29/06/2013

46 Guérilla


Cette image est tiree du film de science-fiction americain "Predator" realise par John Mc Tiernan en 1987 avec dans le role titre Arnold Schwarzeneger, l'un des plus fameux acteurs de films d'action de toute l'histoire de cinema. Schwarzeneger fut un immense culturiste, avec cinq titres de Monsieur Olympia, avant sa carrière hollywoodienne et un homme politique après, devenant meme gouverneur de l'Etat de Californie. Le film Predator, l'un des meilleurs dans lesquels joue Arnold Schwarzenegger raconte l'affrontement au sein d'une jungle inhospitaliere d'un groupe de mercenaires avec une creature extraterrestre, venue sur Terre pour faire une espece de safari dont les humains chasses sont les trophees. Sur la photo on peut voir Schwarzenegger qui pose de face un cigare dans sa main droite près de la bouche. Il porte un gilet aux couleurs kaki pour mieux se dissimuler et son avant-bras droit posé sur sa jambe gauche repliee soutient une enomre fusil d'assaut. Le gilet laisse paraitre les bras musculeux de l'acteur. Son visage arbore une barbe de plusieurs jours ainsi que des marques noirs destinees probablement a mieux passer inaperçu. Les cheveux sont tailles en brosse. A l'arrière plan, on distingue une végétation luxuriante que l'on devine celle de la jungle. Cette image extraite d'un très bon film que Le Marginal Magnifique adore accompagne le poeme "Guerilla" dans lequel le grand poete qu'est Le Marginal Magnifique compare la vie sociale a une guerilla constante puisque les gens sont souvent betes et malintentionnes et qu'il faut du coup etre sans arret sur ses gardes. Un bon poeme du Marginal Magnifique, tout a fait dans son style avec un theme recurrent chez le grand auteur.


Parfois l'angoisse m'agrippe l'âme sévèrement
Une somme de toutes les peurs sur ma tronche
Il faut dire aussi qu'il y a peu de bonté ici-bas
Plutôt surtout de la connerie gratuite en barres
Bounty Twix Mars Snicker de duplicité à foison
La mesquinerie se décline jusqu'à l'écœurement
Ne me lâche la sensation d'un danger imminent

On avance en territoire hostile en jungle insalubre
Touffeur et ennemis planqués dans tous les coins
Il faut se barder d'armes camouflé en treillis kaki
Mâchoire serrée comme Schwarzi dans Predator
Quand j'erre parmi les foules en magasin en ville
Entouré par tous mes compatriotes suants et vils
Ne me lâche la sensation d'être engagé en guérilla


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

46 commentaires:

  1. Si je puis me permettre, cher Marginal, « lol » ! Après Popeye, vous arborez crânement la jolie gueule de Schwarzi à la première page de votre site. Et dans « Predator » en plus, film qui, s’il n’arrive pas au niveau de l’indépassable et inégalable Terminator ou du légitimement culte Conan le barbare, nous renvoie quand même à la grande époque des films d’action, avec un Schwarzi au sommet de son charisme, mâchoire carrée et regard aiguisé comme un poignard ! Une illustration à votre image en somme !

    Votre poème, excellent comme d’habitude, m’a fait songer à un aphorisme de Cioran : « Dès qu’on sort dans la rue, à la vue des gens, extermination est le premier mot qui vienne à l’esprit. » Vous dites à peu près la même chose, avec plus de verve et de détails ! Ah là là… Le Marginal est un misanthrope, un ennemi de l’humanité, et le pire c’est qu’il n’a pas tort ! C’est sûr que la « mesquinerie », la « duplicité », la « connerie gratuite », c’est pas ce qui manque quand on regarde autour de soi…

    Ah ! abandonnez les villes, cher Marginal ! Cessez vos errances nocturnes dans les grands magasins et les artères populeuses, où votre curiosité insatiable et votre goût pour l’insolite vous ramènent toujours. Fuyez dans les prairies, dans les montagnes, dans les grottes ! C’est là votre véritable patrie, où, comme Orphée, vous pourrez jouer du luth au milieu des fleurs et des animaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut passer, cher Laconique, à côté de ces gueules iconiques du cinéma d'action, surtout lorsqu'on a été biberonné avec ce genre de spectacle ! Le cinéma actuel semble bien fade en comparaison de cette "grande époque des films d’action"... D'ailleurs, vous comme moi savons lui rendre hommage comme vous le signalez par le choix judicieux des liens insérés dans votre commentaire.

      Je vous remercie de qualifier mon poème d'"excellent", mais je suis contraint de reconnaître, au risque de blesser ma modestie, que vous êtes totalement dans le vrai. Cela prouve une fois de plus que vous avez le goût sûr et l'esprit délié si la lecture du "Goût des lettres" ne suffisait pas à le confirmer.

      Et c'est vrai aussi que je serais mieux au sein de lieux plus calmes et authentiques, niché dans un endroit reclus, pour pratiquer mon "Art poétrique". Ah la la, cher Laconique, mes semblables m'exaspèrent et me cassent trop souvent les burnes ! Vous êtes l'exception qui confirme la règle, mais êtes-vous bien humain ?

      Supprimer
    2. Ah ! je suis "humain, trop humain", cher Marginal. "Laconique" est une façade un peu avantageuse, si vous saviez ce qui se cache derrière !...

      Supprimer
    3. Oh, je n'ose concevoir ce qui se cache derrière le puissant Laconique et son buste de Platon. J'imagine une créature éthérée, mi-faune mi-Jules César !

      Supprimer
  2. P.S. : Inutile de publier ce second commentaire, mais il me semble que vous devriez relire votre dernier vers, et qu'un petit tiret entre "ici" et "bas" ne serait pas malvenu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, inestimable Laconique, vous savez bien que je publie TOUS les commentaires ! Je vous remercie pour la lecture attentive de mon texte qui vous a permis de me signaler l'oubli de ce "petit tiret", ainsi que la légère bourde qui s'était glissée au dernier vers. Vous êtes un maniaque, précieux Laconique, mais il faut l'être dans ce domaine, je vous rejoins sur ce point !

      Supprimer
  3. Superbe Schwarzi, superbe film et superbe poème. C'est vrai qu'on a l'impression de vivre dans une jungle avec plein de dangers avec tout ce qu'on entend et voit. Mais je suis sur ma garde, ni crédule, ni confiant et sur la défensive , il faut être prudent dans ce monde difficile. Un grand salut de Joss the boss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a pas de bienveillance et beaucoup de cons. Un con c'est très dangereux... Salut !

      Supprimer
  4. Je pensais que l'avis d'autrui t 'importait peu...il me semble ici lire le contraire...heureusement tu commences ton texte par: parfois! J 'espère ne pas faire partie des humains qui t'insupportent...car je ne serai jamais que moi avec les qualités et les défauts qui m'accompagnent... Mais, toujours sincère. Toujours débordée. C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'avis d'autrui m'importe peu dans le sens où je ne cherche pas la validation ni n'agis en réfléchissant à ce que pensent les autres. Mais ce n'est pas pour ça que les autres n'ont aucune influence sur moi et sur ma façon de voir les choses...

      Je ne te connais pas assez pour que tu m'insupportes et ce que je vois pour l'instant ne me fait pas cet effet. Si tu es toujours "sincère", c'est ce qui compte !

      Bon dimanche.

      Supprimer
  5. Les humains il y en a des bons et des mauvais, mais voilà dans la foule on ne sait pas à qui on a affaire, alors méfiance et vigilance. Bonne nuit monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en dehors des bons et des mauvais, il y en a surtout des totalement mesquins et vils, ce qui peut les rendre mauvais c'est vrai...

      Supprimer
  6. C'est marrant comme vous décrivez çà, c'est caricatural mais il y a du vrai et en plus dans les endroits populeux on a toujours peur de se faire voler, il faut planquer son porte-monnaie.
    Une bonne nuit à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours marrant ! Je ne parle pas seulement de dangers concrets, mais d'une ambiance malsaine, d'impressions délétères qui saisissent l'esprit lorsque l'on est entouré par la fange...

      Il suffit d'imaginer qu'on trempe un diamant dans l'égout : èh bien, lorsque je me mêle à la foule, on est un peu dans le même ordre d'idée.

      Bonne journée.

      Supprimer
  7. Un poème qui prête à sourire par son titre, l'illustration et ses évocations imagées. Tu pratiques avec une grande habilité spirituelle l'art de te mettre en scène avec une bonne dose d'auto-dérision et apparemment tu te délectes dans l'exagération ce qui accroit l'acuité de ton thème qui est le malaise que l'on peut éprouver dans une masse humaine pressentie comme hostile avec sensation de danger et les sens en alerte. C'est réaliste car dans toute foule il peut y avoir des menaces potentielles et à la fois affabulateur car l'imagination travaille au gré de non perceptions telle que l'angoisse que peut générer trop de proximité avec nos congénères. De la profondeur dans l'humour, de la réalité dans la fiction cela donne un texte truculent d'originalité et j'aime. Bon après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De l'exagération ? Comment ça ? Je trouve que je suis en dessous de la réalité !

      Bon après-midi.

      Supprimer
  8. Hé, monsieur Le Marginal, comme vous y allez fort. Pour le diamant, je ne nie pas, c'est bien d'être conscient de sa valeur, quoique un peu de modestie ne nuit pas mais l'égout me dérange car il semble que vous mettez tous vos semblables dans le même sac. A moins que j'ai mal compris votre pensée et que ce soit l'effet de foule qui vous fasse cet effet. Peut-être que vous faites aussi un peu de provoque. J'aime bien vous lire quand même car vos textes ne laissent pas indifférent et vous faites dans la différence et l'originalité.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne fais jamais de "provoc'", mais étant Le Marginal Magnifique, ma personnalité va à l'encontre de l'ordre établi et de ce que pense la majorité. Faire le choix d'assumer cette personnalité, c'est donc accepter qu'on me taxe de provocateur...

      Disons que quand je parle de "diamant" et d"égout", j'exagère un tout petit peu, histoire de plaisanter et d'offrir une image forte, mais je ne suis quand même pas loin de la réalité !

      Bonne journée.

      Supprimer
  9. Margy encore mieux que Schwarzy , d' accord avec toi, la masse est une agression, se coltiner la foule une expédition,mais le recul de ton intelligence est la meilleure arme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sympa ce que tu dis là :-). Avec les soldes que tu n'as certainement pas manqué de faire, en femme féminine que tu es, je suis sûr que tu as bien ressenti l'"agression de la masse" !

      Supprimer
  10. Moi j'aime bien la foule, je me sens anonyme et plus en sécurité qu'au fond d'un bois dans la solitude, le silence m'angoisserait et j'aurais toutes sortes de pensées. Mais il y a foule et foule pas jusqu'à être serrés comme dans une boîte de sardines, car là ce poème prend tout son sens. Une bonne journée de la part de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas tout le monde ne peut être solitaire...

      À ce propos, il existe selon Carl Jung deux grands types psychologiques pour caractériser le mode de fonctionnement psychologique d'une personne. En gros et d'après Wikipedia :
      "L'individu a deux façons de se charger en énergie, l'introversion et l'extraversion. Jung a observé que les individus ont tendance à trouver leur énergie et à être dynamisés :
      - soit par l'environnement extérieur, les activités et les expériences : extraversion.
      - soit par l'univers intérieur des idées, des souvenirs et des émotions : introversion."

      Bonne journée.

      Supprimer
  11. Bonjour
    Dans la jungle, j'y suis en plein. On a beau être toujours sur ses gardes certains coups on ne les voit pas venir. On peut dire ou faire ce que l'on veut l'humain est si tordu qu'il n'existe aucune limite.
    Je te souhaite une bonne journée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh oui, j'ai vu ça ! La jungle tu connais et tu es armée pour, mais les coups bas ne manquent pas, il faut s'attendre à tout...

      Bonne journée, M.-P. !

      Supprimer
  12. En période de soldes les gens sont fous, c'est la course pour arriver les premiers aux bonnes affaires, il y en a qui te bousculent, prêts à t'écraser, c'est l'excitation, l'énervement, la promiscuité, la tension, la guérilla quoi. Tu rentres chez toi, crevé et t'as qu'une idée te foutre sous la douche pour t'assainir de toute cette foule en folie et de toute la transpiration que t'as eu. bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un commentaire qui sent l'expérience vécue !

      Bonne soirée.

      Supprimer
  13. Il est si vrai que la mauvaise foi règne en maîtresse en ce monde moderne,maîtresse intraitable,faudrait-il jouir en toute hypocrisie,qu'avons-nous fait de notre amour véritable,cette vérité que trop souvent nous trahissons,ah certes nous montrons notre force,nos faux sourires,mais qu'en est-il du rire en notre âme,ce bonheur si évident,qui de peu se contente,si humble car si évident,
    enfin soyons vrais,

    salut à toi Le Marginal et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, soyons vrais, c'est ce que je me tue à dire ! Vrais, mais intelligents aussi...

      Bonne journée.

      Supprimer
  14. Pour l'épicurien que je suis, c'est selon les moments selon les endroits. Je kiffe particulièrement les foules de spectacle quand on s'éclate tous ensemble, au même tempo. Après je déteste faire la queue dans la proximité.
    Salut et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, il n'y a en revanche rien de pire que "les foules de spectacle quand on s'éclate tous ensemble". Comme je l'écrivais déjà dans la réponse d'un commentaire sur "Feu d'artifesses" :

      "Les gens ont besoin de sentir qu'ils appartiennent à un groupe pour être bien, être rassurés, mais cela ne veut pas pour autant dire qu'une quelconque solidarité existe entre eux, juste un pur sentiment primitif grégaire et stupide. Et s'il doivent écraser les autres pour sauver leur peau ou même obtenir un profit, les individus composant le groupe soudés par de si beaux liens auront tôt fait de le changer en une meute d'êtres sanguinaires, sans foi ni loi ! Les exemples ne manquent pas..."

      Bonne journée.

      Supprimer
  15. Toi que je ne connais pas... indéniablement un bon poème pour misanthrope averti et incontestablement même pour les philanthropes il y a mieux qu'être agglutinés. C'est manifestement exact que dans les foules c'est chacun pour sa peau si danger il y avait. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi que je commence à connaître, bonne journée !

      Supprimer
  16. Un coucou pour voir s'il y avait un nouveau joli poème original sur lequel cogiter, mais il est normal que le Marginal prenne aussi des vacances. Je vais relire donc certains poèmes que j'ai particulièrement appréciés. Bonne journée et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, Le Marginal Magnifique sera forcément bientôt de retour avec du nouveau ! Bonne journée.

      Supprimer
  17. COucou, juste dire bonsoir et te souhaiter une bonne semaine. toujours débordée jusqu'à fin juillet quoi qu'il arrive....mais une petite pensée pour ce Marginal Magnifique tout de même..;sourire! à+, C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, ça me fait plaisir ! Moi aussi je pense à toi et n'oublie pas mes amis de la toile, même si je m'en éloigne un peu en ce moment pour souffler un peu.

      À bientôt et bon courage.

      Supprimer
  18. Guérilla ?
    "Me fais-tu l'amour ou bien la guérilla
    toi que j'ennuie à mourir sans Téquila..."
    De la chanson au poème que de pas !
    Faire l'amour, pas la guerre disait-on autrefois
    Malheureusement l'un et l'autre sont en mauvais états...
    Alors on cherche beauté dans la Nature
    pour combien de temps encore là ?

    Bon dimanche Marginal
    amicalement, Emma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je ne la connaissais pas cette chanson... Une chanson apparemment écrite par Gainsbourg et interprétée par Valérie Lagrange que je ne connaissais pas non plus. Merci pour cette découverte sympa !

      Bon dimanche, à bientôt.

      Supprimer
  19. Oui c'est la jungle. Difficile d'accorder sa confiance, je suis d'accord il faut être toujours sur ses gardes. Faites l'amour et pas la guerre c'est beau à dire et à entendre mais personne ne l'applique. Salut Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La société est faite pour protéger l'individu de la nature, elle y parvient, mais engendre une autre forme d'hostilité : alors oui, "il faut être toujours sur ses gardes". Puis l'être humain est si vil...

      Supprimer
  20. C'est exactement ça. C'est pas la société par elle-même mais comment les hommes y vivent qui crée des problèmes et parce qu'ils sont souvent plus mauvais que bons. Bonsoir monsieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La société est censée être bonne, mais peut-elle l'être vraiment, conçue par les hommes pour les hommes ?

      Supprimer
  21. bonjour,
    Ce que tu penses des autres, je crois que tu en a fait le tour, mais ce que tu penses de toi ??.....
    dans quelle catégorie crois-tu être : parmi les favorisés, ou les défavorisés ?? sI tu te situais dans le clan
    adverse ou tu estimes être, comment réagirais-tu ??

    Amitiés sincères

    Nicole OLIVER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, tu as envie de me mettre face à moi-même ! Oh, ne t'inquiète pas, sans être nombriliste, je me regarde avec recul; suffisamment, et je pense être lucide.

      Ce n'est pas seulement une histoire de "favorisés" ou de "défavorisés", chacun a quelques cartes en mains pour essayer de se tirer vers le haut.

      Sinon, pour répondre à ta question, parce que je ne veux pas que tu croies que j'élude le sujet, moi je m'estime pas mal loti, mais je ne me repose pas sur mes lauriers aussi, j'essaie tant bien que mal d'être meilleur chaque jour, de trouver un chemin honorable et juste.

      À bientôt.

      Supprimer
  22. n'aurais-tu pas la conscience tranquille pour te sentir poursuivi de la
    sorte ?? Je suis consciente que beaucoup de choses peuvent arriver au milieu d'une foule, mais franchement cette idée n'est pas constante en moi, d'ailleurs s'il en état ainsi je fuirai la foule !! tu te masturbes un peu trop l'esprit !! retrouve la sérénité, calme tes angoisses, peut-être aurons-nous la joie de lire un de tes poèmes apaisé qui ne soit pas sous l'emprise de la colère, même colorée d'humour, elle agresse.

    Bonne soirée le Magnifique

    Amitiés sincères.

    Nicole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta sollicitude me touche, chère Nicole, et je te remercie.

      Ma conscience se porte à merveille, rassure-toi, et c'est justement pour cela que je me sens si mal parmi les foules qui n'en ont pas, elles, de conscience.

      Quant à ce que tu appelles "colère", nulle trace, peut-être la confonds-tu avec le mépris... Plus serein que moi tu meurs !

      Mais bon il faut que ça swingue, sinon c'est pas drôle, puis on lit assez de platitudes consensuelles comme ça. Trop marginal pour toi ?

      À bientôt.

      Supprimer