28/04/2014

108 Mâle sans collier


Cette image montre la silhouette d'un chien qui evolue sur un fond de coucher de soleil qui se reflete sur la mer. Toute la scene est nimbee d'une lumiere diffuse rouge orange. Au loin, au troisième plan se profilent les ombres bosselees de montagnes sous un ciel orange. On peut remarquer que le chien a la queue dressee et la bouche ouverte ce qui lui confere une physionomie decontractee.  Une de ses pattes avant est pliee suggerant que le quadrupede est en mouvement et se deplace. Cette belle image accompagne le poeme "Male sans collier" du Marginal Magnfique dans lequel le celebre poete se compare a un canide qui tient plus du loup pour sa liberte et son independance que du chien soumis a l'homme et domestique. Il evoque tout a tout le celebre livre de Jack London "L'Appel de la forêt" et la fable de Jean de La Fontaine "Le Loup et le Chien" pour exprimer le fait que son experience de la vie l'a rendu sauvage et dominant alors qu'il etait d'un temperament doux et sensible. Encore un excellent poeme du Marginal Magnifique !


Mâle sans collier
Mentalité de loup
Plus que de chien

Comme chez London
Domestiqué au départ
Face à l'âpreté de la vie
Suis redevenu sauvage
Il faut trouver la force
Afin de survivre ici-bas
Suivre l'appel de la forêt
Parmi la meute enragée
Et être mâle dominant

Comme dans la fable
Je leur laisse la laisse
Aucune trace de corde
Libre avec cou non pelé
Rejette trésors et confort
Être gras riche non merci
Complaire à son maître
Et flatter ceux du logis
Trop élevé est le prix

Mâle sans collier
Mentalité de loup
Plus que de chien


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

108 commentaires:

  1. Vous me faites marrer, cher Marginal ! Après Albator, Schwarzenegger ou Spartacus, vous voilà sous les atours d’un « mâle dominant » parmi la « meute enragée » ! Rien que ça ! Cette nouvelle peau vous convient mieux encore peut-être que les autres, car elle joint à l’idée de virilité le penchant qui vous anime pour la nature. Vous ne vous prenez pas pour de la m***, et ma foi vous n’avez pas tort ! Je vous dirai toutefois (mais vous le savez) que cette veine auto-laudative, si elle est souvent jouissive, n’est pas celle que je préfère dans votre production. Un reste de pudeur classique me fait pencher plutôt vers les écrits plus impersonnels. Pourtant ce « Mâle sans collier » est bien écrit, noble, et c’est vrai qu’une belle affirmation d’indépendance remplit toujours d’ondes positives ceux qui la lisent. J’ai bien aimé les liens aussi, surtout celui vers la fable de La Fontaine, dont les derniers vers illustrent bien tout le génie de cet auteur. Vous reprenez à votre compte la substance de la fable : plutôt libre que « gras et riche » ! Le truc, cher Marginal, c’est qu’on vous connaît, on sait que vous êtes comme ça, alors pourquoi se donner la peine de le dire ? Pour la force des formules et le choc des mots, me direz-vous, en un mot pour la poésie. C’est vrai, j’adhère, j’adhère.

    En tout cas ce poème m’a fait penser à l’un des plus nobles et des plus réjouissants philosophes qui soient, le bon vieux Tchouang-tseu, qui, parlant du « faisan de la lande » picorant dans la plaine, observe ceci : « Il ne veut pas sa nourriture au prix de sa mise en cage. Ainsi il n’envie point le bonheur d’un roi. » Ma foi, La Fontaine, Tchouang-tseu et le Marginal Magnifique, même combat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'oubliez pas, cher Laconique, que je me suis aussi mis dans la peau d'un saumon, d'un pirate, de Popeye, de Néo et même d'un dieu dans "Le Priape Magnifique" !!!
      Éh, je sais bien, car vous m'en avez déjà fait la remarque, que vous n'aimez pas trop ceux de mes poèmes que l'on pourrait classer dans le genre égo trip, pour employer le jargon du rap, mais comme vous le dites ils sont destinés à remplir "d’ondes positives ceux qui les lisent". Je ne peux pas écrire que des trucs mélancoliques et pessimistes ("Burnes out", "Larmes de sang", "L'ambroisie", "Spleen", "Pinder", etc), certains me le reprochent aussi, je veux éviter de me complaire dans une sorte de spleen baudelairien déprimant pour mes lecteurs et moi-même, alors j'alterne.
      Puis vous savez bien que l'écriture est un acte très égoïste et onaniste. J'ose toutefois imaginer qu'à travers l'affirmation d'une individualité, d'une "indépendance" ici, on peut trouver d'autres thèmes plus universels et toucher le plus grand nombre.
      De toute façon c'est une "veine" que je n'ai pas fini d'exploiter, même si, je l'avoue, dans ce poème je manque un peu d'autodérision, de recul et de tournures qui claquent vraiment. Les références littéraires qu'il met en avant et que vous avez appréciées sont ses forces.

      En tout cas, voyez que ce poème a du bon et s'éloigne de mon propre cas, puisqu'il vous a fait penser à Tchouang-tseu ! Ma foi, La Fontaine, Tchouang-tseu et Le Marginal Magnifique même combat, mais n'oubliez pas Le Goût des lettres !

      Supprimer
  2. Est ce que c 'est mieux d 'être loup plutôt qu' un chien. Le monde n 'est-il pas dirigé par des loups ? voire quelque fois par des chiens mais c 'est un autre sujet. L'Homme n 'est-il pas un loup pour l'homme. C 'est donc le loup qui fait subir. Il n 'est pas libre ce loup même s 'il n 'a pas de laisse parce qu' il ne peut vivre sans meute, n 'exister qu' en considération de sa place dans la meute, alpha, omega ou beta. Il existe très peu de loups errants, un tel loup deviendrait fou. Le loup n 'est pas libre et le chien non plus
    Et le loup ne conduit pas le monde, ce monde sauvage dans lequel nous vivons...
    Une admiratrice de poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ça me rappelle un de mes plus anciens poèmes publié sur ce site : "Loup".

      Toutes les considérations que vous livrez ne sont pas fausses, j'en ai conscience, mais il faut aussi comprendre que le poème est métaphorique et ne s'encombre pas de détails, il n'a pas ambition d'être essai philosophique, bien qu'il exprime inévitablement quelques idées.

      Disons que le loup est libre par rapport à l'homme, c'est en cela qu'il devient image d'indépendance, mais d'un point de vue purement éthologique, vous avez raison, il est clair qu'il fait partie d'une meute et n'est pas libre.
      Je remarque toutefois que lorsque cela vous arrange vous oubliez vite le domaine concret animal et revenez sur un plan métaphorique en faisant du loup le méchant, celui qui "fait subir", avec l'expression "L'homme est un loup pour l'homme". Mais le loup n'a en soi rien de plus cruel que l'homme et ne fait "subir" rien du tout si l'on revient à l'éthologie.

      Merci pour ce commentaire intéressant, à bientôt.

      Supprimer
    2. Oui concrètement le loup ne fait pas subir quelque chose aux autres. Quant à la cruauté c 'est une prérogative humaine mais là n 'est pas la question. Pour en revenir à votre poème, ma réflexion est la suivante : faire du loup la représentation métaphorique d 'une certaine liberté, la vôtre donc est ...( je cherche le mot adéquat)
      Bonne soirée

      Supprimer
    3. Vous le dites : "une certaine liberté". Le mot "certaine" est important ! Et apparemment La Fontaine avait fait de même avec sa fable.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  3. Rien ne vaut la liberté. Et ce "mâle sans collier" le crie aussi fort que la célèbre fable de la fontaine.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit, pas besoin de gloser à l'infini. Bonne soirée.

      Supprimer
  4. Sommes-nous versés dans la jungle de l'existence pour retrouver notre état premier,pour confronter notre amour à l'âpre existence de ces jours,la mort sera-t-elle délivrance ou évidence,à notre intime vérité le choix de vivre en toute révélation ou en tout doute de notre divinité,nous faut-il combattre la souffrance,la rendre à l'oubli,nous élever sans fin,surmonter la peur des premiers temps,vaincre les doutes d'un âge adulte si jeune encore,rendre à l'oubli ces regrets accumulés,tirer tout bénéfice d'une vieillesse attendue sans crainte,faire de son expérience une éminente richesse que notre éternité saura tirer profit,sera-t-elle l'or du perpétuel présent,ainsi le choix proposé par cette vie,survivons,nous suffit-il pour cela d'aimer encore et toujours,à nous cette divine liberté.
    très bon premier mai Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même un sacré programme, il faut s'accrocher pour pas perdre le nord et son âme dans cette existence ! Heureusement que Le Chasseur d'images spirituelles est là...

      Bon premier mai à toi aussi et à bientôt.

      Supprimer
  5. Je me retire de la toile mais je continuerai de te lire, je t' aime bien, tu es fidèle à ton credo, pas de compromis, et tes textes ont aussi montré que cette protection est une frêle barrière sur un coeur d' or.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ça m'attriste que tu quittes la toile ! Mais comme je te visite régulièrement et que, contrairement à tes habitudes, tu n'as plus rien publié depuis presque deux mois, je sentais bien qu'il y avait quelque chose de louche. Est-ce à dire que tu vas supprimer ton blog ? Que tu vas le laisser, mais à l'abandon ?

      Cela étant dit je te comprends, ça prend du temps, on se lasse, on a un peu l'impression de tourner en rond et à vide, on peut trouver aussi que c'est puéril, puis la vraie vie ne se joue pas devant un écran, alors moi-même ai été tenté de stopper toute activité virtuelle, ces derniers temps plus que jamais. J'espère au moins qu'il ne s'agit que de cela et qu'il ne t'arrive rien de grave...

      En tout cas je te remercie pour ton commentaire, moi aussi je t'aime bien : malgré tout des liens se créent, par machines interposées, au fil des échanges et du temps, on s'habitue et s'attache aux présences, même virtuelles.

      Supprimer
  6. La liberté d'un mâle ne fait pas de mal ! On dit avoir la corde au cou pour certains mariage, la laisse est bien trouvé pour d'autres faits. Un texte bien imaginé marginal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie pour ce commentaire qui joue sur les mots, ce que j'ai pas trop fait cette fois dans mon poème.

      À bientôt.

      Supprimer
  7. Ne pas oublier Le Marginal que le loup est un animal qui vit en meute donc a une dépendance. Cela donne à réfléchir au sens profond du mot liberté. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, cela permet de réfléchir au sens de ce mot et à la célèbre maxime : "la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres".

      Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer
  8. Joss the boss3 mai 2014 à 21:05

    Joss the boss est plutôt loup que chien. A la rigueur un collier mis par une nana canon, intelligente et cool , je dis pas non mais il faudrait pas qu'il soit trop serré. Ah ton poème me plait bien Le Magnifique, quel superbe animal le loup ! Bonne soirée et un grand salur d'un autre mâle sans collier. Avis aux nanas correspondant au profil recherché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une "nana canon, intelligente et cool" ? Alors le collier n'enserrera pas encore le cou de Joss the boss ni le mien...

      À bientôt.

      Supprimer
  9. Le Marginal Magnifique et Joss the Boss seriez-vous de la même meute ? À vous lire il semble que vous soyez plusieurs à faire partie de cette meute là qui est très populaire. Le Marginal pourquoi ce ? après canon, intelligente et cool ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh... Une meute de solitaires, c'est possible, ça ?

      Pour ce qui est du point d'interrogation, dois-je donc mettre des mots sur l'indicible, c'est-à-dire un sous-entendu qui, en l'expliquant, me ferait inévitablement passer pour un gros macho, si ma réputation n'était déjà faite ?

      Bonne soirée.

      Supprimer
  10. Merci. Bonne soirée à vous également.
    Une admiratrice de poésie.

    RépondreSupprimer
  11. Je connaissais pas cet écrivain London et la fable de La Fontaine j'avais oublié. Je m'instruis et je suis d'accord rien ne vaut la liberté. Je précise, je suis une nana canon, cool et intelligente pas super calée en littérature mais ça se soigne la preuve ce soir j'ai avancé et j'ai trouvé ce poème amusant.
    Bonne soirée .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu as tout pour toi, l'exception qui confirme la règle sans doute... Quelle chance que tu transites par ici !

      Pour ce qui est de s'instruire, les pages en liens dans les poèmes font office de notes et sont justement là afin d'apprendre quelque chose ou de le rappeler ; elles permettent ainsi de rendre les références que je fais plus claires.

      Bonne soirée.

      Supprimer
  12. Magali même Croc-Blanc ne vous dit pas quelque chose ? Je suis certaine que c 'est le cas même si le nom de l 'auteur ne vous dit rien. Une histoire de loup (moitié chien) encore une fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beau, "Croc-Blanc" ! Pour les petits et les grands...

      Supprimer
    2. Exactement. Et adapté plusieurs fois...pour ceux qui n 'aime pas lire même si rien ne vaut le livre.
      Une admiratrice de poésie.

      Supprimer
    3. Donc il n'y a aucune excuse pour ne pas le découvrir.

      Supprimer
  13. Une originale et malicieuse fable façon Le Marginal, avec en toile de fond la subtile notion de liberté à évaluer selon sa personnalité et les contextes. Pour le chien , qui connait la domestication, revenir en arrière est très difficile, voire impossible. On a tous en mémoire, en protection animale, ces chiens perdus sans collier qui arrivent faméliques et en grande souffrance, dans les refuges. Leur bien-être dépend évidemment de la vie qu'on leur offre. Quant au loup, soumis aux règles hiérarchiques de sa meute, est-il vraiment libre ? Il en est dépendant comme le chien de l'homme et l'homme d'un système. Les habitudes ancrées réalisent une seconde nature. Après, il y a toujours le choix de la marginalisation et cela existe même dans le monde animal. Comme quoi, dans ce poème comme dans tous ceux de ce site, ily a matière à réflexion et débat. J'aime bien dire : " chacun voit son bonheur à sa lucarne étroite", adjectif ici aucunement péjoratif mais sélectif.
    Ta judicieuse référence à London m'a rappelé ses romans que j'ai tant aimés , qui me faisaient rêver de grands espaces, de nature sauvage et préservée et me touchaient par l'évocation du parcours tourmenté de chiens fidèles et de leur beau lien créé avec l'homme. J'ai été très sensible à ce poème.
    Bon après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concernant les refuges, je me souviens d'un poème que j'avais publié ici, bien qu'il ne fût pas de moi, car il était édifiant et touchant : "À Léon".

      Nous sommes nombreux à avoir voyagé, vécu des aventures et pleuré, lorsque, enfants, nous parcourions les pages de Jack London ! J'ai écrit un poème qui puise son inspiration dans ses écrits : "La ruée vers l'or". La lecture se perd et les nouvelles générations passent à côté de quelque chose.

      Merci pour ce commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  14. C'est vrai que dans la vie on s'endurcit, on est obligé ou on se fait bouffer. Et je préfère être dominant que dominé et indépendant au max. Je suis pas un toutou même pour les beaux yeux d'une fille. Cordial salut

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'endurcit et, d'un certain point de vue, c'est triste si l'on y songe.

      Supprimer
  15. Etre lucide, refuser les compromis, être soi sans être servile et lèche-cul au fond c'est çà être un homme avec honneur et fierté, c'est ce que m'inspire ce poème et sa belle illustration de ce magnifique loup solitaire. Bonsoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ce poème t'inspire tout ça, alors j'ai bien fait le boulot !

      Merci pour le commentaire et à bientôt.

      Supprimer
  16. Vivre en société devrait nous "domestiqué" mais comme la vie est loin d'être facile finalement mieux vaut avoir la mentalité du loup et sa méfiance envers l'homme même s'ils sont nos congenères , pour se défendre. Un grand salut de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, Tess,

      Malheureusement la société nous "domestique" trop souvent et je m'insurge assez contre ça ! Comme je le dis dans le poème, il faut redevenir sauvage pour subsister, s'affranchir pour ne pas perdre son âme...

      Merci pour ton commentaire et à bientôt, chère Tess.

      Supprimer
  17. Si t'es trop tendre dans la vie, tu trinques, si t'es trop dur toujours sur la défensive t'es pas à l'aise, je crois qu'il faut savoir s'adapter aux situations et aux gens selon les moments et surtout toujours garder le sens de l'humour et l'auto-dérision et il me semble que tu sais faire d'après tes poèmes. Salut et sourires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut trouver un juste milieu comme souvent ! Merci pour ton commentaire et à bientôt.

      Supprimer
  18. La dépendance crée la servilité comme pour le chien. L'indépendance donne la liberté comme pour le loup. Dans les 2 cas avantages et inconvénients. Vite fait de faire le parallèle avec l'homme. Dépendance pas d'argent, indépendance boulot et contraintes. Et la liberté dans tout çà ? Il faut faire des compromis avec le système et se faire SA liberté. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi l'indépendance totale sans fric, hors du système complètement : une alternative envisageable, à laquelle plusieurs se sont essayés, mais qui n'a pour l'instant jamais été vraiment concluante. Peut-être trouverons-nous un jour la solution pour couper nos chaînes, j'y réfléchis....

      Merci pour le commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  19. Le loup a-t-il vocation à devenir chien,certes non,peut-il vivre grande sagesse,forte allégresse en sa chère liberté,qu'il ne provoque la peur chez ses semblabes à collier,que la noblesse de son apparence demeure humble et respectueuse de ces autres sur le chemin de son existence,comme eux peut-il aimer.
    Très bonne après-midi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un loup noble dans sa prestance mais aussi dans son comportement et sa morale bien sûr !

      Supprimer
  20. Le loup est moins dangereux que l'homme et il a toujours été la vilaine bête à abattre même dans les histoires pour enfant. Mais c'est un magnifique animal qui représente bien l'idée de liberté et il n'est pas servile comme le chien marqué et conditionné par les hommes. Je préfère la condition du loup elle est plus digne même si j'adore les chiens . Bonne soirée monsieur Le Marginal Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas la peine de prêcher un converti : "Loup".

      Merci pour le commentaire, à bientôt.

      Supprimer
  21. Votre poème m'a fait penser au splendide best-seller écologique de Jiang Rong "Le Totem du loup". L'avez-vous lu ? Il évoque les valeurs que vous exprimez dans votre poème comme le thème de la liberté associée au loup et la passivité non au chien mais au mouton, c'est métaphorique, philosophique, profond, émouvant, l'évasion totale, l'aventure et plein de sens caché. Vous l'aurez compris je suis fan à 100% et si vous ne le connaissez pas , c'est sûr il vous passionnera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas du tout ce "best-seller écologique" et je vous remercie de me le faire découvrir. Du coup je viens de me renseigner : effectivement ce livre à remporté un énorme succès et l'auteur cite notamment Jack London parmi les écrivains qui l'ont influencé.

      On en apprend tous les jours, le problème c'est qu'il y a tellement de livres à lire ! Ou en tout cas que je souhaite lire... J'essaierai de creuser le sujet quand j'aurai un peu plus de temps.

      Merci pour le commentaire et à bientôt.

      Supprimer
  22. C'est un beau poème idéaliste comme moi même si je sais que la vraie liberté n'est qu'une illusion, même le loup est tributaire de sa meute. En tout cas je m'accroche à la mienne celle qui me convient car au fond chacun à son idée sur cette fameuse liberté. Bonne soirée Le Marginal .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'essentiel est de se percevoir libre sans doute.

      Bonne soirée à toi et à bientôt !

      Supprimer
  23. Un poème qui clame la liberté ! Continue de rêver, cela te va bien. Toujours un grand bonheur de te lire. Bise, C

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire et ravi à chaque fois de ton passage. À bientôt.

      Supprimer
  24. Je kiffe trop ce site. J'ai toujours pas de boulot et de venir en visite pommade mon moral, ça me détend. C'est sûr que je préfère être loup que chien, ça vaut mieux pour la fierté. Salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si tu te régales, c'est le but !

      Le boulot, le boulot, c'est pas une sinécure non plus... Le problème c'est le fric, mais il est compensé par le temps en ta possession et l'absence de stress inhérent à une tâche ingrate rémunérée. Comme dit la chanson : "les prisonniers du boulot n'font pas de vieux os".

      À bientôt.

      Supprimer
  25. Pour le coup en réfléchissant je crois que la seule et vraie liberté qu'on a tous est la liberté de pensée dans le secret de notre intimité . Pour le reste elle est quand même limitée, mais collier et laisse quels vilains mots et c'est juste que la dureté de la vie change le caractère.
    Cordial salut

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette liberté dont tu parles est déjà immense : personne ne peut emprisonner notre pensée, même si des moyens existent pour la détruire...

      Le collier et la laisse je pisse dessus.

      À bientôt.

      Supprimer
  26. "Chien perdu sans collier"
    ne veut pas être emprisonné
    dans les pièges d'ici-bas
    trop lourd le prix pour cela...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Chien perdu sans collier" veut la liberté et la paix !

      Supprimer
  27. Enfant innocent tu naitras
    La force des choses fera
    Que loup tu deviendras
    Et la vie continuera
    Toujours ta liberté tu défendras
    A la servilité tu te refuseras
    Car honneur et fierté tu prévaudras. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  28. Une belle et noble mentalité, je dirais pareil pour moi. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  29. Dans cette société ou on se range ou on dérange. Le challenge est de trouver sa place entre chiens loups et moutons et le qu'en dira-t-on on s'en moque. De toute façon la société ne fait pas de cadeau même au grand et sauvage loup qui a bien raison de s'en méfier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le challenge c'est d'envoyer chier la société qui nous colle en esclavage !

      Supprimer
  30. Sans collier ni maître....belle utopie mais tu as raison d'essayer ! ON n'est jamais vraiment libre, il y a toujours quelque chose qui nous rattrape...si, si ! bise, C

    RépondreSupprimer
  31. Louve...
    Chienne de Vie
    Je traîne
    En crevant
    Le collier
    De cette société
    Libre
    Je suis...
    Je mord
    A plein crocs
    Les sous fifres
    Brandissant
    Les règles decapitees
    Et fuis
    Les moribonds dependants

    RépondreSupprimer
  32. Non...
    J'aime
    Le monde
    Vu du ciel. .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monde est plus beau vu d'en haut... Quoique...

      Supprimer
  33. Le monde
    Est
    Une encre
    Qui
    Ancre
    La Vie
    Au
    Coeur
    Aimant

    RépondreSupprimer
  34. Et rangé. ..
    Non ..Libre...
    Pas de casier...

    RépondreSupprimer
  35. Oui...
    Liberté
    Je t'aime

    RépondreSupprimer
  36. Il me semble que toi aussi...

    RépondreSupprimer
  37. Sourire...
    Se laisser griser
    De cet air vivifiant
    Qui frôle la Vie...

    RépondreSupprimer
  38. Hum...
    De nature
    Je grise
    Ma Liberté. ..

    RépondreSupprimer
  39. Grisée
    Je suis
    Au parfum
    De la nuit
    Senteurs
    Infinies
    D'un refrain
    Ivre de Vie
    Soupiree

    RépondreSupprimer
  40. Inspirée
    Expire e
    Je respire
    La Vie...
    Sourire

    RépondreSupprimer
  41. Doux
    Est
    Le sourire
    Partagé

    RépondreSupprimer
  42. ...Mais la Douceur
    Partagée
    Rayonne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. La douceur n'est douce qu'à travers une subjectivité.

      Supprimer
  43. Subjective est la Douceur
    Au contact des mots..

    RépondreSupprimer
  44. Les mots
    Sont danse
    Subjective
    Quand
    Ils s'enlacent
    Divinement

    J'aime les mots...

    RépondreSupprimer
  45. J'aime
    Entendre
    Leurs pas
    Effleurer
    Le sol
    Subtilement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En toutes circonstances, la subtilité est préférable à la lourdeur.

      Supprimer
    2. J'aime la légère plume
      De la subtilité. ..
      Elle effleuré, effeuillé. .
      Avec douceur...

      Supprimer
    3. Effeuille...Oui oui...rire

      Supprimer
    4. Geste retenu
      Caresse légère
      Instant suspendu
      Soupir éphémère

      Supprimer