22/09/2012

44 Insoumis


Cette image est extraite de la célèbre série d'animation Hoku no Ken, Ken le survivant, elle-même inspiré par le manga éponyme au succès planétaire. L’histoire se déroule dans un futur relativement proche sur une terre ravagée par la guerre nucléaire qui a eu pour conséquence l’évaporation de la plupart des océans et la destruction d’une grande partie de la végétation. Dans cet univers post-apocalyptique, les survivants sont soit d’humbles villageois essayant de survivre, soit des bandits vicieux regroupés en gangs qui s’adonnent aux pillages et à la persécution de ces villageois.  Cependant, un artiste martial nommé Kenshiro (Ken), un homme reconnaissable aux sept cicatrices qu’il porte sur le torse, est choisi pour devenir le successeur du légendaire art assassin le Hokuto Shinken (北斗神拳, l’art divin de l’Étoile du nord). Au début de l’aventure, Kenshiro ne cherche pas réellement à aider les villageois, mais au fur et à mesure que son étoile le guide, il se révèle comme étant le sauveur tant attendu par une population au bord du désespoir.  Accompagné dans son périple par deux jeunes enfants nommés Bart et Lynn, Ken affrontera un grand nombre de gangs, allant même jusqu'à affronter ses frères adoptifs, eux aussi disciples de l’art du Hokuto Shinken. Ken se mesurera aussi à certains maitres de l’école Nanto Seiken (南斗聖拳, Le poing sacré de l’étoile du Sud). L'image represent Ken en train de faire littéralement exploser ses vetements par la contraction de ses muscles. On voit ainsi apparaitre ses célèbres torse et abdomen aux sept cicatrices. Il semble très en colère et il est enveloppé d'une auréole de feu toute métaphorique symbolisant non seulement cette colère mais aussi sa puissance lorsqu'il est dans cet état. Cette image illustre le poeme "Insoumis" du Marginal Magnifique" dans lequel le celebre poete exprime son refus de se soumettre aux regles de la societe qui lui sont imposees, estimant etre assez intelligent pour avoir son propre systeme de valeur et vivre selon ses propres regles. A travers divers exemples comme les contrôles à l'areoport ou les fouilles au corps à l'entree de concerts, il expose son degout de se sentir controler par des hommes qui n'ont rien de plus que lui, ne sont pas au-dessus de lui pour avoir ce droit.


A l'aéroport subir les contrôles
Me met mal à l'aise me gêne
A l'entrée des soirées des concerts
Me faire palper me déconcerte
Me faire peloter je n'aime pas ça
Je ne suis pas un gars facile
Peut s'en faut à chaque fois
Que des gifles partent fissa

L'armée je ne l'ai pas faite
Me soumettre je ne peux pas
Moi dans Full Metal Jacket
Carnage direct comme Baleine
Je me serais occupé sans traîner
Du sergent instructeur Hartman
Mais en assumant froidement
Sans me faire sauter la tête

Qu'on me donne des ordres
M'irrite me fait dresser le poil
Je digère mal je n'avale pas
Je ne suis pas dans le hard
Trop d'orgueil pour admettre
Que des hommes me disent où aller
Aucune supériorité mal placée
Je veux choisir où me déplacer

Je veux être mon propre boss
Vivre selon mes propres règles
Avancer la conscience propre
Ne supporte pas de marcher au pas
Que ce soit avec la forme ou pas
Les cher monsieur s'il vous plaît
Se brisent sur mon regard froid
Les égards jamais ne m'égarent


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

44 commentaires:

  1. t'es misanthrope , c'est bien...par contre, tes références américaines m'échappent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes références américaines t'échappent dans le sens où tu ne les connais pas, ou, plutôt, ce que je crois, dans le sens où tu ne comprends pas que l'on puisse avoir de telles références ?
      "Full Metal Jacket" c'est superbe : du grand et culte Kubrick. Mais je sais à quel point tu es iconoclaste...

      Supprimer
    2. J'ai bien compris. Mais ils ont fait de très bons trucs en ciné et en littérature quand même !

      Supprimer
  2. Je serais davantage adepte de l'insoumission passive,
    je passe mon chemin sans plus de chagrin,de rapport de force,
    mais j'en pense pas moins,
    tu dois être plus franc du collier,bien qu'il m'arrive parfois d'envoyer chier !!,
    salut à toi et bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis aussi pour l'insoumission passive, je ne prône pas du tout la violence ! Je préfère user de diplomatie, mais comme toi je n'en pense pas moins.

      Puis lors de conflits tout le monde est perdant. Et sans compter que c'est gaspiller son temps que se mettre au niveau de certains...

      A mon avis, "le rapport de force" doit intervenir uniquement lorsqu'il n'y plus d'autres solutions et que l'intégrité est menacée...

      A bientôt.

      Supprimer
  3. Difficile d´être constamment son propre maître...car à moins d´être rentiers...il nous faut passer le collier du commerce ou des chefs! Et puis, il y a toutes ces lois sociales, normatives etc qui règlent la vie en général. C´est un fait que l´être humain est un individu que la Société s´efforce d´introduire dans le troupeau et que finalement on sent mouton mouton...et pourtant les moutons, on sait que sans le chien de berger ou son maître ne resteraient pas longtemps rassemblés!
    Dès l´enfance on nous donne des ordres, on nous habitue à obéir : je ne dis pas que je sois d´accord mais simplement je constate un fait. A côté de cela, il y a les ordres, les suggestions (ordres souvent hypocrites: enfin si on regarde de ce point de vue, car on dit souvent que tu peux toujours tout interpréter avec l´angle que tu préfères :-)
    Bonne soirée, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile d'être son propre maître, mais possible ! Au moins dans une certaine mesure...

      Bien sûr que les lois et les règles sont nécessaires en société, même si elles ne sont pas toutes forcément bonnes ou intelligentes. En tout cas, il est toujours très déplaisant de voir sa liberté restreinte et de recevoir des ordres de personnes en rien supérieures sur aucun plan.

      Finalement, lorsque l'on a du bon sens, un peu de recul et de la connaissance, on n'a pas besoin qu'on nous dise ce qu'il faut faire ou pas : on se sent capable d'avoir son propre système de valeurs et d'évoluer selon ses propres règles.

      Bon dimanche.

      Supprimer
    2. Le stut comme disent les Bruxellers :-), c´est que parmi tous les membres de cette Société, il existe un certain nombre d´irrésponsables, de kamikases et d´irrespectueux de tous...une partie arrive en prison et d´autres se maintiennent dans les limites des règles par crainte d´y arriver.
      Il faut des règles mais pas n´importe lesquelles, parfois ceux qui font les règles manquent de mesure ou de plomb dans la cervelle. La vie sociale n´est pas toute simple :-)
      Bonne soirée,bisous Ismeralda

      Supprimer
    3. Je ne sais pas ce qu'est le "stut" bruxellois. En tout cas tes paroles sont très justes, il faut des règles pour canaliser la masse d'abrutis irresponsables. Mais certaines peuvent être aussi vécues comme une oppression par certains. Comme tu le dis, ce n'est pas simple !

      Bonne soirée.

      Supprimer
  4. Voilà qui cerne le personnage! Bel autoportrait qui souligne un tempérament entier et intègre.

    RépondreSupprimer
  5. Un cri intime à fleur de lignes et de mots, que cet intéressant texte! Une revendication sincère et sans compromis à la liberté, écrite avec un humour caustique et de l'auto-dérision.J'ai aimé aussi pour les valeurs d'intégrité et d'idéalisme inhérentes à cette conception de l'insoumission. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  6. En l'attente de tes nouveaux mots,
    salut à toi et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. Une belle manière de définir les règles bonne soirée Jacqueline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les définir ou les redéfinir à sa façon. Bonne soirée !

      Supprimer
  8. Ken le survivant (pour l’image) et Kubrick dans un même poème, il n’en faut pas plus pour mon bonheur ! Votre poème, comme souvent cher Marginal, prête à réfléchir… L’homme est un animal social, et le but suprême de l’individu ne doit-il pas être, en fin de compte, de participer autant que possible à la bonne marche de la société, quitte à abdiquer toute initiative personnelle ? C’est là le message de « La République » de Platon et du « Contrat social » de Rousseau, l’idéal de Sparte et de nombreuses cultures contemporaines comme le Japon… Mais entre la théorie et la vie réelle il y a un monde, et l’ironie de la chose est que Rousseau et même Platon ont choisi pour eux-mêmes une existence assez marginale. Je vous invite en passant à relire les deux premiers vers de la dernière strophe, que vous jugerez sans doute bon de corriger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec Ken on frappe toujours un grand coup ! C'est un personnage culte qui se situe à environ un million d'années-lumière de tous ces héros dégénérés et gays qui peuplent aujourd'hui les divertissements animés ou dessinés que les jeunes s'envoient !

      Cher Laconique, l'être humain est sans doute "un animal social", mais, d'une part, Le Marginal Magnifique se situe bien plus loin de l'animal que ses semblables et, d'autre part, il n'est pas du tout social. Peut-on en conclure que Le Marginal Magnifique n'est pas un être humain comme les autres ? Je vous laisse seul juge... Plus sérieusement, nous ne sommes pas des fourmis pour abdiquer "toute initiative personnelle" au profit de "la bonne marche de la société". Le problème est que nous réfléchissons...

      Merci encore de m'avoir signalé les deux coquilles de ce poème : je me demande comment je peux être aveugle à d'aussi grosses fautes !

      A bientôt.

      Supprimer
  9. J’espère qu'il n'a pas plus de 13 ans quand même ce "poète"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A peine plus ! Une vingtaine d'années environ... Les êtres soumis et formatés préfèrent camoufler leur lâcheté, leur fadeur et leur manque de personnalité sous des sarcasmes et des apparences de grande maturité. C'est plus simple pour se regarder dans une glace ! ;-)

      Merci pour ce commentaire, bonne soirée.

      Supprimer
  10. "soumis", "formatés" ? ce n'est pas moi le sympathisant nazi...
    Vous vous situez comment face à Hervé Piekarski par exemple ? Vous êtes aussi "poète" que lui ? A vingt ans, avoir comme idole Hitler, c'est un signe de "maturité" ? Pour parler de ma lâcheté, j'ai bien rigolé, vous n'assumez en rien vos opinions fasciste, même sur votre blog. Donc dans la vie, j'imagine bien le tanguy qui dis merci, à comme vous dites, à la caissière negrognioule quand vous faites vos courses.

    Merci pour ce commentaire, bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour vos commentaires sympathiques, mais je ne comprends rien à votre logorrhée.

      Relisez bien mon commentaire : 13 + 20...

      Et de quoi est-ce que vous me parlez au juste ? Ce "Piekarski", dont je ne connais même pas le nom, des "nazis", des "opinions fascistes", "Hitler comme idole", "Tanguy"... Quoi d'autre ? J'aime bien les délires, mais quand ils sont funs c'est encore mieux :-).

      De plus, pourquoi se sentir visé et fonctionner sur le mode de l'agressivité ? Il ne faut pas être bien savant pour comprendre que quelque chose cloche. De même qu'il est difficile de donner des leçons concernant la lâcheté lorsque l'on préfère rester anonyme...

      Je vous en prie, un peu de tenue, revenez à de meilleures dispositions et, s'il vous prend d'écrire ici, gratifiez-moi de commentaires un peu plus honorables que les précédents :-).

      Bonne soirée.

      Supprimer
  11. anonyme est une merde honteuse et sans saveur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, il a l'air d'avoir beaucoup de problèmes :-).

      Supprimer
  12. L'insoumission me rappelle une réplique de DARRY COWL(dans un film dont je ne me souviens pas le nom) qui à toutes questions qu'on lui posait répondait, avec mépris : - "c'est un ordre.... ???" (sous-entendu par : si c'est un ordre, je ne m'y plierais pas !!). il était rétif à tout ce qui ressemblait à de l'obéissance.
    le refus d'obéir poussé à l'extrême, et les mimiques de DARRY COWL provoquaientt l'hilarité générale, dans la salle de cinéma.

    BON REVEILLON

    Nicole Oliver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons qu'il ne faut pas être obtus, ni têtu bêtement pour être têtu, mais je dois avouer que dès qu'un homme essaie de commander un autre homme j'ai le poil qui se hérisse. Je suis TRÈS rétif !

      Bravo pour tes références, on ne me parle pas souvent de Darry Cowl, il était marrant celui-là, même s'il a principalement joué dans de beaux navets du cinéma.

      Supprimer
  13. Presque tous les films drôles n'ont aucun intérêt.on va les voir pour les gagsdes comiques, comme fernand raynaud, Louis de Funes, Darry Cowl ect...uniquement pour rire, pour se détendre.

    Bonne soirée

    NICOLE OLIVER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas d'accord avec toi. Certains films comiques sont meilleurs que d'autres, ne serait-ce que par les effets comiques qu'ils proposent, puis, parfois, certains peuvent même être intelligents. Plusieurs films de Louis de Funès sont très bons !

      Supprimer
  14. Presque tous les films drôles n'ont aucun intérêt, on va les voir pour rire des gags des comiques comme FERNAND RANAUD, louis DE FUNES? DARRY COWL COLUCHE ETC....Le rire détend , et nous permet de traiter avec dérision des sujets trop sérieux.

    Bonne soirée

    nicole oliver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, tu vois ! Tu as rectifié ton commentaire : si "le rire détend" et "nous permet de traiter avec dérision des sujets trop sérieux", alors cela revient à dire que les films comiques peuvent avoir de la profondeur, selon les thèmes abordés.

      Puis, pour juger de la qualité d'un film, il faut aussi considérer le plan technique : réalisation, scénario, jeu des acteurs, etc...

      Tous les films comiques ne se valent donc pas et je dois dire que ce pauvre et sympathique Darry Cowl n'a pas vraiment été mis en valeur ! C'est dommage, son personnage était attachant.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  15. J'ai l'impression d'entendre mon mari, sauf que lui ne sais pas rimer... :)
    Allez, te laisser palper par une masseuse (masseur) experte, rassure-moi stp, t'aimes bien ça ? :D
    Belle soirée MM. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ton mari doit être quelqu'un de bien s'il est revêche !

      Et pour tout t'avouer, non, je ne suis pas très massage dans mon genre, je suis pas un type sensoriel.

      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
    2. Quel bourru ! :)
      Je te taquine, bien entendu, n'y vois rien de pervers dans mon comm plus haut, vraiment.
      Bonne nuit MM. Bise.

      Supprimer
    3. Je suis un ours ! Tu devrais le savoir.

      Non, non, je n'y vois rien de "pervers", c'est juste que je suis pas trop fan des trucs à la mode, et les massages en font partie.

      Puis, en général, j'aime pas ce que tout le monde aime... Je suis comme ça, qu'est-ce que tu veux que je te dise !

      Supprimer
  16. Je rigole toute seule, mais mon mari est pareil que toi, il n'aime pas les massages, je te jure. Du coup, je me demande bien si ce n'est pas lui qui se cache derrière ce blog ??? :)
    Ca, tu peux ne pas publier, c'est entre nous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je publie tout ! Peut-être bien que je suis ton mari en fait... On ne connaît jamais tout à fait les gens.

      Supprimer
  17. "pour que cela devienne vertu" vertu ici = talent, qualité ; et j'ai cru ça bêtement rigolo... la faute à mon "roumain" :)
    En effet, lécher le cul, au (même très) propre comme au figuré, ça me fait vomir.
    PS Désolé de passer ici, c'est pour ne pas t'envahir.
    PS 2 Oui ! j'aime les champignons, avec... des oeufs :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passe où tu veux ! Comme tu le sais, tu es toujours la bienvenue.

      Les champignons avec des œufs ? Hum, pas commun comme association, jamais goûté, mais pourquoi pas.

      Supprimer
  18. Omelette aux cèpes ou giroles, jamais mangé ??? Sacrilège !

    RépondreSupprimer