30/03/2013

50 Art poétrique


Cette image est celle d'un tableau du peintre François boucher, peintre du XVIIIeme siecle, exemple type du style rococo. Le tableau s'intitute "Orphee charmant les animaux" et, comme ce titre l'indique" il represente le heros de la mythologie grecque Orphee, poète et musicien hors pair qui avait le pouvoir de charmer les animaux et les creatures inanimees et d'adoucir les tempetes grace aux sons de sa lyre, son instrument de predilection indissociable du personnage. Orphee passe pour le premier poete et sa lyre symbolise donc l'art poetique par excellence. Le peintre Boucher a choisi precisement de representer Orphe la lyre en mains et entoure de multiples animaux qui semblent subjugues par le poete. On peut voir entre autres : un lion, un elephant, un leopard ou un sanglier. Les couleurs de teinte claire et les formes incurvées du tableau sont caractéristiques du style rococo. Ce tableau de boucher accompagne le brillant poeme du Marginal Magnifique "Art poetrique" dont le titre fait directement reference au poeme de Verlaine "Art poetique", l'adjonction du "r" entre le "t" et le "i" formant le mot "trique", claire allusion sexuelle, qui montre la volonte du Marginal Magnifique de ne pas se prendre au serieux et dit celle de faire jouir son lecteur. Comme Verlaine avant lui, Le Marginal Magnifique expose ainsi dans son poeme sa conception de la poesie, on peut dire que c'est un poeme programmatif, qui fait en quelque sorte office de manifeste. D'ailleurs, Le Marginal Magnifique n'hesite pas à citer quelques-uns de ses illustres predecesseurs pour montrer qu'il se demarque d'eux, qu'il leur est superieur : Andre Breton et son "Manifeste du surrealisme", Joachim du Bellay et son "Defense et illustration de la langue française". Il cite egalement d'autres poetes comme Hugo et Rimbaud qu'il juge inferieurs a lui ou Baudelaire et Mallarme, les deux seuls qui trouvent grace a ses yeux. Un brillant poeme, intelligent et dont l'humour n'est pas absent !


De la liberté et du fun avant toute chose
Au diable la métrique les vers hermétiques
Baudelaire est le roi on ne fera pas mieux
Mallarmé est éternel à jamais inégalable
L'éloquence au placard avec l 'affectation
Moi je fais rimer érudition avec érection

Clarté punch jubilation et un zeste de fond
Enragé un petit peu engagé juste ce qu'il faut
J'encule tant que je peux les travers sociaux
A la vie à la mort avec mes frères les animaux
Bon envers les teckels les ratiers les shih tzu
Je pisse à loisir sur l'humanité lui chie d'ssus

Ecorché vif l'encre est mon sang il coule à flot
Aussi lisible que Hugo sans tomber des mains
Transparent comme l'eau limpide d'un torrent
Intègre telle la truite moirée qui ondule dedans
Trop de chichi même chez ce gay de Rimbaud
Moi je préfère défourailler dur façon Rambo

Je défends illustre la langue française avec brio
Triste héraut à l'âme fendue loin d'être un héros
Du Bellay et Ronsard en moins niais en inédit
Nouvelle constellation dans la Pléïade je brille
Je chevauche les sommets et côtoie les cimes
Ici absolument rien de surréaliste que du vécu

Des milliers de visiteurs des lecteurs à foison
Mais moins de putes au compteur que Rocco
Une rigueur d'ascète réglé comme un ermite
J'aligne les mots sans ambition ni prétention
Grosse machine une usine à gaz est mon site
Couchée morte est la poésie je la ressuscite


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

50 commentaires:

  1. Le Marginal est de retour ! Et en beauté ! Où étiez-vous donc fourré, cher Marginal ? Votre absence n’a pas suscité autant de suicides que lors de la mort de Michael Jackson, mais c’était pas loin…

    Vous envoyez du lourd, pour votre retour, pour reprendre une de vos expressions favorites ! Tout l’idéal du Marginal est dans cet « Art poétrique » ! De la liberté et du fun, quelques enculades et une rigueur d’ascète… Vous foncez droit dans le tas, explosant tout sur le passage, mais avec maîtrise, comme toujours, et bien plus qu’un simple « zeste de fond »… Je ne sais pas si Boileau aurait apprécié, mais il faut vivre avec son époque, n’est-ce pas…

    En tout cas, vos hiérarchies littéraires témoignent d’une sûreté de goût incontestable : Baudelaire est le maître de la poésie moderne, c’est sûr, pas de Marginal Magnifique sans les souffrances et la solitude du noble Charles ; Mallarmé est indépassable, l’exaltation et la perfection réunies dans une seule œuvre ; Hugo est bien plus que lisible, si vous voulez mon avis ; quant à Rimbaud, je ne sais pas si le terme de « gay » est adapté en ce qui le concerne, mais il est certain que de nombreuses voies ont été ouvertes chez lui et par lui…

    Je ne sais pas si vous ressuscitez la poésie (je vois que l’homme pieux que vous êtes a pensé à la fête de Pâques), mais en tout cas vous lui donnez un sacré coup de fouet ! Nouvel Orphée priapique , vous chantez au milieu des bêtes, avec juste ce qu’il faut de misanthropie et de fanfaronnade altière. Vous êtes à la fois très humble dans votre démarche et hyper sûr de vous, c’est très particulier ! Très bon poème en somme, sans fausse note et amusant jusqu’au bout. Et en plus comme il est long, on peut le relire plusieurs fois avant de le connaître vraiment. Un poème qui donne la trique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh oui, cher Laconique, je suis du retour ! Je délaisse un peu internet ces derniers temps, mais je n'ai pas pu m'empêcher de sortir de ma retraite pour publier un poème, car, comme vous le soulignez, mes fans altérés, las de parcourir en large et en travers mes nombreuses et brillantes productions répertoriées dans la rubrique "Tous les poèmes", ont besoin de nouveauté pour étancher leur soif d'excellence et de fun ! Puis il faut bien que je me tienne au courant de l'actualité du "Goût des lettres" dont l'activité ne faiblit pas...

      Je vous remercie en tout cas pour votre commentaire ! Je suis content de voir que le fidèle et puissant Laconique est toujours dans le coin et sait apprécier ce qui est bon.

      Profitez bien des fêtes de Pâques, cher Laconique, par exemple en tartinant votre corps d'Apollon de chocolat avant de l'offrir aux femelles en chaleur qui peuplent vos contrées reculées.

      Post rectum : le terme de "gay" est on ne peut plus parfaitement "adapté" au nommé Arthur Rimbaud si l'on considère que le nommé Paul Verlaine l'a enculé sauvagement et s'est fait enculer sévèrement par lui plus d'une fois. Bon, c'est vrai que j'aurais pu être plus précis et que j'aurais dû dire "jeune gay", car il n'était même pas majeur lorsqu'il s'est fait démonter la lunette arrière par l'autre faune pédéraste barbu. Mais je ne vous apprends rien, cher Laconique, je ne vous apprends rien ! Vous connaissez la vie de tous ces types lettrés mieux que quiconque...
      Cependant, je vois ce que vous voulez dire : si l'on compare ces deux salopards à André Gide, que vous affectionnez particulièrement, on ne peut certainement pas les traiter de "gays". Tout juste peuvent-ils être qualifiés de délicats coquins titillant par hasard un anus camarade en comparaison du pourfendeur professionnel de rondelles qu'est l'auteur des "Faux-monnayeurs". Un sodomite averti celui-là ! Et il est bien connu qu'un sodomite averti en vaut deux...

      Supprimer
  2. Toi que je ne connais pas... c'est de la poésie sérieusement ludique et intelligemment railleuse, mais pas si légère car souvent donne à réfléchir et à rechercher et à relire pour comprendre mais assurément régalade. bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la poésie qui fout la trique ! Bonne journée.

      Supprimer
  3. Le Marginal Magnifique en toute la splendeur de sa sincérité,
    style en pure flamboyance,que dis-je éblouissance,le pléonasme m'emporte,
    la vérité est le but ultime de sa somme de mots,
    bravo l'ami,
    très bonne journée,à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, que de mots élogieux ! Mais pas hyperboliques en ce qui concerne Le Marginal Magnifique :-).

      Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer
  4. Joss the Boss est authentique, franc et droit pas parfait mais avec ses valeurs et il aime ce style de poésie puissante, virile et sans tabou qui va à l'essentiel de la réalité sans l'enrober de guimauve et avec un humour qui fait grincer des dents de plaisir. Art poétrique, je suis bluffé, il fallait y penser. Un grand salut de Joss the boss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content que ça plaise à Joss the Boss alors ! Il me semble qu'il est effectivement du genre à aimer la poésie qui sent la testostérone et la sueur plutôt que le romantisme désuet de Lamartine...

      A +, le Boss (après moi bien entendu).

      Supprimer
  5. Hé monsieur Le Marginal comme vous y allez hard avec l'humanité! Il y a aussi du bon en elle, ceux qui se battent pour améliorer et réparer les erreurs des autres. Mais peut-être l'exagération c'est pour le fun dans ce cas c'est réussi tant vous vous gaussez avec gauloiserie et vous semblez même y prendre vous-même un grand plaisir. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis démasqué : je me régale quand j'abuse !

      A bientôt.

      Supprimer
  6. Bonjour
    Te voilà de retour. Ce matin, pas la force de réfléchir bronchite avec asthme. Je reviendrais.
    Bonne journée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis de retour après une petite absence : en ce moment je me tiens un peu éloigné du net.

      Bon rétablissement et bonne journée, M.-P. !

      Supprimer
  7. J'ai pu constater en vous lisant que vous étiez sensible au monde animal comme vous l'affirmez encore dans ce poème où vous défendez avec fougue votre façon de voir la poésie. Je vous recommande le site d'un jeune talent comme vous mais qui lui s'exprime par la musique et qui est très concerné par la cause animale entre autre. A coup sûr vous serez touché par sa chanson "hope" et surtout par la vidéo qui va avec. maximeginolin.com. Bonne journée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, je suis plus que "sensible au monde animal" ! La cause animale c'est mon talon d'Achille, je manque un peu d'humour sur le sujet...

      J'ai écrit pas mal de trucs qu'on peut lire sur ce site. Entre autres : "Laïka", "Islero mon héros" , "Shoanimaux", "La brebis", "A léon", "Vaches à lait"...

      Tous ceux qui aiment les animaux et sont sensibles à leurs souffrances sont mes amis. C'est donc avec plaisir que j'ai visité le site de Maxime Ginolin, que je soupçonne, sous couvert d'anonymat, d'être l'auteur du commentaire ci-dessus. Si c'est lui, qu'il se rassure, je ne considère pas cela comme un spam, son commentaire est le bienvenu, de même que sa promotion, puisque quelqu'un qui défend la cause animale, comme je l'ai déjà dit, a toute ma sympathie en plus d'être sûrement quelqu'un de bien !

      J'ai écouté quelques-unes de ses chansons, notamment "Para la corrida", qui dénonce les horreurs de la tauromachie. Je trouve que l'artiste en question a une bonne voix, qu'il pose sur des musiques accrocheuses. Les sons qu'il produit ne font pas amateur... Dommage cependant que les textes soient en anglais !

      Supprimer
  8. Et pan dans la gueule à Jean, eh bien, préviens moi la prochaine fois je mettrai un bouclier! Sans vouloir faire de parano j' ai bien l' impression que tu m' as réglé mon compte...C' est raté, je t' aime bien et tu ne te débarrasseras pas de moi comme ça. L' hermétisme libertin et la droiture authentique ne sont pas incompatibles, elles ne sont justes pas comparables, pourquoi les mettre en rivalité?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, tu n'es pas visée ! Il manquerait plus que je me débarrasse de toi, je serais inconsolable :-). Toi tu fais ça bien, avec art et esprit, pourtant c'est loin d'être facile... . Et "l'hermétisme libertin", déjà le terme me plaît !

      Supprimer
    2. C' était de la parano... Moi aussi j' adore ce franc parler mêlé de vraie culture avec des tripes qui font semblant de rien, alors reste anti clacissique cela te va bien!

      Supprimer
    3. Oui, c'est ça : tu es une vraie parano :-) ! J'aime bien la littérature classique, j'en lis, j'aime sa rigueur, mais c'est bon aussi de se lâcher, trop de règles brident l'écriture je trouve...

      Supprimer
  9. Magnifique texte descriptif de ta position face à la poésie!
    Ton engagement vis à vis des animaux, ta position combattante contre les travers de la Société y sont présents.
    Un discours clair et précis: bravo Marginal Magnifique.
    Bon après midi, bisous Ismeralda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, Ismeralda. Effectivement j'ai essayé de donner ma conception de la poésie sans être trop lourd et en faisant plusieurs références plus ou moins explicites à la littérature. Il faut y voir aussi de l'auto-dérision...

      Bonne soirée.

      Supprimer
  10. J'avoue que mon esprit romantique et mon sens de la poésie ont un peu tiqué sur le mot trique à la connotation douteuse mais on est vite sous le charme de cette verve grivoise qui allie finesse et culture par ses références, qui ne se prend pas au sérieux et qui a le mérite d'être distrayante. Je suis admirative des jeux de mots, des comparaisons, toujours à fleur d'humour, des sentiments forts exprimés sans ostentation et maitrisés par un écriture habile et aisée tant on sent qu'elle coule naturellement au gré de l'intelligence émotionnelle de l'auteur. A la fin, on est fan d'art poétrique.

    Bon après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire. C'est sur que si on associe poésie et romantisme fleur bleu, on peut être surpris par ce que j'envoie.

      Toutefois ce que j'écris n'est pas totalement privé de romantisme si l'on considère que l'une de ses caractéristiques consiste en l'exaltation du moi, autrement dit le lyrisme.
      Puis, la nature, la mort et l'individualisme, qui sont des thèmes romantiques par excellence, émaillent également l'œuvre du Marginal Magnifique : de là à qualifier Le Marginal Magnifique de grand romantique, il n'y a qu'un pas que Le Marginal Magnifique franchit !

      Supprimer
  11. L'épicurien que je suis ne peut que kiffer l'art poétrique et le mental du Marginal. Les poèmes à l'eau de rose, pas pour moi. Il faut bien jubiler un peu dans la vie et tant qu'on ne nuit à personne ça ne fait pas de mal de se faire du bien et là j'ai rigolé franchement. Salut Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est là aussi pour le fun ! Comme la bannière du titre de ce site l'indique...

      Supprimer
  12. C'est un poème de défoulement? C'est réussi. Chacun son mode, vous c'est par l'écriture moi au kendo, l'esprit est aussi sollicité mais on s'exprime par le sabre. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'art est souvent affaire de défoulement ! Et toute pratique portant en elle des valeurs nobles (écriture, sport, etc...) tend à être un art si elle est faite avec passion, soin et rigueur... Je connais le kendo, c'est une discipline assez confidentielle, mais qui me semble effectivement allier concentration intense de l'esprit et précision du geste.

      A bientôt.

      Supprimer
  13. Bonjour
    Je ne m'avoue pas vaincu, je reviens. Je vais essayer. Chez nous on dit "tu vas prendre un coup de trique" (bâton)donc j'ai eu du mal (because mon état, une pneumonie en fait). Chez nous la trique on l'a prend sur le coin du nez et ça fait mal. Le romantisme foutaise, ça veut dire quoi ce mot ? Je n'y crois pas comme à beaucoup de choses d'ailleurs. Avec les années, je suis devenue plus terre à terre.
    Tu vois en ce moment celui qui me tient compagnie en silence c'est mon Paco, mon berger allemand, il est encore plus doux que d'habitude. Là tu as raison, les animaux sont précieux pour notre équilibre, il m'apporte bien plus que certains qui se disent humains. Je rajouterais ce n'est pas un chien c'est Paco.Bon j'arrête là sinon je vais m'étendre à son sujet.
    Bonne journée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait la trique ici désigne une réalité bien plus grivoise, qui ressemble un peu à un bâton quand même d'ailleurs :-). Le titre fait donc référence à une poésie qui déclenche des érections tant on se régale et veut aussi dire que les allusions coquines n'en sont pas absentes. Mais bon, une poésie qui donne des coups de bâton, qui assomme, c'est pas mal non plus...

      On devient tous plus ou moins "terre à terre" avec les années, la vie nous pousse en ce sens, mais peut-être serait-il bon de lutter contre ce processus inéluctable, afin de garder des étoiles dans les yeux.

      Ah, Paco ! Tu m'en avais déjà parlé dans d'autres commentaires, j'espère qu'il fait de beaux rêves à côté de toi ("Dogs' dreams") !

      A bientôt.

      Supprimer
  14. Les créateurs d'art sont influencés par l'époque dans laquelle ils vivent. Vous-même votre poésie reflète bien notre époque, elle est moderne et témoigne par votre sensibilité et votre manière de l'exprimer, par votre regard sur elle, du temps d'aujourd'hui. Il y a de l'actuel et de l'intemporel dans l'art quel qu'il soit. Bonne journée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étant donné que je suis un homme d'aujourd'hui et que je cherche à m'exprimer de la façon la plus authentique possible, il est logique que ma "poésie reflète bien notre époque".
      Pour "l'intemporel", il s'agit sans doute de la part commune à tout être humain et valable quels que soient les temps.

      Supprimer
  15. Je t'ai compris, tu aimes bien te marrer, moi aussi, alors on est d'accord, poétrique ça me va comme un gant. Salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais même plus : moi ça me va comme un gant en latex pour le zizi !

      A bientôt.

      Supprimer
  16. Qu'importe la rime pourvu qu'elle soit,
    l'art poétrique,qui d'autre que Le Marginal pour le maîtriser !!,
    ou la grande volonté d'être libre,
    quel plus vertueux essentiel,être libre,
    ensuite qu'importe la rime,juste aimer,
    salut à toi et bon week-end.

    RépondreSupprimer
  17. Connaissais pas ce genre de poésie. C'est particulier, original, ça trique, çà pique, ça balance, çà divertit, ai lu et relu avec attention, ai fini par apprécier. Bonne suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire au style concis, un peu télégraphique. Le poème est un peu long, alors sans doute a-t-il besoin d'être relu pour en apprécier les quelques subtilités et, peut-être, si l'on est un peu calé dans ce domaine, saisir les références littéraires qui le parsèment plus ou moins explicitement.

      Supprimer
  18. Coucou, c'est lili! Pas de nouveau poème ? Et bien cela me permettra de savourer de nouveau celui-ci et de me délecter de ce si particulier et original art poétrique et d'en apprécier toute la subtilité et dans les jeux de mots et dans les idées qu'il exprime avec un lyrisme gouailleur. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme ce poème est long et sympa il peut rester un peu plus longtemps à l'affiche. Puis Le Marginal Magnifique fait une petite diète de l'internet, afin de ne pas se transformer en Geek Magnifique. Mais il n'a pas dit son dernier mot !

      A bientôt.

      Supprimer
  19. C'est amusant, coquin, un peu paillard, singulier et innovant. Salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du Marginal Magnifique quoi... Salut à toi !

      Supprimer
  20. Voilà que le Marginal cite son art,l'art poétrique,lui le maître,le virtuose du genre,
    intouchable est-il,il est incroyable le bougre !!,
    salut à toi et bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me qualifier de "bougre", le compliment me va droit au cœur :-).

      Supprimer
  21. L'art poétrique me fait penser à de la poésie réalité sans voyeurisme, juste par la puissance de l'écriture un regard acéré sur l'époque, la société et l'humanité. Vous y allez parfois fort, pas toujours à mon goût mais j'y reviens preuve que j'apprécie quand même tellement vous êtes dans la diversification tantôt poétique tantôt poétrique. Bonne journée;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'y vais fort, mais je ne crois pas que l'art souffre la modération. Être modéré c'est triste, donc parfois j'abuse (un peu). Puis on est là pour se marrer aussi...

      A bientôt.

      Supprimer
  22. Le lyrisme avec des mots ordinaires n'est pas donné à tout le monde, belle réussite, bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le commentaire : j'aime bien la simplicité et la clarté, qui n'excluent pas le reste :-).

      Supprimer
  23. Bonjour Marginal
    Les habitudes se prennent vite. C'est vrai que tu te fais plus rare. Besoin de faire une pose,tu as raison la dégustation n'en sera que meilleure.
    A bientôt
    Bonne journée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je modère mes apparitions sur la toile :-). La vraie vie se passe à l'extérieur, pas devant un écran ! Mais je reste présent et je ferai encore parler de moi !

      A bientôt, M.-P.

      Supprimer
  24. Défendre la langue française.C'est tout à ton honneur! Même en étant râleur...on couche sur le papier des mots qui s'imbriquent si bien, telles les pièces d'un puzzle...quel bonheur quand on arrive au bout...de tes écrits, même les plus acerbes. merci, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, chère C. ! Manier les mots est un plaisir comme tu le sais...

      Ce "défendre la langue française" est un clin d'œil au poète Joachim Du Bellay et à son "Défense et illustration de la langue française", manifeste de La Pléiade, un groupe de sept poètes français du seizième siècle rassemblés autour de Ronsard et de Du Bellay. Mais sans doute connais-tu tout ça ! Il y a plusieurs autres références de ce type dans ce poème...

      À bientôt.

      Supprimer