles de faunes
C'est l'été la ville respire la vie la foune
Pas de flore mais l'alcool ravit la faune
Ce n'est pas normal que je sois chez moi

Mes détracteurs ne peuvent pas piger
C'est précisément à cause des foules
Que je ne veux pas mettre le nez dehors
Comme Howard Hugues sans les tocs
Je peux rester des jours entiers cloîtré
Vivant nu ou en pyj à des heures indues
Extérieur au monde en restant à l'intérieur
Seul en autarcie pas cénobite anachorète 


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

34 commentaires:

  1. ...mais contrairement à toi, je clame, et Dieu, et maître !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais... Mais reconnais que l'illustration est drôle ! Je me suis bien marré avec...

      Supprimer
  2. L´Être Humain est supposé devoir vivre au contact de ses pairs...mais souvent, on remarque qu´on a bien besoin de se retrouver seul avec soi même, fuyant tous ces gens auxquels on ne trouve aucun point commun!
    Un excellent poème!
    Bon dimanche,bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire.

      Comme tu le dis, "on a bien besoin de se retrouver seul avec soi même", cela permet de se ressourcer et puis ceux qui fuient la solitude ne se fuient-ils pas quelque part un peu eux-mêmes ?

      Bon dimanche !

      Supprimer
    2. Je suis d´accord avec toi: si on fuit la solitude, on se fuit soi-même, vu que c´est dans la solitude ou la solitude de la foule qu´on se retrouve en compagnie de soi!

      Bonne soirée, bisous Ismeralda

      Supprimer
    3. Beaucoup craignent cette confrontation !

      Supprimer
  3. Moi aussi je suis comme Howard Hugues, entre deux orgies romaines, j' aime bien rester chez moi et revenir à l' état sauvage, avant de replonger dans les cafés qui sentent la bière et les phéromones!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se comprend, rien de mieux que d'alterner, mais la solitude, la solitude, la solitude ! Ça fait du bien quand même de temps en temps :-).

      Supprimer
  4. Je vois que le rythme de publication ne faiblit pas ! Je lisais ce matin que François Bayrou, le futur président de la République, était heureux de "traverser le pays du silence", qualifiant par là la diète médiatique qu'il s'est imposée après ses résultats décevants aux élections et avant son grand retour mi-septembre. Je constate en revanche que vos facultés de production et de nuisance au système sont plus actives que jamais ! J'aimerais en dire autant de moi-même...

    Il y a du fond dans ce poème. "Extérieur au monde en restant à l'intérieur"... J'ai longtemps rêvé sur ce vers, tandis que le vent ébouriffait mes cheveux et que sous mes yeux se déployaient les sombres légions motorisées du monde moderne... Pardon, je m'égare, vous me rendez lyrique ! C'est un portrait saisissant que vous tracez là, mais ne craignez-vous pas qu'en refusant l'ascétisme des anachorètes, en acceptant la douce rumeur du monde tout en rejetant ses aspérités, vous ne risquiez de tomber dans le confort un peu flasque des geeks et des otakus ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rythme de publication va se calmer bientôt, avec environ un poème par semaine, mais "mes facultés de nuisance au système" ne faibliront certainement pas !

      C'est bien que François Bayrou, que je trouve assez cool, soit "heureux de "traverser le pays du silence", parce que c'est le seul pays dont il sera jamais maître, à part dans les cerveaux illuminés comme le vôtre, cher Laconique.

      Vous n'avez pas besoin de moi pour être lyrique, peut-être suis-je juste l'étincelle qui allume la mèche qui ne demande qu'à s'enflammer (je précise qu'il n'y absolument aucune métaphore à caractère sexuelle dans cette phrase).

      Je n'accepte pas vraiment "la douce rumeur du monde", au contraire, je ne comprends pas bien pourquoi vous dites cela... Je suis anachorète dans le sens où j'ai une mentalité d'ermite, et au contraire des cénobites qui se retirent du monde mais en communauté, moi c'est entièrement seul que je me retire. Mais ce n'est pas à vous que je vais faire la leçon, cher Laconique ! Enfin, j'écarte l'aspect religieux de mon érémitisme. D'ailleurs, à ce propos, j'espère que vous avez reconnu l'image d'illustration : la pénitence dans le désert de Saint Jérôme qui mène une vie érémitique. J'ai bien sûr viré le grand crucifix posé sur l'espèce d'étagère rocheuse et l'auréole du saint, car tout le monde sait que chez les Jérôme (et ailleurs), il y a très peu de saints. Les éléments qui remplacent la croix sont bien plus évocateurs et surtout plus funs il me semble, comme ce magnifique trophée représentant un sgueg d'or récompensant la virilité...

      A bientôt.

      Supprimer
    2. Je vous remercie pour ces éclaircissements. J’avais en effet mal compris le dernier vers que j’avais interprété comme suit : « pas cénobite ni anachorète ». Comme il n’y a pas de ponctuation dans votre poésie, il faut la trouver soi-même, et j’avais été induit en erreur par le vers : « la ville respire la vie la foune », dans lequel le mot « foune », placé sans ponctuation, est le second terme d’une énumération. J’avais accordé au mot « anachorète » la même valeur dans le vers qu’au mot « foune », ce qui, vous en conviendrez, ne manque pas de sel…

      Vous êtes un virtuose de l’image, et vous l’avez prouvé encore une fois. Je suis tellement habitué à la qualité sur ce point que je ne prends même plus la peine (à tort) de vous féliciter. J’attends avec impatience l’« Orange mécanique » du vingt-et-unième siècle que vous seul pouvez nous livrer !

      Supprimer
    3. Ha cher Laconique, vous parvenez à me faire marrer !!!

      Effectivement, accorder la même valeur à "anachorète" et à "foune" peut surprendre, quoique je puisse vous répondre, avec la subtilité qui me caractérise, que même les anachorètes aiment bouffer de la foune... Au contraire des cénobites d'ailleurs, qui, comme leur nom l'indique, font leurs petites affaires entre eux.

      Merci pour les compliments forcés par moi sur l'image !

      Supprimer
  5. Chacun choisit son mode de vie du moment qu'il ne nuit pas à autrui. On se ressource ou on s'apaise comme on peut. Voici un franche prise de position exprimée comme il se doit avec une plume de maître très originale dans son style.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire. Malheureusement, même sans nuire à autrui, choisir son mode de vie n'est pas aisé : il suffit de jeter un oeil autour de nous pour s'en convaincre. La société impose une rude pression !

      A bientôt.

      Supprimer
  6. Qui le premier avoue avoir recherché la signification du mot anachorète,oui j'avoue !!,
    ma devise serait plutôt "un seul maître,Dieu,une seule maîtresse,la vie",
    excellent texte,
    très bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire que ce n'est pas un mot très courant ! On l'entend rarement en allant chercher son pain...

      Cette devise n'est pas mauvaise en soi, au moins elle permet d'avoir une ligne de conduite à mon avis.

      Bonne journée.

      Supprimer
  7. Bravo pour ton érudition. J'avoue avoir recherché la signification du mot anachorète. Au plaisir de la lecture s'ajoute la culture. Au plaisir de te lire à nouveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un anachorète érudit, c'est comme ça... et un queutard à mes heures perdues !

      Merci en tout cas pour ce commentaire, bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  8. Il est plus difficile d'être confronté à soi même qu'aux autres car nous sommes la seule personne à laquelle nous ne pouvons pas mentir...

    Jolie pensée merci et à bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh il y a un bémol : certains savent se mettre des oeillères ! Ce qui parfois peut être positif, mais en ce qui me concerne je refuse d'être un ignorant béat.

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
    2. Bonjour madame Psypsy !
      si tu savais LMM comme je me suis frité avec celle-là, on ne s'aime pas, je perux te le dire !

      Supprimer
    3. Ha la la vous me faites rire tous les deux ! Je sais bien que vous vous êtes "frités", j'ai vu ça dans les commentaires sur le mur de Madame, j'y ai même mis un peu mon grain de sel. Vous êtes durs tous les deux ! La Brebis n'est pas commode :-).

      Franchement, c'est pas parce que vous n'avez pas les mêmes idées, du tout du tout, que vous êtes obligés de vous mettre cher comme ça.

      On est là pour le fun, se détendre et tout, non ?

      A bientôt.

      Supprimer
  9. Bonjour
    La solitude je l'ai apprivoisé. Je ne m'ennuie pas avec moi-même. Les autres me semblent si loin, sans véritable profondeur. J'ai envie de rencontrer des gens vrais pas un semblant d'humain. Trop d'artifices.
    Je peux fermer mon portail et ne plus ressortir, je ne vois rien de l'extérieur et le temps s'écoule à mon rythme.
    Bonne journée
    Marie-Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      C'est bien dit, on sent que c'est écrit avec le coeur.
      Tu sembles épanouie, avoir trouvé le rythme et le mode de vie qui te conviennent, c'est beau !

      A bientôt.

      Supprimer
    2. Bonjour
      Touché et touchée.
      Bonne journée
      Marie-Pierre

      Supprimer
  10. Le solitaire aime mais préserve son amour,il ne le montre,le démontre,
    très bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, le solitaire s'en fout de l'opinion, il n'a rien à prouver, ce qui ne veut pas dire qu'il est un égoïste sans amour.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  11. une question intéressée : c'est quoi cette édition numérique ? Tu peux m'expliquer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une édition numérique ? Tu dois certainement parler des e-books, je les avais mis en vente sur mon ancien site : un recueil de nouvelles et un petit de poèmes. En fait ils sont faits pour les liseuses numériques d'Amazon.

      Supprimer
    2. Alors, c'est quoi, une liseuse numérique ??? (elle est conne cette Brebis !)

      Supprimer
    3. Hé la Brebis, renseigne-toi ;-).

      C'est le truc d'Amazon, qui permet de télécharger et de lire des livres...
      Je suis sûr que tu connais ça. Mais j'ai pas envie de faire de pub pour Amazon et pour les liseuses numériques, surtout que moi je préfère les vrais livres !

      Supprimer