22/06/2013

48 Popeye

 
Cette image represente le celebre personnage de bande dessinee et de dessins-animes Popeye cree par Elzie Crisler Segar en 1929. Son gout et son usage des epinards sont particulierement celebres : quand il est en difficulte (en general, pour sauver sa fiancee Olive), il ingurgite des epinards qui lui donnent la force de terrasser le mechant Brutus. Dans la bande dessinee originale, il est en permanence dote de sa super-force. Il mange des epinards parce que c'est son plat prefere.  Sur l'image, Popeye porte son costume de marin habituel : une chemise de marin bleu marine à col rouge et a boutons blancs, une casquette blanche. Ses manches sont retroussees laissant apparaitre ses avant-bras hypertrophies. Son avant-bras gauche porte ainsi une ancree dessinee. Popeye tient egalement pincee entre ses levres une petite pipe en maïs, il est borgne et a le menton proeminent, ce qui n'en fait pas vraiment un super-heros. toutefois la cete de popularite du personnage est immense et il reste eminemment sympathique aux yeux du public. Le Marginal Magnifique a choisi a juste titre cette image pour accompagner son poeme intitule "Popeye" dans lequel il defend un regime semi- vegetarien, c'est a dire sans viande provenant des mamiferes. Le Marginal Magnifique y exprime son degout de la viande qui provient de meurtres et qui ne contribue pas a la bonne santé. Il affirme ici qu'il possede une sante et un physique irreprochables grace a ce regime restrictif, de meme qu'une conscience impeccable et nette. Pour illustrer son propos le grand poete cite l'immense Leon Tolstoi, celebre vegetarien fervent et convaincu. Le Marginal Magnifique livre donc un magnifique et on ne peut plus authentique hymne au vegetarisme, se comparant adroitement a Popeye, car comme lui il prefere les vegetaux (les epinards) et possede les memes caracteristique, entre autres la force et le courage.


Moi la souffrance la mort et le sang
Ne mange pas du tout de mammifères
Pas responsable du meurtre de mes frères
En ne participant pas ne laisse pas faire
Artères non bouchées pecs et santé de fer
Pas trace d'hémoglobine sur la fourchette
Je quitterai la Terre la conscience propre

Si toi végétarien tu attends chez le docteur
Au final perte de temps tu végètes t'as rien
N'appartiens pas aux chacals aux viandards
Appelez-moi Popeye je préfère les épinards
Sceptique et fier de rien dans ce bas monde
Sauf de fuir comme Tolstoï l'orgie de chair
Je quitterai la Terre la conscience propre


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

48 commentaires:

  1. Il existe bien des crimes qui ne laissent pas de trace, mais je suis sûre que de ceux là aussi tu es innocent...Tu me pardonnes, de temps en temps, je dévore une entrecôte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être suis-je criminel aussi sans le savoir, dans un quelconque domaine... Mais je fais ce que je peux pour savoir justement et agir en connaissance de cause.

      Pour l'"entrecôte", tu es impardonnable ! Sauf, à la limite, si c'est rare et si tu sais que cette viande ne provient pas d'un élevage industriel, mais est produite dans le respect de l'animal...

      Supprimer
    2. tu as tellement raison !!! Tu te rends compte que mon père ET ma mère étaient bouchers ! Si tu savais comme gosse, combien, je pleurais !

      Supprimer
    3. Ben dis donc, je ne savais pas que tu avais des parents bouchers. Que tu aies préservé ta sensibilité aujourd'hui est d'autant plus à ton honneur !

      Supprimer
  2. Le Marginal est de retour ! Presque un mois sans poèmes, vos fans s’impatientaient ! Mais je savais ce retour imminent, quand on a la vocation artistique comme vous, on ne peut pas se passer de produire (et de publier) bien longtemps !

    Le voilà donc ce fameux « Popeye », que vous m’annonciez il y a quelque temps. Je vous avoue, cher Marginal, que d’après le seul titre du poème, je n’aurais jamais pu deviner son contenu. Ma foi, c’est un credo franc et direct, vous avez bonne conscience et vous expliquez pourquoi. Vous êtes, dites-vous, innocent du « meurtre de vos frères ». Cette expression m’enchante, car je ne suis pas sûr que vous seriez prêt à qualifier tous vos congénères humains de « frères » ! Mais vous êtes radical, comme dans Shoanimaux et c’est ça qui est bon.

    Le poème est bien tourné, c’est toujours un plaisir de vous lire, avec votre style bien personnel, surtout après une longue absence. Pour le reste, c’est une profession de foi, et chacun est libre de la confronter avec ses propres convictions. Grosso modo je pense comme vous, c’est plus sain de s’abstenir de viande, et la souffrance animale n’est évidemment pas une bonne chose (comme le soulignait très pertinemment Frédéric Lenoir dans une vidéo que j’ai vue récemment). Je trouve quand même (mode chipotage on) que Tolstoï y va un peu fort quand il affirme péremptoirement que « le végétarisme est le critère de base pour reconnaître si quelqu’un aspire à la perfection morale ». Si seulement les choses pouvaient être aussi simples que ça ! Et on ne m’enlèvera pas de l’idée qu’il y a quelque chose qui cloche chez ceux qui donnent autant d’importance à la vie d’un veau qu’à celle d’un être humain. Mais bon, comme je connais plusieurs personnes proches qui pensent ça, et que ce sont souvent des personnes au-dessus de la moyenne sur le plan intellectuel et moral, ça ne me gênerait pas tant que ça de voir cette croyance répandue universellement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, cher Laconique, Le Marginal Magnifique n'abandonne pas aussi facilement, il est tenace, il aime emmerder le système, cracher dessus tout en s'exprimant artistiquement bien sûr ! Et il faut dire également que Le Marginal Magnifique est toujours ravi de retrouver au commentaire de sa production le puissant Laconique, l'illustre administrateur du non moins illustre "Goût des lettres".

      Vous me connaissez bien, cher Laconique, et vous avez compris depuis longtemps qui étaient mes véritables "frères" en ce bas monde. Et vous savez très bien aussi où iraient mes préférences en cas de rébellion animale ("Planète des songes").

      Un être aussi fin et cultivé que vous, ayant du génie, ne peut que rejoindre les autres génies et affirmer avec eux que "s'abstenir de viande est plus sain". Vous êtes trop intelligent pour vous opposer farouchement à une telle idée !

      Supprimer
  3. Bonsoir Popeye!

    Une poêlée d'épinards frais...hum...un délice. j'aimerais être végétarienne, je ne le suis pas encore... mais sur le bon chemin... déjà plus de mammifères depuis longtemps...bien que je ne mangeais pas de viande issue d'élevage industriel, ah ça non !
    Je mange encore un peu de poulet gambadeur et heureux et du poisson mais j'ai mauvaise conscience... je vais y arriver ! de toutes façons il y a longtemps qu'à la maison les légumes ont le meilleur rôle.
    Ce ne sont que des goûts et des habitudes alimentaires donnés en héritage et que nous pouvons changer.

    je pense que l'Homme sera vraiment civilisé quand il sera capable de ne plus tuer pour se nourrir ou s'habiller...parce que nous parlons toujours de nourriture mais nous portons des chaussures en cuir et bien des végétariens ont des animaux de compagnie qui mangent quoi ? des croquettes de cadavres et ça ne les dérange pas.
    Alors quand c'est une philosophie de vie, il faut aller au bout de ses idées et ne pas être hypocrite sur certains sujets.
    Je sais que je suis imparfaite, j'avance par étapes, avec conscience et sans hypocrisie en me posant des questions sur tous mes actes.J'utilise depuis toujours des cosmétiques non testés sur les animaux et je me sens plus belle.
    Si nous voulons éliminer la violence de cette terre nous devons commencer à ne pas vivre d'un bain de sang et à nous distinguer des animaux qui eux se bouffent entre eux parce qu'ils n'ont pas le choix...le chat n'a pas d'état d'âme quand il s'offre un oiseau... si je n'ai pas d'état d'âme en mangeant de la viande, je retombe au niveau de l'animal, bien que souvent, l'animal a plus d'humanité que certains Hommes...

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Moon,

      Aaaah, tu me fais plaisir, je suis content que tu ne manges pas "de viande issue d'élevage industriel". Voilà une personne consciente et responsable !

      En fait, je dois t'avouer que moi aussi je ne suis que semi-végétarien, je mange encore du poisson et ce qui vient de la mer, mais j'ai quand même mauvaise conscience de dépeupler les océans et d'être responsable de la mort de poissons innocents. Je compte bien arrêter quand je serai un peu plus vieux...

      Je suis entièrement d'accord avec toi : "il faut aller au bout de ses idées et ne pas être hypocrite sur certains sujets." Je sais que tu es une personne entière et ton commentaire me le confirme. Je pense aussi qu'il faut être logique avec soi-même, ne pas se mettre des œillères et mener une vie en concordance avec ses idées. Beaucoup de végétariens aujourd'hui refusent tout produit provenant d'un animal, que ce soit alimentaire ou pour se vêtir. En ce qui me concerne, je ne mettrai jamais de veste en cuir, mais pour les chaussures c'est malheureusement difficile de s'abstenir de cuir, surtout pour un homme.

      Je ne peux que souscrire aux mots que tu énonces dans ton dernier paragraphe : je ne vais pas plus développer au risque de te paraphraser, puisque ce que tu dis est tout à fait juste !

      Bonne soirée, à toi, tu es la meilleure, "imparfaite" peut-être, mais "te posant des questions sur tous tes actes", c'est bien là l'essentiel !

      Supprimer
  4. Popeye the sailor man tutut ! Tu as trouvé ton Olive ? Je t'ai répondu sur le blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais bien que c'est pas demain la veille qu'on me passe la bague au doigt !

      Supprimer
  5. Mangé, être mangé...à tous les niveaux et dans chaque espèce...le lion mange la gazelle, les fourmis attaquent leurs congénères....l'homme mange de la viande...Je ne considère pas cela comme un crime...simplement, manger pour vivre (et non pas vivre pour manger comme diraient Socrate et plus tard, Molière....
    D'autres crimes et je rejoins Orfeenix sont bien plus condamnables. Bonne soirée à toi. Suis débordée mais je prends le temps de venir te voir...Bise, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Orfeenix n'a pas dit qu'il y avait des crimes plus condamnables, mais que certains étaient invisibles ! Et j'aurais tendance à dire d'ailleurs que le génocide des animaux de boucherie fait partie de ces crimes qui sont tus.

      L'argument que tu avances là, à savoir que l'homme appartient à la chaîne alimentaire, est un argument classique, mais qui ne tient pas vraiment debout, il est facilement démontable. Il y a énormément de choses à dire à ce propos, mais je vais essayer de faire court, ce qui n'est pas gagné.
      D'abord, l'homme étant censé être civilisé, on ne plus vraiment dire qu'il appartient à la nature, tous ses efforts depuis des millénaires vont dans ce sens : échapper à l'emprise de la nature. Il est donc difficile de soutenir qu'il fasse partie de la chaîne alimentaire, "le mangé et être mangé" dont tu parles. Il est maintenant un être conscient qui domine la nature et a des responsabilités vis-à-vis d'elle.
      Ensuite, l'homme n'est pas un animal carnivore à l'origine, comme le prouvent son organisme ainsi que sa denture : plusieurs études le démontrent. Puis l'homme est un singe évolué et existe-t-il un singe carnivore ? C'est un peu comme si les chevaux et les ânes étant herbivores on avait des zèbres carnivores : cela ne tient pas la route. Si l'homme s'est mis à manger de la viande c'est par nécessité de survie. Or, aujourd'hui, il existe bien d'autres moyens de se nourrir. La viande, surtout rouge, est un poison pour le corps, là encore plusieurs études le démontrent. Je laisse ici la parole à plus éloquent que moi, le grand Tolsoï : "L’homme peut vivre et rester en bonne santé sans avoir besoin de tuer des animaux pour s’alimenter. Par conséquent, se nourrir de viande rend co-responsable de l’assassinat d’animaux perpétré juste pour satisfaire notre palais. Agir de cette façon est immoral. C’est un fait tellement simple qu'il n’est sans doute pas possible de ne pas être d’accord."
      J'en arrive donc au point suivant : la production de la viande pose des problèmes éthiques. Quand bien même l'homme appartiendrait à la chaîne alimentaire dont tu parles, la façon immorale qu'il a de produire la viande l'en exclut. La chaîne alimentaire participe à l'équilibre naturel des écosystèmes. Or, l'homme élève et tue les animaux, d'une manière tout ce qu'il y a de moins naturel. Il détruit non seulement la planète avec cette production industrielle de masse, mais perpétue des milliers de crimes au quotidien, renouvelant chaque jour les conditions de la Shoah. Mais je ne vais pas m'étendre davantage sur ce point qui est bien développé dans ce poème et les nombreux commentaires qui y sont associés : "Shoanimaux".

      Comme tu l'auras compris, je parle en connaissance de cause, ce n'est pas une lubie de ma part. Certains sujets ont besoin d'être un peu approfondis afin de ne pas vivre comme une évidence ce qui n'a aucune raison de l'être.

      Bonne soirée, merci d'être passée "me voir".

      Supprimer
  6. Je n'ai pas voulu te fâcher. Je sais que nous mangeons de la viande à outrance et que cela n'est pas bon pour la planète. Mais, je continue de penser que manger de la viande n'est pas une hérésie...désolée! Une alimentation carnée est source de protéines, mais on peut s'en passer, je sais, à condition de trouver un équilibre alimentaire autrement : protéines végétales! Dans ce cas, pas de poisson, pas d'oeufs non plus?
    ok, sur le raccourci chaîne alimentaire, c'était réducteur. J'exècre l'élevage de la volaille qui ne voit jamais le jour, l'abattage en masse dans la souffrance (vaches, cochons...), les safaris ayant pour but d'obtenir des trophées...on ne peut qu'être d'accord à ce sujet.
    Ne pas faire souffrir sans nécessité est ce que prône avant tout les végétariens éthiques! Ils ne condamnent pas le fait de tuer mais la manière.
    Donc quelle attitude adopter? L'élevage traditionnel?
    Comment convaincre les gros complexes industriels? L'économie mène le monde, au dépend des sentiments. S'enrichir encore et encore...EN France 90% de la viande consommée provient d'élevages industriels...Les consommateurs sont aussi responsables que les industriels. Je mange de la viande une fois par semaine à peu près et cela me suffit amplement. ...enfin bref, la prochaine fois je prendrai plus de temps pour répondre....errare!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne m'as pas fâché, au contraire, on peut débattre sans s'énerver, c'est positif et intéressant, ça me plaît.

      Comme je le dis dans ma réponse à un commentaire précédent, je ne suis moi-même qu'un semi-végétarien, puisque je mange ce qui provient de la mer. Mais je pense que quand je serai plus vieux je m'abstiendrai, c'est pas très bon pour la santé et j'ai mauvaise conscience de dépeupler les océans.

      En attendant, je limite les dégâts et suis bien content de laisser les mammifères tranquilles : ne pas manger de viande est pour moi une source inépuisable de fierté et de contentement. Pour les œufs et le lait, je consomme aussi, bio bien sûr, mais je réfléchis à arrêter le lait depuis que j'ai lu et vu des trucs sur les élevages laitiers. J'avais écrit un poème sur ce sujet ("Vaches à lait") mais j'avais omis le pire : le fait qu'on fasse mettre bas aux vaches afin qu'elle aient du lait et qu'on retire les veaux à la mère dès la naissance pour les envoyer en boucherie. C'est quand même un procédé cruel et irrespectueux de la vie !

      Bon, en tout cas, depuis que je ne mange plus de viande, en dehors des considération étiques, je me sens beaucoup mieux et je ne suis pas prêt de revenir en arrière. Ne pas manger de viande est aussi une question de santé, tant d'études démontrent les méfaits des graisses animales !

      Je pense que si l'on souhaite malgré tout manger de la viande, et il est recommandé de ne pas en manger plus de deux fois par semaine, il faut être responsable et savoir d'où elle provient et bannir à tout prix les élevages industriels, ne serait-ce que par égoïsme, pour sa propre santé. Et je suis entièrement d'accord avec toi lorsque tu dis que "les consommateurs sont aussi responsables que les industriels". En effet, s'il y avait moins de demande et que les gens étaient plus responsables, la production industrielle baisserait, rien de plus logique. C'est donc pour cela que moi-même n'en mange plus, car je refuse de participer à tout ça, d'enrichir des personnes sans scrupules qui donnent de la merde au consommateur au détriment de sa santé et de toute considération éthique. Alors je ne suis qu'une goutte d'eau dans la mer, je sais bien que je ne changerai rien à moi tout seul, mais nous sommes de plus en plus nombreux à être conscients de ces choses et ne dit-on pas que les grands rivières sont faites de gouttes d'eau ?

      Merci en tout cas pour tes commentaires et l'intérêt que tu portes à ces questions, à bientôt.

      Supprimer
  7. Bonjour
    Ravie de ton retour, je savais bien qu'il fallait juste patienter.
    Dans mon assiette rien d'industriel depuis que j'ai essayé de sauver une malheureuse poule tombée d'un camion qui partait pour l'abattoir et c'était il y a longtemps.
    Bon j'avoue que je n'ai pas banni de mon assiette toute viande mais on dira à ma décharge que le midi c'est légumes et que ça. Pour le reste, je veux savoir ce que j'ai devant moi, je vais voir les producteurs locaux, j'en mange moins mais je retrouve le véritable goût. Peut être qu'un jour, je franchirais le pas on ne sait jamais, un cochon qui tombe du camion......
    Je te souhaite un bon dimanche
    A bientôt
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, comme tu le sais, parfois on a moins de temps, la vie a ses coups de feu comme en cuisine !

      Tu m'avais déjà raconté cette histoire de poule. Je sais que tu consommes de la viande, que c'est ancré en toi, surtout qu'en plus tu cuisines, mais je ne désespère pas qu'un jour tu limites les dégâts :-). D'autant que c'est ni bon pour la ligne ni pour la santé...

      Bon dimanche, M.-P., merci d'être passée.

      Supprimer
  8. Manger du cadavre, non merci et en plus l'idée de tous ces animaux sacrifiés par milliers pour l'industrie de la viande me révolte. Végétarienne je suis, végétarienne je reste, je ne mange pas de mammifères. Le végétarisme peut satisfaire les palais les plus fins, je conseille le site WWW.gourmet-vegetarien.com. Les gens mangent trop de viande et c'est mauvais pour leur santé. Bravo pour ce poème qui dit tout et me va droit au coeur. Une bonne journée. Justine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut effectivement très bien manger et plus sainement en excluant la viande de ses repas. Bonne journée.

      Supprimer
  9. Merci pour ce beau poème qui évoque si bien le végétarisme et beaucoup de fierté de vous compter parmi nous vous l'écrivain de talent à la forte personnalité.
    Bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer
  10. Un choix assumé et exprimé avec force et conviction et un poème qui par son titre léger prête à sourire mais qui traite d'un sujet grave, l'éthique et le respect envers les animaux, êtres sensibles exploités à outrance et l'industrie de la viande n'est pas en reste. La face cachée du steak, ce sont les abattoirs et toutes les scènes d'horreur qui s'y déroulent quotidiennement. De plus selon Albert Einstein : "Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter autant les chances de survie de la vie sur terre que d'opter pour une diète végétarienne". Ce texte écrit avec l'intelligence du coeur et du ventre avec ton style si particulier et habile dans l'art d'exprimer est une invite à la réflexion sur la façon de reconsidérer notre façon de se nourrir en se documentant et sur ce qui se passe dans les abattoirs et sur ce qui est le mieux pour la santé.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  11. Je deviendrais bien votre Olive et je vous cuisinerais des épinards à la crème. Je deviendrais même végétarienne, j'aime beaucoup les animaux mais c'est vrai qu'on se pose plus de questions, on mange de la viande par habitude et on voit même plus l'animal derrière. C'est triste tout ça. Salut.

    RépondreSupprimer
  12. D'la merde comme d'hab'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sympa comme commentaire ça, dis donc ! J'apprécie le style concis et la signature anonyme. L'insulte est toujours facile, l'argument se situe à un autre niveau, mais pas tout le monde est en mesure de côtoyer l'Éverest !

      À bientôt.

      Supprimer
  13. Ainsi devons-nous combattre la tradition,nos aïeux nous ont transmis le goût de la viande,au plus loin de notre histoire par une vitale nécessité,puis des générations de paysans ont tué le cochon ou le veau gras pour survivre au dur labeur,nous leurs enfants devons-nous mettre fin à cela,
    le fils de paysan que je suis en est incapable,
    est-ce de l'inconscience,manque de courage,oui peut-être ou sans doute,
    je vais décevoir Le Marginal Magnifique,
    mais je ne saurais lui mentir,

    salut à toi et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ta franchise. Disons qu'à l'époque où les paysans faisaient eux-mêmes le boulot c'était bien plus sain ! Aucune hypocrisie, ils tuaient ce qu'ils consommaient et la viande était saine. Rien à voir avec cette production industrielle de masse dégueulasse sur tous les plans...

      Comme tu le dis, manger de la viande était une affaire de nécessité. Et comme je le disais dans un commentaire précédent, l'homme n'est pas un animal carnivore à l'origine, comme le prouvent son organisme ainsi que sa denture : plusieurs études le démontrent. Aujourd'hui, il existe bien d'autres moyens de se nourrir. La viande, surtout rouge, est un poison pour le corps, là encore plusieurs études le démontrent. Tolstoï dit : "L’homme peut vivre et rester en bonne santé sans avoir besoin de tuer des animaux pour s’alimenter. Par conséquent, se nourrir de viande rend co-responsable de l’assassinat d’animaux perpétré juste pour satisfaire notre palais. Agir de cette façon est immoral. C’est un fait tellement simple qu'il n’est sans doute pas possible de ne pas être d’accord."

      Bonne journée.

      Supprimer
  14. Je vous trouve bien bon de publier ce commentaire nul lâche et anonyme et surtout de perdre votre temps à y répondre, çà vole bas comme la personne qui l'a fait. Je ne suis pas végétarienne mais je suis pour élever et traiter bien les animaux et surtout leur éviter toute souffrance. Bonne journée monsieur Le Marginal Magnifique. Alix qui trouve votre choix digne du plus grand respect.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je publie TOUS les commentaires. Je suis pour la liberté d'expression et vous savez que j'aime la cohérence des idées et des actes, il n'y a donc aucune raison que j'applique la censure ici. Ce serait bien mesquin de ma part de censurer des critiques, même si elles sont gratuites et nulles. En fait ce genre de critique m'amuse toujours !

      Bonne journée.

      Supprimer
  15. c'est un choix, il est vrai! L'homme a été fait omnivore mais cela ne le dispense pas de respecter les animaux! Joli texte bien tourné!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Actuellement le respect n'y est pas en tout cas ! L'homme ne respecte ni l'animal ni lui-même dans sa façon de traiter les autres espèces...

      Merci pour ton commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  16. Je ne suis pas contre la critique lorsqu'elle est intelligente et constructive et qu'elle ouvre le débat. Pour en revenir à celle bête et méchante du dessus, je dirais simplement pour reprendre l'expression de l'individu homme ou femme : c'est de la merde. Ce touchant poème engagé qui traite d'une souffrance et soulève un problème éthique mérite considération et intérêt et être humain, c'est être sensible et concerné, et pas seulement par ce qui concerne ses congénères. Bon après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bof, chacun ses goûts de toute façon, je ne juge pas le tocard qui a laissé ce commentaire.

      Supprimer
  17. Bonsoir
    Houlala, il y en a qui sont au ras de pâquerettes!!!
    Un petit tour très instructif comme d'habitude.
    A bientôt mais quand ? Le travail m'appelle.
    Bonne soirée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne soirée, à bientôt, on peut pas être au four et au moulin !

      Supprimer
  18. Un grand salut de Joss the boss que ce poème fait réfléchir. Tous ces pauvres êtres sacrifiés pour la bouffe qu'on les traite bien au moins et qu'on évite le gaspillage de leur chair , qu'ils ne soient pas abattus en excès pour rien, pour la poubelle comme pour les fêtes. Il devrait y avoir des lois sévères pour les protéger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis méfiant vis-à-vis des lois, mais s'il s'agit de protéger les animaux, je veux bien les ratifier toutes !

      Supprimer
  19. Une période j'ai travaillé dans un abattoir, pas longtemps car j'ai pas tenu le coup. J'ai des scènes et des regards qui m'ont marqué et l'odeur aussi. Je vomissais et ça faisait rigoler certains. Depuis impossible d'avaler de la bidoche, je travaille d'ailleurs dans un restaurant qui ne fait que les spécialités de la mer, je mange du poisson. je suis tout à fait d'accord avec ce que vous dites. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a effectivement de quoi "vomir" et ceux qui "rigolent", contrairement à ce qu'ils peuvent s'imaginer, sont loin d'être les plus malins ("Shoanimaux").

      Bonne journée.

      Supprimer
  20. Toi que je ne connais pas... difficilement on change ses habitudes alimentaires et inconsciemment nous sommes manipulés par les puissants groupes industriels, le matériau comme ils disent en parlant des animaux de consommation, rapporte beaucoup de pognon. Interminablement long le temps sera avant que les choses bougent, pas assez d'informations en ce sens car évidemment trop de flouze en jeu alors les sacrifices peuvent continuer à tire-larigot. En tout cas admiratif je suis pour ton engagement et ton poème qui en parle si bien. Bonne journée l'ami.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le changement est douloureux, mais parfois salutaire. "Pas assez d'informations" sur le sujet, c'est vrai, mais pas seulement : il ne faut pas sous-estimer la médiocrité des gens, leur esprit borné et leurs préoccupations au ras des pâquerettes.

      Bonne journée.

      Supprimer
  21. Je voudrais rendre hommage au légendaire coureur de marathon Alain Mimoun qui était végétarien et vient de nous quitter à 92 ans. De nombreux athlètes professionnels le sont aussi. Cela donne à réfléchir non ?
    Une bonne journée à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas qu'Alain Mimoun était végétarien. Effectivement, "de nombreux sportifs professionnels le sont aussi" : Ivan lendl, Fausto Copi, Alain Mimoun, Djamel Bourasse, Émile Zatopec, Carl Lewis...

      En revanche, pas besoin de réfléchir longtemps, c'est tout vu : rien n'empêche un végétarien d'être puissant, autant que Popeye ! Au contraire, une personne suivant ce mode d'alimentation aura tendance à consommer beaucoup de fruits et de légumes, faisant ainsi le plein des vitamines essentielles pour un fonctionnement optimal du corps. Puis l'énergie nécessaire pour digérer difficilement la viande sera disponible pour une autre utilisation !

      Bonne journée.

      Supprimer
  22. ...

    Il est vrais que les conditions des animaux d'abattages sont intolérables.
    Que l'élevage de viandes est immorales.

    En cause notre mode de vie sédentaire, moderne ect...

    Mais il en est de même pour les végétaux que nous produisons, je ne vais pas m'attarder sur le fait que les plantes sont des êtres vivants, mais de toutes évidences leurs productions, occasionnes des destructions, écosystèmes ect...

    Bref que nous soyons omnivore, végétarien, ou végétalien ne change en rien le fait que nous produisons souffrance et destruction !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vais pas développer davantage au sujet des "conditions d'abattage", j'en parle suffisamment dans "Shoanimaux" et les commentaires associés.

      Pour ce qui est des végétaux je suis d'accord, mais il faut quand même bien se nourrir et les plantes, si elles souffrent certainement aussi et sont respectables en tant que vie, ne possèdent pas de système nerveux et sont nettement plus éloignées de nous que les mammifères pour ne citer qu'eux.

      L'Homme est par nature un nuisible qui engendre "souffrance et destruction" ("Larmes de sang"), c'est vrai, mais les végétariens et végétaliens en causent en toute logique moins.

      Supprimer
    2. En toute logique serte ! Car en plus faut bien nourrir le bétail...

      Haaaa si seulement on développait plus la permaculture et autres alternatives plus respectueuse de l’environnement. Redécouvrir les plantes sauvages qui se mangent, approfondir et promouvoir les recherches en phytothérapie.

      Revenir à un élevage plus naturel, à de la pêche responsable ect...

      Supprimer
    3. Exact, il faut aussi "nourrir le bétail" : ainsi, paraît-il, pour produire un kilo de viande il faut sept kilos de céréales ! Pourquoi dès lors cette étape intermédiaire ? Dans tous les cas l'homme consomme trop de chair...

      Comme tu dis, "si seulement"... Je sais que tu es un défenseur de l'environnement, tu fais honneur à ta réputation !

      Supprimer