13/10/2015

76 La flamme


Cette image, tres simple, represente une flamme verte aux differentes nuances de cette couleur, lumineuse au centre de la flamme et allant en s'obscurcissant a mesure qu'on s'approche des ses contours vacillant. Au centre de cette flamme on peut lire les celebres initiales LMM qui font aussi office de logo du Marginal Magnifique. Cette flamme verte est d'autant plus remarquable qu'elle se détache sur un fond totalement noir. Cette image aussi belle que simple illustre on ne peut plus justement le poeme intitule La Flamme de l'immense poete qu'est LeMarginal Magnifique dans lequel celui-ci, avec tout le talent qu'on lui connait, defend ses convictions personnelles envers la societe alienante environnante. Il met en avant la force de ses principes qui lui permettent de resister envers et contre tous puisqu'il sait qu'il detient la verite. La famme du titre et de l'image symbolise cette force interieure qui brule en lui. Encore un extraordinaire poeme, au sens riche, qui fera date, du Marginal Magnifique !


On dit que les voyages forment la jeunesse
Je suis beaucoup trop vieux pour être formé
Alors je reste dans mon canapé sans bouger
Oui il existe des extravertis et des introvertis
Moi je suis de tempérament extra-introverti

Déjà que la condition humaine s'avère infecte
Si on y ajoute le boulot c'est carrément l'enfer
Changer le monde dur sans être un super héros
Alors en la triste absence de pouvoirs occultes
Me contente de leur dire de se le foutre au cul

Je reconnais que j'ai la flemme et j'en suis fier
Je survis ici-bas grâce à ma flamme intérieure
Ce qu'ils imaginent je m'en tape le coquillard
Je sais qu'au final je finirai dans le corbillard
M'échapper de la mêlée telle est ma destinée


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

76 commentaires:

  1. Eh bien, cher Marginal, après plusieurs poèmes quasi musicaux, vous revenez à des vers plus amples ! J’apprécie, il faut changer de « fréquence » de temps en temps, et vos phrases coulent avec la fluidité et l’évidence qui vous caractérisent. Vous avez choisi une illustration sobre : une simple flamme électrique, teintée d’un vert métaphysique qu’on croirait tout droit sorti de chez Matrix. C’est bien, le texte n’en ressort que mieux !

    Je ne suis pas un sale gosse, mais je sens ce poème comme si je l’avais écrit : il n’y a que la « flamme intérieure » qui nous soutient en dernier ressort, tout le reste, vaut mieux pas trop compter dessus en ces temps-ci. Bon, vous n’êtes pas si « extra-introverti » que ça malgré tout, vous vous débrouillez dans la jungle urbaine, avec les mâles comme avec les femelles, ni si vieux d’ailleurs. Ne faites pas votre coquet ! Je crois que votre canapé peut encore attendre un peu avant que vous ne le squattiez à longueur de journée ! Et sinon ce poème est un bon prétexte pour écouter Eternal Flame des Atomic Kitten, une chanson de quand on avait vingt ans…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de varier un peu, cher Laconique, effectivement. J'ai quand même l'impression de tourner en rond parfois au niveau des thèmes : on ne se débarrasse pas facilement de ses obsessions que voulez-vous ! Enfin, je fais le boulot, c'est l'essentiel, j'essaie d'être à la hauteur et de suivre tant bien que mal le rythme cadencé du Goût des lettres.

      Je savais que ce poème vous parlerait, cher Laconique, vous qui en matière de flamme intérieure êtes plutôt bien loti. Mais la flamme qui vous anime n'a rien d'inné, vous envoyez depuis toujours de la bûche pour entretenir votre grande puissance...

      Pour ce qui est d'être "extra-introverti", c'est plus compliqué que ça. En fait, c'est juste une façon de dire que je me suffis à moi-même. Et si je peux me montrer communicatif avec "les mâles et les femelles" et afficher une image sociale tout à fait convenable, au fond il n'en est rien, je reste sur mes positions et ma vie intérieure écrase toutes celles que j'ai à l'extérieur.

      Je vous remercie pour la chanson, cher Laconique, elle est sympa, mais je dois être moins fan que vous, elle m'a moins marqué, je suis pas trop friand de pop sucrée. Cela étant dit, les chanteuses mériteraient d'avoir affaire au Priape Magnifique !

      Supprimer
  2. On peut en faire des voyages dans un canapé:"Nous aurons des lits pleins d' odeurs légères, des divans profonds comme des tombeaux" disait Baudelaire...J'ai toujours su que tu étais un poète maudit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me révèles à moi-même : je suis un grand voyageur en fait !

      Supprimer
  3. Un poète qui sur ce coup fait descendre le moral en flèche. Trop noir pour moi même si je suis sensible à cette flamme qui brûle autant que les mots durs et qui je le reconnais m'attire car j'ai lu et relu ce poème pour essayer de bien le comprendre. Bonne soirée monsieur Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est question de sensibilité et de subjectivité. On peut voir aussi dans ce poème sagesse, sérénité et source de motivation. Je t'invite d'ailleurs à regarder la présentation qui en est faite sur ma page Facebook pour, peut-être, en changer ta perception.

      À bientôt.

      Supprimer
  4. Ca me parle ce poème. Garder la flamme envers et contre tous, conscient de la réalité environnante avec la force en soi comme un roc dans ses idées et valeurs. Oui, ça élève. Salut Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content que ça te parle, l'Idéaliste ! Que le feu brûle en toi et rayonne tout autour !

      Supprimer
  5. Des lignes froides, désabusées, sombres mais éclairées par la flamme. sacrée, cette énergie vitale qu'on a tous en nous, mais qu'il faut entretenir au long de notre vie, en l'orientant et en la canalisant selon notre personnalité, la qualité de nos pensées et la gestion de nos émotions. C'est sûr que ce poème n'est pas gai quoique les expressions et jeux de mots à "La Marginal Magnifique" lui confèrent son côté humour noir mais sa face cachée, c'est ce culte positif de la personnalité qi'il prône, être soi en tout bien tout honneur. Et il me fait penser à cette réconfortante citation d'Alexandra David-Neal :"C'est en soi qu'il faut cultiver la flamme qui réchauffe. C'est sur soi seul qu'il faut s'appuyer". Ne résume t-elle pas le sens profond de ton poème dans toute sa subtilité ? Bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh oui, il faut l'allumer, la cultiver et la faire croître, cette "énergie vitale" ! Et parfaite citation très à propos en effet, tu n'aurais pas pu trouver mieux, c'est exactement ça.

      Supprimer
  6. La flamme danse et les paroles rythment et cadencent comme du rap. Du coup je me suis mis à chanter et ça passe bien. Une bonne musique et on est dans le tube. Le rap, c'est génial et le poème bien adapté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, on trouve de bons trucs pourtant, comme dans tous les genres de musiques.

      Supprimer
  7. Je t'ai mis à l'honneur, avec 2 comparses...magnifique, nique, nique !

    RépondreSupprimer
  8. On voudrait être différent des autres mais dans le fond on se ressemble tous!
    Bien sûr on a des moments où l'on se sent unique, on croit comprendre le pourquoi et le comment mais finalement à quoi bon se creuser les méninges,le temps fuit et on aperçoit déjà le bout du chemin...
    Bonne soirée à toi cher poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, des paroles sages ! Je dirais même qu'en plus de "vouloir être différent" on a tendance à se croire différent. Ah, immense orgueil humain ! Mais il faut reconnaître que ça peut être déprimant de s'imaginer une fourmi éphémère parmi les autres, ce que nous sommes en réalité.

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  9. A chacun la liberté de construire sa réalité,d'oeuvrer pour son intime vérité,
    n'est courageux que celui qui travaille pour l'oeuvre de son coeur,
    se sait-il l'artiste d'un bonheur hors de toute contrainte,ne sera-t-il l'esclave d'un inutile et impitoyable travail,pourtant Dieu que sa fortune grandira,sera-t-il riche d'un amour en constante élévation,heureux sera-t-il lui le travailleur de vérité,si sincère,si humble alors,aura-t-il mérité une douce et sereine retraite en ce pays baigné d'une divine lumière,en sa conscience la mort même n'est une peur,à cet être telle est sa réalité,telle est sa liberté de vivre en toute vérité.

    Je crois deviner en toi cette liberté,cet appétit de vivre en toute vérité,
    salut à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sage a parlé ! On se comprend, êtres authentiques et vrais se reconnaissent. Et tu me devines bien en effet...

      À bientôt.

      Supprimer
  10. N'est pas vieux qui veut...
    Vous êtes drôlement doué dans la poésie, bravo !
    Bonne soirée. julie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du boulot d'être vieux... Merci pour le commentaire.

      Bonne soirée et à bientôt.

      Supprimer
  11. L’autoproclamé Marginal Magnifique
    M’a amené d’emblée à prendre distance,
    Avec le moi en dominante narcissique,
    Centré sur sociales inexistences !

    Mais à peine avais-je commencé à lire,
    Que je compris que ma conne suspicion,
    Le ferait à la bonne place sourire,
    A la marge de ses distanciations !


    El papet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, le papet, merci pour tes deux quatrains ! La distance, la distance, y a que ça de vrai...

      Le seul, l'unique, l'autoproclamé Marginal Magnifique.

      Supprimer
  12. Tant qu'en nous, une petite flamme brillera
    Force du mental et sérénité on aura
    Je veux encore et toujours y croire
    A une vie meilleure et à l'espoir
    Qu'un jour l'ensemble du genre humain prendra conscience
    De l'essentiel , pour retrouver du bien-être l'essence
    Il faut tôt ou tard stopper la décadence
    Le Marginal l'a très bien compris
    Et son poème chante la flamme en vie
    Car comme le grand Hugo l'a écrit un jour
    Le poète pour la maintenir doit souffler dessus toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pote poète toujours là pour apporter sa pierre à l'édifice... et en rimes s'il vous plaît !

      À bientôt.

      Supprimer
  13. Laisser
    Son soi
    Être joie
    Peut importe
    Le regard
    Sur moi
    Mon moi
    Fredonne
    Le choix
    D'être
    Moi...

    J'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un mètre très court pour exprimer le bonheur simple d'être soi-même ! J'aime.

      Supprimer
  14. C'est quoi la flamme ? Je lis ce poème et les commentaires et j'arrive pas à me faire une idée et ça m'intrigue. C'est bien compliqué. Peut-être pourrez-vous , Monsieur Le Marginal m'aider à mieux comprendre ? Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, rien de bien compliqué, je vous rassure. Si vous souhaitez mieux comprendre, le plus simple est encore de voir la présentation que j'ai faite du poème sur ma page Facebook le jour où je l'ai publié ici.

      Pour reprendre les termes que j'employais, "la flamme" c'est "une force intérieure et des valeurs à toute épreuve s'appuyant solidement sur des principes nobles et des convictions d'airain, longuement forgés et médités sur l'enclume de l'expérience et de la connaissance". Mais, au fond, c'est mieux que cette "flamme" ne soit pas clairement définie et garde une part de mystère afin que chacun y mette ce qu'il veut.

      Et dorénavant, afin de ne rien rater des éléments de compréhension et profiter pleinement du lancement des nouveaux poèmes, je vous engage à vous inscrire à la newsletter.

      Supprimer
  15. Une citation de Confucius, Magali :"Le plus grand voyageur n'est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui -meme." C'est de cheminement intérieur qu'il s'agit. J'espère vous aider à comprendre un peu plus ce poème mais il faut reconnaitre que les poèmes du Marginal ne sont pas aussi simples qu'il y parait et j'espère monsieur Le Marginal que vous ne m'en voudrez pas de le souligner mais le sens ne saute pas toujours aux yeux. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est simple d'apparence n'est en effet pas aussi léger qu'on peut le croire et pas aussi facile à obtenir. Puis, c'est une évidence, la simplicité d'accès donne de la force au sens profond. J'aime le dénuement et la perfection dans la simplicité en tout cas.

      Pour rester dans les citations, Chopin a dit : "la simplicité est la réussite absolue. Après avoir joué une grande quantité de notes, toujours plus de notes, c'est la simplicité qui émerge comme une récompense venant couronner l'art." Et Léonard de Vinci : "La simplicité est la sophistication suprême."

      Bonne soirée.

      Supprimer
  16. Rien ne vaut la simplicité, mais la vie est souvent compliquée. Il faut de la force morale pour maintenir la flamme et surtout la maîtriser pour ne pas se laisser consummer. Une lutte qui donne du sens à la vie. Un grand salut de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La flamme est le seul salut quand plus rien ne va. Mais c'est vrai qu'il est parfois difficile de ne pas la laisser s'éteindre. Mieux vaut se laisser consumer à la limite !

      Supprimer
  17. Alors, on paresse ? Le principal étant que tu sois heureux. Si tu l'es ainsi alors, rien à dire. Qui sommes-nous, bipèdes de peu de foi, pour oser juger ? ce serait bien malvenu ! à chacun ses vices....rires ! bonne soirée et bon we. Cela faisait bien longtemps que je n'étais pas venue ici. Bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement ça faisait longtemps que je ne t'avais pas vue ici ! Je reconnais ce "C" entre mille pourtant... Comme tu dis, l'essentiel est d'être heureux, tout en ne rendant personne malheureux bien sûr.

      Supprimer
  18. A chacun sa flamme. Comme toi, je veille à la mienne avec détermination et courage en mec responsable. Un salut de moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joss a la flamme ! Pas étonnant qu'il soit le boss alors...

      Supprimer
  19. Point de paresse quand les pensées rencontrent leur vérité,
    quand elles guident leur être sur la voie de la sagesse,
    très bon week_end à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La sagesse enseigne à borner ses désirs. Bon week-end à toi également.

      Supprimer
  20. D'accord avec Loic. Pas de flemme quand la méditation apporte sérénité et meilleure connaissance de soi. D'ailleurs on a la flemme que pour les choses qu'on aime pas faire. Pour le reste la flamme est là. Salut et sourires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème c'est qu'on veut nous forcer souvent à faire des trucs qu'on ne veut pas faire, d'où la flemme incommensurable qui est acte de révolte en soi... et qui nécessite grande flamme !

      Supprimer
  21. Par expérience, je sais qu'on ne sait jamais. La vie est une longue et grande aventure et on apprend toujours au fil des expériences et la sagesse évolue aussi selon sa personnalité et en allant de l'avant. Il n'y a pas d'âge pour être formé. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, je n'aurais pas dit mieux. La vie est un long chemin sur lequel on évolue constamment au gré de ses pérégrinations. Je ne suis pas le même que l'an dernier et je ne serai pas le même l'an prochain, bien que la personnalité profonde subsiste. Bonne journée.

      Supprimer
  22. Rebelle
    Sensible
    Étire
    Le vent
    Sous
    Le ciel
    Chamboulé
    De la Liberté
    Je suis
    Une plume
    Chahutée
    Au vent
    Mais
    Je glisse
    Dans
    Les couloirs
    De mon Etre
    Doux
    Rêves évadés . ...

    RépondreSupprimer
  23. La flamme s'éteint... reviens nous poète :)
    Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La flamme est là ! Elle veille, peinarde... mais s'embrasera à nouveau sous peu ! Merci pour le commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  24. La Liberté
    Est
    Une douce
    Sensation...

    RépondreSupprimer
  25. La plus...libre
    Sourire

    RépondreSupprimer
  26. Mystérieuse Etoile, j'apprends à t'aimer comme j'aime Le Marginal. Tu brilles comme la flamme du Marginal et à vous deux, vous me faites aimer la poésie avec la force de vos mots et vos sensibilités qui se rejoignent autour de cette flamme qui en dit long à ceux qui veulent s'y attarder.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vive la poésie alors ! C'est d'ailleurs le motif d'un des tee-shirts phares de ma boutique officielle.

      Supprimer
  27. Pour les grands coups de flemme, on connait tous. Pour se contenter de sa flamme intérieure pour vivre, c'est pas gagné surtout en ce qui me concerne. On a toujours plus ou moins des problèmes relationnels avec soi-même et le monde extérieur fait diversion. Se distraire de soi-même, c'est pas mal non plus mais bon, t'es poète et ta flamme n'a pas la même puissance puiqu'elle t'inspire des poèmes. Un cordial salut d'un terrien extraverti que ta flamme d'introverti fait réfléchir à plus d'introversion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème est justement là ! "Le monde extérieur fait diversion" ! C'est jamais bon, et ceux qui ne peuvent rester seuls avec eux-mêmes ont du souci à se faire, ils doivent être bien creux.

      Supprimer
  28. Je pense à la magnifique chanson de Calogero : C'est dit : "On est riche que de ses amis". Hélas on est trop souvent déçus par ses amis. Mieux vaut donc apprendre à se suffire à soi-même et être riche de sa flamme intérieure. Bonne journée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
  29. Mince,je dois être pauvre . Faut que je me soigne et que je pense un peu plus à mon égo et un peu moins à la fiesta. Cordial salut;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris ! Mais régale-toi quand même...

      Supprimer
  30. Je suis
    La plume
    Au vent
    Je m'égare
    Je me perds
    J'oublie
    Le temps
    Qui
    S'enfuit
    Je regarde
    Le vide
    Plein
    De tant
    De rien
    Qui
    Pourchasse
    L'invisible
    Je suis
    L'encre
    De la plume
    Qui délié
    Les lettres
    Tues
    J'e rafale
    L'air
    De rien
    En tant
    D'évidences
    Que
    Je me perds
    Sauvage
    Libre
    Je suis
    Un bout
    Du vent
    Qui
    Envolé
    Tes pages
    Effeuillees


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La liberté avec une plume" d'Étoile, après "Le bitume avec une plume" de Booba...

      Supprimer
  31. Voyage au coeur de soi, le plus passionnant et mystérieux des voyages. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  32. Plutôt triste ce poème. Désenchantement, misanthropie, solitude, c'est du blasé grand format. La flamme intérieure suffit-elle pour avoir encore du peps ? On peut s'interroger mais c'est peut-être le but du poème. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, je reconnais là quelques-uns de mes grands thèmes, qu'on peut retrouver dans beaucoup de poèmes ici. Mais la misanthropie n'empêche pas la flamme de crépiter ardemment !

      Supprimer
  33. Je confirme les voyages forment la jeunesse et même les plus vieux, mais après quel pied de retrouver la chaleur du foyer et de se retrouver soi-même, la flamme n'est que plus nourrie. Salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
      Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
      Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
      Vivre entre ses parents le reste de son âge !"

      Joachim du Bellay

      Supprimer
  34. Bonjour MM, tu vas bien ?
    Etoile me manque... tu peux rien faire pour la faire revenir ? Au moins chez toi... :)
    Bisous du soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Julie.

      Étoile a disparu de le circulation... va savoir où elle est passée. Peut-être a-t-elle trouvé ici un appui et un refuge dont elle n'a plus besoin aujourd'hui.

      Si elle veut revenir elle reviendra, chacun est libre !

      Et toi tu es toujours la bienvenue.

      Supprimer
  35. Alors MM, as-tu déclaré ta flamme ? :) Je plaisante, c'est pour te faire un t'it coucou.
    Bonne soirée. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marrant ça, je n'y avais pas pensé ! Tu restes la reine incontestée des jeux de mots.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  36. Hum... en con testée, je pèse guère épais !
    Humour abs(con)s. :)

    RépondreSupprimer