01/03/2013

46 Le Priape Magnifique


Cette image est la photo d'un dessin fait sur une paroi il y a certainement fort longtemps et elle represente un homme avec un gigantesque Penis courbe dont le gland bien rond et gros pointe vers le ciel. L'homme porte un pagne grossier et une couronne de fleurs autour de la tete ainsi qu'une espece de sceptre dore dans la main droite. Sa peua est tres rouge, il ressort ainsi particulierement sur la paroi blanche dont les bords sont vert fonce comme le pagne. On remarque egalement que les talons de l'homme arbore des petites ailes. Tout ces element mais surtout l'enomre bite assimile cette representation a celle du Dieu Priape, dieu de la fertilite, que l'on reconnait justement grace a son gigantesque penis constamment en erection, particularite qui a donne son nom au terme medical priapisme designant une erection douloureuse et prolongee et ceci sans provocation erotique, un mal qui pour la plupart des femmes est une benediction an realite. On distingue en plus sur l'image, en haut à gauche les trois lettres L M M qui sont bien sur les celebres initiales du Marginal Magnifique, rajoutees par lui ici, assimilant le grand poete a un dieu venere depuis l'aube de l'humanité au point que les hommes ont peint des fresques en son honneur. Cette image amusante accompagne le poeme non moins drole et tres bien tourne "Le Priape Magnifique" dans lequel le poete se compare a ce dieu en ce qui concerne sa virilite à l'ancienne teintée de misogynie et proche du machisme, virilite totalement assumee  et qui s'oppose a l'homosexualité de plus en plus presente dans notre societe. Le poeme dit aussi avec humour l'atheisme du Marginal Magnifique qui clame ne venerer qu'un seul dieu, Priape et son chibre turgescent. Un poeme tres drole et musical du Marginal Magnifique, mais plus profond qu'il n'y parait une fois de plus !!!
 

Classez-moi misogyne
Lucidité n'est pas haine
Mais pour faire plaisir
Ne le suis pas à moitié
Plutôt totalemensogyne

Je ne veux pas ramer
Tandis que des belles
Dansent sur des yachts
Joyeux mais pas gay
Je jette loin la pagaie

En guise de déjeuner
Je veux de la qualité
Snobe les prostituées
Leur laisse la syphilis

Marginal Magnifique
Pas une fois ne pria
N'a de foi qu'en Priape
Marginal ithyphallique
Sorte d'E.T. Magnifique


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

46 commentaires:

  1. Ouf, on en prend plein les yeux avec ce magnifique phallus en érection! étonnant et détonnant poème et toujours plus surprenant Marginal Magnifique. On ne s'ennuie pas.
    Salut et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Plein les yeux", c'est un minimum, mais en ce qui me concerne je m'en tiendrai aux yeux...

      Faut bien qu'on se marre un peu à l'approche du week-end !

      Bonne soirée.

      Supprimer
  2. Toi que je ne connais pas... n'avais jamais entendu parler de Priape. Du marginalement désopilant. C'est sexuellement puriste, malicieusement coquin, allégoriquement original bref authentiquement régalant par le texte et l'illustration. Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content si ça t'a plu :-).

      La nuit commence à peine pour Le Marginal Magnifique, mais je te la souhaite bonne.

      Supprimer
  3. Un plaisir à lire pour les jeux de mots égrillards et croustillants et la fin avec l'allusion à E.T. ne laisse pas sur sa faim. Du grand toi, fidèle à toi même. Salut et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  4. MDR: comment marche t-il lorsque qu'il n'est pas en érection??????

    belle journée !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais justement ! C'est ça le truc : il est TOUJOURS en érection !

      Bon après-midi ;-).

      Supprimer
  5. Mais c'est superbe! Le rapport aux femmes, la noblesse dans une sexualité sans équivoque une personnalité bien trempée qui s'affirme le tout enrobé de calembours avec cette illustration choc, obligation pour moi de laisser un commentaire pourtant l'écriture pas mon truc mais ce poème trop bien troussé et il fallait que je me manifeste. Bonne journée de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de t'être manifestée alors ;-).

      Bonne journée.

      Supprimer
  6. « Le Priape Magnifique », il fallait se douter que cela arriverait un jour ! Comment en effet auriez-vous pu dissimuler éternellement la formidable vigueur qui vous anime ? Je loue d’ailleurs votre abnégation, cher Marginal, puisque surmontant votre pudeur si délicate, vous vous êtes contraint à poster non pas une, mais deux belles représentations de ce dieu qui vous ressemble tant (une ici-même et l’autre, non moins explicite, dans le lien). Ah ! j’imagine les débats intérieurs qui ont dû vous déchirer : « Publierai-je ces images au fronton de mon site ? Mon devoir l’exige mais ma délicatesse y répugne… » Vous avez bien fait d’écouter votre devoir, cher Marginal ! Le devoir avant tout ! Certains seront choqués, mais, à vrai dire, ceux qui auraient lieu de l’être sont partis depuis longtemps, avec les plats épicés que vous leur concoctez régulièrement… Pour en revenir à Priape, c’est incroyable l’imagination que les Anciens avaient pour représenter ces choses-là… Je suis allé dans de nombreux musées de l’Antiquité, en France et en Italie, et je dois dire que j’ai vu toutes sortes de vits, des vits ailés, griffus, bicéphales, etc. Comme vous aimez à me le rappeler fréquemment, on ne faisait pas que parler dialectique à l’Académie de Platon et ailleurs !

    Mais pour en venir à ce qui compte vraiment, c’est-à-dire à votre poème, c’est un poème bien dense, riche en sonorités ludiques et virtuoses, assez complexe en fin de compte. Au fond, c’est une ode à l’indépendance : ni dieu ni maîtresse ! Vous ne ramez pour personne, votre gouvernail (si je puis dire) ne pointe que vers la liberté. Ah ! pointez-le toujours dans ce sens, c’est la bonne direction, et vous l’illustrez une fois de plus avec brio. Et puis, grâce à vous j’ai appris la signification du mot « ithyphallique », mais je ne pense pas que j’aurai l’occasion de m’en servir souvent… Je reconnais bien là votre goût de l’érudition, qui seul vous a dicté ce vibrant poème, je n’en doute pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé, cher Laconique, comme vous le soulignez, je me suis fait une violence inouïe pour publier ces images envahies par un gigantesque phallus en érection. Dans un souci de recherche de la vérité pure et désirant informer de la façon la plus objective et efficace possible mes nombreux lecteurs, je dirais avec une intégrité quasi-journalistique, j'ai dû effectivement poster deux représentations du dieu Priape. Mais c'est à contre-coeur, cher Laconique, à contre-coeur ! Aaah si je m'écoutais et cédais à mes envies, j'aurais bien plutôt afficher "au fronton de mon site" un humble saint auréolé ou, plus vraisemblablement, arrêtons deux minutes les conneries, cher Laconique, quelques beaux pussies ouverts et humides, rasés intégralement ou avec ticket de métro, et je suis sûr que vous vous seriez régalé autant que moi à ce spectacle...

      En attendant, je vois que je n'apprends rien à un expert comme vous : Priape et ses représentations variées vous sont plus que familiers ! J'ai moi aussi déjà eu la chance de contempler les différents vits auxquels vous faites allusion et je dois vous dire qu'un ami m'a même offert un de ces "vits ailés" dont vous parlez. Cette belle sculpture, de taille réduite, ne s'est pas encore envolée et trône nonchalamment chez moi, que dis-je nonchalamment, noblement, annonçant modestement la couleur à mes visiteuses qui le regardent d'un oeil amusé, vorace ou inquiet, avant de passer à un vit tout ce qu'il y a de plus terrestre et vivant, parcouru par de nombreuses grosses et puissantes veines, j'ai nommé l'Auguste Vit de Votre Serviteur, Le Marginal Magnifique.

      Mais je m'égare un peu, cher Laconique. Ah la la, vous me poussez à révéler des détails top secrets sur mon intimité avec vos brillants commentaires ! Enfin, oui, comme vous le dites, il ne faut pas se laisser avoir par le ton délibérément fun et léger de ce poème, il contient plus de fond qu'on pourrait le croire : il permet par exemple de se moquer des religions et d'affirmer une virilité proche du machisme en un temps où les frontières entre les sexes malheureusement se perdent. Mais bon, je ne vais pas faire l'exégèse de mon propre poème, brillant au demeurant, comme son auteur, je vous l'accorde.

      Quant au mot "ithyphallique", je suis certain qu'un être aussi fin et vif que vous peut le glisser avec brio au détour d'une conversation. Un exemple : vous allez chercher le pain. Lorsque la boulangère vous tend la baguette vous lui dites avec le sourire : "ce modeste pain me rappelle ce que j'ai dans le pantalon, vous voir me le tendre fait de moi un client ithyphallique." Classe, efficace... Ou alors vous pouvez mentionner que vous avez lu sur l'excellentissime site du Marginal Magnifique un non moins excellent poème intitulé "Belzébuth", illustré par une superbe image de diable ithyphallique. Vous voyez, cher Laconique, les utilisations ne manquent pas !

      Supprimer
  7. Bonsoir
    Priape connait pas, le lien a été très utile. Merci, je suis un peu moins ignare maintenant. Je te cite : "..se moquer des religions...où les frontères entre les sexes malheureusement se perdent...". Si tu as le temps viens faire un petit tour, tu vas trouver ce qui me fait bondir.
    Bonne soirée
    A bienttôt
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      Ah, quelle joie de faire connaître Priape, ça vaut le coup il faut bien le dire :-).

      Je fais régulièrement un tour par chez toi, voir ce que tu mets.

      A bientôt.

      Supprimer
  8. Marginal Magnifique se présente à nous avec la sincérité propre à tous ces écrits.
    Un poème qui nous permet de mieux te connaître.
    Bonne soirée, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut quand même y voir un peu d'autodérision et une façon de se mettre en scène aussi ;-).

      Bonne soirée.

      Supprimer
  9. C'est du balèze. On peut toujours rêver. Je me délecte des joutes verbales entre le Laconique et toi, 2 monstres sacrés de l'écriture, vous êtes trop fort. Boulot à 14 heures donc je surfe un peu sur ton site. Salut et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi rêver ? Avec Laconique on se régale bien.

      Bonne journée :-).

      Supprimer
  10. Je connaissais l'épée de Damoclès mais pas l'arme de Priape, redoutable parce que toujours prête à l'action. Si on s'en tient à l'illustration et à son côté ludique, ce poème peut paraître léger, mais en fait il n'en est rien car il est truffé d'allusions pertinentes et il exprime le choix d'une ligne de conduite, avec un esprit passé maître dans l'art de jouer avec les mots et les évocations, comme le clin d'oeil à E.T. qui crée l'originale surprise d'une chute inattendue. De l'amphibologie d'une subtilité picturale, des pirouettes scripturales, font de ce texte un moment savoureux de lecture.

    Bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement je préfère avoir le gourdin de Priape dans mon pantalon que l'épée de Damoclès au-dessus de la tronche !

      "Subtilité picturale, des pirouettes scripturales" : ça me plaît, je vois que tu t'adonnes toi aussi au jeu avec les sonorités.

      A bientôt.

      Supprimer
  11. La jouissance est de cette existence,Le Marginal jouit et le dit,
    pour la somptueuse gent féminine dit-il sa passion,rend-il l'expression de son corps,bien en soit-il,
    tant que le plaisir est assouvi,le bonheur fait son lit,
    salut à toi et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Marginal n'est pas toujours à prendre au sérieux ;-).

      A bientôt.

      Supprimer
  12. Pauvre Priape, ça devait être fatiguant et handicapant. Je préfère le E.T. magnifique. Bonne journée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Priape n'est pas si à plaindre que ça ! Beaucoup l'envient ;-).

      Bonne journée.

      Supprimer
  13. Je suis bluffé par ton imagination, tes images et ton style. Je n'avais jamais lu ce genre de poésies qui m'accrochent bien même si je dois chercher le sens de certains mots et j'apprends des choses comme sur Priape, j'avais jamais entendu parler de lui. Je te souhaite une bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. Il faut croire que je suis particulier...

      Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer
  14. Pas mal, pas mal ce Priape! Sa particularité valait bien sa mise à l'honneur dans ce truculent poème dont l'illustration et la lecture m'a fait bien marrer. Moi j'y vois une franche revendication de fière virilité et j'aime.
    Joss the boss, homme dans toute sa magnificence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si tu aimes et tu te marres !

      A bientôt.

      Supprimer
  15. L'oseille et le sexe engendrent bien des maux et quand les 2 sont en jeu, c'est encore pire. A chacun sa danse et votre mise en scène dans ce poème tient la route car elle a le mérite d'être saine. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Marginal Magnifique est tout ce qu'il y a de plus sain, car il est d'un bloc : il pense ce qu'il dit et dit ce qu'il pense, avec un peu de recul et de second degré quand même parfois. En plus, comme Alain Delon, il parle de lui à la troisième personne.

      Bonne journée.

      Supprimer
  16. C'est vraiment un E.T. magnifique ce très beau film. Il y a une corrélation entre extra-terrestre et marginalité car dès que tu es dans la différence on te lorgne comme si tu venais d'une autre planète. Le E.T. magnifique ça sonne bien et c'est à retenir comme expression. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, c'est ça ! La "corrélation" est voulue ;-).

      Bonne soirée.

      Supprimer
  17. Bonsoir
    Juste un petit passage question de me tenir au courant. Toujours instructif de lire les commentaires.
    Aurais-tu aussi un petit air d'Alain Delon ?:)
    Bonne soirée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ressemble un peu à Alain de loin ;-).

      Bonne soirée.

      Supprimer
  18. Quand baiser rime avec aimer, c'est encore mieux.L'amour qu'il dure ou non on en redemande, on est comme un Priape toujours en quête et prêts à tomber dans le piège car c'est si bon et je veux y croire à chaque fois même si je me plante comme c'est déjà arrivé avec un aller et retour grande vitesse de Vénus à la terre et un atterrissage choc. Mais je veux bien rejouer à l'extra-terrestre et repartir pour m'éclater chaque fois que j'en aurai l'opportunité. Je vous souhaite une bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire axé sur les aventures et mésaventures amoureuses.

      Bonne soirée et bon séjour sur Vénus, voire sur le mont de Vénus.

      Supprimer
  19. Sans aucun mépris, loin de là, je plains toutes ces personnes qui ne connaissaient pas Priape, heureusement que ton bouche à oreille fonctionne!

    RépondreSupprimer
  20. ET Magnifique, j´aime ce surnom...j´aime tout ce que cela peut renfermer comme l´observation curieuse d´une Société surprenante par toutes ses incohérences et ses déficiances! Cet ET nous apporte malgré tout une note d´espérance "sa foi en Priape (Dieu de la fertilité) qui pourrait peut être un jour, nous améliorer la race humaine ;-)
    Bonne soirée, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
  21. Sacré toi! Mais l'Amour est sacré alors, je te pardonne (rires!!!)
    Oui, de la qualité...mais pas seulement en amour, dans chacun de nos actes! En amitié aussi! bise, Charlotte un début de quête du bonheur très certainement...Don Quichotte magnifiquement marginal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'amour "sacré", bof... Je crois que ça dépend quelle sorte d'amour. Tant de trucs pas très jolis se planquent derrière ce mot... Le véritable amour, gratuit, dénué d'intérêt, sincère, authentique, entier est plus que rare !

      Supprimer
  22. Mais il existe...je l'ai rencontré! sourire. C.

    RépondreSupprimer