13/05/2017

40 Bodhi


Cette image montre une statue de pierre representant un homme en position du lotus, jambes croisees et mains posees devant l'abdomen. Le visage de l'homme, au yeux fermes et a l'expression neutre et denue de grimaces, expriment une grande serenite. Cette statue se trouve au centre de l'image et est entouree, sur la gauche, des celebres lettres LMM qui designent le grand poete Le Marginal Magnifique, et sur la droite d'un arbuste qui symbolise la nature et la vie. Ces elements s'affichent sur un fond beige teinte d'ocre qui renvoie a la terre et montrant encore une fois, apres l'arbrisseau, que la statue s'inscrit dans la nature et est en accord avec elle et les elements. Cette superbe image a la composition tres structuree et degageant un calme olympien, une immense serenite, accompagne le poeme "Bodhi" du Marginal Magnifique dans lequel l'immense poete exprime, en quatre strophes et en une langue riche, inventive et musicale, son desir d'atteindre la sagesse a l'image des philosophes et sageges antiques tels que Confucius, Seneque, Socrate et Siddhartha le Bouddha. Chauqe strope s'appuie ainsi sur une de ces figures mythiques jusqu'a la derniere ou le poete exprime sa volonte d'atteindre l'Eveil, boddhi, comme Siddhartha le Bouddha. Encore un immense poete, riche de sens et dans sa construction, du Marginal Magnifique !!! Gageons qu'il fera date...


Nul besoin de tremper le biscuit
Et de sauter des putes qui sucent
Je veux juste être hors du circuit
Parvenir à la vertu de Confucius

Nul besoin de pouvoir éphémère
Et d'envier stérilement ces mecs
Je veux juste contempler la mer
Parvenir à l'ataraxie de Sénèque

Nul besoin d'être sybarite assidu
Et d'exaucer mes désirs sans rate
Je veux juste supplanter la ciguë
Parvenir à la sapience de Socrate

Nul besoin des mille et des cents
Et d'avoir des merdes chez Darty
Je veux juste un ordinaire décent
Parvenir à l'Éveil de Siddhartha


N'oubliez pas de commenter ce poème et de le partager en utilisant les boutons ci-dessous !

40 commentaires:

  1. Belle aspiration à la sagesse et au détachement, mais quand-même, un petit biscuit ne nuit pas au régime!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème c'est que quand on en bouffe un on veut terminer le paquet !

      Supprimer
  2. J'aime cette réflexion intelligente et philosophique de concevoir une certaine forme de bonheur dans l'ataraxie, les désirs simples, une sagesse de vie en accord avec soi-même. En fait par ce poème, le message est : "Agis comme je te le dis, et tu seras heureux." Très enrichissantes également les références faites aux philosophes qui renforcent judicieusement la ténacité des aspirations exprimées dans ce poème. Et quelle précieuse leçon de conduite de vie trouve-t'on dans les paisibles citations de Bouddha que tu nous livres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éh, le bonheur peut-il vraiment se trouver ailleurs que dans l'ataraxie ? Hum, j'en doute de plus en plus...

      Finalement, on a beau faire les malins avec nos précieuses technologies, notre confort moderne et toutes nos conneries, on n'a rien inventé. Concernant la vie et la conduite à adopter, tout était déjà dit dans l'antiquité. Dommage que nous l'ayons oublié !

      Et heureusement que je suis là pour le rappeler...

      Supprimer
  3. Eh bien, cher Marginal, après avoir trempé dans la fange de la politique, vous purifiez drastiquement l’atmosphère avec ce poème ascétique et épuré. Quatre maîtres de sagesse, venus de quatre civilisations différentes, et qui nous enseignent des choses étonnamment similaires : se contenter de peu, parler peu, être reconnaissant pour les bienfaits et ne pas éprouver de rancune à l’égard des inévitables déceptions. Vous avez bien choisi les citations, ni trop ni trop peu, impeccable.

    Quel être contradictoire que le Marginal ! Tout à la fois sale gosse et Sonny Chiba, anachorète et Guevara. Mais dans tous les cas, la volonté d’être « hors du circuit ». Comment ça va finir tout ça ? En une explosion ravageuse et destructrice, ou en un ermitage façon hippie dans un paysage bucolique ? Heureux qui pourra le prévoir. Mais entretemps cela aura produit des poèmes d’écorché vif, à la Kurt Cobain (puisqu’il est question de nirvana) (dont une partie des cendres a été déposée dans un temple bouddhiste de New York) (et qu’en sera-t-il de vos cendres, cher Marginal ?).

    En tout cas je ne savais pas que vous connaissiez si bien la philosophie bouddhiste. Et ce qui est remarquable, c’est que vous n’avez pas exploité cette connaissance dans le poème, qui reste très simple et très musical. Poète avant tout ! Ah rassurez-vous cher Marginal, je crois que vous avez déjà atteint l’éveil, c’est le monde autour de vous qui dort. Comme disait Kurt Cobain : « Les jeunes sont vraiment trop mous et n’ont plus aucun esprit de révolte : leur ambition est d’avoir leur petit confort personnel et d’acquérir une belle situation sociale, une belle baraque, une belle bagnole et une super nana ! Malheureusement, ce n’est pas le rock qui pourra leur faire prendre conscience de leur connerie. » On dirait du Marginal, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça, cher Laconique, vous l'avez compris : j'ai besoin de purification. En même temps, avec les torrents de merde dans lesquels on nage au quotidien, ce besoin s'avère vital, sous peine de finir soi-même une merde. Je parlais d'ailleurs déjà de ça dans Solitaire. Ce qui est bizarre, c'est que le fait de devenir un gros étron flasque et puant n'a pas l'air de gêner beaucoup de monde apparemment...

      Concernant les citations et les notices sur les "quatre maîtres de sagesse", j'ai essayé de ne pas être trop chiant, de faire bref, pour que cela reste plaisant à parcourir. Les explications se trouvent juste là pour informer et sont au service du poème. De même pour "la philosophie bouddhiste", mon but n'est pas de faire un cours de spiritualité ! Le lecteur peut trouver assez de renseignements sur internet s'il désire creuser ce sujet ou un autre... J'ouvre simplement quelques portes.
      Et pour les citations, rien de plus simple que d'en faire un catalogue, mais à quoi bon ? Il faut avant tout qu'elles reflètent ma personnalité, qu'elles témoignent d'une subjectivité : c'est ce que je m'efforce de faire en les choisissant.

      Pour ce qui est de ma fin, je constate que vous vous inquiétez beaucoup pour le pauvre Marginal, cher Laconique, parce que ce n'est pas la première fois que vous me posez la question. J'ai l'impression que je vous crée du souci et j'en suis désolé. Mais vous l'avez vous-même mentionné, je suis un sale gosse !
      Bah, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise, moi-même ne sais pas du tout comment cela va finir, la vie est pleine de surprises, c'est ce qui en fait le piquant. Peut-être êtes-vous sur la bonne piste : j'enverrai tout valser de manière spectaculaire ET je finirai anachorète. En tout cas, j'accepte mon destin sans broncher. Enfin, sans broncher, je compte bien être insoumis jusqu'au bout ! Le plus triste serait que je me résigne, broyé par la vie et le système... D'ici là, FUUUUUUUUUUUCK !

      Et vous mentionnez et citez d'ailleurs à propos Kurt Cobain, qui possédait un bon état d'esprit, semblait avoir tout compris. Mais le problème avec lui et ce genre de mecs, ces rockeurs et autres rebelles, c'est qu'ils se laissent totalement aller : ils boivent, se droguent, baisent à tout-va et n'importe quoi, ne se lavent pas, ne pratiquent aucune activité physique, etc. Bref, ils n'ont absolument aucune discipline ni tempérance et se transforment inéluctablement et rapidement en déchets ; au final, leur révolte ne détruit qu'eux-mêmes. Ce qui n'est pas le cas du Marginal ! Pour ma part je me maintiens aussi acéré que la lame du plus tranchant des couteaux.

      Pourtant, vous le savez, en vrai je n'aspire qu'à la paix et à la sérénité. Ce poème l'exprime assez et tout mon être tend vers cet objectif. Le truc c'est que je suis sans cesse obligé de partir au combat, parce que les cons et ce système foireux se montrent hostiles. Merde, on les croirait créés pour nous empêcher d'atteindre la tranquillité ! Mais j'y arriverai, cher Laconique, j'y arriverai, dusse-je, en dernier recours, apaiser mon sexe et revêtir la toile de bure. Et vu ce que vous écrivez sur votre goût des lettres, il ne serait pas étonnant que vous vous pariez vous aussi tôt ou tard de ce splendide vêtement qui vous irait comme un charme !

      Supprimer
  4. Il n'y avait que vous pour oser faire une paronomase entre Darty et Siddharta, cher Marginal ! C'est brillant, mais faites gaffe, un jour on retrouvera des illuminés n'ayant rien compris à votre message scandant votre nom en position du lotus au rayon cafetière d'un Darty... What else ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La paronomase est plus complète que ça, chère Miss Flint : "chez Darty" et "Siddharta" ! Il faut rendre à César ce qui est à César.

      Et tout est effectivement dans le "what else" et sa façon de l'interpréter ! Peut-être que les illuminés ne le seront pas tant que ça...

      Supprimer
    2. Ah là là oui, j'ai oublié le "chez" ! Et pourtant je l'avais bien remarqué...

      Sinon, croyez-le ou non, mais j'avais déjà lu votre poème "Quelqu'un de bien" avec cette image détournée d'un George Clooney façon "thug life" (comme on dit de nos jours), et si je ne m'en rappelais plus consciemment au moment où j'ai écrit mon premier commentaire, je penche cependant pour la référence inconsciente car alors, pourquoi aurais-je parlé du rayon cafetière de chez Darty plutôt que du rayon micro-onde ou salon de jardin ? Vos poèmes sont donc des messages subliminaux, ça craint, j'aurais dû m'en douter plus tôt...

      Supprimer
    3. Évidemment, la coïncidence était trop parfaite ! Ça m'amusait de détourner cette pub et de faire de Clooney le porte-parole subversif du Marginal Magnifique, alors qu'il n'y a pas plus lisse que lui comme acteur. Mais peut-être craquez-vous vous aussi pour lui, comme beaucoup de femmes dont une majorité de rombières décaties, alors je ne vais pas en rajouter sur ce tocard à la filmographie zéro. Ou alors êtes-vous encore trop jeune pour succomber à son charme de vieux beau...

      D'ailleurs, j'ai fait un peu le même coup avec Brad Pitt. Si vous décidez d'y jeter un œil lisez bien tout.

      Sinon, oui, chère Miss Flint, je suis une espèce de ténia qui colonise les gens, mais, au lieu d'investir le gros intestin, je m'insinue dans l'esprit. Mieux vaut moi que les conneries véhiculées par la télé et les médias !

      Supprimer
    4. George Clooney ? Il est certes lisse, mais il a un petit quelque chose qui ne rend pas les femmes indifférentes, ça je peux vous le dire (même si ça ne plaît pas aux hommes). Il reste que je ne comprends pas que l'on puisse fantasmer sur lui, surtout quand on voit certaines de ses photos d'enfance (ouh ! que c'est méchant ! Que c'est bas !).

      Il faudra que vous m'expliquiez le "truc" sur le photo de Brad Pitt, j'ai cru trouver quelque chose sur Google (une histoire de "Bounty" contre une interview...), mais ça n'était pas très clair.

      Sinon, si vous voulez coloniser massivement et durablement les esprits, la télé, c'est quand même vraiment ce qu'il y a de mieux : après votre boutique officielle, à quand une chaîne "LMM TV" ?

      Supprimer
    5. Je sais bien, chère Miss Flint, que George peut provoquer des départs de flammes ! Ah là là, les femmes... Puis, je vais vous dire, j'aime autant sa gueule d'enfant, il semblait plus authentique.

      Pour Pitt, je ne sais pas trop non plus ce qu'il se passe avec celui-là, il trempe dans des trucs louches apparemment, comme quoi il serait capable de faire pas mal de trucs pour obtenir certains avantages, par exemple du fric ou des barres chocolatées...

      Et vous avez raison, il faudrait que je me lance dans la vidéo : d'ailleurs, pour votre information, Madame, je possède déjà une chaîne Youtube ! Mais je n'y ai quasiment rien publié, alors je n'en parle pas.
      La plupart de ces chaînes mettent en scène leur auteur et je ne suis pas encore suffisamment exhibitionniste pour me prêter à ce genre d'exercice. Si jamais j'ai des idées pour publier du contenu intéressant sans me montrer et si je dispose du temps nécessaire, je me lancerai.
      J'avais également des lubies de court métrage pendant un moment, le projet était sur les rails, mais le temps me manque pour démarrer vraiment. On court toujours après le temps, chère Miss Flint !

      Supprimer
    6. Hum, c'est vrai qu'il est difficile de résister au fait de se montrer, sur Internet, et c'est peut-être encore plus vrai avec YouTube où rares sont désormais les YouTubers à ne pas se mettre en scène (parfois, cela finit en querelle de clocher entre certains...). Mais certains d'entre eux proposent des contenus très intéressants tout en apparaissant masqués, c'est le cas de Gull, par exemple, qui se masque également lorsqu'il donne des conférences à travers la France. Pour ma part, je considère qu'une fois qu'on montre son visage ou sa voix, sur Internet, on ne s'appartient déjà plus. Il faut donc vraiment savoir ce qu'on veut en la matière.

      Supprimer
    7. Oui, c'est vrai, beaucoup de vidéos sont intéressantes, on clique facilement de l'une à l'autre avec les titres accrocheurs proposés. D'où le piège ! On perd un temps fou, tout ça est extrêmement chronophage. Du coup, personnellement, j'essaie de discipliner mon utilisation d'internet... et c'est loin d'être facile !

      Je ne connaissais pas ce Gul, son idée de se masquer est bonne : en plus de préserver l'anonymat, cette technique cultive un certain mystère et crée un personnage. Et vous avez raison une fois de plus, il semble effectivement extrêmement difficile, voire impossible, de contrôler son image sur le net ! D'où votre pseudo et le mien.

      Supprimer
  5. Avoir la zénitude attitude n'est pas facle. Un jour oui, un jour non selon la conjoncture. Chacun s'essaie au bonheur ou du moins à la sérénité comme il peut. Une bonne soirée de la part de Tess.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le but c'est que ce soit tous les jours oui ! Sinon à quoi bon ? Bonne soirée.

      Supprimer
  6. Un pote poète18 mai 2017 à 19:51

    Il y a pas de mal à se faire du bien
    Pour s'inspirer et aspirer chacun ses lien
    Dans Bodhi Le Marginal vient de l'écrire
    Savoir modérer ses envies et désirs
    Pas question de frayer avec le superficiel
    Allons droit surtout à notre essentiel
    D'aucuns veulent le luxe et d'autres la simplicité
    L'important avant tout, trouver la sérénité
    Mon pote le poète, Le Marginal l'a bien compris
    Lui qui veut tranquille et décente la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On devrait tous aller vers l'"essentiel", mon pote ! Mais pour cela il faut parvenir à se détacher des habitudes prises et apprises, du conditionnement social, qui ne font pas notre bonheur.

      Supprimer
  7. Moi je kiffe bien le confort et si possible plus que l'essentiel dans la vie se gâter au max. Mais c'est beau ce que tu écris. Salut Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le confort est meilleur quand il est spartiate ! L'essentiel suffit. Bye.

      Supprimer
  8. On peut aussi sucer des cailloux... :D
    Bravo ! mais il me semble que t'es déjà tout ça... quelqu'un de décent, non ?
    Bon weekend MM. Bise.

    RépondreSupprimer
  9. J'aime quand ta poésie cherche la rondeur
    Et s'ouvre sans fin aux baisers de grandeur

    El papet
    "Elle l'attira à elle du regard. Il inclina son visage sur le sien, posa sa bouche sur la sienne, qui avait la saveur d'une figue fraîchement ouverte. Il fut long le baiser de Kamala, et Siddhartha, tout étonné, sentit avec quel art elle lui enseignait ce que c'est qu'un baiser, avec quelle habileté elle procédait, comme elle savait l'éloigner d'elle un instant pour mieux le reprendre, et comme à ce premier baiser succédait aussitôt toute une longue série d'autres baisers bien ordonnés et d'un raffinement inouï, et chacun d'eux pourtant différent de ceux qu'il appelait encore".

    Siddhartha. Hermann Hesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'attendais, il a encore frappé : Eeeeeeel Papet ! Toujours content de ton passage.

      Sinon, tu cites à propos, parce que je suis fan de Hermann Hesse et j'ai beaucoup aimé son "Siddhartha". Mais, à lire l'extrait que tu as choisi, tu ferais presque passer le Bouddha pour un queutard !

      Supprimer
  10. Toujours, toi aussi, comme je le fus, entre le cul et l'aspiration mystique ! Mais depuis que j'ai abandonné le cul, l'aspiration mystique m'a aussi fui...Tu n'as pas honte de ne pas me donner de tes nouvelles que quand je t'en donne, garnement.Quand je te lis, comme pour Orfeenix, je rêve de te donner, comme à elle, la fessée...Je en sais pas pourquoi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me donner la fessée ? Hum, tu as des phantasmes sadiques qui méritent d'être assouvis, mais c'est une mauvaise idée sur ma personne, tu te briserais les os de la main, ma chère Brebis, car mon postérieur entraîné est d'acier !

      Sinon, qu'est-ce que tu veux que je te dise, j'essaie de fuir le net, on gaspille trop de temps avec ces conneries, alors comment veux-tu que j'aille voir tous les blogs et que je les commente ? Ce qui ne veut pas dire que je ne pense jamais à toi. Du coup, quand tu passes chez moi, je vaincs ma flemme et me contrains à te visiter en retour, je m'y sens obligé, ne serait-ce que par politesse.

      Et pour "l'aspiration mystique", je sais pas si on peut aller jusque-là me concernant, moi je serais plutôt du genre ascète afin de mener une vie droite, j'élimine le superficiel, mais il n'y a absolument rien de religieux là-dedans. En termes d'"aspiration", rien ne m'empêche du coup de me faire aspirer le gland ! Avec modération cependant, je n'en fais pas une fin en soi ni une fixation, comme beaucoup de rustres soumis à leur nature animale.

      Supprimer
  11. Salut Le Marginal. Comme d'hab c'est du lourd. Se faire plaisir c'est du tout bon aussi et mes jours sans taf j'en profite plutôt et sans modération.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me parle pas du taf, pitié, je vais gerber... Il faut en profiter tous les jours, la vie est trop courte, on ne devrait pas s'emmerder avec ces conneries.

      Supprimer
  12. Plus on en a plus on en veut. Autant se contenter d'une vie simple, c'est mieux que de rechercher toujours les richesses matérielles. On peut s'épanouir personnellement sans toujours avoir des besoins nouveaux. Bonne soirée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça. On ne se rend pas bien compte, dévoyés que nous sommes, à combien peu de choses tient le bonheur.

      Supprimer
  13. Discerner le nécessaire du superflu, le naturel de l'artificiel aller vers une simplicité volontaire en sortant du piège de la sur-consommation,difficile mais pas impossible avec de la lucidité et une remise en question. Solidairement vôtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre sage commentaire, Romain. Tracer sa route vers la sérénité, l'authenticité et la vérité n'est pas une mince affaire ! Mais je suis en bon chemin et sans doute vous aussi.

      Supprimer
  14. Aïe je réalise que je suis un jouisseur. Je respecte tout ça mais profiter c'est le pied surtout pendant mes 3 semaines de vacances en juillet. Alors là c'est la fiesta. Amicalement d'un motard déraisonnable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Profite bien alors, the boss ! Mais crois-tu que vivre trois semaines par an est suffisant ? NON.

      Supprimer
  15. L'âge est fin connaisseur de notre profond désir quand la jeunesse n'a que faire de toute sagesse,le corps jouit de tous ses sens,l'espérance alors hors de toute conscience,les regrets pas encore forte nuisance,mais pas à pas les jours imposent de l'amour son importance,l'âme confie aux pensées sa quête d'évidences,l'âge en fin connaisseur,en toute sagesse pour son être retrouvée,emprunte les voies d'allégresse,jouit de cet autre sens,de son coeur et sa divine connaissance.

    Très bonne soirée à toi Le Marginal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'âge est une bonne chose, finalement, pour qui sait en tirer parti, sans végéter dans des certitudes stériles. Très bonne soirée également.

      Supprimer
  16. Je vous rends souvent visite, j'ai lu tous vos textes, j'en apprécie bien certains, d'autres moins, celui-ci m'interpelle bien car il m'évoque à moi qui lit beaucoup le philosophe Henri Bergson ( que vous devez avoir lu car vous me paraissez très cultivé et qui vous a peut-être inspiré) qui a écrit cette phrase qui va dans le sens de votre poème :"Ce qui est beau, ce n'est pas d'être privé, ni même de se priver, c'est de ne pas sentir la privation". C'était un précurseur du courant de la simplicité volontaire face à la surcosommation. Bonne soirée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et content de vous lire, cher Roger. Mes textes sont à prendre avec recul dans l'ensemble, même si j'y passe quelques messages et ma vision du monde.

      Comme vous je lis, moins maintenant. Je peux dire néanmoins que la lecture est une fidèle compagne de route. Ainsi, je connais Bergson, mais de façon superficielle, je suis loin d'être un spécialiste. La citation que vous proposez est particulièrement juste : tout le boulot d'une société de "surconsommation" telle que la nôtre est justement de faire ressentir cette "privation" dont parle le philosophe. L'esprit lucide et sage, sûr de son fait, qui sait où se trouve la vérité, doit pourvoir être sûr de ses choix et vivre en harmonie, sans éprouver aucune frustration. Tout consiste donc, pour ne pas être privé, à penser juste et à vivre en congruence avec ses idées !

      Bonne soirée également.

      Supprimer
  17. Hello, yup this post is in fact nice and I have learned lot of things from it concerning blogging.
    thanks.

    RépondreSupprimer