17/07/2013

75 Ma destinée


Cette image montre un magnifique voilier voguant sur une mer turquoise d'un calme serein, agitee d'aucune vague. Le voilier en question arbore deux voiles dont celle au premier plan est ornée d'un joli liseret rouge le long de sa bordure gauche et en bas. De plus cette voile porte tracees en noires les lettres  "LMM" qui sont les fameuses initiales du non moins fameux Le Marginal Magnifique dans sa police fetiche. Le voilier est d'un blanc eclatant qui se detache particulierement sur le bleu des eaux et des cieux. Le blanc evoque la purete et la noblesse de son occupant que l'on suppose etre Le Marginal Magnifique. Un peu plus loin emerge une surface sablonneuse, une espece d'ile plate vers laquelle semble se diriger le bateau. Cette superbe image au cadre paradisiaque accompagne merveilleusement le poeme du grand et celebre poete Le Marginal Magnifique intitule "Ma destinee". Le voilier voguant vers l'horizon sur les flots symbolise ici evdidemment la destinee humaine, mais aussi  le fait que Le Marginal Magnifique reve d'une destinee de vacances, sans travailler, a flaner et loin des etres vulgaires, une existence a sa mesure dans un ailleurs hypothetiques et oniriques. Ce poeme peut ainsi faire reference a "L'invitation au voyage" de Charles Baudelaire. Encore un genial poeme du Marginal Magnifique !


Destiné à glander pas à bosser
Esclave d'absolument personne
Et certainement pas d'un boulot
Oui vivre c'est tremper le biscuit
Mais surtout mouiller le maillot
Se tuer en un job déshumanisant

Destiné à régner pas à bosser
Fier et extrêmement fainéant
Du bout des ongles des pieds
Jusqu'à la pointe des cheveux
Fait pour voguer sur trimaran
Pas pour trimer pas marrant

Destiner à scintiller pas à bosser
Je veux flâner pioncer me reposer
Exige le droit de ne rien branler
Veux devenir le roi des casaniers
Je me hisse au-dessus du vulgaire
Comme moi ils n'en ont vu guère


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

75 commentaires:

  1. Je me suis senti toujours très proche de ta sensibilité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sensibilité anticonformiste et marginale ;-).

      Supprimer
    2. c'est anticonformiste de vouloir rien glander? t'es sur?

      Supprimer
    3. Je n'ai jamais dit ça. Car tu as raison, "vouloir rien glander" n'est pas forcément "anticonformiste". En revanche, ce qui l'est plus c'est de le crier haut et fort, de le revendiquer, puisque l'on érige le travail en valeur suprême. Puis je ne crois pas que cela a déjà été exprimé en poème...

      En tout cas, il n'y a aucune volonté de ma part d'être à tout prix "anticonformiste", juste la volonté de jouer un peu avec les mots et de m'amuser librement.

      Bonne soirée, merci pour ce commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  2. Je t'ai fait une petite surprise, tu te souviens de "la chatte à Madonna" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que je m'en souviens ! Y avait pas la même avec Zahia d'ailleurs ?

      Supprimer
    2. La chatte à Zahia, j'oubliais !

      Supprimer
    3. Bientôt la chatte à Orfeenix, non ?

      Supprimer
  3. Ha ha ha! Bonnes vacances!La poésie est déjà une façon de hisser les voiles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, voguons sur les mers de la poésie... et de la farniente !

      Bonnes vacances à toi aussi.

      Supprimer
  4. Vivre d'amour et d'eau fraiche ???? Si c'était possible nous serions encore plus malheureux peut-être !!! Bonne journée Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivre tout simplement en faisant exactement ce que l'on veut ! Mais tu n'as pas tort : l'homme a besoin de discipline, d'un cadre pour être heureux, autrement il devient une larve et ressent de la souffrance existentielle. Peu de personnes arrivent à s'imposer d'eux-même cette discipline, alors le travail leur fixe un cadre et comble le vide de leur vie.

      Toutefois, rien n'est meilleur que de disposer de son temps comme on le souhaite, d'être libre sans contraintes extérieures et certains êtres rares comme Le Marginal Magnifique n'ont pas besoin de bosser pour être heureux et vaquer à des occupations plus enrichissantes que celle qui consiste à faire l'esclave pour trois pépettes.

      Bonne journée.

      Supprimer
  5. Bonjour
    Ma destinée je suis en train de la réécrire. Je suis sur un long chemin de questions en route vers de nouveaux horizons.
    Mais fidèle à moi-même, je garderais ma liberté d'autant plus qu'une nouvelle est venue frapper à ma porte
    Je te souhaite une bonne journée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta "destinée" est bien énigmatique en ce moment, avec tous ces évènements apparemment décisifs qui surviennent... Mais j'espère en tout cas que tout va et ira bien pour toi.

      Bonne journée.

      Supprimer
  6. Le rêve de Joss the boss et les vacances sont là je vais faire ce que je veux, quand je veux. Un grand salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce poème ne traite pas nécessairement des "vacances", il est un hymne à la liberté valable pour toute la vie ! Pourquoi se limiter à une courte période de repos qu'on nous jette comme un os pour nous calmer ("Burnes out") ?

      Supprimer
  7. Un poème pour l’été, cher Marginal !

    Je ne vais pas être très long, je sais que vous avez mieux à faire que de glander sur le Net (vous préférez glander en dehors !), et puis de toute façon vos poèmes se suffisent à eux-mêmes. Juste un mot pour vous dire que j’ai bien apprécié ce poème, parfaitement tourné, et qui communique son message avec tout l’humour et le brio qui vous caractérisent. Vous vous attaquez une fois de plus au travail, qui est la valeur suprême selon les traditions ancestrales. Mais il est vrai que travailler à notre époque n’a plus rien à voir, dans la plupart des cas, avec une activité utile ou nécessaire, ce n’est qu’un élément pénible de cette Rat Race que vous avez maintes fois dénoncée.

    Juste une question : à force de répéter que vous n’aimez pas le travail, savez-vous que vous encouragez votre cerveau à renforcer cette vision des choses ? N’est-ce pas contre-productif ? Ne vaudrait-il pas mieux, pour alléger les souffrances dues au travail, se contraindre à dire que ce n’est pas si mal que ça, ou alors ne pas en parler du tout ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie de n'être pas trop "long", cher Laconique, il fait beau, c'est l'été, sans doute pas la meilleure période pour "glander sur le net". Ce poème est d'ailleurs probablement le dernier que je mets ici avant une pause à la longueur indéterminée durant laquelle Le Marginal Magnifique va se tenir éloigné de ses occupations virtuelles.

      C'est vrai que ce poème avec l'illustration qui l'accompagne est parfait pour l'été qui en plus est une période de vacances. Je n'ai pas choisi de le mettre en cette période au hasard ! Mais ne vous laissez pas abuser : comme je l'ai écrit plus haut dans la réponse à un autre commentaire, il est un hymne à la liberté et au droit de ne rien foutre valable en tout temps et en tout lieu. Un hymne universel à la fainéantise revendiquée et assumée en somme...

      Ici la critique du travail est donc plus implicite, moins virulente que dans d'autres poèmes que j'ai pu faire (par exemple dans "Marche ou crève" ou dans "Sisyphe" qui expriment probablement ce que beaucoup d'esclaves du boulot ressentent). Il faut avouer que le travail peut mettre très cher et détruire un homme. Les suicidés au boulot fleurissent dans les journaux, n'est-il pas, cher Laconique ?

      En fait, ce n'est pas une question mais trois que vous me posez, cher Laconique, des questions rhétoriques en plus. En tout cas, je constate que ce Tony Robbins et sa PNL que vous décriez tant ont finalement eu un fort impact sur vous. Du reste, vous avez tout à fait raison de me poser ces questions qui montrent que vous savez tout comme moi que la programmation de son esprit est capitale pour appréhender l'existence de façon positive ou négative et que contrôler les pensées qui nous assaillent sans cesse, les maîtriser, est une condition sine qua none du bonheur. Aussi je m'y emploie, ne vous inquiétez pas, cher Laconique. Regardez, j'ai bien appris ma leçon : mieux vaut faire le truc qu'on est obligé de faire avec le maximum de légèreté possible plutôt que de le faire en y ajoutant encore de la souffrance en le ressentant justement comme une souffrance, question de bon sens ! Ce qui ne m'empêche pas d'avoir une pensée critique que je peux exercer sur ce site, site qui peut aussi accessoirement faire office de soupape et procurer de l'apaisement à mes innombrables lecteurs qui ne connaissent pas la PNL et souffrent au boulot.

      Supprimer
    2. Je vous remercie pour cette réponse, cher Marginal. Vous avez raison : on peut contrôler son esprit sans pour autant se duper soi-même, et votre poème le montre bien. Je voudrais juste vous faire observer qu’il n’y a pas que Tony Robbins qui parle de la nécessité de maîtriser ses pensées pour maîtriser son environnement. On pourrait trouver un tel précepte chez beaucoup de sages et de philosophes fameux. Je livre ainsi à votre réflexion quelques vers du Bouddha, que j’ai trouvés dans le « Dhammapada », et auquel vous seriez tout à fait prêt à souscrire j’en suis sûr :

      « La pensée précède toutes choses./ Elle les gouverne, elle en est la cause./ Qui parle ou agit avec une pensée mauvaise,/ La souffrance le suit pas à pas./ Qui parle ou agit avec une pensée pure,/ Le bonheur s’attache à ses pas. »

      Le Marginal va s’éclipser de l’univers virtuel. Dans quel univers matériel et glauque va-t-il s’enfoncer ?

      Supprimer
    3. Je savais que ma réponse vous ferait réagir, cher Laconique. Vous n'aimez pas être associé de trop près à cet Anthony Robbins, que vous n'appréciez pas, même si au fond vous en êtes un fervent disciple (ce que vous n'avouerez jamais, car vous auriez l'impression de vous salir) : vous crachez un peu dans la soupe, cher Laconique !

      Je sais bien que Robbins n'a rien inventé et, sans remonter aussi loin que vous le faites, on ne peut même pas dire qu'il soit l'inventeur de la PNL. Ce qu'on peut dire, en revanche, c'est qu'il a modernisé ces concepts et les a rendus accessibles, il formule tous ces principes en des règles à appliquer au quotidien immédiatement, ce qui manque aux philosophies orientales par exemple, y compris dans la très bonne citation que vous nous livrez.

      Le Marginal Magnifique va "s'éclipser" un moment, oui. Je vais actualiser encore un peu ma page Facebook, sans doute une semaine, avant d'annoncer dessus que je tire ma révérence pour un petit bout de temps, sans doute jusqu'à fin août, peut-être moins, peut-être plus. L'occasion de faire des allers-retours entre des univers "glauques" au possible et des univers épurés et sains. Le Marginal Magnifique reviendra rechargé à bloc, détendu et plus fort ! Enfin espérons-le...

      Supprimer
  8. oups, mon commentaire n'est pas passé...
    Tu sais déjà que je ne peux te suivre sur ce chemin...C'est ton rêve...moi travailler ne me dérange pas, c'est juste le "trop" qui me gène...L'oisiveté totale...quel ennui! Il faut que je fasse quelque chose...je décide donc de le lire uniquement comme un appel à la liberté que tu chéris tant...le reste, c'est juste histoire de râler....sourire! à+, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas obligé de me suivre sur chaque chemin que j'emprunte :-). Travailler peut être une façon d'occuper son temps, c'est vrai, ça peut même être sympa et agréable, voire parfois un peu enrichissant, mais en comparaison d'être libre et de faire ce qu'on veut, le choix est vite fait ! Je préfèrerai toujours occuper mon temps comme je le souhaite, je veux être maître de chaque seconde de ma vie ("Le temps réapproprié", "Produits de consommation", "Les aigles")...

      Bon après-midi.

      Supprimer
  9. Ah, liberté, liberté chérie tant de fois mise à l'honneur par les poètes! Pouvoir gérer sa destinée selon ses propensions, un rêve qu'il fait bon de faire et que tu nous offres dans ce poème relaxant où les calembours rivalisent d'audace avec un humour caustique et sans tabou. Une authentique signature du Marginal, avec un titre évocateur lourd de la puissance censée gérer le sort des hommes. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça, on y est : "pouvoir gérer sa destinée selon ses propensions", c'est bien de cela qu'il s'agit ! Et il ne faut bien sûr pas oublier d'assaisonner d'une pointe d'"humour caustique", car "le sort des hommes" est peu de chose et leurs projets sont des châteaux de cartes...

      Bonne journée.

      Supprimer
  10. Le roi des jouisseurs que je suis est pour repos, dodo, farniente et distractions à gogo mais pendant les vacances car j'aime aussi le fric que je gagne durement en bossant, maintenant c'est sûr que si je gagnais le gros lot au loto, vive moi et mon choix de destinée. Un poème qui m'a fait fantasmer, je m'y voyais déjà. Salut et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fantasme tant que tu veux, ça ne mange pas de pain ! La liberté a un prix mais ne s'achète pas forcément avec du fric...

      Bonne soirée et merci pour le commentaire.

      Supprimer
  11. Je comprends ce que tu veux dire dans ce poème. Moi il a fallu que je sois à la retraite pour réaliser mon rêve, peindre, avant il fallait gagner ma vie et j'avais un boulot très prenant. Si j'avais pu le faire avant...maintenant je me régale, je fais vraiment ce que je veux. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je comprends ce que tu veux dire dans ce commentaire. Dommage qu'il faille attendre autant pour pouvoir enfin réaliser ses rêves, mais mieux vaut tard que jamais...

      "Peindre", comme toutes les activités artistiques, est une activité belle et épanouissante.

      Bonne journée.

      Supprimer
  12. Entre l'expression et le fond du texte ça pique les yeux...
    Entraine toi à chanter et contact NRJ ;)
    Je suis sur qu'il te trouveront une place (s'il n'ont pas déjà pire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie pour ce commentaire dont j'ai du mal à saisir l'objet. Peut-être essaies-tu de manier l'ironie, ce que tendent à prouver les parenthèses finales.

      J'apprécie la critique, mais comme je le dis souvent, c'est mieux lorsqu'elle est intelligente, c'est à dire argumentée, et non pas gratuite et s'appuyant sur un humour de bas étage. "Expression", "fond du texte", difficile de faire plus vague, ça revient à ne rien dire et montre l'absence d'arguments pour illustrer tout ça...

      Je peux te conseiller pour ma part de revoir l'emploi de la ponctuation, des accents et des traits d'union et, là, pour le coup, il n'y a pas d'ironie dans mon conseil ;-).

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  13. Entre l'expression et le fond du texte ça pique les yeux --'
    Franchement met toi à la chanson et contact NRJ.
    T'as tes chances s'ils n'ont rien de pire en ce moment ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, pas la peine de faire une doublette, même en trois fois ce ne serait toujours pas plus fin, au contraire ! À moins que ce soit pour laisser des liens de ton site ?

      Pour la chanson je chante encore plus mal que j'écris, alors je laisse le boulot à d'autres, les tocards qui poussent le chansonnette ou se croient drôles ne manquent pas.

      Reviens quand tu veux, tu es le bienvenu !

      (J'apprécie quand même le courage dont tu fais preuve pour mettre ton nom et ne pas signer anonyme, c'est rare !)

      Supprimer
  14. Bonjour
    Mon petit tour, je reviens toujours
    A quoi suis-je destinée ? Eh bien, j'ai la ferme intention de ne laisser rien ni quoi que se soit intervenir sur le chemin que je suis en train d'esquisser.
    Vivre et profiter !!!!!
    Je te souhaite une bonne journée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que l'esquisse deviendra un beau tableau :-).

      Bonne journée.

      Supprimer
  15. Ne rien faire a ce plaisir bien proche de celui qui est nôtre quand nous faisons ce qui nous plaît,
    quand nos sens jouissent de nos dons et talents tout à fait exprimés,
    mais ne rien faire totalement,quelle misère !!,mais à chacun sa liberté,sa vérité,
    très bonne journée à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est exactement ça : en fait "ne rien faire" recouvre plein d'activités, celles qui nous plaisent et ressentons comme légères.

      À bientôt.

      Supprimer
  16. Coucou, j'espère que tu passes une agréable soirée! Ici grands débordements, je dois être à jour vendredi et.....j'ai l'impression d'en avoir chaque jour un peu plus à faire...Je prends mon courage à 2 mains...bientôt ma tête sera dans les étoiles et mon esprit vagabond...matin, midi et soir, je ne ferai que ce que je veux!!!NA!!! C'est cela la liberté! Il y a aussi celle qui concerne l'expression...je crois que tu la connais bien (sourire)bisou, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vive la liberté ! La prise de la tienne approche apparemment... Au fond, chacun sa vision de la liberté.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  17. Bonjour
    Simplement un petit clic pour te souhaiter une bonne journée
    A bientôt
    MP

    RépondreSupprimer
  18. Ne pas travailler pour faire ce que l'on aime, çà c'est le pied, heureusement il y a les vacances pour réaliser ses passions. Un grand salut empathique et plein de sympathie.

    RépondreSupprimer
  19. Destinée,rejoins mes plus intimes souhaits,rend-moi plénitude,pure allégresse en cette existence,comprendre ses secrets,m'emplir de leur évidence,
    oui aimer vivre ainsi,aimer encore dis-tu,destinée,est-ce ton premier mystère,rien n'est secret affirmes-tu,suffit-il de vouloir,alors vient le pouvoir,destinée puisses-tu m'offrir la vérité,

    bonne soirée Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant ma destinée est celle que je décris dans le poème !

      Je fais une pause à la durée indéterminée et m'éloigne un peu du net comme je l'ai annoncé hier sur ma page Facebook et dans une newsletter pour ceux qui sont abonnés. Je passerai juste quelques fois pour répondre aux commentaires.

      Bonne soirée, bonnes vacances si tu en as ou vas en avoir et à bientôt !

      Supprimer
  20. Bonne pause très cher...je sais que tu reviendras donc, j'attends sagement! Seras-tu moins râleur en revenant? non, fidèle à toi même tu redoubleras de...Mais, on t'aime ainsi c'est l à le drame (sourire)....bonnes vacances et vogue ton navire...bisou, Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis là, en inactivité mais je veille ! Bonnes vacances à toi aussi.

      Supprimer
  21. Bonnes vacances monsieur Le Marginal Magnifique et à bientôt de vous lire. Alix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonnes vacances, c'est vite dit... Vous n'imaginez pas comme je suis harcelé sur ma boîte mail. Je réponds bien évidemment à tout et à tous, mais le repos loin du net n'est pas gagné ! Bon, j'apprécie d'être sollicité même si cela va à l'encontre de ma nature sauvage :-). La rançon du succès sans doute...

      À bientôt !

      Supprimer
  22. C'est ce que nous aimerions tous faire : glander ! Malheureusement il faut bien gagner sa pitance !
    Merci de votre passage dans ma vallée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Malheureusement", c'est le mot ! Enfin, il y a toujours moyen de glander par intermittence...

      À bientôt.

      Supprimer
  23. Vous me manquez Le Marginal, j'aime vous lire, où êtes-vous, que faites-vous dans ce vaste monde, qui se cache derrière votre littérature. Vous êtes un condensé de contradictions, tantôt dur, froid cynique tantôt tendre et romantique je vous trouve attachant et mystérieux et j'essaie de mieux vous connaître par vos poèmes, vous êtes différent et j'aime, comme j'aimerai avoir la chance d'être de vos proches. J'attends les nouveautés et vous avez mes chaleureuses pensées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire ! Le Marginal Magnifique est là, il plane, pur esprit, au dessus de "ce vaste monde", guerrier solitaire, poète, défenseur de la cause animale, et pour l'instant mégaglandeur. Il reviendra...

      À bientôt.

      Supprimer
  24. Destinée
    vécue ou supportée
    Esclavage
    imposé pour mirage
    Bonheur
    facturé ou leurre
    Sommes-nous
    libres ou fous

    Emma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire-poème, Emma, qui parle de lui-même.

      À bientôt.

      Supprimer
  25. mais déjà voguer sur un trimaran, c'est du boulot!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, bonjour ! Serait-ce le Fred qui a supprimé son blog subitement ? Ou un autre Fred ? En tout cas merci pour le commentaire.

      Oui, voguer sur un trimaran c'est certainement du boulot, bonne observation ! Je dois d'ailleurs avouer que j'en serais bien incapable tout seul... Est-ce à dire qu'on ne sera jamais peinard ? Mais l'évocation du trimaran est surtout une image pour évoquer la liberté et le contrôle de sa destinée.

      Bonne journée.

      Supprimer
  26. Coucou, je viens de rentrer! J'ai un nouveau projet, je t'envoie un mail. J'espère que tu profites et que la bonne humeur est au rendez-vous, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour C. !

      Bienvenue. Tout va bien pour moi, je vais regarder ton mail.

      Bonne journée.

      Supprimer
  27. Ainsi Le Marginal prend le temps pour de nouveaux mots,retient-il sa destinée,prolonge-t-il son présent,

    salut à toi et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Marginal Magnifique prend son temps, rien ne presse !

      À bientôt.

      Supprimer
  28. Salut le Marginal , c'est Aline :) ! J'espère que tu te souviens de moi , laisse moi je t'en pris ton adresse , qu'on puisse s'échanger quelques mails .. ou photos ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, bonjour Aline ! Effectivement ton prénom ne m'est pas étranger ;-).

      Tu peux trouver facilement mon adresse sur ce site, à la rubrique "Contact", ou même à la fin de la rubrique "Qui est-il ?". Et si cela ne suffisait pas tu as également la page Facebook catégorie "À propos" ! Bref, tous les chemins mènent au Marginal Magnifique...

      Je serai ravi d'échanger quelques mail... ou de recevoir quelques photos ;-).

      Bonne soirée, à bientôt.

      Supprimer
  29. Je pense que c'est bon, je t'ai écris un mail.
    Bonne soirée à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  30. Coucou, On dit pas de nouvelle, bonnes nouvelles..mais cela commence à faire long...bise, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Oui, c'est vrai que je prends mon temps, je ne suis pas pressé de revenir.

      Bises.

      Supprimer
  31. Un poème ! Un poème ! Un poème !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, cher Laconique, je dois dire que je m'alanguis un peu en ce moment... Mais le retour est bel et bien prévu !

      Supprimer
  32. Si il y a bien un luxe c'est celui de pouvoir à loisir faire ce que bon nous semble. Concernant le travail, sans un métier passion, point de salut. J'aime avoir des activités.sous peine d'ennui final. Socialement s'impliquer c'est aussi une facette du travail qui m'importe. Et cerise sur le gâteau, si possible ne pas travailler pour des cons. Ça c'est un autre luxe. Choisir pour qui travailler... Il faut parfois du temps et saisir les opportunités. Si on garde certaines exigences et que l'on ne s'avoue jamais vaincu, le travail peut conserver des belles valeurs. C'est de plus en plus rare d'y arriver car le management est arrivé avec ses concepts qui tuent le travail.

    Il existe un merveilleux documentaire qui se pose des bonnes questions sur travailler ou non. "volem rien foutre al pais"...
    Avec des choix parfois passant pour radicaux mais dans le fond pourquoi pas. Il y a de belles alternatives. Pas besoin d'être "salarié" pour être heureux. Déjà le terme salarié n'est pas bien choisi. C'est histoire de vous pousser à lire en plus les travaux de Noam Chomsky... Si ce n'est déjà fait ;)

    Bonne glande à vous. Vous avez raison d'assumer votre passion pour le catamaran !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire et votre témoignage concernant le boulot.

      Je traite pas mal de la question du travail sur ce site, car c'est un sujet central et qui offre matière à réflexion, dans les poèmes avec humour ("Bulldozer", "Le salon de la caravane", "Burnes out", "Belzébuth", etc...) et plus sérieusement dans les commentaires qui y sont associés.

      En tout cas, je suis bien d'accord : le "luxe" c'est de pouvoir disposer de son temps comme on veut (voir par exemple "Le temps réapproprié") ou alors d'avoir un "métier passion", ce qui est très rare et le cas pour les domaines artistiques.

      Je ne connais pas le documentaire dont vous parlez, je vais me renseigner illico à son sujet et je vous remercie de me le faire découvrir.

      Comme vous le dites : "pas besoin d'être salarié pour être heureux". Ce qui compte avant tout c'est de suivre son chemin, en accord avec soi-même, de façon épanouie, et tant pis si l'on n'entre pas dans les cadres.

      Pour ce qui est du "trimaran", et comme je l'expliquais plus haut dans un commentaire, son évocation est surtout "une image pour évoquer la liberté et le contrôle de sa destinée." À vrai dire, je ne suis monté qu'une seule fois de ma vie sur un trimaran ! En revanche, pour ce qui est de la "glande", je ne suis pas à mon coup d'essai.

      Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer
  33. Chacun sa destinée, un coktail de chance ou non, d'opportunités et de volonté et c'est bien d'avoir le courage comme vous d'assumer ses choix et de l'exprimer. Avec toute ma sympathie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours assumer ses choix et ce que l'on est !

      Ma sympathie va vers vous également, à bientôt.

      Supprimer
  34. Ma destinée,t'ai-je choisie,t'ai-je voulue ainsi,que me promets-tu,que m'offriras-tu au terme de ce voyage,où me feras-tu déposer de mon cœur ses bagages,suis-je sur la bonne voie,rend-moi les certitudes de ton espérance,tes précieux conseils en ma conscience,dévoile-moi la parole du devin divin,je sais mon amour,je connais sa force,son pouvoir,son essentiel,sa vérité,ma destinée puisses-tu ne jamais l'oublier,oui fais-moi toujours aimer.
    Très bonne soirée Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Croire en sa destinée, c'est croire en soi ! Merci pour le commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  35. J'ignore si on t'a déjà dit (pas lu tous les comms)... ça branle pas mâle sur un bateau :) Mais la photo donne vraiment envie, même aux non amateurs de large comme moi. Je suis à l'aise que les pieds sur terre ferme. La mer, je l'adore tout au bord... pas à bord, hein ! :)
    Que ta destinée se réalise, moussaillon MM ! ;)

    RépondreSupprimer