02/07/2015

62 Wyatt Earp


Cette image est un habile montage qui montre, sur la gauche, au premier plan, le celebre Wyatt Earp, chasseur de bisons, officier americain et marshal à Dodge City puis à Tombston, qui a participe a la fusillade d'O.K. Corral. Le fameux cow-boy est habille dans le style de l'epoque : il porte chapeau, gilet et manteau a rabats. son visage est orne d'une belle moustache et son regard semble determine et franc. Derriere lui, en fond, on peut voir deux rangees de batiments, une a gauche et une a droite qui fuient vers l'horizon parallelement,  jusqu'au coucher de soleil materialise par un demi cercle blanc qui semble pose sur l'horizon. Ce soleil est frappe des celebres initiales LMM, Lettres emblemes pour Le Margina Magnifique. Tout cela constitue le decor d'une ville que l'on imagine tout droit sortie du far west. La couleur dominante, frappante, de cette arriere-plan est le jaune, un jaune vif, presque fluorescent. L'image de Wyatt Earp a clairement ete découpee sur une photo du personnage en noir et blanc et ajoutee sur ce fond clair et vif sur lequel elle ressort particulierement. A droite du celebre cow-boy, juste au-dessus du soleil, entre les batiments, on peut lire une citation qui lui est attribuee : "Fast is fine, but accuracy is everything", que l'on peut traduire aisement en français par "La rapidite c'est bien, mais la precision c'est tout !". L'aspect des batiments ainsi que celui du personnage extrait d'une photo d'epoque creent un contraste saisissant avec la modernite du montage et la couleur jaune fluo deja mentionnee. Ce superbe et esthetique montage photo illustre parfaitement le poeme du Marginal Magnifique "Wyatt Earp" dans lequel le grand poete moderne parle de son destin et exprime son souhait de pouvoir ecrire de la poesie inspiree jusqu'au bout, sans se soucier de devenir celebre, d'etre une legende comme Wyatt Earp, avec toutefois la volonte, comme lui, et ici Le Marginal Magnifique fait reference aux dernieres paroles qu'auraient prononcees Wyatt Earp ("Dieu doit me donner des explications pour ce qui se passe dans l'existence"), d'avoir des explications sur le mystere de l'existence et de sa cruaute. A noter que la citation imprimee sur l'image, si elle traite sans doute de la rapidite et de la precision avec laquelle un cow-boy doit manier les armes a feu, peut evoquer egalement la poesie et l'art de manier les mots. Encore un immense poeme du LMM qui claque en deux strophe de six vers !


Pas condamné à saigner à l'échec
Encore moins à signer des chèques
J'espère faire le boulot être inspiré
Avant que de m'arracher d'expirer
Pieds devant raide comme piquet
Pupille loin dans les constellations

Pas destiné à être un grand homme
Encore moins une légende de l'Ouest
Et même si je ne crois en rien à la fin
Comme Wyatt Earp je m'exclamerai
Dieu doit me donner des explications
Pour ce qui se passe dans l'existence


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

62 commentaires:

  1. Je suis bien d'accord avec la formule de l'illustration. Cet hommage à l'aventurier que fut Wyatt Earp appelle originalement à une réflexion sur la destinée humaine et sur le sens à donner aux aléas de l'existence. J'aime cette façon très personnelle, qui sonne comme un défi, d'aborder un thème qui parle à tous. Bon après-midi.

    RépondreSupprimer
  2. Lu à voix haute, comme se doit la poésie. M'a (bizarrement) fait pensé à Cabadzi. Pas convaincue par les deux derniers vers -aux allitérations pétaradantes- même si l'idée d'un Dieu rendant des comptes (à OK Coral) me séduit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas Cabadzi, mais je me suis un peu renseigné, c'est pas mal, je vais creuser. J'aime bien le rap quand il est de qualité et là en l'occurrence ça a l'air d'être le cas.

      Pour les deux derniers vers, les "allitérations pétaradantes" ne sont même pas voulues : il s'agit d'une phrase qu'aurait prononcée Wyatt Earp avant de passer l'arme à gauche.

      Merci pour ton commentaire et à bientôt.

      Supprimer
    2. Ma préférée : "D'en haut la ville est belle en bas." ;-)

      Supprimer
    3. Je vais écouter ça ! J'ai bien aimé "cent fois".

      Supprimer
  3. Vous devriez faire du rap, cher Marginal ! Booba et Grand Corps Malade n’auraient qu’à bien se tenir ! En tout cas vous reprenez ici les ingrédients qui ont fait votre légende : de la concision, de la précision, et un peu d’« ego trip ». Après La ruée vers l’or et Crazy Horse, vous affinez le genre du poème de Far West, en rendant hommage à une icône, le fameux Wyatt Earp. Et cela faisait longtemps que vous n’aviez pas publié à un rythme si rapproché, la saison s’y prête bien, et je sais que le Marginal préfère créer plutôt que de profiter de la Dolce vita à la playa. Quant à demander des explications à Dieu, vous n’êtes pas le premier à vouloir le faire ! Mais en bon cowboy stoïcien et anachorète , je sais que quelles que soient les circonstances, vous les accepterez avec aplomb et dignité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, cher Laconique, je vous remercie pour votre commentaire. Je remarque que, comme vous le dites pour mon poème, celui-ci est "concis" et "précis". Parfait !

      Le "poème de Far West", ça me plaît comme formule et il ne me semble pas que ça a été fait avant, alors tant mieux si je suis original.

      Éh oui, je publie à un" rythme" plus "rapproché": je ne sais pas si ça va durer, mais là j'avais envie d'envoyer. Je ne crois pourtant pas que la saison "s'y prête bien", sauf si l'on songe à la canicule, parce qu'on serait tenté de mettre le nez dehors avec ce beau temps et ces températures douces...
      Enfin, comme vous l'avez dit, je préfère "créer plutôt que de profiter à la playa", et, même sans parler plage, je préfère rester tranquille, loin des foules émoustillées par le soleil qui les cuit. C'est pas pour rien qu'on m'appelle Le Marginal !


      À bientôt sur Le Goût des lettres peut-être.

      Supprimer
  4. J'avais vu un bon film sur lui avec Kevin Costner. Dommage que les films sur l'ouest américain ne soient plus à la mode. Tu nous dépayses et c'est bien ciblé, tu vises avec précision et on comprend vite où tu veux en venir. Salut et bonne nuit Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Julien, content de te lire.

      Exact, il existe un film avec Kevin Costner dans le rôle de Wyatt Earp, un film plutôt bon dans mon souvenir et qui date des années 1990, peut-être la dernière bonne décennie pour le cinéma d'ailleurs. Depuis, ce n'est que déchéance à coup de blockbusters décérébrés, même si quelques-uns sont réussis, il faut l'avouer.

      En tout cas, c'est vrai que "les films sur l'ouest américain ne sont plus à la mode". Parfois il en sort un : j'ai en tête le récent "Shérif Jackson" avec Ed Harris, qui m'a bien plu et que je te conseille si tu aimes le genre.

      À bientôt.

      Supprimer
  5. Comme d'hab, t'as fait du bon boulot. Fallait y penser de sortir des oubliettes cet héros du far-west. Et tu t'en sers bien pour sortir tes vérités. Tu me fais aimer la poésie car autrement c'est pas mon truc, ça me barbe mais là c'est pas pareil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie, Jojo. Oui, je fais le boulot, bon ou pas ce n'est pas à moi d'en juger, je le fais comme je le sens, avec sincérité et authenticité, toujours avec plaisir en tout cas.

      Et content si je te fais apprécier la poésie. C'est un peu le but, moi aussi j'en ai marre de la poésie coupée des lecteurs, qui ne veut plus rien dire et qui est "barbante". Il faut se marrer, merde !

      À bientôt.

      Supprimer
  6. Par la plume audacieuse du poète, revoilà un héros légendaire
    D'aventures en aventures, une vie pas du tout ordinaire
    Ce n'est pas qu'elle fut particulièrement exemplaire
    Mais par ses péripéties, sut inspirer et plaire
    Dans une vie d'homme, souvent la galère
    Mais aussi beaux jours de croisière
    A chacun de suivre son itinèraire
    L'essentiel sur cette terre
    Trouver moyen de se plaire
    Et Le Marginal, aux mots de fer
    Est puissant pour nous distraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, mon pote poète,

      Tu apportes toujours ta pierre à l'édifice en vers et avec grâce et je t'en remercie. Ce poème constitue en quelque sorte un pendant au mien.

      À bientôt.

      Supprimer
  7. Mais si tu es une légende et un grand homme! Une sorte de cow boy justicier qui rétablit des vérités en versant l'encre plus vite que son ombre! anti matérialiste sans sensiblerie, j' aime beaucoup!Marginal Magnifique, wanted hors de prix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Orfeenix ! Tu veux me faire rougir ? Tu n'es pas mal non plus, tu sais.

      Supprimer
  8. A l'époque dans le far-west il y avait de sacrés durs avec la gâchette facile el le vrai sens de l'honneur. Le film dont tu parles je l'ai vu et c'était superbe. maintenant on fait dans le bon chic bon genre avec des thrilleurs psychologiques et des comédies à l'eau de rose mais moi j'aime les vrais films d'aventures avec des personnages qui ont du caractère , de l'action et des paysages. Et même si on est pas destiné à être de grands hommes connus, on peut être quand même de vrais hommes avec une personnalité affirmée comme , toute modestie mise à part, moi et toi et d'autres sûrement très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, the boss, on se comprend ! toujours d'ailleurs.... Tu as l'air de connaître le bon cinéma comme on n'en fait plus, toi.

      Et tu as bien compris le truc : même sans être "de grands hommes connus", on peut devenir des rois !

      À bientôt.

      Supprimer
  9. C'est un bien joli poème un brin nostalgique. Je l'avoue, je ne connaissais pas ce beau cow-boy. Je me dis qu'il vaut mieux être anonyme et heureux que célèbre et avoir une vie ou on trouve pas la paix et du bonheur. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dirais pas "nostalgique". Peut-être plus "mélancolique"... Enfin, chacun appréhende selon sa sensibilité.

      À bientôt.

      Supprimer
  10. Et si Dieu t'offrait toutes ces incohérences,nous offrait,tous ces incroyables,toutes ces incompréhensions pour simplement éveiller notre intime évidence,quelle est-elle,eh bien vivons,aimons et voyons,
    salut à toi Le Marginal,à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait ? Je n'ai pas la clef, peut-être as-tu raison. À bientôt.

      Supprimer
  11. Bien, bien le commentaire de Loïc. Une conclusion pleine de sagesse pour votre poème pour éviter de se tourmenter et il me semble que vous excellez dans le genre avec talent et une émulsion d'idées et de connaissances au service de l'humour noir. Votre grande lucidité peut soit torpiller le moral soit le renforcer selon son mental, mais vous lire m'intéresse et me fait réfléchir. De Toute façon toute vie est riche et pourrait inspirer un roman ou des films comme Earp qui a vécu à une fascinante époque, les cow-boys et les indiens et dans un pays aussi fantastique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, je suis d'accord, "toute vie est riche et pourrait inspirer un roman ou des films", même la plus insignifiante peut contenir des éléments qu'on oserait imaginer et susceptibles de dépasser la fiction.

      Merci pour le commentaire et les compliments qui vont avec et à très bientôt.

      Supprimer
  12. Vive les héros de l'ouest américain et les autres, vive Le Marginal et vive moi qui suis en vacances pour Trois semaines à partir de ce week-end. Et je compte bien faire le boulot comme tu dis farniente et plaisir à gogo , cool et encore cool, pas destiné à être un grand homme mais un grand jouisseur ça me botte bien Un cordial salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En l'occurrence, pour moi, le "boulot" désigne ici le fait d'écrire de la bonne poésie, mais, au fond, chacun peut y voir ce qu'il veut.

      D'ailleurs je trouve que c'est un beau programme de travail ça : "farniente et plaisir à gogo, cool et encore cool." C'est un peu ma destinée aussi...

      Profite bien de tes vacances, Naîm, à bientôt.

      Supprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de censure ici, mais je suis spammé à outrance : chaque jour des dizaines ! Tous les commentaires de ce type seront donc virés inlassablement.

      Supprimer
  14. Condamnée
    A être
    Je suis...
    Mais peut-être
    Serai-je
    Autre
    Si
    Je n'étais
    Ce que
    Je suis...?
    Mais
    Tant pis
    Je brave
    Les défis
    Je reste
    Ce que je nais

    Douce soirée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  15. Chaque jour
    Est
    Un Far-West
    Mon ombre
    Je combats
    Mais mon Moi
    Est ma dague
    Auto-défense
    De soi
    Elle arbore
    L'ultime être
    Dans le regard
    Vide
    Du voleur
    De rêves. ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien vrai que le seul combat qui vaille la peine c'est celui contre soi-même.

      Supprimer
  16. Chaque jour
    Est
    Un Far-West
    Mon ombre
    Je combats
    Mais mon Moi
    Est ma dague
    Auto-défense
    De soi
    Elle arbore
    L'ultime être
    Dans le regard
    Vide
    Du voleur
    De rêves. ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le voleur de rêves ne peut rien contre la dague !

      Supprimer
  17. Et tonne
    Le temps
    Au soupir
    Charmant
    Quand
    Les lettres
    S'enlacent
    En bel
    Éloge. ..
    Un feu d'orage
    Dans la quiétude
    Du noir nuit....

    RépondreSupprimer
  18. Du grand art dans l'échange entre Etoile et le Marginal. Comme quoi seuls les poètes savent se comprendre. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les joueurs de tennis aussi : on se renvoie la balle !

      Supprimer
  19. Hermétique? ...
    Mes pensées
    S'envoient
    En poussières
    De temps
    Virevoltent
    Les yeux
    Au feu éblouis
    Et laisse
    Les soupirs
    S'accoler
    En belle Poésie. ..

    RépondreSupprimer
  20. Sourire...
    Adoucir
    Le coeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoir un cœur doux, c'est rare... et dangereux aussi.

      Supprimer
  21. Le coeur
    Est fragile
    Mais l'Âme
    Est écrin

    RépondreSupprimer
  22. Sans la flamme
    Le regard
    S'éteint
    Au bord
    De l'Âme
    Et le coeur
    S'épuisé
    De ne plus
    Rêver. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui...
      Une douce
      Flamme
      Qui vacille
      Sur un ciel
      Au bleu
      Tendre
      Comme
      Un matin
      Nouveau
      Et prend
      Sa source
      En la Vie...

      Supprimer
    2. Il en faut, c'est mieux que d'être blasée !

      Supprimer
  23. Être
    Ce
    Que
    L'on
    Naît. ..

    Ma façon de concevoir l'"etre".

    Je peux 'deranger' ...
    Mais je reste moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'essentiel : être authentique et mener une vie en concordance avec ses idées.

      Supprimer
    2. Je ne être Autre.

      Supprimer
  24. Pas destiné à être un grand homme
    Encore moins une légende de l'Ouest
    Et même si je ne crois en rien à la fin
    Comme Wyatt Earp je m'exclamerai
    Dieu doit me donner des explications
    Pour ce qui se passe dans l'existence



    https://youtu.be/w2b1ttTCuAQ
    pourquoi bon DIEU

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la connaissais pas cette chanson, ni son interprète Gilles Dreu. Du coup, j'ai écouté "Alouette" aussi. Un peu désuet mais pas mal !

      Supprimer