16/03/2013

58 Solitaire


Cette image est une photo en noir et blanc qui montre la silhouette miniscule d'un homme se detachant sur l'horizon, avec absolument rien qui l'entoure. L'homme parait insignifiant au milieu du ciel immense et nuageux dans lequel perce une eclaircie. Ce choix de cadrage donne une forte impression de solitude. Neanmoins, bien que minuscule par rapport a l'immensite qui l'entoure et totalement isolee, la silhouette attire le regard puisqu'elle est parfaitement centee et qu'elle semble ouvrir les nuages autour d'elle, a l'instar d'un nouveau Moise. Ainsi, l'homme peut etre assimile a une sorte de messie, impression renforcee par la lumiere emanant d'entres les nuages au-dessus de lui. Cette superbe photo accompagne parfaitement le non moins superbe poeme du Marginal Magnifique intitule "Solitaire", dans lequel le poete affirme son independance de valeur, de corps et d'esprit dans un monde qu'il comprend mais n'approuve pas.


Être reconnu avant après sa mort
Ça ne vaut rien cela n'a aucun prix
Compter double ou compter triple
Je m'en fous m'en tape royalement
Être intègre noble avoir des tripes
C'est ça qui compte tel est mon but

Chaque seconde me sens équilibré
C'est ce monde dehors qui est fou
On traverse des torrents de merde
Comment faire pour rester propre
A moins d'être un Andy Dufresne
S'accrocher à ses rêves et avancer

Survivre est ce qui m'occupe ici-bas
Trop bien armé je suis irrévérencieux
Mais tel Mallarmé je révère les cieux
Dans cette immense cage à bestiaux
Ou tu crèves ou tu acceptes la baston
Je préfère me terrer dans mon bastion

Analogue en tout à un gros diamant
Je suis solitaire j'ai un prix je brille
Mais je fuis la société consumériste
Peut-être mieux de se consumer vite
Pourquoi respecter les règles du jeu
Elles sont biaisées je suis celles du je


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

58 commentaires:

  1. Très bon poème, cher Marginal ! Beaucoup de sujets abordés, beaucoup de choses à dire, mais rassurez-vous, je ne vais pas épuiser toute la matière que vous nous proposez, vos mots sont suffisamment éloquents pour se dispenser de glose superflue !

    Tout d’abord, cela me fait plaisir de vous voir revenir, après deux poèmes brefs, à un peu plus d’ampleur. Comme Victor Hugo (vous apprécierez la comparaison…), vous avez beaucoup d’idées, une vraie vision du monde, et c’est agréable de lire des textes un peu plus étendus de votre part. La densité c’est bien, surtout en poésie, mais pas trop non plus ! Mais je vous fais tout à fait confiance à cet égard, vous êtes expert dans l’art d’équilibrer les choses, de trouver les bonnes nuances, ce qui, après tout, est le propre de tout processus créatif.

    Je passe sur les nombreux points amusants et très sympas de votre poème (un poème qui réunit Mallarmé et Stephen King ne peut être que réussi, et je sais que vous êtes un grand fan du film « Les Évadés », sans doute un des meilleurs tirés de son œuvre avec le chef-d’œuvre de Kubrick, « Christine » de Carpenter et « Misery » auquel vous avez fait un clin d’œil ici ), et je vais directement au cœur du propos, à savoir la solitude. Un Marginal qui ne craint pas la solitude, cela va de soi, il n’en reste pas moins que ce penchant est assez atypique à notre époque où la valorisation sociale (ce que, dans d’autres milieux, on appellerait la « social proof ») a pris le pas sur tout le reste. Supporter deux heures de solitude est devenu une vraie marque de caractère ! Je souscris à votre message : les personnalités riches (« équilibrées » comme vous dites justement) trouvent souvent plus de plaisir dans la solitude que dans la fréquentation de leurs semblables, et vont droit leur chemin, la tête haute et la conscience nette. Surtout à une époque perturbée comme la nôtre ! Qu’importe d’être reconnu ou pas, la seule chose qui compte c’est d’être sincère avec soi-même, intègre. C’est le sens de votre poème et de bien d’autres qui sont sortis de votre plume.

    Mais j’ajoute que, dans votre cas, il y a bien plus que cela : il y a en plus une certaine délectation à choquer les conformismes, à dynamiter toutes les conventions. Ce n’est plus seulement l’amour de la solitude, c’est l’amour de la confrontation, du clash comme dirait Booba. Ne changez pas, les meilleures personnalités sont de cette trempe. C’est pour ça qu’on se régale à vous lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content que cela vous plaise, cher Laconique ! Votre approbation élogieuse applique le sceau de la qualité sur ce que je ponds.

      Mais il faut dire qu'avec vous, cher Laconique, je ne fais que prêcher un converti, c'est sans doute pour cela que ce poème vous parle tant : Mallarmé, King, dont on peut en passant remarquer la similarité des prénoms, ce qui prouve que leur rapprochement n'est pas si incongru que cela, et la solitude, du classique pour vous ! Vous nagez parmi ces sujets comme un poisson dans l'eau et dites d'ailleurs des choses très justes à leur propos.

      Et vous avez raison, ce poème est un peu plus "ample", sans doute plus riche aussi : comme vous l'avez compris, j'essaie de diversifier mes publications sur ce site, aussi bien en ce qui concerne la forme que le fond. Oh, je suis capable de beaucoup plus long encore, cher Laconique, Le Marginal Magnifique est aussi un marginal prolifique, il peut envoyer des tartines ! Et, à l'opposé, j'ai aussi quelques textes très ramassés comme "Faire le nid". Que voulez-vous, il faut varier les plaisirs, cher Laconique : je suis certain qu'après une petite levrette appliquée vite fait dans un coin, vous appréciez de pilonner tranquillement posé en missionnaire, chacun de ces plaisirs revêtant un charme supplémentaire par le simple fait de leur enchaînement. Éh bien, le principe est le même ici ! Bref, peut-être que prochainement je publierai quelque chose d'encore plus fourni que ce poème...

      A vrai dire, je ne sais même pas si je me "délecte" vraiment "à choquer les conformismes", "à dynamiter toutes les conventions", puisque ce n'est pas vraiment intentionnel de ma part. J'exprime juste ce que je pense de la façon la plus sincère possible, je crois que ça suffit pour bousculer l'ordre établi et mettre cher aux chantres du conformisme et de l'ordre établi. Tout ça fait partie de ma personnalité, je suis un "Electron libre" et un "Insoumis" ! Le pire c'est que je n'en ai pas conscience, je me crois très banal, mais ça, c'est jusqu'à ce que je me confronte au monde : alors j'ai la sensation de faire l'effet d'un "Tsunami" !

      Supprimer
  2. Tu ne me fais pas du tout l' impression d' être mal armé pour affronter le monde...( il est pourri ce jeu de mot là!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je dis :

      "Trop bien armé je suis irrévérencieux
      Mais tel Mallarmé je révère les cieux"

      Il est pourri, mais facile, et je l'ai fait avant toi !

      Supprimer
  3. S'assumer et assumer ses choix, ce qui est important c'est d'être en accord avec soi- même pour se faire des plaisirs dans la vie. J'aime les règles du je. Super poème. Salut et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Être en accord avec soi-même" et "assumer" ce que l'on est, surtout pour être libre et intègre. C'est la seule façon de marcher droit : si on calque sa vie sur ce que pensent les autres, on devient vite une vraie girouette !

      Bonne journée.

      Supprimer
  4. La solitude quand elle est voulue, elle n'est pas triste, si elle permet de se mettre en valeur, de se démarquer des autres par sa personnalité et ses différences, de mieux s'aimer et quand on n'est pas toujours moralement et sentimentalement dépendants des autres on est à coup sûr plus forts.
    Bonne journée Monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune tristesse dans la solitude en effet, elle est perçue comme un mal redouté alors qu'il n'en n'est rien.

      Je me méfie toujours des gens qui ne peuvent rester seuls : pour être seul il faut pouvoir être bien avec soi-même, assumer qui l'on est, ne pas avoir peur de plonger en soi. Combien en sont capables ? Beaucoup se fuient.

      Bonne journée.

      Supprimer
  5. Bonjour
    Mieux vaut être seul que mal accompagné. La solitude je l'ai apprivoisé et trouvé un juste équilibre. Et si parfois, je choque par mes propos c'est que je suis lucide et réaliste. Derrière mon apparence tranquille se cache un volcan.
    Bonne journée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour M.-P.,

      "Mieux vaut être seul que mal accompagné", un grand classique ! Je plains ceux qui pour échapper coûte que coûte à la solitude sont prêts à s'entourer de n'importe qui.

      Bonne journée, le volcan en sommeil !

      Supprimer
  6. Nous vivons pour notre gloire,qu'importe qu'elle soit reconnue par nos semblables,seule pour l'éternité de notre être profond,devons-nous cette reconnaissance,unique importance de ne trahir notre amour devons-nous,saluer en notre conscience notre grande chance d'être de cette existence,
    salut à toi Le Marginal et très bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, nous vivons pour notre propre "gloire", qui n'est pas de strass ni de paillettes, mais consiste simplement à être, comme je le dis, "intègre noble" et bon.

      Passe une agréable journée.

      Supprimer
  7. Une façon originale de traiter le thème de la solitude si souvent argumenté, en l'associant au culte de la personnalité. Ce "solitaire" là que tu racontes avec verve se veut d'avoir du recul sur le monde et la société qui l'entourent car sa lucidité aigüe se refuse d'adhérer à ce qui agresse sa sensibilité et son émotionnel. Dans ce cas-là le mot solitude est interprété comme une démarche intérieure souhaitée et vécue sereinement qui permet de respecter ses idéaux et d'aller de l'avant malgré un contexte pas toujours facile tel un Andy Dufresne avec son combat physique et moral forcené pour sa liberté. Je te livre cette éloquente citation de Montaigne :"Il faut se réserver une arrière-boutique toute nôtre, toute franche, en laquelle nous établissons notre vraie liberté et principale retraite de solitude". Et c'est dans cette introspection qui conduit à notre essentiel que l'égo prend toute sa dimension et que le "je" peut se sublimer comme tu le laisses entendre en te jouant subtilement des mots diamant et solitaire. Quand solitude rime avec non acceptation de compromis, de corruption et respect de son intégrité le mot pureté a l'éclat de ce précieux diamant qu'est le solitaire pièce unique comme toute individualité qui ose s'assumer, et tu l'as écrit magistralement en te mettant en scène. Du grand Marginal Magnifique, fidèle à ses valeurs.


    Bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, les citations sur la solitude ne manquent pas ! Il y a aussi celle-là, très connue, de Pascal : "tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre."

      Content que tu aies perçu le jeu de mots entre "diamant" et "solitaire", je me demandais si les lecteurs le saisiraient.

      Merci en tout cas pour ce commentaire qui redonne son sens au mot commentaire ("examen critique du contenu et de la forme d'un texte documentaire ou littéraire, en vue d'une lecture plus pénétrante de ce texte") !

      Bon après-midi.

      Supprimer
  8. Re-moi
    Pour répondre à ta question : oui le texte est de moi. J'ai vu le climat changer dans ma région, la pollution et tout le reste. Je dirais qu'il est le résultat d'une divagation de mes pensées. Une suite pourquoi pas, tu me donnes là une idée, je vais divaguer encore.
    Un grand classique, c'est vrai mais qui me correspond tout à fait.
    Je te souhaite une bonne soirée et à bientôt
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le texte est bon, j'aime bien la science-fiction, mais il faudrait le continuer ou alors mettre une chute.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  9. Toi que je ne connais pas...volontairement solitaire vaut mieux que désagréablement accompagné. Délibérément en marge plutôt que servilement derrière le troupeau et dans le moule imposé. Inconditionnellement libre autant que se peut et marginalement heureux car authentiquement soi et pas dupe. C'est du solitairement grand luxe. Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  10. Je me plais en ma compagnie. Je vois du monde par mon boulot, aujourd'hui jusqu'à 2Oh et se retrouver tranquille c'est trop bon. L'idée de briller comme un diamant dans mes petites crises de solitude me va très bien en toute modestie. Bon j'aime bien faire la Fête aussi mais c'est pour mieux rentrer après dans ma coquille pour me reposer. Un grand salut de Joss the Boss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut à toi le Boss, régale-toi bien dans ta coquille !

      Supprimer
  11. Bonsoir
    Merci du compliment, il me fait plaisir.
    Je pensais que la dernière phrase après le gif laissait une porte ouverte. Mais tu as raison, je vais songer à une suite.
    Tu sais parfaitement manier ta plume et j'aime ça, ce qui explique que je reviens.
    Alors merci pour le conseil
    Bonne soirée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai bien compris que la dernière phrase faisait office de conclusion, assez poétique même. Mais je m'attendais davantage à une fin surprenante, comme c'est généralement le cas dans ce genre de nouvelle. On reste un peu sur sa fin là, je trouve, surtout que comme je l'ai déjà dit c'est très bien amorcé : alors on s'attend à une chute à la hauteur.

      Bonne soirée :-).

      Supprimer
  12. Pour certains la solitude est un boulet, pour d'autres un refuge et c'est selon les moments de la vie et comment on se sent. De toute façon, il faut suivre son instinct pour se sentir bien. Bonne soirée de la part de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il paraît que c'est une question de fonctionnement de chacun : certains se ressourcent dans l'extériorité et d'autres ont besoin de se retrouver seul pour recharger les batteries. Deux façon de fonctionner différentes...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  13. Non, non à la solitude abandon mais oui et encore oui pour choisir d'être solitaire pour se protéger de tout ce qui peut gaver autour de soi et pour éviter d'être dénaturés, dépersonnalisés, par un système pas blanc comme neige. Du coup ce poème optimise la solitude pour mieux casser un monde hostile. Une première originale pour la solitude la bête à abattre pour beaucoup.Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais attention : la solitude ne doit être ni une fuite ni un refuge ! Bien au contraire, elle est affirmation de soi...

      Bonne journée.

      Supprimer
  14. Dans la solitude ou en société, l'épanouissement passe en mettant en cohérence sa vie personnelle avec ses aspirations profondes. Les règles du je, c'est une formule intéressante mais vous savez bien qu'elles sont limitées par les contraintes de la société. Rien n'est facile, vous le savez comme le montre l'intelligence émotionnelle que vous mettez dans vos poèmes et notre monde est plein de coins et recoins sombres qu'il faut mettre en lumière et c'est là que le "je" brille de toutes ses différences, puissant,incorruptible, froid et lucide. Suis pas philanthrope plutôt misanthrope mais suis pour l'éveil des consciences car comme vous trop de choses me révoltent et je veux être moi en tout bien tout honneur pour ne pas les cautionner. Je vous souhaite une très bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans une société où prime de plus en plus l'individualisme, les "règles du jeu" sont on ne peut plus d'actualité.

      Cela va bien sûr à l'encontre du bon fonctionnement de la société et une logique individualiste poussée à l'extrême conduirait indubitablement à l'anomie, c'est à dire à la désagrégation de la société.

      Cependant, comment faire ? L'individualisme devient quasiment une règle de survie en ces "Âges farouches".

      Bonne soirée.

      Supprimer
  15. Solitaire pour aller à l'essentiel de soi, c'est un bel acte de personnalité et de force de caractère. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Être solitaire c'est aussi refuser les compromissions, refuser d'être sans personnalité, quitte à n'avoir pas de compagnie. Supporter la solitude en dépit de tout, ne pas craquer par faiblesse !

      Supprimer
  16. Vous mettez de la noblesse dans l'état de solitaire mais il est aussi équivoque dans le poème si l'on en croit la vision de la société qui est faite et on pourrait penser le solitaire qui se voudrait ermite. Il y a de quoi débattre selon l'interprétation, seul l'écrivain connait son message; Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a évidemment une tendance à l'érémitisme chez le solitaire. Mais pourquoi la noblesse serait-elle incompatible avec l'érémitisme ?
      Il peut y avoir beaucoup de panache dans le fait d'être un "Anachorète".

      Bonne journée.

      Supprimer
  17. Un super film qui donne une leçon de courage et de persévérance payants. Important de ne pas perdre de vue ses rêves, ils comblent la solitude et aident à envisager un monde meilleur.
    Bonne journée Le M. M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un film culte qui contient plus d'une leçon en plus d'être parfait à plus d'un titre (réalisation, scénario, jeu des acteurs, etc...) !

      A bientôt.

      Supprimer
  18. Briller dans l'ombre, pas d'intérêt pour moi, par contre en société, en imposer aux autres avec brio, panache, jouer de ma personnalité avec ruse, talent, voilà la grande classe, c'est valorisant et en plus ça m'amuse, alors pourquoi s'en priver. Mon petit côté solitaire, c'est pour me reposer, des pauses avec moi-même avant de me remettre en scène, c'est peut-être triste d'avoir besoin du regard des autres pour se sentir exister mais c'est ma façon de fonctionner dans mon boulot et avec mon entourage. J'admire celle que vous exprimez dans ce poème, qui dénote d'une grande force de caractère car je crois que peu de gens peuvent se suffire à eux-mêmes et se passer du regard des autres, même s'ils sont critiques sur tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le regard des autres permet de se sentir exister, c'est vrai, mais il ne permet de cultiver qu'une façade, une apparence. L'ouverture au monde est une façon d'exploiter les richesses développées seul... Mais est-ce bien nécessaire au fond ? N'est-ce pas que vanité ?

      Supprimer
  19. Solitaire,oui,seul mais heureux en son être,allégresse intime que son apparence partage sans effort,ainsi combien envient sa force spirituelle,sa liberté de ne souffrir jamais de sa solitude,
    salut à toi et bon week-end Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux en solitude, car en phase avec soi-même.

      Bon week-end.

      Supprimer
  20. ce poème est un franc aveu d'introversion intronisé par une habile plume. Chacun ses goûts mais c'est plaisant à lire car c'est cru mais aussi recherché dans le style, les termes,les allusions. Du bon boulot comme le blog qui est épatant.

    RépondreSupprimer
  21. Tel le loup solitaire farouchement indépendant fuir la meute en prenant du recul pour suivre son idéal, aller à son essentiel et suivre sa vie droit et fier, homme réhabilite toi, tu as beaucoup à te faire pardonner sur cette terre, et ce sont ceux qui se sont démarqués qui ont fait bouger les choses. Bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Marginal Magnifique est effectivement proche du "Loup" !

      Supprimer
  22. Ce genre d'hommes existent? Ou c'est simplement pour créer l'illusion par la magie de l'écriture pour pondre un beau poème? Ou est-il ou se cache t-il? Et si c'était vous monsieur Le Marginal si mystérieux? Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  23. Un superbe poème où tu exprimes avec beaucoup d´élégance ton mécontentement contre la Société dans laquelle nous évoluons: les règles du jeu sont difficiles et parfois incohérentes; souvent déplaisantes à accepter!
    Bonne soirée, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
  24. Je me délecte...j'ouvre la boite de tous les poèmes et comme devant un coffret de chocolats plus appétissants les uns que les autres, je choisis, presque au hasard...presque.
    La solitude...bien aimée solitude, sans laquelle je ne pourrais pas vivre...étant atteinte de misanthropie chronique tout en étant philanthrope de nature...la culture du paradoxe en somme.
    La solitude est indispensable à la méditation, à la réflexion, aux rendez-vous avec soi...être fidèle à soi-même, accorder ses actes à ses pensées et vomir tranquillement le monde.
    Secouer le tamis, ne garder que l'essentiel et ne faire que ce que l'on veut, envers et contre tout pour ne jamais perdre l' instinct que les institutions, dès notre plus jeune âge, ont essayé d'anéantir pour faire de nous des consommateurs sans esprit critique.
    Il n'y a que dans la solitude que l'on peut visiter son intérieur et finalement on s’aperçoit que notre meilleur ami c'est nous.
    J'aime beaucoup ce poème...c'est en solitaire que les diamants sont les plus beaux... même si un caillou, longtemps caressé par l'océan, me donne plus d'émotion.
    Je reviendrai...les chocolats...quand je commence...je mange toute la boite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la comparaison avec les chocolats, ça me plaît ! Comme disait la maman de Forrest Gump : "la vie c'est comme une boîte chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber." Et mes poèmes sont comme la vie puisqu'ils s'inspirent de ce que je vis...

      Il n'y a rien de paradoxal dans le fait d'être "atteinte de misanthropie chronique tout en étant philanthrope de nature", c'est même assez logique au fond : souvent les plus grands misanthropes sont des êtres entiers qui aiment l'humanité, des idéalistes qui en sont dégoûtés.

      En tout cas, bel éloge de la solitude que tu fais là : je vois qu'on se comprend !

      Et si jamais une petite, ou même une grosse envie de chocolat te prend, n'hésite pas à venir te régaler : la boîte est toujours ouverte, et pour les êtres entiers dont tu sembles faire partie j'ai même aboli le couvercle !

      Supprimer
  25. Tu ne peux pas toujours fuir, tu ne peux pas te battre en permanence.. En revanche, tu peux t'adapter afin de ne pas trahir tes idées...mais, il y a un minimum...content ou pas!!! J'aime bien quand tu râles....quel caractère tout de même!!! rire, Bise, Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Fuir" certainement pas, mais "me battre en permanence" pourquoi pas ? En tout cas, mépriser quelque chose de vil, ne lui accorder aucun intérêt en le toisant de sa hauteur, n'est pas de la fuite. Puis se battre pour ce qui vaut le coup, c'est aussi ça "ne pas trahir ses idées"... Bises.

      Supprimer
  26. Solitaire jamais
    tu es avec tes pensées
    Solitaire fatal
    reste fidèle à l'Idéal

    Merci de ta visite, tes encouragements
    cordialement, Emma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui qui a un univers intérieur riche n'est jamais seul effectivement.

      Bonne journée.

      Supprimer
  27. bonjour,

    la solitude est un idéal jamais atteint, car quoi qu'il en dise, l'Homme a
    besoin de la compagnie de l'Homme, ne serait-ce que pour se comparer et progresser. La solitude à plein temps, certains ont voulu l'essayer, et ce sont aperçus qu'ils perdaient la raison.

    Bonne journée, le Marginal invétéré.

    Nicole Oliver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh oui, tu n'as pas tort : l'homme est un animal social, le lien lui permet de garder la santé. Ne serais-je donc pas un homme ?

      Supprimer
    2. loin de moi cette pensée !! mais je remarque que tes sujets favoris : la solitude, "glander" reviennent si souvent dans ton discours qu'on ne peut s'empêcher de penser que ces situations t'obsèdent.
      néanmoins, il faudrait être bien naïf pour croire, au vu des commentaires flatteurs qui te sont adressés que tu restes confiné dans ta tour d'ivoire.

      Amicalement

      Nicole Oliver

      Supprimer
    3. C'est vrai que j'ai mes obsessions, tu as raison. Pour ce qui est de "glander", c'est de la provocation et de l'humour, je bafoue le travail qu'on veut ériger en valeur dans notre société, mais ce n'est pas mon but de "glander". Simplement je veux faire des choses constructives, qui me plaisent, me tirent vers le haut, et pas qui servent juste à récolter du fric.

      Supprimer
  28. Je respecte le fait qu'il est préférable d'exercer un métier intéressant qui contribue à s'élever mentalement, mais tout le monde n'a pas la même chance, et comme il faut bien survivre chacun prend l'emploi qu'il peut, non pas celui qu'il veut, sans compter que le chômage n'arrange rien.
    "récolter du fric" pour celui qui le peut c'est déjà l'assurance qu'il pourra satisfaire ses besoins - le pire c'est travailler comme une bête de somme pour "3 francs 6 sous" et devoir encore dire merci !!!

    A bientôt

    Nicole Oliver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement beaucoup travaillent pour vivre. Combien vivent de leur passion ? Quelques artistes, mais ils sont si peu...

      Aujourd'hui la plupart des gens sont juste des bêtes de somme et de consommation. Pas très reluisant...

      À bientôt, Nicole.

      Supprimer