08/05/2013

52 Spartacus


Cette image, tiree du film Spartacus realise en 1960 par le genial et immense realisateur Stanley Kubrick, montre Kirk Douglas interpretant le celebre gladiateur eponyme. Ce Spartacus, devenu tres connu du grand public grace au film cite precedemment, etait un esclave et gladiateur d'origine thrace (est des Balkans). Il dirigea la Troisième Guerre servile en Italie du Sud entre -73 et -71.  En tant que rebelle ayant fait trembler la puissance esclavagiste de Rome, Spartacus a ete une reference du mouvement anti-esclavagiste à partir du dix-huitieme siecle. sur la photo Le gladiateur est reprente le glaive a la main : il bradit cette arme a l'arriere de sa tete, bras relevé, en un geste menaçant qui suggere qu'il s'apprete a frapper, impression renfocee par l'expression belliqueuse, yeux grands ouverts, dents apparentes et machoire serree, qu'il affiche sur son visage. Le bras qui tient l'epee, le droit, est protege par une cotte de maille. Hormis cet accessoire, la tenue de Spartacus se resume en une grosse culotte de tissu marron fonce et d'une large ceinture en cuir marron également qui la surplombe et la maintient. Les muscles contractes et saillants de Spartacus temoignent de sa vigueur au combat. Le personnage occupe le centre de l'image et l'arriere plan ressemble a une espece de paravent sur les cotes duquel on peu apercevoir les bouts de deux tentures rouges. Cette image accompagne merveilleusement et on ne peut plus justement le poeme brillant du Marginal Magnifique intitule Spartacus, dans lequel l'immense poete evoque sa naissance et son destin a l'occasion de son jour anniversaire. C'est l'occasion pour lui de pratiquer une fois de plus l'egotrip, attenuee par une bienvenue auto-derision. Le Marginal Magnifique se compare ni plus ni moins au celebre gladiateur Sparatcus car comme lui il est un revolte qui refuse d'etre esclave, cela depuis son plus jeune age.
 

Plus de trente années en arrière jour pour jour
Ma mère m'expulsait violemment sans préavis
La tronche la première une gueule en papyrus
Débarquement dans le monde réel bye l'utérus
Tout neuf pas prématuré mais déjà de l'avance
De belles boucles noires je chialais à tue-tête
Pas besoin de sucette mais prêt à en découdre
Destin amorcé cul à l'air mais futur Spartacus

Aujourd'hui où en est le fruit chu de cette ponte
Toujours là non pourri et tout en haut du panier
Si les vers me rongent ce sont ceux de la muse
Perdu quelques cheveux et davantage d'idéaux
Dur de réaliser l'âge chiffré fait un drôle d'effet
Mais pas grand chose qui change dans les faits
Un jour de plus un jour de moins je suis serein
Destin assumé glaive en main actuel Spartacus


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

52 commentaires:

  1. Je sens bien la dimension tragique mais ce texte me fait rire, mais rire! J' imagine un faire part rédigé dans ce style!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais tant mieux, chère Orfeenix si ça te fait rire ! C'est tout à ton honneur, ça montre ta finesse ! Tu imagines bien que le texte n'est pas exempt de second degré, ni d'autodérision :-).

      Supprimer
  2. La naissance de Spartacus ! « Expulsé » dans le monde pour mettre la misère aux nantis et aux exploiteurs ! Ma foi, je dirais que cette identification se défend, et que le Marginal tient davantage du célèbre gladiateur révolté que du grave sénateur romain à la bedaine protubérante. Ah là là cher Marginal, vous serez toujours du côté subversif de la barrière, avec les singes contre l’espèce humaine («leur meilleur ami un collabo »), avec les Indiens contre les blancs, et maintenant avec les esclaves contre l’Empire ! Oui, tel est votre destin, votre vocation, et en tout cas l’appel le plus instinctif de votre noble cœur. Si en plus l’emblème de la révolte rejoint l’univers de Kubrick , nous avons là un concentré de votre idéal, et un poème « marginalesque » par excellence, marginalissime !

    Vous ne vous ménagez pas, cher Marginal : de votre « gueule en papyrus » originelle aux « quelques cheveux perdus » de la trentaine, vous vous peignez toujours avec un œil acerbe et sans complaisance. Tout cela est très marrant, je dois l’avouer, un peu dans la lignée de Houellebecq qui dans « La Carte et le territoire » se représentait comme une épave avinée et mélancolique. Mais le Marginal est d’une autre trempe et il le prouve une fois de plus ! Vous avez raison de rester serein, un an de plus un an de moins, cela ne change rien, Spartacus reste Spartacus, et la volonté d’en découdre avec la connerie ne s’émousse pas au fil des années.

    Finirez-vous comme le vrai Spartacus, le glaive à la main ? Ou comme celui de Kubrick, crucifié par une société qui aura votre peau ? Mais non ! Vous finirez comme Kirk Douglas, c’est-à-dire que vous ne finirez pas, et que dans soixante-dix ans Le Marginal Magnifique nous régalera encore de ses productions brillantes et corrosives !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, cher Laconique, j'aime lorsque vous me gratifiez de vos commentaires avisés et érudits, jamais trop longs tant ils sont brillants, à l'image des articles que vous publiez sur Le Goût des lettres, site dont je déplore seulement, comme vous le savez, le trop grand dénuement esthétique. Mais c'est un choix, vous privilégiez le fond au détriment de la forme et de la vanité, ce qui prouve votre intégrité. En tout cas je vous remercie pour l'attention que vous prêtez à chacune de mes publications.

      Effectivement, en ce qui me concerne, je serai toujours du côté des révoltés, des insoumis, des rétifs pour défendre les opprimés et ma vision de la liberté !

      Éh oui, cher Laconique, je ne me "ménage pas". Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise, je suis lucide, si je ne m'épargne pas, il y en a un qui nous épargne encore moins : le temps ! Il creuse ses traces sur nos pauvres gueules de pantins et nous nous consumons à la manière de chandelles.
      Bon, quand même, à tout prendre, je vous avoue que je préfère avoir le destin d'un Douglas presque centenaire mais ingambe, plutôt que celui d'un Houellebecq cinquantenaire déjà épave, mais, au fond, peu importe la durée de la vie, du moment qu'elle s'achève avec dignité, style et panache. Simple question de préférence...

      Pour l'heure que tout le monde se rassure : Le Marginal Magnifique n'a pas fini de régaler !

      Supprimer
  3. Ok pour le glaive, mais pour le slip faudra revoir le style!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le slip large, c'est parce qu'il y a un glaive encore plus gros à l'intérieur, digne de Priape !

      Supprimer
    2. Et prétentieux en plus ( Rire).......Bonne soirée!

      Supprimer
  4. Bonsoir
    Si j'ai bien compris c'est ton anniversaire. Un 8 mai jour de fête, un signe ?
    L'âge est dans la tête. On n'a que l'âge que l'on se donne.
    Quand à ta plume, je te fais confiance, elle ne prendra pas une ride.
    Bonne soirée
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, mon anniversaire est passé depuis quelques semaines déjà ! Mais naître un jour férié ne m'aurait pas déplu, j'avoue...

      J'espère que ma plume gagnera de la vigueur de façon proportionnelle à ce que j'en perdrai.

      Bonne soirée !

      Supprimer
  5. C'est vrai , l'âge est dans la tête, même si celui que nous donne le corps ne correspond plus....C'est le petit avantage du modernisme.

    Et oui, les vieux aussi se mettent à la "page"..si peu que les "merdeux" les poussent.....

    Bonne journée avec nos amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Patriarch,

      Je crois que l'état d'esprit a une influence sur le corps, alors il faut s'efforcer d'avoir un état d'esprit sain, comme ça les années ont moins de prise :-).

      Je suis admiratif que tu sois autant "à la page" justement ! Se servir de l'outil informatique n'est pas une mince affaire pour ceux qui sont d'une génération qui le découvre tardivement.

      À bientôt.

      Supprimer
  6. Toi que je ne connais pas... c'est à la fois irrésistiblement marrant et indéniablement réaliste car la vie est de tous les jours grandement un combat. Salut et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si c'est marrant, c'est l'un des objectifs. Bonne journée.

      Supprimer
  7. On ne voit pas le temps passer et c'est vrai qu'on a parfois du mal à réaliser son âge, mais on a pas le choix, il faut assumer et moi je trouve ce poème très profond. Une bonne journée de la part de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps passe vite ! Si, on a le choix : vieillir ou crever. Mais est-ce vraiment un choix ?

      À bientôt.

      Supprimer
  8. Viendra l'instant où le guerrier dépose les armes,
    car une autre force lui aura rendu toute son évidence,
    en son coeur jusque-là enfouie,l'amour,
    tout aussi capable fut-elle de lui accorder la naissance,
    lui laissant le souvenir d'une vive espérance,
    comme un voeu éternel,tout le pari d'une existence,
    s'emplir de tant de certitudes,qu'il ne pourra qu'aimer,plus d'autres importances,plus de combats,ou que celui de ne plus renoncer,mais de toujours s'élever vers sa vérité.
    très bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais le combat peut aussi se faire sans armes !

      Un combat façon Mahatma Gandhi et son Satyagraha :
      "En appliquant le Satyagraha, j'ai découvert, dans les dernières manifestations, que la poursuite de la vérité n'admettait pas que la violence soit imposée à son opposant, mais qu'il doit être sevré de l'erreur par la patience et la sympathie. Pour ce faire, ce qui apparait comme vrai pour un doit apparaitre faux pour l'autre. Et la patience signifie souffrance personnelle. En bref, la doctrine signifie la revendication de la vérité, pas par infliction de la souffrance sur l'adversaire mais sur soi."

      Bonne soirée.

      Supprimer
  9. Ce poème peut paraître léger par le ton, les savoureuses expressions,les piquants jeux de mots, l'illustration et l'imaginaire qu'elle suscite mais il est également une touchante réflexion sur la fuite du temps qui achemine les hommes vers leur destin. il est empreint d'une lucidité digne, courageuse et résignée qui s'exprime dans les dernières lignes par un humour caricatural plein de pudeur. C'est ambigu et suggestif à la fois, de la nostalgie à fleur d'humour dans ce "Spartacus" là qui appelle à ma sensibilité.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, j'essaie de faire passer quelque chose, mais toujours avec légèreté et recul. Marrant mais avec du sens (plus ou moins implicite), c'est mieux !

      A bientôt.

      Supprimer
  10. On vieillit tous, c'est la loi de la nature, mais quand on est dans le chiffre 3 c'est encore bien jeune. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est relatif ! Le chiffre 3 annonce la descente... Bonne soirée.

      Supprimer
    2. Le 4 c'est plus la descente, c'est la chute libre !

      Supprimer
  11. De junior à senior il faut profiter au max de tous les plaisirs, se prendre la tête le moins possible, vivre le présent du mieux qu'on peut et garder l'espoir en l'avenir, telle est ma ligne de conduite. Une bonne soirée de Joss the boss qui trouve ce poème intéressant parce que c'est la réalité de tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun sa ligne : de conduite, de cocaïne, ou d'eau dans la piscine pour les sportifs... Bonne soirée.

      Supprimer
  12. "Je m'en fous complet de déplaire" Mon oeil, oui !!!

    RépondreSupprimer
  13. Petit conseil entre nous : laisse des coms sur le site des "moutons enragés"; ça rapporte bcp de lecteurs ! Chuuut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les "moutons enragés", hum : les ovidés et toi c'est une grande histoire ! En tout cas, je fais confiance à un expert, on n'a jamais trop de lecteurs. Mais ça me lasse un peu de laisser des commentaires à droite et à gauche sur des sites zéro. J'irai jeter un œil...

      Supprimer
  14. Bonsoir
    Un petit clic simplement pour te dire que je serais moins présente mais je suis abonnée à la news donc je saurais.
    Je retourne au travail
    Bonne soirée
    A bientôt
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, de toute façon je suis moins présent aussi, je passe juste jeter un œil.

      A bientôt, bon courage !

      Supprimer
  15. Bravo pour l'auto-dérision, l'originalité et l'illustration. C'est de la régalade même si la fin est un peu triste et laisse comme un malaise avec cette notion de destin et de fatalité qui rappelle que la vie c'est pas un parc de loisirs. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  16. Il n'y a pas d'âge pour faire son bilan de vie et aller à son essentiel pour son avenir et être ouvert à l'espoir et à l'optimisme. Bonne journée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, finalement est-ce qu'il y a un âge pour quelque chose ? C'est juste que certains âges de la vie se prêtent mieux à certains exercices, comme par exemple un bilan sur l'existence écoulée.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  17. L'épicurien que je suis préfère voir le verre à moitié plein qu'à moitié vide. Un bon poème pour une bonne prise de conscience que le temps court vite et qu'il faut profiter des plaisirs de la vie. Salut et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "A moitié vide", "à moitié plein", la réalité ne change pas. Pourtant la manière de l'appréhender change tout.

      Bonne journée.

      Supprimer
  18. Trente ans et premier bilan,premiers regards vers ce passé qui prend déjà une certaine ampleur,pourtant moins d'incertitudes,l'innocence évanouie,l'espérance pointe son nez,aimer prend le pas sur jouir,
    oui trente ans et premier bilan,
    salut à toi Le Marginal et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus de trente ans même ! Une partie riche de la vie est écoulée, ça c'est sûr, peut-être même la partie la plus variée et la plus intense puisqu'elle comprend l'enfance, l'adolescence et l'entrée définitive dans l'âge adulte.

      Alors c'est sans doute une bonne occasion pour déblayer le terrain et faire le point sur les forces en présence, afin de voir de quelle façon on va dorénavant jouer le match...

      À bientôt.

      Supprimer
  19. Bonsoir
    Un petit coup d'oeil sur les com. c'est toujours intéressant.
    Je te cite :"Le 4 c'est plus la descente, c'est la chute libre". Le 5 comment le vois-tu ? Là je m'inquiète, je me dis que je me suis écrasée et ça fait mal enfin si j'ai encore mal !!! ça dépend d'où l'on tombe et comment.
    Pourtant, j'ai l'impression d'être en forme (j'en suis sûre même). T'inquiètes, les années n'ont d'emprise que si on leurs laisse les rênes. Le mental oui oui le mental, l'âge n'est qu'un état d'esprit et les petits bobos, on les oublie vite. Quarante juste un chiffre inventé par je ne sais qui et ni dans quel but , déclarée réfractaire aux chiffres officiellement (si, si), je vois la vie par palier qui nous donne une direction différente qu'il faudra dompter.
    Une petite chose encore, les cheveux blancs donnent du charme. Foi d'une quinqua !!!!!!!!!
    Bonne soirée
    A bientôt
    MP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bof, ce qui compte, comme je le dis dans le poème, c'est d'être serein... Sur la plan physique la chute est inéluctable et irréfutable, mais ce que l'on perd sur ce plan, sans doute la gagne-t-on en sagesse et en philosophie de la vie.

      Bonne soirée, M.-P. !

      Supprimer
  20. Beaucoup d'humour ici! Une façon d'écrire qui n'appartient qu'à toi...je vais continuer à découvrir tes écrits..au fil des jours...merci, Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ! Bonne soirée :-).

      Supprimer
  21. Oui, de l'humour mais aussi beaucoup de tendresse... Je crois bien que malgré ta grande "gueule" (de loup) t'es tout doux gentil... ;)
    Bon dimanche Marginal haut-clamé. Bise.

    RépondreSupprimer
  22. :D On te reconnaît entre mille ! Cela ne veut pas dire que t'es dénoué de surprises... :)

    RépondreSupprimer
  23. Réponses
    1. Il y a de quoi, c'est vrai, mais n'exagérons rien quand même ! Bonne soirée.

      Supprimer