13/04/2013

58 Philanthrope


Cette image represente une sculpture d'un genre bien particulier puisqu'il s'agit d'un beau et grand doigt d'honneur. La main qui l'arbore est parcourue de veines et fait face à un batiment. Elle se situe au centre de l'image et est encadree par deux colonnes qui appartiennent au batiment devant lequel elle se trouve. La sculpture est grise tout comme le batiment, d'un gris plus clair lui, qui lui fait face. Cette image amusante, qui proclame de façon ostentatoire l'independance vis a vis de la societe, accompagne le poeme du Marginal Magnifique intitule Philanthrope dans laquelle le brillant poete dit avec humour son refus d'aider l'humanite, car pour lui c'est peine perdue, celle-ci n'etant pas perfectible. Le poete conclut en precisant qu'il prefere se consacrer a la cause animale. Dans son poeme le Marginal Magnifique cite pluiseurs personnalites plus ou moins celebres, relles ou fictives, importantes ou non, telles que Maite, Martin Luther King, L'abbé Pierre, Tony Montana qui est une figure recurrente de l'univers du MLarginal Magnifique. Encore un brillant poeme desabuse du Marginal Magnifique !


Transformer le monde réformer l'humanité
Aucun espoir faut pas rêver je n'y crois guère
Je ne suis pas un boy scout ni Martin Luther
Ne me lève pas candide béat le matin lutter
Je préfère prolonger dans mon lit la matinée
Grasse comme cette truie sans cœur de Maïté

Transformer le monde réformer l'humanité
Aucun espoir faut pas rêver je n'y crois guère
Je ne suis pas un boy scout ni l'abbé Pierre
Ne crois en rien n'ai pas foi en Dieu le père
Je préfère miser sur ma parole qui est de fer
Ferme comme le manche de Tony le scarifié

Transformer le monde réformer l'humanité
Aucun espoir faut pas rêver je n'y crois guère
Je ne suis pas un boy scout ni un philanthrope
N'accepte pas qu'on m'enfile qu'on me trompe
Je préfère aider les cabots et tous les animaux
Fidèles et véridiques comme pas un homme


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

58 commentaires:

  1. merci, bravo je ne sais que dire CA fait plaisir de lire quelqu’un qui pense ce que je pense .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça fait plaisir d'avoir l'écho positif de "quelqu’un qui pense ce que je pense".

      A bientôt.

      Supprimer
  2. Bonjour Marginal
    Ravie de te lire. Je dirais égal à toi-même.Je te retrouve.
    En plus d'accord avec toi, "faut pas rêver" comme tu le dis si bien.
    Bonne journée
    A bientôt
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me revoilà pour un petit tour de piste, "égal à moi-même" comme tu dis :-).

      Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer
  3. Un doigt de pierre, une langue qui n' est pas de bois, mais un coeur d' or, voilà qui ne laisse pas de glace.

    RépondreSupprimer
  4. Le Marginal se fait plus rare, mais il tape toujours aussi fort ! Décidément vous aimez bien dresser des protubérances provocatrices, que ce soit votre membre comme dans Le Priape magnifique et dans Belzébuth , ou un doigt insultant comme c’est le cas ici. Je dirais que Le Marginal magnifique est un site turgescent et perforateur !

    Vous réaffirmez ici avec brio, cher Marginal, votre position d’anarchiste libertaire, et je ne peux guère vous en blâmer. Non seulement cela donne de très bons poèmes, percutants et bien tournés, mais c’est une attitude tout à fait estimable sur le plan moral. Les plus grands imbéciles sont les dogmatiques et les sectaires, ceux qui ont une idée définitive sur la société et tentent de l’imposer aux autres. J’ai l’impression qu’internet favorise ce genre de dérives, chacun s’enfonçant dans sa petite idéologie personnelle…

    Ainsi le Marginal ne sauvera pas le monde ! On s’en doutait pour tout dire… Et pourtant le monde en aurait besoin, et j’avoue que je ne peux m’empêcher d’éprouver de la sympathie pour des figures comme Martin Luther King ou l’abbé Pierre (pour reprendre deux noms illustres parmi votre hétéroclite et flamboyant name dropping (un exercice dans lequel vous excellez)). Bah ! je dirais qu’il faut de tout pour faire un monde : il faut quand même des justes qui s’engagent pour faire évoluer un peu les mentalités de nos néanderthaliens de congénères, et il faut des poils à gratter, des électrons libres et virtuoses comme vous-même et toute la lignée d’artistes plus ou moins maudits dans laquelle vous vous inscrivez. Si le monde était moins sérieux, le Marginal se détacherait avec moins d’éclat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dresse ce qu'on peut, cher Laconique, on dresse ce qu'on peut ! Allez, avouez donc que, comme moi, vous préfèrerez toujours dresser votre chibre turgescent que n'importe quel drapeau. Je suis un patriote à ma façon... Je vous remercie en tout cas pour votre brillant commentaire qui est donc à l'image de son auteur.

      J'ai moi aussi de la "sympathie" pour Martin Luther King ou l’abbé Pierre, et même, dans un registre un peu différent, pour Tony Montana. Les deux premiers sont dignes d'admiration ne serait-ce que pour leur engagement, leur persévérance, leur force de conviction et leur abnégation. Quant au troisième, ce n'est pas pour rien que beaucoup de jeunes le prennent pour modèle aujourd'hui : sa rage de s'en sortir et sa rébellion contre le triste sort qui lui semblait échu d'avance sont aussi louables, même si les moyens mis en œuvre pour briller et atteindre les sommets le sont moins et le conduisent finalement en toute logique à sa perte.

      Le Marginal Magnifique n'est pas si résigné qu'il y paraît, ses poèmes l'expriment assez : ils sont autant de cris de révolte contre l'ordre établi et les injustices de ce monde. J'aimerais contribuer moi aussi à "faire évoluer un peu les mentalités de nos néandertaliens de congénères", mais même si je l'espère, je me cite : "je n'y crois guère".

      Supprimer
  5. J'étais pessimiste et misanthrope il y a quelques années encore, pour le moment je veux être optimiste et pourquoi pas tenter de porter quelques pierres pour la société et surtout combattre pour l'environnement. Je suis donc en désaccord, je pense qu'il faut au contraire œuvrer pour changer les choses, car il est encore possible de sauver des meubles. Du moins telle est mon état d'esprit pour le moment, je suis utopiste et serais bientôt près pour militer et défendre mes causes. Ne doit-on pas combattre même contre vents et marées ? Droit comme une trique ô Marginal Magnifique ^^
    Si l'homme est une raclure égocentrique prompt à vous enfiler à la moindre occasion, il y a bien et il faut le reconnaitre des personnes honnêtes, qui ont le cœur sur la main, prête ou non à faire évoluer les choses.
    Être pessimiste c'est avoir perdu d'avance, la fatalité est l'usure de l'espoir, ne doit-on pas toujours garder l'espoir, attendre même à l'agonie que la lumière arrive ?

    La jeunesse est porteuse d'espoir, pour moi l'éducation est la clef !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire : tu sais, je ne suis pas si pessimiste et misanthrope que ça au fond. Le fait même que j'écrive des trucs souvent révoltés prouvent que quelque part je ne me résigne pas. Je ne serai jamais résigné... Puis il y a toujours un peu de second degré, du moins un recul amusé, dans ce que je fais, je ne me prends pas trop au sérieux.

      Je suis bien d'accord avec toi : il y a des "personnes honnêtes, qui ont le cœur sur la main, prêtes ou non à faire évoluer les choses". Mais je crois quand même que la majorité des gens ne sont ni intéressants ni d'une grande qualité morale.

      Toutefois, je pense, tu vas être étonné, que l'homme est perfectible et s'améliore. C'est un fait indéniable, l'histoire de l'humanité le prouve : il y a maintenant quelques lois, encore insuffisantes, pour protéger les animaux par exemple, et on n'assiste plus à des tortures publiques ignobles et inconcevables pour punir les fautifs. L'homme est donc moins barbare qu'il y a mille ans. Cependant, cette évolution est d'une lenteur infinie, contrairement à celle des progrès techniques.

      L'éducation, hum, peut-être : encore faut-il qu'elle soit bonne ! C'est pas si évident que ça... En tout cas essayons de garder espoir, oui, il faut être positif sinon rien ne sert à rien.

      Supprimer
    2. Ok ok, je me disais bien aussi. Je pense que la misanthropie cache souvent beaucoup d'amour en réalité pour l'humain. C'est notre façon un peu haineuse/hautaine/sarcastique de critiquer notre foutus espèce. Je le suis devenu, très jeune, quand avec mes magazines sur les animaux, je voyais "espèces en voie d'extinctions" !!
      Mais je deviens de plus en plus sensible, chose qui m'aurait bien fait rire il y a trois quatre ans.
      "Cette évolution est d'une lenteur infinie, contrairement à celle des progrès techniques" C'est tout à fait ça !

      L’éducation : et oué tu remarque de suite la bonne de la mauvaise... Si il y a bien une révolution à créer c'est bien de revoir le système de l'éducation nationale (encore une fois, au passage merci la lois de 1905 séparant l'église de l'état et l’émergence de la laïcité).
      Les enfants d'aujourd'hui seront les parents de demain, si ces enfants ont reçus une bonne sensibilisation sur l'écosystème, même si 64 % en ont rien à foutre, la prochaine génération sera d'autant plus concernées.

      Supprimer
    3. C'est ça : on devient misanthrope parce qu'on est déçu du genre humain et aussi sans doute parce qu'on est idéaliste. De même que le misogyne a le plus grand respect pour les femmes, les met sur un piédestal avant d'être déçu par elles. Le queutard qui ne les respecte pas est rarement misogyne...

      Je vois qu'on a des préoccupation communes avec les animaux et la nature, mais moi mon dada c'est plus la protection animale, surtout dans notre société, que celle de l'environnement. Quand on voit ce que l'Homme est capable de faire aux autres espèces, comment ne pas devenir misanthrope ?

      L'éducation nationale je n'y crois pas trop, le truc c'est que c'est plus profond que ça, l'éducation s'inscrit dans un contexte social, si la société est en déclin, en perte de valeurs, l'éducation suit. Mais du coup on peut se poser la question : qui vient la premier, la poule ou l'œuf ?

      En tout cas, c'est sûr que c'est toujours bien se sensibiliser les jeunes, mais face au pouvoir des médias, du fric et de tout ce qui les entoure, je crois que c'est pas facile...

      Bonne journée.

      Supprimer
    4. Haha "De même que le misogyne a le plus grand respect pour les femmes, les met sur un piédestal avant d'être déçu par elles. Le queutard qui ne les respecte pas est rarement misogyne..." Et oué... d’où mon poème Vénus ^^

      Les animaux ont autant d'importance à mes yeux que la flore... L’environnement c'est la faune et la flore, l'un ne va pas sans l'autre. Idéalement j'aurai aimé être éthologue ^^

      Avec une bonne éducation les enfants pourront eux mêmes critiquer ce qui est "bon" ou "mauvais", tout comme notre éducation l'a faite pour nous.

      La fameuse question ^^... adaptation, mutation, évolution... bref la sélection naturel à "choisit" les caractères à garder et le volatile landa a peu à peu donné naissance à un œuf de poule. Du moins c'est comme ça que je le vois.

      Pour en revenir à notre préoccupation de l'éducation... mon frère et moi ont à eu approximativement la même et il est vrais que nous n'avons pas tout à fait les mêmes préoccupations ni les mêmes engagements. L'expérience joue beaucoup également (renforcement etc...). Donc en plus de l'éducation il faut des stages de sensibilisation.

      Bonne soirée.

      Supprimer
    5. Décidément, je constate une fois de plus que nous avons des centres d'intérêt en commun : l'étude des comportements animaux, ainsi que la biologie évolutive, avec le mécanisme de la sélection naturelle notamment, sont des trucs qui m'intéressent.

      C'est vrai que faune et flore sont liées, "l'une ne va pas sans l'autre" comme tu dis, mais les animaux sont plus proches de nous quand même, alors je suis plus sensible, pour ne pas dire extrêmement sensible, à leur souffrance : c'est un truc qui me révolte ! Mais je respecte évidemment les végétaux, qui sont aussi des vies.

      Beaucoup de choses entrent effectivement en jeu concernant la construction de la personnalité d'un individu : éducation, milieu, expérience, caractère de base certainement aussi... Enfin, je ne suis pas un spécialiste, mais il y a différentes écoles à ce sujet !

      Bon après-midi.

      Supprimer
  6. Toi que je ne connais pas...indéniablement déçu par mes semblables donc inévitablement misanthrope. Inutilement prétentieux de vouloir se poser en sauveur d'une humanité qui allègrement se complait à s'auto dévaloriser, mieux vaut tranquillement s'occuper de soi et bonne chance à ceux qui vainement veulent s'y essayer. Pas égoïstement raisonné mais raisonnablement éprouvé.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'a pas envie de faire des efforts pour des tocards méchants, vils et destructeurs, qui n'en valent pas la peine : si je sauve ma famille et moi dans ce monde de dingues, c'est déjà énorme. Ce qui ne veut pas dire que je ne combats pas une injustice si j'en vois une...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  7. Laissons l'évidence à l'oeuvre de son temps,jouissons de cet instant d'existence,satisfaisons cet amour en mal de certitudes,offrons-lui l'espérance,quel autre essentiel,rien de providentiel,réformer l'humanité aucune importance,point le temps,le plaisir de vivre en appelle à notre importance,à notre urgence,comme un présent offert par la fée créatrice en notre conscience,ou ce perpétuel rassembleur de tous nos passés,
    salut à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
  8. Moi par contre j´aimerais bien vivre au pays des Schroumfs: tous unis contre le vilain Gargamel et son chat Asdrael.:-)
    Ton poème comme d´habitude est un vrai régal.
    Bon dimanche, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu serais la Schtroumpfette ?

      Bon dimanche également.

      Supprimer
    2. Non...je serais Ismeraldinette, l´invitée d´honneur des Schroumpfs un peu comme Johann et Pirlouit! :-)
      Bonne soirée, bisous Ismeralda

      Supprimer
    3. "Ismeraldinette", c'est mignon ! Je vois que l'univers imaginé par Peyo n'a aucun secret pour toi.

      Bonne soirée, Ismeraldinette.

      Supprimer
  9. Un bon poème qui me parle et une illustration qui me plait bien. Sans être misanthrope, je ne suis pas non plus philanthrope mais prêt à militer pour certaines causes tout en étant méfiant et sans illusion sur mon prochain, et avec tout ce qu'on voit et entend il y a de quoi l'être. Un grand salut de Joss the Boss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut être bon, oui, essayer de ne pas faire de mal autour de soi, mais l'Humanité dans son ensemble ne donne vraiment pas envie qu'on l'aide...

      Supprimer
  10. Je suis d'accord avec vous. Il ne faut être ni utopiste , ni naïf, ce qui n'empêche pas d'avoir sa sensibilité. Bonne journée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Utopiste", "naïf", comment le rester lorsque l'on est confronté au monde ? Toutefois, je pense qu'il faut s'obliger à garder des pensées positives, afin que tout ne perde pas son sens.

      Bonne journée.

      Supprimer
  11. Comme je comprends ta défiance et ton recul par rapport au genre humain, coupable de tant d'exactions au nom de l'intolérance, de la cupidité, de la jalousie et j'en passe...,au cours de son histoire et fait plus grave sans tenir compte des erreurs passées. Beaucoup de côtés sombres et négatifs pour un peu de lumière et de positive attitude. Alors altruiste ou individualiste, chacun son choix, son attitude, selon ses valeurs, son vécu, son émotionnel, sa tendance pessimiste ou optimiste à considérer une humanité noire ou à la lueur de l'espoir, susceptible d'aller en s'améliorant, et bravo pour ceux qui ont la foi d'oeuvrer en ce sens avec sincérité et sans intérêt et pour les autres ils ont des circonstances atténuantes tant il est difficile d'être et de rester idéaliste devant bien des comportements humains. Sous une apparence légère et des allusions amusantes, ce poème est aussi profond que la complexité de la nature humaine et de ses agissements avec les sentiments qu'ils génèrent, comme la honte, l'incompréhension, la culpabilité face à certains actes qui ôtent toute envie d'être philanthrope, pendant que d'autres sont dans la réhabilitation de l'homme. Lesquels faut-il privilégier pour se faire une opinion ? A chacun et chacune sa réponse. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre attitude face aux autres relève beaucoup de l'empirisme effectivement : nous sommes méfiants du genre humain comme le chien maltraité par de mauvais maîtres le devient.

      Y a pas grand chose à réhabiliter chez l'homme, mais pour celui qui a un cœur, voir une créature souffrir, fût-elle aussi ignoble que l'être humain, est insupportable.
      Puis il faut dire aussi que chaque individu n'est pas responsable des "exactions" de l'espèce à laquelle il appartient, d'où une commisération individuelle compréhensible et possible.

      Merci pour ton commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  12. Quand on a été pigeonné on devient méfiant. Par contre s'élever contre la cruauté, la bêtise et les mauvaises actions humaines, d'accord pour les combattre. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien cette expression "être pigeonné", je la trouve marrante.

      Bonne journée.

      Supprimer
  13. le geste joint à la parole, ça a le mérite d'être clair!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien ne vaut la clarté !

      "Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément." Nicolas Boileau.

      Supprimer
  14. Non faut pas rêver, pour changer les hommes. Ils avancent par prises de conscience et ça risque d'être très long pour qu'ils deviennent meilleurs. Il faut se révolter, dénoncer ce qui choque par tous les moyens et quand ils seront meilleurs peut-être qu'il y aura plus de philanthropes. Une bonne journée de la part de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a même une émission de télévision qui s'appelle "Faut pas rêver", alors...

      Bonne journée.

      Supprimer
  15. "Charité bien ordonnée commence par soi-même". Un bon proverbe qui doit plaire au Marginal, comme à moi et ça ne veut pas dire qu'on est des gros égoïstes mais qu'on a beaucoup réfléchi à la question. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Logique, si soi-même on est mal, on risque pas de faire quelque chose pour les autres, ou alors on sera peu efficace...

      Bonne journée.

      Supprimer
  16. Le Marginal n'aime Maïté,pourtant je me fendrais bien d'un de ses petits plats,
    tiens ça me donne faim,
    un brin de provocation en passant !!,
    salut à toi et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la trouve rustre et en plus elle tue les bêtes sans aucun émoi...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  17. Salut Le Magnifique. J'aime ta franchise, ton naturel, ton mental d'acier, tout ce charisme qui sort de tes poèmes. Qui es-tu, ou es-tu ? Si ton plumage est à la hauteur de ton verbiage, tu es mon prince, mon mystérieux et si attirant inconnu et moi ton anonyme sous le charme. je te crée à force de t'imaginer à travers tes poèmes, je t'idéalise, et sache que j'apprécie ta personnalité sensible et puissante à la fois et tes poèmes qui me font passer des bons moments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui je suis ? Le Marginal Magnifique. Où je suis ? Drapé dans ma solitude majestueuse.

      Mon plumage commence très légèrement à perdre quelques plumes, comme je l'expliquais dans "Chandelle", mais je reste le Phénix des hôtes de ce net et plus encore, grâce à mon hygiène de vie rigoureuse.

      Tu en sais assurément bien plus sur moi que moi sur toi, puisque mes écrits sont l'exacte retranscription de qui je suis, aucune tricherie ici.
      Je crois que les pensées et le mode de vie ont une influence directe sur notre physique, surtout lorsque les années avancent. Aussi ai-je un physique en rapport avec "ma franchise, mon naturel, mon mental d'acier, tout ce charisme qui sort de mes poèmes".
      Mais n'en jette plus, la coupe de ma félicité est pleine ! Même Le Marginal Magnifique est susceptible de succomber au pêché d'orgueil...

      En tout cas, je suis content que "mes poèmes te fassent passer des bons moments" !

      A bientôt.

      Supprimer
  18. Etre quelqu'un de bien soi-même c'est déjà faire du bon boulot pour l'humanité, ne pas s'ajouter à ceux qui l'encrassent. Chacun sa morale pourvu qu'elle ne nuise à personne. Un poème qui a du sens et qui fait s'interroger. Une bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, c'est déjà pas mal de ne pas être un boulet de plus ! Si chacun faisait son boulot d'être humain correctement, avec décence, les choses tourneraient mieux...

      Supprimer
  19. Oui on peut être individualiste et avoir des rapports sociaux non basés sur l'égoïsme et la recherche du profit personnel. Occuper sa place dans la société dans sa dignité personnelle et le respect de tous et l'humanité ira mieux. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas contribuer au mal universel est déjà un exploit. Bonne journée.

      Supprimer
  20. Bonjour
    Un petit passage en toute simplicité pour te souhaiter un bon début de semaine en attendant de lire ta plume (ton clavier).
    A bientôt
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A bientôt. Je serai de retour incessamment sous peu :-).

      Supprimer
  21. Personne ne croit en un changement de l'humanité! l'homme est faillible et c'est ainsi! Autant se faire une raison là, maintenant, tout de suite...mais, on peut croire en certains...Les amis, on peut dit-on les compter sur les doigts d'une main...On ne changera pas le monde tout seul, mais, à plusieurs, on peut rendre notre quotidien meilleur!!! Allez, tu viens, j't'offre un panach' au p'tit bistrot du coin......sourire, Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais reprendre ce que j'ai écrit dans un commentaire plus haut. J'aime m'autociter car je suis la modestie incarnée :
      "Il y a des "personnes honnêtes, qui ont le cœur sur la main, prêtes ou non à faire évoluer les choses". Mais je crois quand même que la majorité des gens ne sont ni intéressants ni d'une grande qualité morale.
      Toutefois, je pense que l'homme est perfectible et s'améliore. C'est un fait indéniable, l'histoire de l'humanité le prouve : il y a maintenant quelques lois, encore insuffisantes, pour protéger les animaux par exemple, et on n'assiste plus à des tortures publiques ignobles et inconcevables pour punir les fautifs. L'homme est donc moins barbare qu'il y a mille ans. Cependant, cette évolution est d'une lenteur infinie, contrairement à celle des progrès techniques."

      En tout cas tu as raison, si chacun s'évertue à être meilleur dans son coin, ne serait-ce qu'en faisant le moins de mal possible, en ayant une conscience développée de ce qui se trame, le monde ne s'en portera que mieux !

      Un "panach'" ? Et ma ligne alors ? Tu n'y penses pas ! À bientôt.

      Supprimer
  22. Voilà un poème...me faisant penser au Misanthrope
    "Mon Dieu des moeurs du temps...
    et faisons un peu grâce à la nature humaine..."

    Bonne journée
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien Molière, il a de l'esprit ! Même si toutes ses pièces se ressemblent un peu... En ce qui me concerne, je suis quand même moins grognon qu'Alceste (enfin je crois), mais tout aussi écœuré de l'hypocrisie et des compromissions !

      À bientôt.

      Supprimer
  23. Changer le monde ne se fait pas en un jour, mais entre l'homme de Néandertal et l'homme d'aujourd'hui
    de l'eau est passé sous le pont, et celui d'hier ne ressemble en rien à l'homme actuel. que c'est-il dont
    passé ?
    Transformer le monde réformer l'humanité
    Aucun espoir faut pas rêver je n'y crois guère..................dis-tu

    Là il ne s'agit plus de croire ou ne pas croire, il suffit de constater

    De constater qu'au cours de ses vies successives, l'homme a appris, et a transmis son savoir oralement
    afin que l'acquis ne se perde pas, et se transmette de génération en génération.

    De tous temps il y eu des meneurs d'hommes, des êtres doués d'intelligence, qui non seulement étaient intelligents mais qui recherchaient le bien de tous en leur enseignant certains procédés qui facilitaient leur travail, et rendaient la vie de tous plus harmonieuse ; mais ces êtres doués d'amour
    n'étaient pas légion à l'époque, et sont très rares encore à présent , ils existent cependant !! ce sont des êtres exceptionnels qui savent se sacrifier pour sauver les autres
    Je viens de relire ma prose, et j'imagine que tu dois bien rigoler de ma naîveté.
    Je conçois que notre société renferme davantage de monstres que d'altruistes, mais il n'est jamais trop tard pour bien faire............

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh ben, j'ai l'impression que ce poème t'a inspirée !

      On ne peut nier une évolution, mais quelle lenteur... Et le sujet est tellement complexe : les progrès dans un domaine vont rarement sans mal dans un autre.

      Je crois cependant que l'Homme est foncièrement mauvais, il est un destructeur, un tueur, c'est dans sa nature. Puis quel égoïsme, quel égocentrisme !

      Supprimer
  24. Bonjour,

    Je répondrai par une pensée de WILLIAM BLAkE ;

    Sans contraintes il n’est pas de progrès. Attraction et Répulsion, Raison et Énergie, Amour et Haine, sont nécessaires à l’existence de l’homme.

    Ainsi, une portion de l’être est le Prolifique, l’autre portion le Dévorant. [...] Il y a et il y aura toujours sur la terre ces deux classes d’hommes, et elles seront toujours ennemies ; essayer de les réconcilier, c’est s’efforcer de détruire l’existence.

    Je te souhaite un bon dimanche, qui, bien que très froid, chez nous dans le 93 est ensoleillé.

    Amicalement

    Nicole Oliver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Bonne citation de Blake. Un peu trop manichéenne peut-être...

      Et, oui, le temps s'est rafraîchi, mais ça fait pas de mal, ça vivifie !

      Bon dimanche à toi aussi.

      Supprimer
  25. Qui voue sa vie au bien-être animal est grande âme,oui !!.

    RépondreSupprimer