09/07/2013

72 Le temps nous appartient


Cette image montre un reveil pose sur une tablette en bois, c'est vraisemblablement une photo. Le pourtour du reveil semble rouille comme tend a le prouver les nobreuses particules brunes aglutines. On retrouve le même type de particules sur l'etagere ou repose le reveil. Une epaisse couche de poussiere la recouvre et contribue a l'impression de desuetude et de decrepitude donnee par l'image. A l'arriere-plan on peut egalement voir le mur qui se desagrege. Les tons sepia de l'image renforce encore cette impression d'anciennete de l'objet photographie et de son environnement. La correlation entre l'objet represente et la decrepitude se fait bien sur a propos du temps. L'image semble dire que celui-ci erode tout, a raison de tout, inexorablement. Elle renvoie aussi a la vie et a la mort, le reveil etant l'allegorie de la premiere et la poussiere, la rouille representant pour leur part sa fin.L'image rappelle donc au spectateur que le temps passe vite et qu'il faut profiter de chaque instant, car la vieillesse arrive vite. Cette image tres belle illustre a merveille le poeme melancolique, voire carrement triste, du Marginal Magnifique intitule "Le temps nous appartient", dans lequel l'immense poete dit la fuite rapide du temps qui passe sans même que nous en ayons conscience, comme un reve, alors que nous nous croyons riche de cette denree rare qu'est le temps. Un magnifique poeme du Marginal Magniifque qui prete encore une fois a reflechir !


Le temps si jeune nous appartient
Tout prend consistance de l'infini
Nos chers parents et nos instants
L'insouciance règne sans partage
Les moments de joie seront légion
Demain est loin demain est riche
Le futur renferme en lui l'éternité

Le temps si jeune nous appartient
On est large à distribuer ses bribes
Pourquoi compter même y penser
Puis on se réveille un banal matin
Devant la glace de la salle de bain
Cueilli à froid mais sans surprise


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

72 commentaires:

  1. C'est si vrai ce beau poème, le temps passe tellement vite et quand on est jeune, on ne s'en rend pas compte alors qu'on devrait apprécier à fond. Et un jour le miroir...et là on réalise.
    Bonne soirée monsieur Le Marginal Magnifique. Alix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'apprécie pas à sa juste valeur le moment présent, seul instant qui compte vraiment ! Et sans qu'on l'ait réalisé on se retrouve au crépuscule de sa vie...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  2. le temps qui passe, irrémédiablement...et les souvenirs qui restent, vaillants! Le miroir est un menteur qui a le visage en horreur! Pourvu que les yeux restent rieurs et le sourire charmeur...on dira de lui, qu'il n'a pas d'âge et ce sera bien vrai! je préfère écrire qu'il est des couchers de soleil magnifiques...le crépuscule n'a qu'à bien se tenir! sourire, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je vais à l'encontre de ton joyeux optimisme sur ce coup-là ! On ne se voit ni ne se sent vieillir, alors le miroir est un bon indicateur de même que l'âge... Mais tu as raison "il est des couchers de soleil magnifique" ! À chaque âge ses joies, sachons profiter du chemin au lieu de songer à la destination...

      À bientôt.

      Supprimer
  3. Je suis en vacances depuis samedi alors le temps m'appartient et je compte en profiter et lire ça m'incite encore plus d'apprécier. Je te souhaite à toi aussi de bonnes vacances d'été. Un grand salut de Joss the boss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps ne nous appartient vraiment jamais, fais gaffe : the time is the real boss !

      Bonnes vacances.

      Supprimer
  4. Bonjour
    De repos aujourd'hui.
    Le temps on lui court toujours après. J'ai choisi de passer en mode ralenti.
    Mon miroir oh mon vilain miroir des jours tu me ravies, d'autres je te déteste. Le temps passé me dit que je dois y aller plus doucement, on ne récupère plus comme à 20 ans. Je sais de quoi je parle.
    Je te souhaite une bonne journée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même moi je sens qu'"on ne récupère plus comme à vingt an" alors que j'ai même pas encore la quarantaine...

      Repose-toi bien, M.-P.

      Bonne journée.

      Supprimer
  5. Ce poème réaliste empreint d'une lucidité nostalgique et résignée me fait penser à deux touchantes chansons : " Hier encore j'avais 20 ans..." et " On ne voit pas le temps passer", qui le résument avec sa chute brutale, la confrontation avec le miroir, verdict sans appel, qui nous fait mesurer la fuite du temps mais nous aide aussi sans doute mieux à l'apprécier. Tu as d'ailleurs écrit d'autres beaux poèmes dans ce sens, je cite : "La roue", produits de consommation" et "chandelle" ou tu abordes avec sensibilité et clairvoyance ce temps qui nous échappe mais qu'on a l'illusion de posséder et c'est tant mieux car au moins on garde rêves et espoirs et même si le miroir nous rappelle à l'ordre, le sachant fragilisé savourons le encore mieux, en goûtant aux différentes joies de chaque âge. Bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces deux références musicales ont en effet parfaitement leur place ici. La chanson d'Aznavour est extraordinaire, indémodable et prend aux tripes : elle est une des plus belles chansons françaises. Pour "On ne voit pas le temps passer", qui est de Ferrat, je ne la connaissais pas, mais ton commentaire m'a permis de l'écouter.

      J'ai écrit, c'est vrai, d'autres poèmes qui rappellent celui-ci : "La roue", "Produits de consommation", "Chandelle". La fuite du temps est une question qui me préoccupe et il serait logique que tout le monde s'interroge sur le temps, qui est la pierre angulaire de bien des questions existentielles.

      À bientôt.

      Supprimer
  6. Et oui cher Marginal, « le temps nous appartient », « la vie nous appartient », et puis tout ça nous glisse entre les doigts… Vous avez bien exprimé les choses dans ce poème : on croit avoir une source inépuisable entre les mains, une éternité s’écoule dans l’insouciance, et un beau matin on se retrouve sans avenir, avec du passé… Bon, je noircis un peu le trait, vous et moi avons de l’avenir, tout être vivant a de l’avenir dès lors qu’il chemine dans la Voie, mais c’est vrai que le temps qui passe est une chose vraiment mystérieuse : parfaitement prévisible et en même temps tellement surprenante, presque incroyable… D’ailleurs je ne suis pas tout à fait d’accord avec le « sans surprise » de votre poème. C’est toujours un peu surprenant de constater les effets du temps sur son visage, même si on s’y attendait. Un peu injuste aussi. Putain on a rien fait de mal, pourquoi on pourrait plus lever des teens en toute discrétion, merde ! Pardon, pardon, je m’égare.

    Et oui, la vie s’écoule comme une chandelle, et le problème c’est que le Marginal affirme hautement son athéisme, et se coupe dès lors toute perspective de progrès illimité, auquel son âme libre et fière aurait pourtant droit. Bah, dans un sens c’est pas plus mal, mieux vaut s’en tenir dignement à ses convictions et affronter les choses comme le loup de Vigny, « sans jeter un cri » !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous le dites nous "avons de l’avenir", mais si peu si on le ramène à l'échelle cosmique ! Une poussière de temps en fait...

      Pour le "sans surprise", vous avez raison. Mais ces termes expriment ici davantage le fait d'être blasé, histoire de "noircir" encore un peu "le trait" : rodé par l'expérience, on n'est pas surpris de constater que la vie nous joue encore un sale tour. L'étonnement est suggéré quant à lui par "le cueilli à froid" que je trouve plus fort.

      Je crois effectivement, comme vous le suggérez délicatement, que pour un homme les outrages du temps se font nettement et cruellement sentir lorsqu'il sent ses possibilités de séduction s'amoindrir et le parfum des teens s'éloigner de façon proportionnelle au nombre croissant de ses ans. En tout cas, cette petite réflexion amenée par ce poème sur le temps me permet de constater non sans surprise que l'illustre, brillant et désincarné auteur du "Goût des lettres" a des préoccupations toutes terrestres qui consistent à "lever des teens en toute discrétion". Ah bravo, cher Laconique !!! Vos innombrables lecteurs comprennent un peu mieux maintenant les principes qui régissent cette mystérieuse Voie...

      Supprimer
  7. Toi que je ne connais pas... cruellement le miroir nous renvoie de l'âge l'irréparable outrage mais si physiquement on change, intérieurement restons jeunes et volontairement s'entretenir est bon pour retarder du temps les méfaits.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon on peut faire ce qu'on veut, l'âge est là. Alors oui, nous ne faisons que retarder (infiniment peu) l'inéluctable... Bonne soirée.

      Supprimer
  8. Non? Je rêve, tu es d'accord avec moi....éclats de rire! Je venais juste te souhaiter une agréable soirée! Souquez fort moussaillon! bise, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais je suis tout le temps d'accord avec toi, non ? Agréable soirée à toi également ;-). Bises.

      Supprimer
  9. J'aime bien ce poème, il fait réfléchir, se dire qu'il ne faut pas se faire un ennemi du temps c'est à dire le gaspiller, le perdre dans l'inutile et c'est pareil pour le choix de ses relations, allons à l'essentiel. Une bonne journée.
    Justine.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour
    Un jour j'ai entendu que l'on peut revenir dans le passé si l'on monte au dernier étage d'un gratte-ciel. Le temps est un peu plus lent en hauteur. Combien d'étages pour gagner une poignée de secondes ça on le sait mais pour des années ? Imagine le passé au présent !!!
    Si quelqu'un d'assez fou avait l'idée d'une telle construction, il ferait fortune.
    Plus de boulot, la santé avant tout
    Bonne journée ensoleillée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli, si c'était le cas il n'y aurait plus personne au rez-de-chaussée des immeubles !

      Malheureusement, pour l'instant, le voyage dans le temps semble complètement impossible. La meilleure preuve : on n'a pas de visiteurs du futur.

      Le temps reste notre maître...

      Bonne journée.

      Supprimer
  11. Le temps compte l'acquis de notre être,combien de jours pour évaluer son amour,
    faut-il peu de temps au cœur pur,tant pour l'indécis,lui empli de doutes ou de regrets,le temps compte encore et encore,imperturbable,agent divin maître de nos destinées,qui oserait défier le temps,

    très bon week-end Le Marginal.

    RépondreSupprimer
  12. Je prends le temps de te souhaiter un bon WE! Quelques mots point trop n'en faut...j'attends ton prochain écrit! Sera t'il colère, désenchantement ou pâmoison? Mais je reste patiente, surtout ne pas fâcher le Magnifique Marginal qui sommeille en toi (sourire....)oui, je suis moqueuse! Mais qui aime bien, châtie bien! Bonne nuit, Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Charlotte ! Je te souhaite moi aussi un bon week-end. J'aime bien alterner, alors le prochain poème que je mettrai sera plus léger.

      Oh pour ce qui est de fâcher Le Marginal Magnifique, il n'y a pas trop de risques, il est très patient.

      À bientôt.

      Supprimer
  13. " Le temps s' en va , le temps s' en va,non, mais nous nous en allons..." Jolie broderie sur la trame des poètes éternels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ronsard a tout juste : j'aime beaucoup cette citation !

      Supprimer
  14. Bonsoir
    Qui l'eu cru ? Le temps mon meilleur allié!
    Il m'aidera et me donnera un beau jour de voir un nouvel horizon. Je me relèverais juste laisser le temps au temps
    Merci de ton petit mot
    Bonne soirée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il peut parfois être un allié pour oublier et renaître de ses cendres.

      Bonne soirée et bon courage, M.-P, sois le phœnix !

      Supprimer
  15. Le temps ennemi avec le miroir ni menteur, ni trompeur. C'est comme ça, on vieillit, au moins gardons la jeunesse du coeur et préservons sa santé au max ce qu'on néglige souvent quand on est jeune. Vous avez bien cerné tout ça.
    Bonne journée et bonnes vacances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de garder "la jeunesse" physique et même "du cœur"...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  16. Ami du soir, bonsoir...j'ai publié ce soir, un poème sur l'amitié un peu différent de ce que l'on peut trouver à ce sujet d'ordinaire..;enfin j'espère. Des vacances bientôt? Tes valises sont-elles faites? Oups, je suis certainement trop indiscrète..;sourire..;j'oubliais que le Magnifique Marginal veut rester un mystère.....chut...Bisou, C.
    ps : qui aime bien, châtie bien....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh bien bonsoir, amie Charlotte ! Je vais jeter un œil sur ce que tu nous as pondu bien sûr, c'est toujours un plaisir.

      Le Marginal Magnifique est effectivement un être mystérieux par essence qui applique à la lettre la formule "pour vivre heureux vivons cachés". Il va bientôt s'octroyer une petite pause d'ici une semaine ou deux et s'éloigner du net pour un moment !

      À bientôt et bonne soirée.

      Supprimer
  17. Bonnes vacances Le Marginal. A bientôt de vous lire et profitez bien car le temps passe vite surtout en vacances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Marginal Magnifique va effectivement bientôt s'octroyer une petite pause, n'anticipez pas !

      Supprimer
  18. Le temps presque retenu par cette saison d'été enfin présente,sa chaleur nous pause,nous repose,nous nourrit d'une lumière si nécessaire,comme un goût d'éternel présent,le temps,combien en faisons-nous ce que nous voulons,

    très bonne journée Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ça c'est bien vrai ! Le temps est moins cruel lorsqu'il fait beau, que les journées sont plus longues et lorsque nous en disposons à notre guise. Enfin le temps est réapproprié !

      Bonne journée.

      Supprimer
  19. Le Temps Lui appartient
    Nous nous subissons
    dans la joie dans la peine
    le chemin continue
    Libre-arbitre où es-tu
    dans chaque Destinée ?

    Bonne journée Marginal
    amitiés Emma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est un peu balloté comme une branche au milieu d'un torrent dans cette histoire !

      Bonne journée à toi aussi, à bientôt.

      Supprimer
  20. Le temps nous appartient,n'est-il l'outil utile de notre intime vérité,l'instant détaché de notre éternité tout au service de notre amour,doit-il vaincre les doutes,éradiquer les regrets,éveiller l'évidence,élever la conscience,s'emplir de nouvelles connaissances,le temps propose sa science,n'est-elle si compliquée,suffit-il d'aimer,mais il nous soumet à l'effort,nous permet de trouver force et pouvoir de rencontrer notre vérité.
    Très bonne soirée Le Marginal.

    RépondreSupprimer
  21. Dans le miroir
    Au fond
    Sans teint
    Je devine
    Le jardin
    Ou les fleurs
    Sentent l'hier...
    Les chemins
    Sillonnés
    Plonge
    Dans la fontaine
    Aux perles
    Cristallines
    Bain de joie
    Je garde
    Mon Âme jeunesse

    RépondreSupprimer
  22. Quand
    Le vent caresse
    Le temps passe

    RépondreSupprimer
  23. Nous
    Sommes
    La plume
    Au-dessus
    Du ciel...

    RépondreSupprimer
  24. Libre
    L'idéaliste
    Au-dessus
    Des listes
    De matérialistes
    Enfermés
    Dans
    Des cases
    De faces
    Hypocrites

    RépondreSupprimer
  25. Oh...mauvais joueur?
    Je n'aurai pensé. ...
    La facilité est, elle aussi, jolie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai. Mais ne pas confondre simplicité et facilité.

      Supprimer
  26. Simple ou facile?
    Il ne faut
    S'arrêter
    A un ricochet
    Je marche
    Libre...
    De mes pensées
    Et rebelle
    De mes idées
    Facile ou simple?

    RépondreSupprimer