05/03/2014

88 En vers et contre tous

 
Cette image reprend une scène classique du cinema d'horreur : on y voit une main ensanglantee aux doigts crispes qui surgit de terre avec en arriere-plan plusieurs pierres tombales. La plus proche de ces stelles qui se trouve juste derrière la main emergeant du sol arbore le nom du Marginal Magnifique et l'on devine que l'etre qui essaie de s'extirper de terre est le possesseur de ce nom qui revient d'entre les morts. A noter aussi que le traditionnel RIP signifiant Rest in Peace a ete remplace par Rest in poetry, Le Marginal Magnifique etant un celebre poete. On distingue egalement a l'arriere-plan plusieurs silhouettes d'arbres decharnes qui contribuent a renforcer l'atmosphere macabre du lieu, si l'obscurite et les couleurs sombres et froides, bleu, noir, blanc ne le faisaient deja. Cette image remet au gout du jour la creature du zombie de façon originale en l'associant avec la poesie,ce qui n'avait encore jamais ete fait. Ainsi cette image travaillee et retouchee avec soin et brio par le Marginal Magnifique accompagne son excellent poeme "En vers et contre tous" dont le titre est un triple jeu de mot : les vers peuvent designer les asticots qui se repaissent des cadavres, mais aussi sont les lignes dans un poeme, enfin l'expression envers et contre tous, avec envers en seul mot, signifie malgre tous les obstacles et les ennemis. De fait, dans son poeme Le Marginal Magnifique affirme en un langage simple et qui claque son statut de poete qui renouvelle le genre et recree le lien rompu depuis trop longtemps entre la poesie et le public. Dans la deuxieme strophe Le Marginal Magnifique dit qu'il survivra a la posterite grace a ses vers et que le combat pour la liberte et contre toutes les injustices perdurera, il fera face a l'adversite meme mort et restera marginal en depit de la Terre entiere s'il le faut. L'image du zombie prend alors tout son sens, elle symbolise le fait pour l'ecrivain d'exister par dela la mort grace a ses mots, pour l'eternite. A noter la forme tres particuliere et esthetique du poeme qui occupe l'espace de façon original, les deux strophes etant symetriques par rapport a un axe horizontal. Superbe poeme du Marginal Magnifique !


Certains disent que je lui donne un coup de fouet
Mais la poésie cette vieille dame compassée
Je la fouette jusqu'au sang la salope
Les groupies n'ont qu'à se pâmer
Mes mots sont purs calibrés
Elles n'ont qu'à vibrer

Quand je serai claqué
Que les vautours rappliquent
Je les attends tous ces nécrophiles
Qu'ils viennent plus vite qu'un négro file
Face aux guignols en blanc du Ku Klux Klan
En vers et contre tous même dans la mort je lutterai


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

88 commentaires:

  1. T' es trash, t' arraches, tu rimes pas, tu craches!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais... Je fais le boulot quoi ! En revanche je ne peux plus accéder à ton site : on me dit qu'il faut ton autorisation.

      Supprimer
    2. Je l' ai fermé pour un mois mais je continue de te lire assidûment.

      Supprimer
    3. Ok, je me demandais s'il n'y avait pas une erreur !

      Supprimer
  2. Que tes vers perdurent
    que les vers s'impatientent
    dans la terre noire fumante
    des erreurs des impurs

    Bonne journée Marginal
    amitiés Emma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce quatrain. Bonne journée à toi !

      Supprimer
  3. Eh bien cher Marginal, vous réussirez toujours à me surprendre ! On savait que vous arpentiez les territoires de Baudelaire, de Mallarmé et de Bukowski, et voilà que, devant nos yeux ébahis, surgit un calligramme digne d’Apollinaire ! Mais que représentent donc ces deux triangles acérés (car je sais que vous ne laissez rien au hasard) ? A première vue, cela me fait penser aux deux ailes de l’armée d’Hannibal, savamment étendues, lesquelles, à la fameuse bataille de Cannes, ont pris en tenaille l’armée romaine et causé un effroyable carnage. Mais en y réfléchissant mieux, j’y vois plutôt des lames de guillotine prêtes à trancher la société tout entière ! La forme reflèterait ainsi le fond, car vos vers sont plus affûtés que jamais.

    Il y a du Boileau en vous (si si), puisqu’après Art Poétrique, vous nous gratifiez là d’un second manifeste du Marginalisme. Vous rudoyez la poésie et soumettez la Muse à un traitement de choc, mais derrière vos coups de butoir la maîtrise est là : vous maniez les mots avec la précision d’un chirurgien (ou plutôt d’un médecin légiste). Car je sens la mort qui plane sur ces vers, c’est un « Tombeau du Marginal » que ce poème. Mais le Marginal veut sortir du tombeau ! bouffer les vers, et donner un coup de pied (délicat, je connais votre engagement dans ce domaine) aux vautours. Et les « guignols du Ku (il me semble que c’est « Ku ») Klux Klan » viennent ajouter une note crépusculaire à l’ensemble. Ah ! non, tout ça est trop riche, trop dense, je renonce à en tirer la « substantifique moelle », d’autant que l’illustration se marie au poème et que le tout forme un ensemble insécable… En tant que fan de « La Nuit des morts vivants », je ne peux qu’être sensible à cette réappropriation si suggestive. Oui, luttez cher Marginal, mais n’hésitez pas aussi à relâcher un peu la pression, la mort attendra, elle a d’autres raclures à aller cueillir avant vous…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah merci pour ce long commentaire, cher Laconique, je peux compter sur vous pour ne pas ménager votre peine lorsqu'il s'agit d'enrichir de vos propos éclairés le site du Marginal Magnifique. Vos commentaires mériteraient à eux-seuls et à coup sûr un site dédié en plus de votre brillant Goût des lettres. Mais bon, comme on l'a déjà dit, vous serez l'exégète attitré du Marginal Magnifique et vous vous occuperez de son édition lorsqu'il entrera dans la Pléiade aux côtés de d'Ormesson, qui, lui, s'il n'est pas un zombie, est une belle petite momie cabotine. En tout cas, je suis ravi de vous surprendre ! Car je crains un peu de ressasser les mêmes sujets et de tourner en rond, mais je ne veux pas pour autant me forcer à aborder des sujets que je n'ai pas envie de traiter, sous peine de perdre en authenticité et en caractère.

      Pour ce qui est de la mise en page du poème, ou plutôt de sa mise à l'écran, l'interprétation est libre. Je publierai peut-être d'ailleurs sur ma page Facebook ou mon compte Twitter une version de ce poème plus graphique que j'ai en stock. Pour l'heure, je dois dire que les interprétations que vous en faites, érudite pour la première, pertinente pour la deuxième, me conviennent assez. En revanche, je ne sais pas trop si l'on peut parler tout à fait de calligramme, justement parce que la forme ne coïncide pas à cent pour cent avec le sujet traité, du fait que le sujet est trop riche pour être résumé par une forme simple : comment matérialiser la volonté de moderniser et de renouveler la poésie, le refus de l'appropriation posthume de l'œuvre, l'éternité des mots au-delà de la vie de l'auteur, etc ? Bon, de toute façon, un poème se doit d'être une œuvre d'art : l'aspect visuel, à fortiori sur le net, a autant d'importance que les mots.

      Je vois en tout cas que vous n'avez pas oublié le long poème manifeste que j'avais écrit précédemment ! Ici le manifeste est moins complet, peut-être plus percutant car plus court...

      Pour ce qui est du "Ku Klux Klan", vous avez tout à fait raison, il y avait un "l" en trop : insérer une allusion à cette organisation philanthropique ajoute une touche subversive et de mauvais goût que je trouve drôle et sympathique. Et cette "note crépusculaire" renforce encore l'idée que la mort "plane sur ces vers", comme vous dites. Mais, si mort il y a, c'est plutôt une mort fun, incomplète, puisqu'elle permet juste le passage à un autre état, celui de zombie, qui n'est pas pire que celui de vivant vu que certains humains sont plus morts que des zombies en étant vivants. À noter que si je devenais zombie je ne mangerais pas le cerveau des mes compatriotes, déjà parce qu'il n'y aurait presque rien à bouffer et, ensuite, car comme vous le savez je ne mange pas de viande : je serais donc le premier zombie végétarien ! Mais en attendant l'avènement de cette aberration Le Marginal Magnifique est bien là et il se débat avec vivacité !!!

      Supprimer
  4. C'est dit et bien dit. L'illustration est saisissante. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. Toi que je ne connais pas...assurément authentique et incorruptible tu es et originalement tu assures grave avec ta poésie unique et inconditionnellement fan je suis. Salut Le Marginal.

    RépondreSupprimer
  6. I think the admin of this web page is genuinely working hard
    in support of his website, for the reason that here every stuff is quality based material.



    My web page stainless steel vent hood cleaning ()

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I am sure that the admin of this website is very powerfull : I know it because it's me !

      Supprimer
  7. La pureté peut être subversive,quand franche elle est,sincère et intouchable par cette folle trahison,
    toi le poète subversif es-tu doué de vérité,tes mots rythment de leurs incroyables rimes toute la force et la puissance de ton être véritable,tout l'éclat de sa pureté,disent-ils la jouissance qu'aimer est leur évidence,
    salut à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah, tu me fais plaisir Chasseur d'images spirituelles ! "Pureté" et "franchise" sont apparemment la quintessence de la subversion de nos jours : pas besoin de se casser la tête pour être un rebelle en fait...

      À bientôt.

      Supprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça spamme dur en ce moment, et en anglais par-dessus le marché ! Obligé de virer tout ça...

      Supprimer
  9. assez barré et provoque pour qu'on s'y attarde ! beau placement des mots ;)

    RépondreSupprimer
  10. Sincérité, authenticité, vibrent dans ces lignes subtiles qui claquent pour exprimer leur courant de pensée, en jouant avec des mots, expressions et images bien ciblées. C'est fort, percutant, un pur exercice de style qui valorise une poésie personnelle et originale qui se démarque sans tabou, sans frime et avec une auto-dérision non-conformiste. Des vers remarquables et marquants.
    Bon aprés-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que d'éloges ! Merci pour ce commentaire dithyrambique.

      Ce poème n'est pas juste un "exercice de style", même si on peut effectivement le voir comme ça ; il livre aussi une réflexion sur l'art poétique et, plus généralement, sur la postérité d'une œuvre, de façon symboliste en multipliant les images.

      Bref, si l'on voulait gloser on pourrait, car le texte est beaucoup plus riche qu'on peut le croire, il y a plusieurs niveaux de lecture.

      À bientôt.

      Supprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bye bye les spams en english. Ah la la, ils veulent décidément tous glisser des liens chez Le Marginal Magnifique ! Il faut dire qu'il pèse sur la toile, à force, ce garçon... Faites un effort dans vos commentaires, personnalisez-moi tout ça et je vous garderai avec vos liens.

      À bon entendeur salut.

      Supprimer
  12. J'aime bien ce site et les poèmes. Ils me parlent et je me retrouve dans les thèmes, c'est pas ennuyeux à lire. Alors bonne continuation Le Marginal, il faut rien changer. Un cordial salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Julien. Je prends plaisir à écrire et publier ces poèmes ici et je fais en sorte aussi qu'ils ne soient pas rébarbatifs, car je déteste la littérature prétentieuse et lourde qui se gargarise de mots.

      À bientôt.

      Supprimer
  13. Mystérieux Marginal tu assumes avec courage, haut et fort tes idées et tu n'hésites pas à utiliser l'humour noir et pour le coup là, la gravure brr...tu manques pas d'inspiration et tu oses. Un dur avrc une âme de poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ose toujours ! C'est d'ailleurs souvent quand je sens que je ne devrais pas que je sais qu'il faut le faire.

      À bientôt.

      Supprimer
  14. A mon avis, c'est ta queue qui sortira en premier du tombeau au jour de la résurrection des morts ! Tiens, je me la garde celle -là ! Bises sur ton museau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être qu'elle sortira de la fosse pour gagner un autre trou ! Qui sait...

      Supprimer
  15. Puissions-nous reposer en poésie,donc en paix les amis oui,
    en tout amour accompli,lui encore et toujours,
    "Rest in poetry",ah ah la divine devise,quel plus merveilleux repos en notre éternité,
    très bon dimanche Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je vois que le détail sur l'image et le détournement du fameux R.I.P., Rest In Peace, n'a pas échappé à ton œil avisé ! Bon dimanche à toi aussi.

      Supprimer
  16. De la vie à fond et en forme tu profiteras
    Des poèmes à écrire tu continueras
    La postérité elle attendra
    Tes lecteurs tu délecteras
    Puissance max tu évolueras
    Et par ta plume tu verras
    Amis virtuels tu te feras.
    Et si critique il y a ou aura
    Personne indifférent ne laissera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mon pote, pour ces vers qui complètent les miens ! Je terminerais volontiers les tiens par "Et le système toujours tu enculeras." Je trouve que ça fait une chute élégante.

      À bientôt.

      Supprimer
  17. Au fond vous êtes idéaliste comme moi. Vous suivez votre absolu tout en aboyant vos émotions. Vos poèmes ont un culot à la mesure de vos révoltes, comme moi qui n'hésite pas à l'ouvrir grande ( ma gueule), vous c'est par l'écriture. Se taire c'est accepter et l'idéaliste doit se faire entendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, vous avez bien résumé la situation !

      Bien sûr que je suis un idéaliste - apparemment cela nous fait un point commun - et d'idéaliste à révolté il n'y a qu'un pas, car le révolté est souvent un idéaliste déçu...

      À bientôt.

      Supprimer
  18. Je vous comprends monsieur Le Marginal, vous défendez votre conception de la poésie, vous êtes à fond dedans c'est la preuve de votre sincérité mais ouf c'est du hard dans les mots et dans l'image et si humour il y a il faut le chercher dans le style pas dans le thème. De la provoque qui accroche et qui écorche. Vous êtes à la fois intéressant et dérangeant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh on peut trouver un certain humour dans le thème aussi je suppose, l'humour est une question de vision et de degré, puis ça dépend des sensibilités.

      À bientôt.

      Supprimer
  19. Il y a de la puissance à affirmer ses choix envers et contre tous. Je suis audacieux, joueur du genre quitte ou double et j'aime quand on a pas froid aux yeux , qu'on triche pas et qu'on signe et persiste dans ses idées surtout quand on a de bonnes convictions . Alors un grand salut de Joss the boss qui aimerait bien connaître pour de vrai Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joss the boss porte bien son nom !

      À bientôt.

      Supprimer
  20. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  21. J’aime bien la version graphique que vous avez donnée de ce poème sur votre page Facebook, cher Marginal. Ça ressemble un peu à un tatouage. Le Marginal est un touche-à-tout, vous êtes un peu le Jean Cocteau de notre époque, en plus trash et plus authentique (et moins gay). Il y a un musée Cocteau près de chez moi, je suis toujours stimulé lorsque j’y vais, vous devriez y faire un tour un jour, en attendant l’ouverture d’un musée « Le Marginal Magnifique ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie pour votre commentaire, cher Laconique. J'ai créé plusieurs versions graphiques de ce poème, dont plusieurs ensanglantées qui faisaient moins tatouage, mais j'ai choisi de poster la plus sobre sur ma page Facebook.

      Je suis déjà passé par le musée dont vous parlez, mais il me semble qu'il a entièrement été refait depuis : il faudra sans doute que j'y retourne un de ces quatre, bien que je n'aime guère imprégner mon esprit puissant et viril d'un art gay.

      Supprimer
  22. Version graphique ou écrite c'est lugubre. L'humour trop noir, pas ma tasse de thé. Profditer au jour le jour de la vie, s'amuser, rigoler, apprécier les bons moments sans se torturer les méninges, c'est plutôt bien. Et si vous mettiez votre talent au service d'un peu plus d'optimisme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de plus drôle que l'humour noir ! La quintessence de l'humour en quelque sorte, puis qui réserve sont lot de provocations...

      Cela étant dit il n'y a absolument rien de triste ici, tout dépend de la façon dont on traite le sujet.

      Merci pour le commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  23. Vous êtes un passionné avec une vision de la poésie , de la vôtre, loin d'être réductrice. Bon vent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passionné et blasé à la fois. Merci pour le commentaire. À bientôt !

      Supprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  26. Vous êtes un grand, un grand révolté, un grand compliqué, un grand cultivé, un grand poète et un grand inconnu. Quel est le vrai visage du Marginal, un grand sentimental ou un grand dur macho, un cynique ou un puriste déçu, les différents poèmes révèlent tantôt l'un, tantôt l'autre et le mystère est là. Bonne soirée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas ce que je suis, mais je préfère largement qu'on m'accole le qualificatif de "grand" plutôt que celui de "petit", quitte même à être un grand blaireau, parce que je pisse à la raie de la mesquinerie.

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  27. Vous écrivez, moi je peins avec boulimie, chacun son mode d'expression en vers et contre tous des mots pour vous, des couleurs pour moi mais chacun avec la même authenticité tantôt appréciée tantôt récriée. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun son truc, son mode d'expression, tout est bon pour ne pas devenir fou ici-bas. Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer
  28. C'est tout toi ! Seul contre tous mais fidèle à toi-même quoi qu'il advienne ! Un texte qui fait réagir forcément à la lecture de certains mots, mais on s'en fiche puisqu'à la fin de l'envoi, tu touches. TU aimes bousculer et quelque peu énerver ton prochain, tu y réussis fort bien. allez, au suivant ! Bise, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, te revoilà ? Ça faisait longtemps ! Je croyais qu'on t'avait perdue... Merci pour ton commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  29. Je t'attends
    Je ne te veux
    Mais je t'attends
    La fleur aux yeux
    Comme
    Une combattante
    Fleur fanée
    Pétales defrichés
    Je bouscule ta loi
    Fais fi de tes croix
    Je vomis mes mots
    Dans le silence
    Du noir éclair
    Qui vibre
    Au retour du temps...

    RépondreSupprimer
  30. Une fleurs
    Du temps
    Sans temps
    Autre
    Que l'instant
    Je vis
    Sans attente
    Du vent
    D'autant
    Mon regard
    Épié
    L'Etoile
    A l'infini
    Oui,là. ..
    Dans le noir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien n'a de valeur ni de consistance sinon l'instant présent.

      Supprimer
  31. Oui
    L'instant
    Présent. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le seul qui nous permette un tant soit peu de maîtriser ce salopard temps.

      Supprimer
    2. Je ne le maitrise
      Je le vis
      Comme un diamant
      Dans le desert
      Du silence enlacé

      Supprimer
    3. "Un diamant", "un diamant"... le temps tranche comme "un diamant", oui !

      Supprimer
  32. Sourire
    Assimiler
    Les mots
    Pour
    Couper
    Les maux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les "mots" pour soigner les "maux"... Trop facile !

      Supprimer
  33. Un pansement
    De lettres
    En étoiles
    Sur la plaie
    Comme
    Une plume
    D'Ange
    Sur le ciel
    Pour oublier
    Les tourments

    RépondreSupprimer
  34. Hum...
    Solitaire
    Je fuis
    Le temps

    Les regards
    M'égayent
    Loin
    De ma Vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps ne peut que se fuir effectivement : il est toujours vainqueur !

      Supprimer
  35. Dans
    La
    Balance
    Le temps
    Joue
    Avec
    L'instant
    Et moi
    Je survole
    Le duel
    En bel
    Envol

    RépondreSupprimer
  36. Accroche-toi
    A
    Mes voyage

    RépondreSupprimer
  37. Sourire. ..
    Toujours
    Se cogne
    Un jour
    Et la bosse
    Est sensible
    Mais
    Je laisse
    Libre
    La pensée
    De croire

    RépondreSupprimer
  38. Sourire...
    Oui plutôt
    Plus à l'aise
    Avec
    Les lettres
    Les enlacer
    Les unir
    Et des unir
    En faire
    Des mots
    Beaux
    Ou pas
    Pétats pas
    Sur le chemin
    De mes reves

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Unir et désunir les mots en de poétiques arabesques.

      Supprimer
  39. Les faire
    Danser
    Au souffle
    De la Vie

    RépondreSupprimer