22/04/2013

38 L'ambroisie

 
Cette image représente un liquide dore agite en surface vraisembablement par la chute d'une goutte. Le fon est egalement dore. En bas, au centre, on peut lire le mot "HOPE" en caracteres ondules et d'une teinte doree egamelement. Cette image simple mais belle illustre le poeme melancolique, nostalgique mais non denue d'humour du Marginal Magnifique, intitule "L'ambroisie". Le liquide dore de l'image est cense represnte cette substance divine, qui dans la mythologie grecque est la nourriture des dieux. Dans le poeme du Marginal Magnifique elle symbolise les illusions et les espoirs que l'enfant innocent met dans la vie, qui ne resisteront pas a la decouverte du monde reel, dur, cruel et qui laisse peu de place a l'innocence. Un tres beau poeme du Marginal Magnifique !


A l'époque un môme innocent
Grands yeux ouverts sur le monde
Le regardais avec émerveillement
Des mirages dans les prunelles
Je n'avais pas encore compris
Combien trop rude était la vie
Toujours pas trempé le biscuit
Mais déjà très dure était la bite
La coupe toute remplie d'envies
A ras bord d'espoirs d'ambroisie

Quand je repense à tout ça j'me dis
A quoi bon fuck le système la vie
Le monde est plein de mystères
Surtout des vils attrape-nigauds
Les satrapes niquent à tire-larigot
On est fourrés avec faim sans fin
Viol des consciences en groupes
Au final déçus jusqu'à plus soif
Vol de l'innocence jusqu'à la lie
Gît au sol une flaque d'ambroisie


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

38 commentaires:

  1. Nôtre deuxième y est allergique et au chat aussi...

    bel après midi !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaire surréaliste. "Allergique" à la plante l'ambroisie si je comprends bien... Bon après-midi.

      Supprimer
  2. Profond et nostalgique poème avec les thèmes de l'enfance innocente pleine d'espoirs et de rêves qui s'émoussent au fil du temps car confrontés aux dures réalités de la vie. Il est vrai que l'adulte perd nombre de ses illusions, il se blase, souffre de déceptions, mais en même temps, il devient plus fort et c'est tant mieux car le voilà moins vulnérable aux agressions. A chacun son évolution et son histoire individuelle, il reste quand même en chacun de nous un peu de l'enfant que nous fûmes et de se retourner sur lui permet de voir le chemin parcouru et de faire le bilan du vécu, en lui adressant un sourire indulgent et un peu envieux pour sa candeur. Mieux vaut avoir bu la coupe pleine "d'espoirs d'ambroisie" que de n'y avoir jamais goûté car elle fait partie de notre capital "bons souvenirs". Tes jeux de mots, tes expressions, tes allusions toujours très ciblés font de ce texte une émouvante réflexion sur les dérives des mirages de l'enfance et je le trouve très beau avec sa note d'amertume résignée.

    Bon après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se confronte tous un jour au principe de réalité : certains sont détruits, d'autres s'adaptent...

      Bon après-midi.

      Supprimer
    2. Et la bite sous le bras, nous voilà repartis!

      Supprimer
    3. Il faut être au moins Priape pour la porter ainsi !

      Supprimer
  3. Est-il saison de notre vie plus regrettée que bien nommée,faute d'être toujours bienheureuse,saison de l'innocence,quand tout n'est encore espérance,certitudes toujours inconnues,les sens en toute l'alerte de vives découvertes,l'amour pas encore perverti par cet égo et sa folle influence,précieuse enfance,comment t'infliger la souffrance,en ton présent toule la réalité de notre avenir,toute notre divine évidence qu'il est si bon qu'elle ne soit déjà en toi,trahie,voilée ou détournée,oui toi saison de l'innocence.
    salut à toi Le Marginal,très bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, la "saison de l'innocence" ne dure pas, pour l'amour et pour le reste il y a une aube du coeur.

      Bonne soirée à toi !

      Supprimer
  4. A mesure qu'on grandit, on découvre l'envers du décor lentement mais inexorablement et on change progressivement et l'enfance s'éloigne et quand on y pense, on se dit que c'était le bon temps. Bonne soirée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, peut-être que ce qu'on appelle la maturité est la perte totale des illusions de l'enfance et la sagesse son acceptation sereine.

      A bientôt.

      Supprimer
  5. Ah là là cher Marginal… Tout à l’heure je suis allé sur mon site préféré, Le Marginal Magnifique , je vois qu’il y a un nouveau poème, et avant même que j’aie commencé à le lire mes yeux tombent sur les mots suivants : « Mais déjà très dure était la bite ». Et là je me dis : « Ok, le Marginal est en forme, il va nous raconter une de ses dernières expériences, je crois que ses lecteurs vont prendre cher une fois de plus ! » Et en fait pas du tout : la pointe d’humour est bien là, mais c’est un poème très sérieux, avec du fond et un regard aiguisé sur notre époque impitoyable. Il ne faut pas se fier aux premières apparences !

    Et puisque j’ai cité un de vos vers, vous me permettrez de citer aussi un vers de Victor Hugo auquel votre poème m’a fait songer. C’est dans « Les Chants du crépuscule » et c’est extrait d’un très beau poème intitulé A Mademoiselle J . Le poète parle à sa bien-aimée, pleine encore, non seulement de la semence du cher Victor, mais aussi des rêves de la jeunesse, et il lui dit : « Le jour est dur, l’aube est meilleure ». « Le jour est dur, l’aube est meilleure », je me suis souvent répété ces mots, et ils peuvent faire écho aux vôtres, selon lesquels « on est fourrés sans fin », « notre innocence est volée », les salauds se régalent et les cœurs purs sont floués…

    Un poème bien légitime, cher Marginal, une colère et une amertume justifiées, et un regard tout à fait juste sur ce que l’on peut éprouver en jetant un regard en arrière sur son enfance. Alors « Fuck le système », ok, mais pas « fuck la vie » quand même… Ne faites pas votre Houellebecq ! Vous avez bien plus de ressources que lui, si ce n’est financièrement, du moins en ce qui concerne vos avenirs respectifs ! La coupe est presque vide, ok, mais il reste quand même un peu d’ambroisie au fond, je veux bien sûr parler de vos poèmes dont on peut se gorger sans jamais se lasser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, quand même, cher Laconique, pour qui me prenez-vous ? Le Marginal Magnifique est aussi un Marginal Pudique qui ne dévoile pas sa vie privée, et encore moins sur le net ! Je vous renvoie à ce sujet à la biographie de cet illustre et mystérieux personnage, rubrique "vie privée".
      Puis il faut aussi voir ce "très dure était la bite" comme une allégorie délicate du désir et de l'envie de croquer la vie à pleines dents ! N'oubliez jamais, cher Laconique, que Le Marginal Magnifique est beaucoup moins terre à terre et rustre qu'il le laisse parfois supposer...

      Je vous permets de citer Hugo ici, même de me comparer à lui si vous le voulez, cher Laconique. Ne vous inquiétez pas, je n'en prendrai pas ombrage, bien que, comme je le dis dans mon "Art poétrique", contrairement à lui, "je ne tombe pas des mains" du lecteur.
      D'ailleurs, je vois que j'ai vu juste avec le poème que vous mentionnez dans votre commentaire : il envoie du lourd, ce queutard de Victor ("Le fruit de la renommée") ! C'est loooooong, ces poèmes fleuves me barbent ! Et encore là il fait dans le concis, je me souviens avec horreur de ma lecture de ce poème. Remarquez, je dois sans doute à Hugo, par contrecoup, mon goût actuel pour la sobriété...
      Je dois reconnaître cependant que les mots que vous citez le sont très à propos, et beaux. Mais aucune surprise, je commence à connaître le créateur et auteur du "Goût des lettres" : on peut lui faire confiance pour puiser dans à son immense culture et convoquer les grands personnages de la littérature au moment opportun.

      Ah, vous me faites plaisir, cher Laconique ! J'aime votre optimisme final ! Peut-être faut-il comprendre ce "fuck la vie" comme une invitation à la baiser, c'est à dire à se régaler en abusant d'elle, comme je l'évoquais déjà dans mon brillant poème "Vie oxymorique" ?

      Supprimer
  6. C' est un très beau retour sur nos désillusions futures, mais je crois encore à l' ambroisie, à la tienne, cher Marginal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie formule : un "retour sur nos désillusions futures". Oui, on garde encore quelques illusions, il faut bien, ou on se met des œillères...

      Supprimer
  7. Après la guimauve c'est la soupe à la grimace mais avec des bons desserts d'adulte quand les jeux interdits deviennent autorisés et Joss the Boss se régale bien aussi dans sa vie d'adulte et espère que le sympathique Marginal en fait autant. Un grand salut de Joss the Boss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'enfance également a ses jeux interdits et rien ne vaut la transgression et la découverte !

      "Le sympathique Marginal" se régale comme il peut aussi...

      A bientôt.

      Supprimer
  8. La magie de l'enfance, le père Noël ne durent pas longtemps et après c'est le monde, la société qui se chargent de nous éduquer et de nous endurcir, mais bon chaque âge a ses peines mais aussi ses joies simplement on ne pleure plus et rit plus pour les mêmes choses. Une bonne journée de la part de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement Noël est une bonne illustration de la disparition de la magie de l'enfance une fois devenu adulte : j'en parle dans "Noëls immémoriaux".

      Bonne journée.

      Supprimer
  9. Toi que je ne connais pas... c'est incontestablement touchant et ingénieusement illustré. Putain, mais c'était moi ce môme, il était aux oubliettes.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne résiste pas à l'envie de revenir te faire un petit coucou pour te citer cette pertinente citation d'André Duval en accord parfait avec ton poème:
    "L'enfance. Cette heureuse et brève période de l'existence où l'on a tout juste assez de conscience pour savourer la joie d'être et d'inconscience pour ignorer les difficultés de la vie".

    Bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça : quelle douce période !

      A mon tour :
      "L'enfance trouve son paradis dans l'instant. Elle ne demande pas du bonheur. Elle est le bonheur." Louis Pauwels.

      Mais aussi, histoire de pas tomber non plus dans la naïveté :
      "Quoi qu'on dise, ce n'est jamais facile, l'enfance. On s'illusionne quand on le décrit comme un paradis perdu." Hélène Rioux.

      Supprimer
  11. Quand on est petit, on dit souvent "quand je serai grand..." et quand on devient grand " Ah quand j'étais petit...". On se projette toujours dans le passé ou l'avenir et si on essayait d'apprécier tout simplement le présent en bons épicuriens. Ne s'emmerder le moins possible avec des regrets et se faire plaisir juste ce qu'il faut avec les projets. Elle est pas belle ma devise? Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement on n'est jamais tranquille ! C'est le propre de l'être humain, difficile d'atteindre l'ataraxie, la paix de l'âme...

      Pas mal la devise, mais pas si simple à mettre en pratique : le dosage est compliqué.

      Bonne journée.

      Supprimer
    2. Bobn LMM, tu as fini avec tes shoâneries (l'envers de la chouannerie) ? Bon, allez je t'ai remis en lien !

      Supprimer
    3. T'es dur d'accès, toi, depuis tes déboires !

      Supprimer
  12. D'autres espoirs, d'autres illusions viennent remplacer ceux de l'enfance. Une époque s'achève, une autre suit de la féérie de disneyland aux dures réalités de la planète des singes c'est l'odyssée humaine. Si l'ambroisie git, le minot toujours un peu en nous goûtera à d'autres breuvages. Mais ça valait bien un poème, histoire de se souvenir. Bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Odyssée individuelle qui s'inscrit plus largement dans l'odyssée humaine...

      Bonne journée.

      Supprimer
  13. Nourriture des Dieux! Mais aussi substance allergique...la plante est tellement envahissante que certains voudraient l’éradiquer! Tu sais, le monde est rempli de gens biens...aussi! Mais, le chemin est parfois parsemé d’embûche! Mais, ce qui ne nous tue pas, nous rend plus forts! je parie que dans ta forteresse, tu es maintenant invincible!!!!(rires) bonne soirée à toi, ugh grand chef ! (énormes rires, mais tu as maintenant l'habitude...et ce n'est jamais méchant bien au contraire...)C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, "ce qui ne nous tue pas, nous rend plus forts" : alors, si ce que dit Nietzsche est vrai, je suis très fort. Mais mon but est aussi d'approcher l'invincibilité en dehors de ma forteresse, c'est plus dur :-).

      Supprimer
  14. Bien répondu très cher! Tu as une volonté de fer, et tu ne sembles pas être un colosse aux pieds d'argile alors, même pas peur...bonne soirée, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, il ne faut pas tricher ! Bonne soirée.

      Supprimer
  15. reverse cell phone lookup free with name If you want to
    acquire phen375 you have to understand the query; Really does Phen375 function? It really does.
    Those who have a little understanding regarding body
    system hormone balance sees that it’s our own metabolic process in which regulates each of our body’s power to consume unwanted fat.
    As a result, in the event the fat loss pill might speed
    up metabolic rate, you can be certain to burn off body
    fat. Naturally, this glorious fat burner is definitely clearly designed to steer clear of the system via changing cabohydrate
    supply directly into fat. cell phone reverse
    lookup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais que veux-tu ? Fuck you, spammer ! Tu t'es trompé de site, ici on est authentique et vrai du bout des ongles des orteils jusqu'à la pointe des cheveux.

      Supprimer
  16. reverse phone lookup of course like your web site but
    you have to check the spelling on several of your posts. A number of them are rife with spelling problems and
    I to find it very troublesome to tell the truth on the other hand I will certainly come back again. reverse phone lookup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ferme donc ta gueule, spammer ! Et voilà, je sors de mes gonds et deviens grossier, c'est pourtant rare...

      Supprimer