01/11/2013

124 Sur mon île


Cette image montre une petite ile plantee de huit palmiers, nimbee d'une lumiere doree que l'on suppose due au moment ou a ete prise la photo : aube ou crepuscule, lever ou coucher du soleil. D'ailleurs toute l'image baigne dans cette lumier doree douce qui donne a la photo un caractere onirique. Au sol, l'ile présente une importante vegetation faite d'especes de fougeres, vegetation qui ne recouvre pas les rives de l'ile, faites, elles, uniquement de sable. La mer autour est calme, animee seulement de clapotis. Cette superbe image accompagne le non moins superbe poeme de l'immense poete moderne Le Marginal Magnifique intitule "Sur mon ile" dans le quel le grand ecrivain explique que se distinguer par son raffinement, sa culture et ses aspirations nobles dans ce monde equivait a se contraindre a la solitude, solitude symbolisee metaphoriquement dans le poeme par une ile. Cependant, malgre cette solitude et les vents contraires qu'on lui impose Le Marginal Magnifique affirme sa volonte de ne jamais perdre espoir et de ne pas dévier d'un millimetre de sa ligne de conduite, qu'il estime eminemment juste et noble. Ainsi, comme les stars qui s'achetent des iles, Le Marginal Magnifque possede lui aussi la sienne, mais, contrairement a un Johnny Depp par exemple, la sienne est gratuite et bien plus saine, pleine de panache. Un poeme plein d'humour et de sens ! Bravo, Monsieur Le Marginal magnifique !


A quoi ça sert d'être fin et cultivé
D'avoir l'esprit sensible et raffiné
Tout simplement à être marginalisé
Ici-bas mieux vaut être un âne bâté

Mais la solitude poussée à l'extrême
Possède des rigueurs dignes de l'hiver
Pourtant je ne veux pas être déculotté
Je reste présent sur mon île et culotté

Et si la fortune me met de gros revers
Avec davantage d'aisance que Federer
Je persiste et résiste l'espoir m'habite
Pas demain que je laisse voir ma bite


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

124 commentaires:

  1. Ta bite ? Au con-traire, qu'on la voie, je suis sûr qu'elle est belle ! Tu as l'écriture d'un jeune homme hétérosexuel bien monté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle, belle, c'est vite dit : ce n'est jamais très beau ces choses-là.. Mais merci pour les compliments.

      Supprimer
  2. Penserais-tu que l'être humain, enfin celui qui se laisse vivre sans se poser de questions, soit un âne bâté ? Tous ceux qui vivent en marge de la société ne sont pas obligatoirement fin, raffinés, .... Non, je déteste que l'on classe les gens dans des catégories... ce serait comme affirmer que tous les bretons sont têtus! (rires) Je sais que tu veux simplement être toi et en cela tu as raison ! Ne pas rentrer dans le moule, ok ! encore raison. Un peu de solitude pour se retrouver ! Encore raison. Je laisse Brebis Gall s'exprimer sur le dernier vers! (sourire) De toute façon tu ne veux rien lâcher sur ce Magnifique marginal ! On est bien obligé de te croire (éclats de rire) Bon WE à toi, bise, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que "l'être humain qui se laisse vivre sans se poser de questions" n'est pas très évolué, il rate quelque chose en tout cas, il ne fait pas son boulot d'être conscient et réfléchi. Jacques Brel a tout dit dans une interview : "la bêtise c'est de la paresse, c'est un type qui vit et il se dit ça me suffit, je vis, je vais bien, ça me suffit. Et il ne se botte pas le cul en disant tous les matins c'est pas assez, tu ne sais pas cette chose, tu ne vois pas cette chose, tu ne fais pas cette chose..." Il ne s'agit pas de classer pour autant les gens dans des catégories, ni de leur appliquer des jugements péremptoires.

      Mais je suis d'accord avec toi, effectivement, "tous ceux qui vivent en marge de la société ne sont pas obligatoirement fins, raffinés". Je n'ai jamais dit ça, tu prends le problème à l'envers ! Ce que j'ai dit c'est que bien souvent les personnes qui se distinguent de leur semblables en étant plus sensibles ou en ayant des préoccupations autres que purement sensorielles sont mises à l'écart, et logiquement, de la masse.

      Pour ce qui est de rentrer dans le moule, il ne faut pas en faire un cheval de bataille d'après moi, ce serait ridicule de vouloir se démarquer à tout prix, juste pour se démarquer.

      Et c'est vrai que je ne suis pas près de lâcher des infos trop personnelles, surtout s'il s'agit de balancer des photos de mon anatomie intime : il manquerait plus que ça ! De toute façon, pour en avoir un aperçu, il suffit simplement de taper "anaconda" dans Google images ;-)...

      Merci beaucoup pour ton commentaire, à bientôt !

      Supprimer
    2. Charlotte ! TOUS les bretons sont têtus ! Je puis te l'affirmer !

      Supprimer
    3. Anaconda ! j'en étais sûr !
      Charlotte, TOUS les bretons sont têtus et même bourrique, sauf exceptions !

      Supprimer
    4. Mais on peut être têtu sans être breton...

      Supprimer
    5. Et pour l'anaconda, tu connais ce genre de bête ? En fréquentes-tu ?

      Supprimer
  3. Je serai là pour écouter tes espoirs et tes délires. Tes longues soirées d'hiver, je les dessinerai plus belles pour que tes nuits soient lumineuses. La douceur de nos échanges édulcorera la noirceur de ces heures. Le trésor sera nos écoutes à l'un et à l'autre, je serai là.... quelque part... sur ton île
    Garance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta fidélité, chère Garance ! Je ne serai donc plus seul sur mon île, si j'en crois ce texte poétique... Il n'y aura plus qu'à te trouver puisque tu seras "quelque part" dessus.

      À bientôt.

      Supprimer
  4. J'ai volontairement pris le problème à l'envers...pour ce qui est de l'anaconda j'ajouterai seulement : prétentieux ! Na ! Rires ! C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, voilà, tu as pris le problème à l'envers pour me faire enrager, méchante ! Mais ça ne marche pas, na !

      Pour l'anaconda, c'est vrai que j'ai exagéré : regarde plutôt à boa constricteur... Mais je plaisante évidemment ! Il manquerait plus que l'on juge la vaillance de quelqu'un sur la grosseur d'un bout de chair...

      Supprimer
    2. un bout de chair FONDAMENTAL !

      Supprimer
    3. Pas faux... Mais est-on au gramme près pour ce bout de chair ?

      Supprimer
  5. Le voilà enfin, votre poème, cher Marginal ! La possibilité de votre île était annoncée depuis quelques jours déjà sur Facebook et Twitter, ces plateformes que vous maniez avec virtuosité et au travers desquelles vous parvenez à faire passer un condensé de votre personnalité, mêlant allègrement la cause animale et « Leatherface », la sagesse antique et celle des Indiens d’Amérique. Vous savez employer le teasing, on se demandait ce que cachait ce fameux « Sur mon île », le suspense était pire que pour « Gravity ».

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que vous ne renoncez pas à votre concision légendaire. Douze vers, et brefs par-dessus le marché ! Vous avez raison, comme ça chaque vers, chaque mot produit son effet, et le tout s’imprègne avec netteté dans la conscience du lecteur. Et puis, il n’y a pas besoin de plus de mots, vous avez suffisamment de panache et de nonchalance pour ne pas avoir à vous appesantir.

    Ah là là ! Le Marginal reste sur les cimes, dans le vent glacé de l’isolement « extrême », et il se tient bien droit, le regard tourné vers les horizons glacés. J’apprécie, j’apprécie ! Ne baissez ni votre tête ni votre culotte cher Marginal, le spectacle serait trop violent pour nos regards candides. Vous êtes un anachorète, le retranché d’une citadelle, et vous assumez.

    Votre première strophe est superbement tournée, mais elle prête quand même à discussion. Je ne suis pas sûr que les « ânes bâtés » soient très heureux, et ce n’est pas parce qu’on est cultivé et raffiné qu’on est forcément quelqu’un de bien, qui mériterait le bonheur. A quoi se mesure la qualité humaine ? Vaste problème… Maintenant, il est certain que les rapports sociaux sont ultra codifiés, et que si l’on refuse de se soumettre à ces codes, il ne faut pas espérer avoir autant d’amis que Paris Hilton sur Facebook ! Mais, en général, la culture et la finesse permettent plutôt de maîtriser ces codes si nécessaire, c’est plutôt l’envie et le besoin qui s’estompent avec elles. Bah, restez sur votre île, cher Marginal, ceux qui le méritent sauront bien vous trouver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh oui, cher Laconique, on ne vous la fait pas à vous qui êtes un vrai geek habitué des méthodes employées sur le net, vous connaissez toutes les ficelles du teasing ! Le problème avec le teasing c'est qu'en créant de l'attente on peut créer de la déception aussi...
      Je ne peux en tout cas que vous conseiller de teaser, cher Laconique, en twittant à foison afin de faire baver d'avance vos innombrables lecteurs du Goût des lettres !

      Je ne sais pas ce que donne "Gravity" au niveau du suspense, mais il paraît en effet que le film est particulièrement efficace sur ce point. D'ailleurs, si les gens le jugent si efficace, c'est peut-être parce qu'il est très court en comparaison de toutes les productions actuelles, les daubes actuelles devrais-je dire (voir à ce propos "Heaven and Earth"), qui tournent autour de deux heures. Comme vous le soulignez à juste titre, moi non plus je n'aime pas m'"appesantir", j'aime expédier le boulot, rester léger, et que ça se lise d'une traite sans forcer, avec plaisir.

      Pour la première strophe vous avez raison, mais je ne porte absolument aucun jugement de valeur, même si apparemment on le croit, puisque vous n'êtes pas le premier à m'en faire la remarque.
      Comme je le disais plus haut, j'établis juste un constat et, là, je me cite moi-même (j'ai une érection, cher Laconique !) : "bien souvent les personnes qui se distinguent de leur semblables en étant plus sensibles ou en ayant des préoccupations autres que purement sensorielles sont mises à l'écart, et logiquement, de la masse."

      Cependant vos remarques sont pertinentes, comme toujours. Il n'y a en effet pas de justice immanente et il faudrait être bien innocent pour songer qu'en étant "cultivé et raffiné" on serait "forcément quelqu’un de bien, qui mériterait le bonheur". C'est même le contraire qui se passe en général et, encore une fois, c'est ce que j'affirme !
      Pour les "ânes bâtés" rien ne dit, c'est exact, qu'il sont très heureux : je suppose qu'on trouve des "ânes bâtés" heureux et des "ânes bâtés" malheureux, puisque il n'y a aucun lien de cause à effet entre le fait d'être un "âne bâté" et celui d'être heureux. Disons que les "ânes bâtés" se régalent plus facilement en vivant dans l'instant, ils ont des bonheurs faciles et des souffrances aigües qui ne durent qu'un temps, puis la connerie est appréciée au milieu des cons alors certains abrutis sont appréciés à l'égal de rois.

      Bon, de toute façon, moi, je reste sur mon île, cher Laconique, et je ne refuse pas nécessairement qu'un canot aborde de temps en temps, mais il faut que son occupant montre patte blanche...

      Supprimer
  6. Je veux bien faire une escale sur cette île, à une seule condition ! laisse-moi caresser de ma main égrillarde ce reptile qui exacerbe ma curiosité. Cette démesure me met l'eau à la bouche le Marginal, serait-ce une invitation ? Attends-moi, j'arriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiive ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais fais attention, Hortense, ce "reptile" est rétif, il faut savoir l'apprivoiser ! Il peut facilement échapper au contrôle, comme son propriétaire d'ailleurs, et l'improvisée dompteuse peut se retrouver dépassée... As-tu au moins des compétences particulières concernant ce genre d'animaux ?

      Pour ce qui est de la "démesure", le mythe est en marche, mais n'exagérons rien...

      Merci pour ton commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  7. Le plaisir est une denrée si rare, quelque précieux que puissent être certains objets, je crois qu' il faut savoir les brader de temps en temps, une minute d' extase vaut parfois une éternité de contemplation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que t'approuver. En revanche, je ne sais pas si vouloir faire de sa vie complète une extase sensorielle est une bonne chose...

      Supprimer
    2. La contemplation est parfois extase plus forte que le plaisir lui-même. La chair a ses limites. J'arrive si facilement au bout des terres de peaux, tandis que l'art m'offre des lieux qui n'ont jamais de fin, ni commencement et cela même sur l'île de Montréal. Enfin... les plaisirs de chacun sont multiples et c'est bien ainsi.

      Supprimer
    3. C'est bien dit, La Rouge ! Les plaisirs charnels ne sont ni la seule extase ni la plus forte... Mais libre à chacun de se régaler comme il veut, tu as raison.

      À bientôt.

      Supprimer
  8. Ne parlons pas de compétences mais de mon art à apprivoiser cet animal. Et non seulement de ma main coquine mais avec ma langue libertine qui use et abuse de la douceur de ce membre. Le Marginal, oserais-je avouer que tu attises mon appétit, tes écrits m'enflamment et la finesse de ton esprit provoque chez Hortense un état proche de l'Ohio :) Merci d'avoir fait naitre en moi ce sentiment qui sera salvateur pour mes prochaines visites.
    Comment dire...heu... je te kiffe Le Marginal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, moi aussi je te "kiffe", chère Hortense, avec tes commentaires libérés, coquins, mais qui démontrent une belle maîtrise de la plume. Tu ne pratiques pas la langue de bois (hum), j'apprécie... Et je parie qu'avec un tel prénom tu es une belle plante en plus.

      Alors comme ça tu es fan des chansons d'Isabelle Adjani ? Je suis content de t'avoir mise dans un "état proche de l'Ohio", mais ne t'"enflamme" pas trop quand même : on a vu des cas de personnes prenant feu d'elles-mêmes et je ne voudrais pas avoir ta combustion spontanée sur la conscience...

      À bientôt et merci pour tes commentaires.

      Supprimer
  9. En lisant ce poème, je pense à une phrase de Christophe Colomb : "Ceux qui ont aperçu la lumière avant les autres sont condamnés à la poursuivre en dépit des autres". Pour moi, elle évoque cette différence que tu soulignes dans ton texte et qui est si mal vue lorsqu'on la cultive. Mais à chacun sa particularité, son île protectrice et cette lumière qui n'est en fait qu'une quête de quiétude et de bien-être passant par l'affirmation de son identité, de sa personnalité. Romantique et perspicace métaphore que cette île pour souligner toute l'ambiguïté et la complexité de la nature humaine dans son introspection. A chacun son île, tu défends bien la tienne avec ton pouvoir des mots et l'auto-dérision, la gouaille et l'originalité qui te sont propres. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle citation de Christophe Colomb qui lui aussi a fini par trouver son île, mais pas une petite, et dont la découverte a débouché non sur la "quiétude", mais sur de beaux carnages !

      Merci pour le commentaire, bonne soirée.

      Supprimer
  10. En ces temps actuels,l'ignorance est plus mise en avant que la connaissance,
    voudrait-on abrutir le plus grand nombre.Il faut rire sans fin de la bêtise ou y accorder son voyeurisme.
    Marginal devient l'esprit fin mais demeure-t-il libre,
    puisse Le Marginal garder cette liberté,qu'il lui en coûte de rester sur son île,
    car sa liberté de ton suppose que nous pouvons encore nous préserver de cette bêtise ambiante,
    et retrouver ainsi ses mots qui savent si bien éveiller notre propre liberté.
    Salut à toi Le Marginal et très bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut en effet se demander si on cherche à "abrutir le plus grand nombre", dont évidemment Le Chasseur d'images spirituelles ne fait pas partie.

      Garder sa liberté de corps et d'esprit, se préserver de l'atmosphère délétère, n'est pas une mince affaire, c'est vrai. En tout cas tu as parfaitement saisi la problématique de ce poème...

      Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer
  11. J'ai pensé à tes mots malicieux couchés sur le papier et j'ai imaginé un instant la danse de tes mains sur des corps abandonnés...Bon, je redescends sur terre pour te dire que c'est Gainsbourg que je préfère à la dame qui fut belle mais qui, à présent, semble gonflée à l'hélium :)
    Je suis quasi persuadée que tu connais celle-ci :
    "Dépression au-dessus du jardin...
    Ton expression est au chagrin.
    Tu as lâché ma main.
    Comme si de rien
    N'était, de l'été c'est la fin,
    Les fleurs ont perdu leurs parfums
    Qu'emporte un à un
    Le temps assassin............

    Bonne journée mon Poète

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, évidemment, Gainsbourg est derrière tout ça ! Je ne suis pas sûr que si Adjani en avait écrit les paroles ses chansons eussent autant d'intérêt...

      Tu te trompes, je ne la connais pas cette chanson, "Dépression au-dessus du jardin", c'est bizarre, mais grâce à toi maintenant je la découvre et elle me plaît.

      Bonne journée !

      Supprimer
  12. J'aimerais bien de temps en temps me retirer sur une île pour faire le point, me ressourcer, le calme, la nature et moi. et mon fidèle chien. Bonne journée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beau programme ! On peut trouver des îles pas forcément entourées d'eau... Bonne journée.

      Supprimer
  13. Toi que je ne connais pas... complètement d'accord avec toi. Salutairement s'enfermer dans sa bulle et envers et contre tous rester incorruptiblement soi. Plus d'aisance que Federer, le pied ! . Salut à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une "bulle", une "île", l'idée est la même. Pour Federer je me demande par contre si tu l'as saisie, l'idée, justement.

      Roger Federer est considéré par la plupart des spécialistes comme le plus grand joueur de tennis de tous les temps, il est encore sur le circuit d'ailleurs, au plus haut niveau, bien que trentenaire et ayant tout gagné.
      Son revers à une main est particulièrement beau avec un geste très fluide qui donne une impression de facilité. D'où l'"aisance" du poème... Le reste est compréhensible avec le jeu sur le sens du mot "revers".
      Pour ceux qui ne s'intéressent pas au sport ou vivent dans une grotte, le mot "Federer" est maintenant cliquable et renvoie à une page qui l'explique en image.

      Bonne soirée, merci pour le commentaire.

      Supprimer
  14. Salut le marginal. Je vais te faire une confidence : Ornella fait partie d'un réseau fais attention, elle essaie de t'avoir. En fait Ornella est un mec qui affiche les photos d'une nana pour alpaguer les hommes et leur soutirer du fric.(apparemment c'est un souteneur et la meuf c'est sa pute). Je te dis tout cela parce que j'ai un ami un peu niais qui s'est fait avoir connement. Autrement j'adore tout ce que tu dis sur ton site. Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Anthony,

      Merci pour ton commentaire. Je suis content que tu "adores" ce que tu trouves ici. Moi-même, l'un de mes buts est de m'amuser en écrivant et de prendre du plaisir, alors tant mieux si ce sentiment se ressent et se transmet.

      En ce qui concerne ta "confidence", je te remercie pour ta sollicitude bien évidemment. Malheureusement, on ne peut faire confiance à personne en ces âges farouches, et cela est d'autant plus vrai sur le net, où fleurissent les faussaires et les escrocs de tous types. Cependant je ne vois pas ce qui peut te laisser imaginer que ladite Ornella m'a hameçonné...

      Cordialement, à bientôt.

      Supprimer
    2. Anthony,
      Quelle surprise de voir mon nom apposé aux termes de "souteneur" et de "pute".... Très charmant, au passage, vraiment... Désolé de te contredire, mais je ne peux laisser de telles insanités circuler sur moi. Alors, je suis navrée pour ton ami qui s'est "fait avoir" mais je n'y suis pour rien. L'honnête étudiante en licence que je suis a été réellement blessée par tes propos, et mérite de plates excuses. Ne crois-tu pas ?
      Avant de diffamer, sois sûr de ce que tu avances. C'est très grave, ce que tu as dit là. Sur quoi te bases-tu pour ainsi m'insulter de "pute" ? Je suis tout simplement outrée.
      Moi qui essaye au maximum de rester très peu présente sur le net, qui ne suis même pas sur facebook, voilà ce qui m'arrive... Je retiens la leçon !


      Quant à toi, Marginal, j'espère et reste persuadée que tu n'es justement pas aussi naïf pour le croire, après tout ce que je t'ai "confié". C'est quand même fou d'en arriver là, mais si tu veux d'autres preuves de mon honnêteté, il n'y a qu'à demander...

      Mmh. Je dois être trop sensible (beaucoup trop pour une "pute"), mais cet Anthony m'a blessée avant de m'énerver !

      Supprimer
    3. Tu mérites ton droit de réponse, ça c'est sûr, Ornella ! Je peux comprendre que les mots d'Anthony te blessent s'ils sont faux, que tu souhaites rétablir la vérité, mais, à bien y réfléchir, à part moi personne ne sait de quelle Ornella il s'agit, alors ce n'est pas bien grave. Cela reste du domaine du virtuel, il y a beaucoup de choses qui circulent sur internet...

      En ce qui me concerne, je n'attache aucune importance à ce qui se dit, je préfère me fier à mon discernement. Finalement je ne connais Anthony ni d'Adam ni d'Ève, je ne sais pas d'où il sort, alors je serais bien fou de prendre pour argent comptant ses paroles. En tout cas on est obligé de penser que cette affaire est étrange ! Quelles sont les motivations d'Anthony sinon celles qu'il dit ? Et alors quels sont les liens entre vous deux ? Comment vous connaissez-vous ? Qui est Anthony ? Bizarre...

      Ornella, je n'ai pas besoin de preuves de quoi que ce soit. Si ce qu'Anthony raconte est faux, tant mieux, tu as ta conscience pour toi, alors ça n'a pas d'importance, et moi qui suis un grand garçon "naïf" je continue de croire seulement aux signes. Mais je m'interroge tout à coup : pourquoi m'as-tu demandé tous les numéros de mes nombreux comptes en banque suisses ? Tu m'as dit que c'était juste par amour des chiffres, il y aurait une autre raison ?

      Supprimer
  15. Anthony
    J'aime faire parler de moi, mais alors là, trouver mon nom associé à ceux d'escroc et de pute... charmant. au passage, merci bien...
    Eh bien, non, je ne fais pas du tout dans ce délire là. Navrée pour ton amie mais je n'y suis pour rien. L'honnête étudiante en licence que je suis a été blessée et mérite de plates excuses. Ne crois tu pas ?... Que ne faut il pas entendre de nos jours.. moi qui ne m'affiche jamais sur la toile habituellement,pas même facebook, ça calme.
    Bon, tu t'appuies sur quoi pour impunément me traiter de pute ? Juste par curiosité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'essentiel est de faire parler de soi... Ça met un peu d'animation cette affaire, mais je préfère de loin la tranquillité.

      Supprimer

  16. les 10 commandements du club des fatigués de naissance.

    1 - On nait fatigué et on vit pour se reposer.
    2 - Aime ton lit comme toi-même.
    3 - Repose-toi le jour pour dormir la nuit.
    4 - Si tu en voit un qui se repose : Aide le !
    5 - Le travail c'est de la fatigue.
    6 - Ne fais pas aujourd'hui ce que tu peux faire demain.
    7 - Fais-en le moins possible et ce que tu dois faire, fais le faire par les autres.
    8 - Trop de repos n'a jamais fait mourir personne.
    9 - Quand l'envie de travailler te prend, assieds-toi, attends qu'elle te passe.
    10 - Si le travail c'est la santé, vive la maladie !

    Cela est ma contribution ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta contribution, Anthony le mystérieux justicier flemmard.

      Je vois que tu maîtrises le sujet et que tu sais de quoi tu parles ! Ces "commandements", on dirait qu'ils ont été écrits pour moi, bien que je n'aime pas être "commandé"...

      On peut les compléter avec la citation de Jerome K. Jerome : "j'aime le travail, il me fascine. Je peux rester des heures à le regarder."

      Supprimer
  17. Tiens "Ornella" qui vient se justifier et qui me fait bien rigoler. Tiens donc tu ne t'affiches même pas sur Facebook mais tu affiches des parties intimes de ton corps ! Ne crois tu pas que cela est incompatible avec un désir de rester dans l'anonymat? Lorsqu'on se montre nue, quel est l'intérêt au fond si ce n'est attiser la gent masculine et soutirer je ne sais quoi ? Toi seule le sait. Lorsqu'on a rien à cacher on montre aussi son visage, non ? Puis excuses moi mais pour quelqu'un qui dit ne pas vouloir s'afficher sur la toile , ton choix du site (que tu connais) est assez stupéfiant. Bonne continuation quand même en espérant qu'au moins tu y gagnes quelques deniers. Il faut que tu saches quand même que certains font semblant de rentrer dans ton jeu et ne sont pas avares de flatteries pour bien satisfaire ton ego. Mon bon Monsieur Ornella apprends que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute: Cette leçon vaut bien un compte en suisse sans doute.
    Bien cordialement à toi Le Marginal ;) ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'amuse bien aussi avec cette histoire, je dois dire. Les contradictions que tu soulèves sont légitimes, Anthony, et ne manquent pas de bon sens, mais, tu sais, il ne faut juger de rien. Les motifs qui poussent les gens à agir peuvent être nombreux, variés, voire inattendus. Si tes suspicions ne s'appuient que sur cela, elles restent très fragiles...

      Toi-même tu es assez étrange et on peut aussi s'interroger sur ton compte : tu apparais soudainement pour me parler de ladite Ornella, mais on se demande bien quel rapport tu as avec elle et ce qui te laisse supposer qu'elle essaie de m'arnaquer. Parce qu'on a échangé deux ou trois mots sur les sites en question, moi dans le seul but de m'amuser, tu imagines qu'elle veut me spolier ? Dans ce cas, il faudra qu'elle/il se lève de bonne heure. Et toi qu'est-ce qui t'anime ? La soif de justice ?

      De toute façon, les sites dont on parle sont louches : difficile de distinguer le vrai du faux ou de savoir qui se cache derrière les pseudos. Mais on peut généraliser cela à tout internet.
      Et toute cette affaire est étrange. Je ne me fie qu'à moi-même jusqu'à preuve du contraire.

      Sinon, Anthony, tous mes comptes en Suisse sont vides, c'est normal ?

      Bye, à bientôt.

      Supprimer
  18. Hey le Marginal entre nous lorsqu'une meuf affiche son adresse mail sur le fameux site Ornella.paris@Hotmail.fr, c'est qu'elle cherche koi à ton avis ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh... Tu me poses une colle là... Des amoureux romantiques ? Je croyais que c'était son adresse personnelle moi... Allez, ne t'inquiète pas ;-).

      Supprimer
  19. Insoumis et fier de l'être il est hors de question que Joss the boss se fasse truander par une Ornella. Protège ton île comme moi, Le Marginal il faut se méfier de tout et être sur la défensive. Ton poème me plait bien.

    Bonne soirée ami virtuel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bien, the boss, protège tes arrières, tu as raison ! À bientôt.

      Supprimer
  20. Trop marrants les 1O commandements d'Anthony. Putain c'est bien trouvé et elle cherche koi à ton avis cette meuf ? Il y a de l'animation sur ton site. Je l'apprécie bien , tes poèmes me parlent comme les illustrations toujours bonnes et je me régale en me distrayant et en me changeant les idées. Salut à toi Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les dix commandements sont drôles, assez fins et applicables à bien y réfléchir.

      Mais c'est pas vraiment le lieu ici pour parler de "cette meuf". Je sais pas ce qu'elle "cherche" et je m'en fous de le savoir. En tout cas, c'est drôle tout ça ! Beaucoup de bruit pour pas grand chose en fait...

      Sinon je suis content que tu trouves ton compte ici.

      À bientôt.

      Supprimer
  21. Le dindon d'Ornella

    Mon dindon porte le doux nom de Didon.
    Pour un oui pour un non,
    Didon fait la moue.
    Je lui dis tout car après tout,
    il finira dans mon bidon!
    glou glou glou
    Ornella veut attirer avec son dindon
    mais moi je n'aime pas les dindons
    cest disgracieux et dégueu
    Ornella caca
    glou glou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est marrant ce poème, il y a de l'imagination. Mais pourquoi rester anonyme ? Peut-être parce qu'il finit sur une note scatophile peu ragoûtante.

      Ainsi ce dindon s'appelle Didon, comme la première reine de Carthage, mentionnée dans "L'Énéide" de Virgile. J'imagine donc qu'il vaut le coup d'œil au contraire, puis moi j'aime tous les animaux et les dindons ne font pas exception.

      De là à ce que je sois un dindon de la farce, il y a un monde.

      Bonne soirée et à bientôt pour de nouvelles fantaisies poétiques si le cœur t'en dit, mais de préférence en rapport proche ou lointain avec le texte.

      Supprimer
  22. Une île comme une forteresse ou un jardin secret, si on ne peut pas s'en payer une comme Deep du moins on peut s'en créer une dans sa tête comme un abri autour de soi pour refuser justement d'être un dindon de la farce. Un poème qui fait réfléchir, mais âne bâté ou cultivé, l'essentiel n'est-il pas d'être heureux, à chacun sa formule. Un grand salut de Tess.

    RépondreSupprimer
  23. L'être riche d'une vive sagesse ne craint la solitude,vit-il une certaine allégresse,une bienfaisance qui l'éloigne de l'ignorance si abondante en ses alentours,pourtant lui faut-il mettre à l'épreuve la force de son amour,dire la volonté ne suffit à convaincre,lui revient-il le devoir de prouver le pouvoir créateur en chacun,témoigner l'intime évidence,l'être riche d'une vive sagesse doit tôt ou tard quitter son île,s'il ne veut voir s'évanouir ces certitudes nourricières de ce bonheur en son cœur.
    Très bon week-end à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bref, "l'être riche" à du boulot !

      Très bon week-end à toi aussi.

      Supprimer
  24. Coucou, je venais voir s'il y avait un nouveau poème sur lequel méditer. Cela, n'étant pas, je relis donc avec plaisir celui-ci et ses commentaires, cette île si lourde de sens et de réflexion dans ce beau texte d'un humour caustique qui confronte l'homme à sa conception personnelle de la solitude. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh non, pas de nouveau poème ! J'actualise en revanche assez fréquemment la page Facebook et, dans une moindre mesure, le compte Twitter.

      Il faut savoir profiter des bonnes choses, alors je laisse un peu de temps pour "méditer" sur chaque poème et le savourer comme il faut avant d'en mettre un nouveau.
      Le rythme est d'environ un poème toutes les trois semaines ou tous les mois, mais il n'y a absolument aucune règle. Pour se tenir informer, rien de mieux que la newsletter ! Et en plus un e-book est offert... Que demande le peuple, hein ?

      Bonne soirée.

      Supprimer
  25. le Marginal, tes commentaires sur mes seins commencent à me gaver , tu deviens lourd, ton cerveau est aussi petit que doit être ta bite. tu te barres stp et ne reviens plus sur mon profil ok?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, Ornella se révèlerait-elle enfin et Anthony aurait-il dit vrai ? Il aura donc suffi de lui mettre les points sur les "i" en lui expliquant clairement qu'elle ne trouverait jamais de dindon de la farce en ma personne pour qu'elle se montre agressive.

      Mais bon, tout cela est à prendre avec des pincettes : encore faut-il que ce soit la véritable Ornella derrière ce commentaire, car il est facile d'usurper un nom...

      En revanche, le jour où je recevrai des ordres et que j'en tiendrai compte est loin d'être arrivé : je ferai donc comme bon me semble qui que tu sois derrière ce commentaire.

      Puis ce n'est pas le lieu pour ce genre de sortie stupide qui n'a rien à voir avec la poésie. Je suis pour la liberté d'expression et je ne pratique donc pas la censure, mais abstiens-toi dorénavant si c'est pour raconter des âneries déplacées ici qui ne te font pas honneur.

      Bonne soirée.

      Supprimer
    2. Qu'ai je fait pour attirer autant l'attention sur moi ? Au point de me faire usurper mon identité... Non Marginal, ce n'est pas moi qui ai écrit ce commentaire insultant. Ce n'est pas mon genre.
      Encore une fois, cela révèle l'intelligence des gens.
      A me dégoûter du net...

      Supprimer
    3. Ok, ok, avec ce net on ne sait jamais à quoi s'en tenir... Chacun peut faire joujou, les conséquences sont anodines.

      Il y a des abrutis dans la vie réelle, alors il y en a sur le net : pas de surprises.

      Supprimer
  26. On est puissant quand on a besoin de personne. Mais je ne veux pas être un âne bâté pour ne pas me faire arnaquer au cas où des indésirables se glissent dans mon île, au contraire je veux être un fin limier et avoir l'oeil de l'aigle pour bien me diriger. Un grand salut de Joss the boss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La puissance est dans l'indépendance. Celui qui réclame est faible... Le Marginal Magnifique fait la tendance, il ne la suit pas !

      À bientôt.

      Supprimer
  27. Ornella, tu affiches volontairement ton adresse e-mail sur un site d'exhib et après tu fais mine d'être froissée (oh my god :) on usurpe mon identité ). J'ai comme dans l'idée que tu te fous de notre gueule non ? hein Monsieur Ornella ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le but c'est de me rendre dingue, non ? Vous me fatiguez avec vos histoires. Démêler le vrai du faux n'est pas dans mes cordes et, surtout, je m'en cogne royalement. On n'arrivera pas à savoir le fin mot de l'affaire de toute façon...

      Merci pour ton commentaire, arbitre, mais je ne crois pas que ce soit l'endroit pour ce genre de débat.

      Supprimer
  28. Bien sûr que je le suis. Où est le rapport ?
    Une adresse mail n'est pas une adresse postale, elle ne me sert que très peu, je peux bien m'en débarrasser du jour au lendemain.
    L'usurpation d'identité, en revanche, peut être un délit pénal, si je ne m'abuse.
    Bon après, si vous n'avez rien de mieux à faire de votre vie, c'est déplorable mais c'est ainsi.
    Monsieur Ornella... Ce que vous pouvez me faire rire, tous ! Si j'avais besoin d'argent, je crois que ce ne serait pas ainsi que j'essayerais de m'en procurer, tu sais. Et donc, toutes les autres femmes du site seraient des hommes cachés derrière ces poitrines pour finalement tirer le fric de ceux qui commentent ? Whaou, mais nous sommes entourés d'escrocs !!
    Je ne sais pas ce qui a bien pu vous arriver pour que vous soyez autant méfiant de tout et de tous, à chercher des explications saugrenues à des choses qui ne sont pourtant pas si extraordinaires que cela, à imaginer des scénarios dignes des plus grands cinéastes alors que la vérité est, certes moins excitante, mais toute bête... Une fille parmi la centaine d'autres présentes sur le net, qui répond à la demande du site parce que, comme toutes les autres femmes encore une fois, ça l'amuse, sans n'attendre rien de personne en dehors des commentaires SUR LE SITE et non sur un autre blog qui n'a rien à voir avec. Mais apparemment, non, il faut pousser plus loin la réflexion, ça ne peut être si simple et si évident, c'est en réalité un mac avec sa prostitué qui cherche à... Oh, les gars, stop nan ? On n'est pas dans un film, là.
    Bande de psychopathes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réalité peut dépasser la fiction et les "scénarios dignes des plus grands cinéastes", mais elle peut aussi être très simple.

      Au final rien de grave ! Tout ça c'est de la blague, quoi...

      Supprimer
  29. Monsieur Ornella, j'estime que le fait d'exhiber son corps uniquement pour satisfaire son ego c'est un problème qui relève du psy.....par contre exhiber pour gagner du fric ca me semble plus malin donc....au final... je te laisse le soin de méditer Monsieur Ornella

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'arbitre est quand même de parti pris ! Pour ma part, je ne me prononce pas...

      Supprimer
  30. Ouais une île pour s'auto-protéger c'est pas du luxe par les temps qui courent mais aussi pour ne pas se laisser corrompre et submerger par les courants actuels où il y a plus d'hypocrisie que de sincérité et où on a du mal à démêler le vrai du faux dans ce monde d'intérêt où le mot idéal perd son sens. Ornella ou pas Ornella tout ça c'est du vent , de la rigolade qui ne vaut pas un pet de lapin et vive plutôt la poésie et que celle du Marginal continue à nous réjouir.
    Une belle soirée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire. Ça faisait longtemps que j'avais pas vu l'expression "pet de lapin"... Bonne soirée.

      Supprimer
  31. Alors Ornella ou sainte nitouche ou une intrigante de première catégorie. En tout cas je crois qu'elle s'amuse bien et "nan". Pour en revenir au poème, une belle île plutôt un îlot d'après l'illustration qui fait rêver de ciel bleu et de mer et surtout de tranquillité. Une bonne image pour montrer qu'on a tous besoin de son petit îlot protecteur comme une armure invisible et il faut être sélectif pour ceux qui voudraient accoster. Mieux vaut être seul qu'en mauvaise compagnie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est là pour "s'amuser" avant tout, alors tant mieux si tout le monde "s'amuse" !

      À bientôt.

      Supprimer
  32. pour Anonyme, s'aimer et se respecter c'est se protéger avant tout et ne pas exposer ses coordonnées ou des photos perso provocantes. Autrement dit, cela s'appelle aussi être intelligent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bof, ne soyons pas si intransigeants, mister arbitre ! Chacun fait ce qu'il veut du moment qu'il n'emmerde pas les autres : si on souhaite "exposer ses coordonnées ou des photos perso provocantes" pourquoi pas, mais il faudra en assumer les conséquences...

      Supprimer
  33. Ornella qui ou quoi que vous soyez vos commentaires prouvent que vous êtes quelqu'un d'assez intelligent pour savoir qu'il faut être méfiant avec les contacts sur le net , alors ne jouez pas à l'ingénue outrée. Je vous crois plutôt une personne rusée et facétieuse, bien à l'abri dans sa petite île personnellle. Moi, j'apprécie ce poème que je vois comme une réflexion sur la part de sociabilité qui est en chacun de nous et en même temps comme une revendication à rester authentique. Vous lire Le Marginal est un plaisir mais ça donne à cogiter grave, c'est grinçant mais toujours dans la sincérité et je kiffe. Salut Marginal magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon commentaire, qui parle avec sagesse du cas Ornella, puisqu'on en est au point de parler de cas Ornella, mais le raccroche adroitement au poème.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  34. Bonjour, je suis Laëticia,

    Tu as mis des commentaires pas très sympas sur une photo que j'ai postée, je comprends pas pourquoi. En plus, ce n'était pas la photo que je voulais publier.

    Sinon j'ai rien compris a ton poème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, ok, Laëticia. C'est pas vraiment le lieu pour discuter de ça, mais il faut que tu saches que les commentaires que je mets sur le site dont tu parles sont à prendre avec recul et au second degré, n'y attache pas trop d'importance, je peux me montrer un peu rustre, voire pas très fin, c'est simplement du jeu.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  35. Laëticia : cela dit vu le genre de site où tu postes c'est fort compréhensible que tu ne comprennes rien au poème du Marginal :) Tu veux un décodeur ? Non mais allo quoi Laëticia, quand on expose ses nibards et ses miches faut assumer et accepter les bons et mauvais commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Reality, un commentaire qui rappelle à la réalité ! Il est très juste, tu tergiverses pas et vas à l'essentiel !

      Pour le "décodeur", je pense pas non plus que ce soit nécessaire : j'essaie d'employer des mots simples dans mes poèmes, de les rendre accessibles, même si j'essaie aussi d'y mettre un peu de fond (voir la rubrique "conception de la poésie").

      Et pour ce qui est des critiques sur les "nibards" et les "miches", effectivement il faut jouer le jeu jusqu'au bout !

      Merci pour ton commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  36. Une île qui montre que toi Le Marginal tu restes fidèle à toi-même envers et contre tous et en toutes circonstances, comme moi mais tu le dis de façon plus originale que moi qui n'a pas ton imagination. Dommage d'ailleurs j'aurais bien aimé être poète pour dire tout ce que j'ai en travers de la gorge. Bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as tout compris, Annette, et je te remercie pour ton commentaire ! Je fais ce que je peux pour rester "fidèle à moi-même", agir en concordance avec mes idées et œuvrer dans le sens que je crois juste, même si c'est parfois difficile et s'il faut affronter des vents contraires.

      Mais ne te gêne surtout pas pour dire toi aussi ce que tu as "en travers de la gorge" : lance-toi, tout le monde a le droit d'écrire et de s'exprimer, c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  37. Le Marginal j'aimerais connaitre ton age, tu peux me le dire ;) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce que tu dois savoir à propos du Marginal Magnifique se trouve ici, Henriette.

      Bonne journée.

      Supprimer
    2. Je suis dubitative quant à votre âge :)

      Supprimer
  38. COucou mon magnifique Marginal ! J'espère que tu vas bien. j'ai eu mon livre entre les mains ce jour...terrible ! J'étais émue. J'attends ta prochaine prose. EN attendant je te souhaite une très bonne semaine, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, C., je vais bien. Apparemment toi aussi et c'est tant mieux !

      Bonne semaine, à bientôt.

      Supprimer
  39. Coucou, je ne sais pas si mon comm précédent est passé...j'ai glissé chef !!! Je te souhaitais simplement une bonne semaine...et demandais un nouveau texte, stp, stp.....bise, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh oui, il était bien "passé" ! Bientôt je posterai à nouveau, rien ne presse, mais je suis toujours là en attendant...

      À bientôt, porte-toi bien !

      Supprimer
  40. J'aime me détendre en te lisant Marginal même si parfois je dois réfléchir grave pour comprendre ce que tu veux dire. Pour l'île j'ai bien pigé et je suis plutôt d'accord il faut pas se laisser envahir et parasiter. Une bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, pas de quoi non plus se faire exploser les méninges ! Il y a plusieurs niveaux de lecture, alors tout le monde peut y trouver son compte...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  41. alors mon niçois adoré, tu le sais que je te connais, tu n'as rien à me dire ? ;) dis moi sinon je dis tout :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben dis donc, tu en sais des choses apparemment ! Et tu portes bien ton pseudonyme. Tu veux faire chanter Le Marginal Magnifique ? Ça tombe bien, c'est un poète...

      Supprimer
  42. Etre dans mon île oui mais à petite dose ou alors c'est la monotonie et l'ennui. Pour avoir la frite, il faut que je sorte et me distraire après je suis content de rentrer dans mon île comme dans mon appart et de retrouver mon intimité. Il faut profiter au max, ni trop de solitude ni trop le contraire, moi j'ai trouvé mon équilibre pour le moment mais il peut se modifier selon mes envies et selon la pêche que j'ai. Un cordial salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, Julien. Tu as raison, alterner est ce qu'il y a de mieux : sans doute est-ce le secret.

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  43. Bonjour le Marginal. Par curiosité je suis aller flâner sur le "fameux site". Je dois avouer que je t'encourage à persévérer dans tes annotations cocasses, plusieurs fois j'ai éclaté de rire. Que veux -tu, ces dames et demoiselles souhaiteraient uniquement de beaux commentaires pour se conforter dans leur idée et leur désir de toujours plaire. Heureusement tu es là pour les rappeler à l'ordre et mettre à jour tous leurs défauts :) Seulement voilà, les tigresses sortent leurs griffes lorsque toi, sincère et réaliste les fait redescendre sur terre.
    Ah ! miroir miroir dis moi que je suis la plus belle ! bah je veux bien dit le Marginal mais je ne peux que juger ce que je vois et ce que je vois c'est pas toujours éblouissant.......
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, merci pour ton commentaire, Garance.

      En effet, il est parfois difficile d'être confronté à la réalité par un élément extérieur, moi en l'occurrence, surtout si l'on se met des œillères.

      Puis la plupart des gens n'ont pas le recul et l'humour nécessaires pour prendre les choses autrement qu'au premier degré : c'est regrettable, mais tant pis pour eux !

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  44. Un petit tour sur ton île pour te dire que j'aime bien lire tes poèmes, ils sont pas ennuyeux, modernes , disent des vérités avec un style original. Moi, j'aime bien peindre et ce poème m'inspire un tableau, çà m'est venu comme un flash, je trouve belle cette image de l'île protectrice aussi secrète que nous avons tous notre part de mystère et de non-dits, enfin j'espère que je me fais comprendre. L'allusion à Federer me comble, j'adore le tennis. Il fait beau sur ton île, mais je ne peux qu'imaginer le personnage principal car tu restes un mystérieux inconnu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Mégane, pour ton commentaire sympa. Je fais ce que je peux pour ne pas être "ennuyeux" et "moderne", mais en même temps je cherche avant tout à être vrai, alors je me soucie peu de la réception, je fais ce qui me plaît et comme je juge bon de le faire.

      On peut aussi assimiler, c'est vrai, cette "île" à ce qu'on appelle parfois "un jardin secret" et la peinture est une belle passion, pas si éloignée que ça de l'écriture au fond.

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  45. Il faut protéger son intimité. Une île comme un cocon c'est poétiquement trouvé, malheureusement là obligation d'en sortir pour aller boulonner et dans une grande surface à la caisse mais avec le mental on arrive quand même à en préserver un bout et avec l'espoir du week-end. Salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Boulonner et dans une grande surface à la caisse", c'est pas la joie, mais on en est tous là, plus ou moins mal lotis, on doit gagner notre croûte, ce qui n'est pas sans laisser des traces...

      Heureusement qu'il y a le "cocon"... et le week-end !

      Bon week-end donc.

      Supprimer
  46. Dans un monde de baisse-culotte
    heureusement reste des individus
    qui des honneurs se moquent
    voulant seulement vivre loin des perdus...

    Bonne journée Marginal
    amitiés Emma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien résumé la situation :-).

      Bon week-end, à bientôt.

      Supprimer
  47. Apprivoisons la solitude, ne soyons plus dépendants des autres, apprenons à nous aimer nous-même en cultivant notre meilleur et nous ferons de notre île une terre prolifique où nous pourrons nous épanouir sereinement avec ou sans les autres mais en sélectionnant. Bon après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh oui, il faut déjà être bien avec soi-même pour être bien avec les autres, mais malheureusement cela ne suffit pas toujours car les autres appliquent rarement cette règle de logique élémentaire...

      Merci pour ton commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  48. Ainsi Le Marginal ne quitte son île,précieuse doit-être sa solitude car rares sont ses nouvelles,rares sont ses nouveaux mots !!,
    prend ton temps mon salaud,tout en osant cette rime bien trop familière !!,
    trêve de plaisanteries,
    très bon week-end à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh oui, Le Marginal se fait rare maintenant, contrairement aux obligations du quotidien qui ne le sont pas, rares, mais il n'oublie pas de revenir de temps en temps.

      Bon week-end.

      Supprimer
  49. Le Marginal aurait donc des contraintes ? Pour quelqu'un qui se dit libre de toutes obligations, cela parait équivoque. A moins qu'il ne soit libre que dans sa tête....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je m"attendais à un commentaire de ce type ! Èh oui, même Le Marginal Magnifique a des "contraintes" : à moins d'être un pur esprit personne ne peut y échapper.

      En revanche, la plupart de ces contraintes découlent de choix délibérés...

      Et "dans la tête", "libre" est un euphémisme !

      Bonne journée.

      Supprimer
  50. Tu as une recette Le Marginal pour gérer le stress qui va avec les contraintes ? Pas facile d'être bien libre dans sa tête. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma recette sera simple : suivre son chemin sans se soucier du regard des autres, n'être pas trop dur avec soi-même mais faire du mieux qu'on peut, s'efforcer de voir les côtés positifs de la situation. Puis se dire accessoirement que très peu de choses méritent de s'alarmer vu ce que l'on est ("Échelle cosmique"). Facile... en théorie !

      À bientôt.

      Supprimer
  51. Je découvre ton univers par ce joli poème lucide, désabusé et rêveur, tout ce que j'aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Nicolas, pour ce commentaire ! À bientôt.

      Supprimer
  52. Vous avez écrit là un poème très réaliste sur la difficulté à rester authentique, à ne pas se trahir dans un monde où les valeurs se perdent car trop de tentations, de cupidité, d'intérêts peu louables. J'aime pour la franchise brutale et sans concessions et pour la saine aspiration que vous défendez qui va dans le sens de mon idéal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce commentaire lui-même "authentique" émanant à coup sûr d'un(e) Idéaliste !

      Éh oui, c'est difficile de rester sain et droit "dans un monde où les valeurs se perdent". Beaucoup de vents contraires à affronter et une carrière de marginal en vue plutôt que celle d'un nanti. Mais que ne ferions-nous pas pour la vérité ! Et puis c'est pas désagréable au fond de marcher à l'écart en sachant qu'on est sur le bon chemin quand même...

      À bientôt.

      Supprimer
  53. Je voudrais ajouter que l'esprit idéaliste est non seulement protecteur mais aussi porteur de cet espoir qui vous habite et qui persiste. Et votre "je résiste" me plait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors "résistons" ensemble !!!

      Merci pour vos commentaires intéressants. Bonne journée/soirée.

      Supprimer
  54. Bonsoir, un petit tour sur ton île pour me dépayser un peu avant de rejoindre la mienne et même si le ciel n'est pas toujours bleu, chacun son cocon., son territoire ses habitudes en terrain connu., c'est sécurisant, je pense que tu seras de mon avis .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dit aussi qu'il faut sortir de sa zone de confort sous peine de faner...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  55. Je voudrais connaître ton avis, c'est de Guillaume Depardieu extrait de son album post mortem :
    J'mets les voiles :
    http://www.youtube.com/watch?v=Eirq0UrnzqA
    J'ai décidé de mettre un terme épistolaire
    a ce que tu appels notre relation passion
    ce que je vis avec toi n'a pour moi pas de nom
    mais passons

    c'est un devoir plus qu'un envie
    crois le quand même si ta colère t'en donne l'envie
    je pose un dictat à notre histoire
    j'mets un veto

    Car je peux plus te voir comme ça
    j'préfère crever que d'être une source
    à ta souffrance
    une source à ta souffrance

    J'préfère partir , t'abandonner
    plutôt que d'être ton meurtrier x 2

    Voila c'est dis je mets les voiles
    pour ne pas en être à l'amour
    voila c'est fait vaille que vaille
    c'est à l'amour comme à la guerre
    je mets les voiles x 2
    pour ne pas avoir à la faire
    je mets les voiles x 2
    pour ne pas te voir contre terre
    et même si c'est à contre coeur
    je mets les voiles x 2

    te voir souffrir est une torture
    je mets les voiles x 2
    j'coule mon navire c'est un crève coeur
    je mets les voiles à contre coeur
    et c'est comme ça x 2

    Je ne peux pas devenir un lâche je ne veux pas savoir me taire apprendre à faire comme toutes ces taches de belles courbettes et des manières

    Trahir l'espoir plutôt caner ..... trahir l'amour plutôt crever que de rouler dans vos limites

    Voila c'est dis je mets les voiles
    pour ne pas en être à l'amour
    voila c'est fait vaille que vaille
    c'est à l'amour comme à la guerre
    je mets les voiles x 2
    pour ne pas avoir à la fuir
    je mets les voiles x 2
    pour ne pas te voir contre terre
    et même si c'est à contre coeur
    je mets les voiles x 2
    te voir souffrir est une torture
    je mets les voiles x 2

    plutôt crever que de rouler dans tes limites
    je mets les voiles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Moi,

      J'ai entendu parler de cet album. Le projet est attirant lorsque l'on sait l'écorché vif qu'était Guillaume Depardieu : on se dit qu'il y aura du sens et que ce sera d'une authentique profondeur. Néanmoins je suis toujours méfiant envers ce type d'œuvre "post mortem". Inévitablement on se dit qu'il s'agit de faire du fric sur le dos d'un mort. Puis l'album tel qu'il sort aujourd'hui se présente-t-il sous sa forme achevée, telle que la souhaitait son auteur ?

      Pour ce qui est de cette chanson je ne suis pas un grand fan, mais je suis content de la découvrir et je pense qu'elle gagne à être écoutée plusieurs fois. Je ne manquerai d'ailleurs pas d'écouter l'album entier. Le timbre de voix de Depardieu et sa façon de poser ses mots, parlant plus que chantant, n'est pas sans rappeler Gainsbourg, jusque dans le classique thème de la séparation amoureuse : que l'on songe juste à "Je suis venu te dire que je m'en vais"...

      À bientôt.

      Supprimer