07/02/2016

46 Sonny Chiba


Cette image est extraite du film "Kill Bill" que Quentin Tarantino a realise en 2003. Elle montre un homme d'origine asiatique tout de blanc vetu, assis en position du lotus, en train de tendre à bout de bras une epee legerement courbee, un katant. Cet homme est l'acteur Sonny chiba, qui incarne Hattori Hanzo dans le film, un celebre forgeron a la retraite, que La Mariee laissee pour morte lors de son mariage par ses anciens partenaires de l'organisation de tueurs a gage Le Detachement International des Viperes Assassines, vient voir a Okinawa afin qu'il lui forge un katana exceptionnel qui sera l'arme de sa vengeance. Cette image accompagne le poeme u Marginal Magnifique dans lequel l'immense poete affirme sa volonte d'affronter sans sourciller les vicissitudes de ce monde. Sonny chiba, celebre acteur asiatique de films d'arts martiaux a ete choisi pour illustrer cette force de caractere et son personnage d'Hattori Hanzo represente quant a lui la dignite et la noblesse, le refus des compromissions, puisqu'il a choisi de se retirer pour ne pas creer d'armes de mort, abandonnant du meme coup honneurs et fortune. Encore un extraordinaire poeme du Marginal Magnifique !


Certains sont nés pour lécher avides des culs
D'autres leur âme princière à vaincre décuple

Face à l'adversité je souhaite rester impavide
Oui un verre plein est différent d'un pas vide

Gagner ou perdre une question de perception
Mais sur le damier vital le faux perd ses pions

Vil suceur de fions écarte-toi de mon chemin
Tu n'arrives pas aux coussinets de mon chien

Ne veux être ni le premier ni le dernier ici-bas
Afficher juste la force stoïque de Sonny Chiba


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

46 commentaires:

  1. Lécher "le cul" n'est qu'une entreprise de degrés... pour que cela devienne vertu ; où vice versa.
    Moi par contre, suis Nikon (hum) ni Canon (ça dépend de jour) mais complètement Sony ! :D
    Et suis toujours d'accord avec toi ! Belle découverte ce M Chiba, cognais pas... :)
    Bisous XMM, belle fin de dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la reine des jeux de mots, dis donc, en grande forme !

      En dehors de la sphère érotique et des salutations canines, lécher le cul n'a jamais rien de vertueux si tu veux mon avis...

      Enfin, merci pour ton commentaire !

      À bientôt.

      Supprimer
  2. Si tu n'aime pas, efface... m'en fiche ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Ah là là cher Marginal, vous voulez me filer la trique ou quoi ? Rien que cette image de Hattori Hanzo en position du lotus avec un katana luisant, j’en aurais les larmes aux yeux, je me rappelle encore les paroles du film : « C’est le meilleur sabre que j’aie jamais fait. Même si Dieu, même si Bouddha se présentait en face de toi, tu pourrais le tailler en pièces avec ce sabre ! » Ah putain c’était le bon vieux temps, Tarantino dans toute sa prime vigueur…

    En tout cas, voilà un poème qui traduit une intention esthétique limpide, un poème ciselé et tranchant comme un sabre ! Je dirais même que vous frisez la névrose kubrickienne de perfection, y a pas deux millimètres d’écart entre la longueur des vers, c’est ajusté au fil du rasoir. Méfiez-vous, vous allez finir avec une barbe hirsute, un peu de bide, des yeux injectés de sang, à fignoler des poèmes cristallins en pantoufles et robe de chambre ! Le Kubrick de la poésie ! En plus le fond colle parfaitement avec la forme, mais là j’en rajoute pas, vos mots se suffisent à eux-mêmes, vous tranchez de façon altière le conformisme et la soumission (je dirais quand même que j’apprécie particulièrement la quatrième strophe, y a pas un mot à changer). Bon, je crois que je vais me refaire « Kill Bill » moi un de ces quatre !

    (P.S. : Peut-être que je me trompe, mais je soupçonne une tentative d’innovation technique sur ce poème. En bas de l’image, je vois un rectangle noir avec une flèche et une indication : « Source non valide ». Cela renvoie à une bande-son peut-être ? Mais ni avec Internet explorer, ni avec Firefox, je n’arrive à percevoir le moindre son.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la la, cher Laconique, je serais ravi de parvenir à dresser votre auguste membre ! Qui n'a cependant pas besoin de moi pour cela : je suis certain qu'un nombre incalculable de vos groupies du Goût des lettres se font une incommensurable joie de prodiguer caresses et coups de langue jusqu'à ce que votre mât atteigne sa position altière et dominante. Mais vous êtes peut-être trop noble pour accepter de vous compromettre avec de jeunes fans en chaleur admiratives de votre brillant cerveau, par avance acquises, et rampant à vos pieds à poil avec leur énormes seins juvéniles pressés contre vos tibias inflexibles, tout dressés, appétissants et implorants que fussent leurs mamelons à la fraîcheur de rose !

      En tout cas, je vois que vous maîtrisez parfaitement vos classiques avec la mention de cette excellente citation du film à laquelle j'ai moi-même pensé. Vous vous permettez même une petite liberté avec le texte original : je ne suis pas certain que Tarantino parle de Bouddha, lui... Enfin, vous êtes assez puissant pour vous octroyer cette petite facétie.

      Je vous remercie pour vos compliments et pour ce qui est de "ma névrose kubrickienne de perfection", je crois qu'on peut dire que vous avez tout à fait raison. Je suis un maniaque ! Il faut que ce soit ciselé, c'est la condition sine qua non de tout art, chaque détail compte, cher Laconique ! Je serais pas contre le destin que vous m'imaginez : "une barbe hirsute" en train de "fignoler des poèmes cristallins en pantoufles et robe de chambre". Mais vous pouvez laisser tomber "le bide", n'oubliez pas que Le Marginal Magnifique pratique l'ascèse la plus stricte.

      Je suis d'ailleurs tellement maniaque que j'ai dû, après votre post-scriptum et des heures de boulot vain, abandonner l'idée d'intégrer une piste audio sous mon image d'illustration, parce que, même si j'étais parvenu à une solution pour envoyer du son, certains détails clochaient. Putain, c'est quand même dommage, ce poème gagnait en force avec son illustration sonore ! Je n'avais pensé à cette publication qu'avec elle, alors comprenez ma déception. On n'est jamais tout à fait libre avec cette putain de technologie !
      Sachez toutefois qu'il s'agissait de l'extraordinaire "The Lonely Shepherd" qu'on trouve dans la bande originale de "Kill Bill" et qui accompagne si bien la scène de la remise du sabre. Vous pouvez toujours vous la réécouter sur Youtube ou ailleurs, mais je ne suis pas certain que vous puissiez échapper à une érection instantanée et énorme !

      Supprimer
    2. Ah putain ce choix me brise le cœur… Durant vos tentatives j’ai pu voir pendant quelques instants ce poème et cette illustration avec la musique en fond, et ça a de quoi tirer les larmes des yeux ! Mais je ne désespère pas : dans ce genre de projets, il ne faut pas s’acharner, laisser décanter un peu, et la solution s’impose d’elle-même.

      Supprimer
    3. Il faut dire que cette musique est superbe : elle suffit à elle seule à "tirer les larmes des yeux".

      Je crois bien avoir épuisé toutes les solutions, sans succès, je suis frustré, mais comme je n'ai pas réussi à obtenir exactement ce que je désirais je préfère renoncer.

      Et je vous remercie pour votre sollicitude, cher Laconique !

      Supprimer
  4. Grâce à ton percutant poème, je fais la connaissance de Sonny Chiba. Bravo pour les jeux de mots et les expressions qui claquent comme des coups de fouet assenés à l'imposture sous toutes ses formes et qui rythment avec force et conviction le désir d'être incorruptible aux compromissions. Réaliste et surprenante, j'aime cette originale et subversive vision du genre humain, c'est impitoyable, mais en même temps élévateur par la quête de l'élitisme. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content de t'avoir fait rencontrer Sonny Chiba ! Il faut dire que tu es excusable de ne pas connaître cet acteur, il n'est connu seulement de quelques cinéphiles avertis, et c'est surtout son rôle dans "Kill Bill" qui l'a rendu plus populaire en Occident. Moi-même d'ailleurs ne le connaissais pas avant que Tarantino ne le mette à l'honneur.

      Tu as bien saisi en tout cas qu'il s'agit ici d'"élévation" et de refus des "compromissions", quelles qu'elles soient, qui tirent vers le bas.

      Merci pour ton commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  5. Mon pote Le Marginal a bien raison
    Fuck autour tous les divers poisons
    Faut dire qu'ils sont plutôt légion
    Lèches culs, tricheurs, glandeurs de tous horizons
    Loin de nous, nous vous préférons et laissons
    Mon pote Le marginal a bien raison
    Affichons Sonny Chiba sur notre blason.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, mon pote poète ! Je vois que ce Sonny chiba t'inspire toi aussi. Et, oui, ton pote Le Marginal a TOUJOURS raison !

      Supprimer
    2. J'adore ta modestie... :D
      Je t'aime bien, toi... tu me fais trop rire !

      Supprimer
    3. Éh oui, il faut être modeste. Ce n'est pas la moindre de mes qualités, avec l'intelligence et la beauté bien sûr.

      Supprimer
    4. La modestie, très bien ! l'intelligence, au top... ;) pourrais-je avoir une photo ? :D

      Supprimer
    5. Mi stère et boule de gomme. :)
      C'était pour de faux, ce qui compte surtout, c'est ce que tu débites, en prose ou en vers... merci pour tout !

      Supprimer
    6. Je dé bite, oui. Hum... J'essaie d'être à la hauteur niveau jeux de mots !

      Supprimer
    7. Mon Dieu, j'espère que mes amis virtuels vont pas passer par ici... :D
      PS Ton niveau n'as vraiment rien à envier au mien... :)
      Bonne nuit MM

      Supprimer
  6. Ouah ! Excellents les 2 volets de la série, les acteurs, ce Sonny Chiba c'est un grand, la musique, la mise en scène, les combats, ça te prend aux tripes jusqu'à la fin. Parait qu'il y aurait un Kill Bill 3 prochainement. Se forger un caractère comme on forge un katana, superbe inspiration, je rends gloire à ton imagination et pour le cinéphile que je suis, c'est que du bonus. Cordial salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Àh ça pour être excellent, c'est excellent !

      Et, effectivement, il fut un temps question d'une suite, et même plus, aux deux premiers volumes de "Kill Bill", mais depuis Tarantino a dit qu'il ne les ferait pas. Enfin, peut-être changera-t-il encore d'avis...

      Supprimer
  7. Le stoïcisme et ses mensonges...J'aime tes textes , vraiment ,mais je hais le Japon en son héroïsme suicidaire, faut-il renier ses émotions sans sensiblerie au nom d' un hypothétique honneur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi "ses mensonges" ? "Émotions" et "honneur", je crois qu'on est un peu dans la dichotomie homme et femme, mais je ne suis pas pour "renier ses émotions", ni, pour plagier Brassens, de ceux qui sont prêts à mourir pour des idées et des "hypothétiques" principes.

      Supprimer
  8. ne pas montrer sa peur à l'autre...garder en soi cette part de mystère. c'est très certainement ce que je préfère. garder la maîtrise de soi... bonne soirée à toi. C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La maîtrise, toujours ! Il faut rester digne et garder le contrôle, de ses pulsions, de ses émotions, de ses peurs. Là est la voie de la sagesse.

      Supprimer
  9. Comme je dois être sage.....(sourire) ! Bonne soirée à toi. mes émotions sont à l'intérieur...C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu m'as l'air très sage ! Mais à l'intérieur c'est un feu qui bouillonne !

      Supprimer
    2. Zut, je suis cernée...(sourire) Bise.

      Supprimer
    3. Je lis en toi comme en un livre ouvert, voyons.

      Supprimer
  10. Pas facile tout ça, surtout de pas dérailler de la voie de la sagesse. Et garder toujours la maîtrise de soi, ça c'est la super force, l'arme défensive comme un katana sur laquelle les attaques n'ont pas de prise. Suis d'accord avec vous et Cassiopé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très, très dur en effet ! L'équilibre et la sérénité sont des biens précieux difficiles à obtenir et à sauvegarder.

      Supprimer
  11. Encore un poème qui me parle. L'estime de soi est importante et c'est bien de le dire ludiquement en rappelant ces films cultes. Bonne journée Le Marginal dans une heure je bosse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poème qui ne peut que parler à un "Idéaliste" ! Et bosse pas trop quand même, c'est mauvais pour la santé...

      Supprimer
    2. :)
      Doux après midi MM.
      Bise fainéante.

      Supprimer
  12. LMM Ou les poèmes les plus culs, avec ceux d'Orfeenix...Uma Thurman cette pauvre fille qui fit une si médiocre reprise de Emma Peel. Je lui en veux à mort. C'est scandaleux...elle l'a reconnu elle-même ! Comment oser s'attaquer à L'Emma de Diana ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore je suis soft sur ce coup-là, mais attends la suite !

      Tu dois faire allusion à l'adaptation ciné de "Chapon melon et bottes de cuir" que j'ai vue il y a longtemps et qui effectivement ne vaut pas un clou.

      Mais j'ai quand même du mal à en vouloir à Uma quand je pense à "Kill Bill", et, au fond, je la connais surtout pour ça.
      Ah oui, et aussi pour son rôle d'ingénue dévoyée dans "Les Liaisons dangereuses" de Stephen Frears. Il me semble bien qu'elle est à poil là-dedans d'ailleurs... Hum, non, décidément je ne peux pas lui en vouloir !

      Supprimer
  13. J'aime cette image d'un damier où nous sommes posés le temps de cette existence,mais d'un damier de plus de 100 ou 64 cases,quoique pourraient-elles représenter chacune une année,en ce vaste jeu ayons la réflexion de notre sincérité,l'intelligence de notre humilité,en vrai accordons tout l'esprit de notre amour,serons-nous si sûrs d'emporter le trophée du bonheur,

    très bonne soirée à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, cher Chasseur d'images spirituelles, justement je me disais qu'il faudrait que je te rende visite.

      Éh oui, la vie c'est un peu comme un grand jeu d'échec et je crois bien que, s'il faut adopter une stratégie, celle qui mise sur "notre sincérité" et "l'intelligence de notre humilité", si elle n'est la gagnante forcément, sera au moins la plus honorable.

      Bonne soirée à toi et à bientôt.

      Supprimer
  14. Paronymes dans la paix des montagnes
    Pètent plus haut que célèbre en castagnes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eeeeeeeeeeeeeeeeeeeel papet ! Il est là ! et tout en allitération s'il vous plaît.

      Supprimer
  15. Il est où le bonheur chante Maé. Un petit tour chez le Marginal avant d'aller taffer et le moral est là. Alors il est où le bonheur ? Une bonne chanson, un bon poème et on le touche mais gaffe, fragile et change comme le temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bonheur est un fil sur lequel on marche en équilibre instable. Il en faut très peu pour le faire vaciller, cet équilibre, et si l'on ne possède pas la flamme, la moindre contrariété extérieure, tel que le mauvais temps, peut le bouleverser complètement. Mais la poésie reste un bon moyen de se régaler, c'est vrai !

      Supprimer
  16. L'expression âme princière me plait bien et la volonté à se la forger encore plus. N'est pas quelqu'un de bien qui veut, certes il y a une propension mais il faut se travailler être à la fois humble et fort et les deux derniers vers de votre poème le disent bien. Votre juvénile poème est plein de bons sentiments comme le rejet des parasites et l'estime de soi et ma maturité y trouve son compte même si les films dont vous parlez ne sont pas mon genre de goût. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça faisait longtemps que tu n'avais pas ramené ta fraise par ici, Le mature. Content de te revoir ! Et tu as raison de profiter de ma "juvénile" poésie pour te ressourcer un peu...

      Concernant les films, les "goûts" n'ont rien à voir là-dedans, quand c'est bon ce n'est pas une histoire de "genre".

      Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer